Michael Applebaum connaîtra l'issue de son procès aujourd'hui

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/proces/

Publié le 26 janvier 2017 à 10h29 | Mis à jour à 10h29
L'ex-maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum, photographié... (Ryan Remiorz, archives PC)
L'ex-maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum, photographié en septembre dernier.
RYAN REMIORZ, ARCHIVES PC
L'ex-maire par intérim de Montréal, Michael Applebaum, connaîtra l'issue de son procès au palais de justice de Montréal, aujourd'hui. La juge Louise Provost doit rendre son jugement cet après-midi, à Montréal.
M. Applebaum a subi son procès à la fin de l'automne, sous 14 accusations liées à la corruption, fraude et abus de confiance. Le ministère public lui reproche d'avoir touché des pots de vin de promoteurs pour faire avancer deux dossiers de projets immobiliers dans l'arrondissement Côte-des-Neiges et Notre-Dame-de-Grâce. Les faits allégués seraient survenus entre janvier 2006 et décembre 2011, alors que M. Applebaum était maire de cet arrondissement. Le principal témoin à charge, Hugo Tremblay, était attaché politique de M. Applebaum. Il a soutenu au procès que M. Applebaum lui avait montré les rouages de la corruption et du financement illégal. M. Tremblay a soutenu avoir obtenu environ 30 000 $ pour le projet immobilier, somme qu'il dit avoir partagée avec M. Applebaum. Des entrepreneurs ont confirmé avoir donné de l'argent pour faire avancer leurs projets.
M. Applebaum n'a pas témoigné ni présenté de défense. Son avocat, Me Pierre Teasdale, a plaidé que la preuve de la Couronne était basée sur des témoins tarés, donc peu fiables.
M. Applebaum a été élu conseiller municipal pour la première fois en 1994. Il est devenu maire par intérim de Montréal, en 2012, quand Gérald Tremblay a démissionné de son poste sous la pression des scandales. M. Applebaum a été arrêté en juin 2013, pour la présente affaire, avec le conseiller Zaulie Zajdel, et l'ex-directeur des permis de l'arrondissement, Jean-Yves Brisson. Il s'agissait d'une enquête menée par l'Unité permanente anticorruption.