Information sur la politique 1

vendredi, septembre 11, 2015

Au moins 65 morts dans la chute d'une grue à La Mecque

http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/

Au moins 65 morts dans la chute d'une grue à La Mecque
Photo Twitter
Dernière mise à jour: 11-09-2015 | 14h14
RYAD - Au moins 65 personnes ont été tuées et 154 blessées vendredi lorsqu'une grue s'est effondrée sur la Grande mosquée de La Mecque, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, à une dizaine de jours du début du pèlerinage, a indiqué la défense civile sur Twitter.
Peu de détails étaient disponibles dans l'immédiat sur les circonstances de l'accident mais des photos circulaient sur les réseaux sociaux montrant des corps ensanglantés gisant dans une cour de la mosquée où une partie de la grue semble avoir chuté.
De fortes pluies frappaient La Mecque lorsque l'incident a eu lieu.
La Grande mosquée est généralement bondée le vendredi, jour hebdomadaire de repos et de prières chez les musulmans.
Elle abrite notamment la Kaaba, une très grande construction en forme de cube dont les pèlerins font sept fois le tour, et en direction de laquelle les musulmans prient cinq fois par jour.
Le gouverneur de la région de La Mecque, le prince Khaled al-Faiçal a ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'incident.
Celui-ci intervient alors que l'Arabie saoudite s'apprête à accueillir des centaines de milliers de pèlerins pour le hajj, l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s'il en a les moyens.
L'agence officielle saoudienne SPA a indiqué vendredi que près de 800 000 pèlerins étaient déjà arrivés vendredi en Arabie saoudite pour effectuer le hajj.
Un énorme projet est actuellement en cours pour agrandir la superficie de la mosquée de 400 000 mètres carrés, ce qui permettrait d'accueillir jusqu'à 2,2 millions de personnes à la fois.
La mosquée est ainsi entourée de plusieurs grues utilisées pour exécuter ces travaux.
Le hajj n'a pas connu d'incidents majeurs ces dernières années, l'Arabie saoudite investissant des milliards de dollars dans le transport et les autres infrastructures pour faciliter les mouvements de la foule qui y prend part.
AUSSI SUR CANOE.CA

Six ans de prison pour un prêtre pédophile

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/

Six ans de prison pour un prêtre pédophile
L'abbé Paul-André Harvey. Photo Roger Gagnon / Agence QMI

Serge Lemelin

SAGUENAY - L'abbé Paul-André Harvey, 78 ans, résidant de l'arrondissement de La Baie, à Saguenay, a été condamné vendredi à six ans de pénitencier.
Il a reconnu avoir fait 39 victimes âgées en moyenne de 8 à 10 ans, entre 1963 et 1987.
Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Sébastien Vallée, avait suggéré une peine d'emprisonnement de huit ans. La défense avait suggéré pour sa part trois ans.
Les crimes de nature sexuelle ont été commis dans diverses paroisses catholiques du diocèse de Chicoutimi, où l'accusé était affecté comme prêtre ou aumônier.

Mobilité réduite: elle passe la nuit dehors seule sur le sol

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/

Agence QMI

Dernière mise à jour: 11-09-2015 | 11h47
MONTRÉAL - Une jeune femme à mobilité réduite, portée disparue depuis jeudi après-midi, a été retrouvée au sol, vendredi matin, dans l'arrondissement de LaSalle, à Montréal.
Son fauteuil roulant, qui lui est essentiel pour se déplacer, se trouvait près d'elle, mais trop loin pour qu'elle puisse y avoir accès, a indiqué l'agent André Leclerc, porte-parole de la police de Montréal. L'état de santé de Sarah Houle, 18 ans, ne lui permettait pas non plus de ramper pour y accéder.
Des recherches ont été effectuées toute la nuit dans les endroits qu'elle avait l'habitude de fréquenter, soit la piste cyclable longeant le boulevard LaSalle, le centre d'achats Place LaSalle, la bibliothèque l'Octogone et un Tim Hortons situé sur le boulevard Newman.
C'est finalement un citoyen qui a aperçu la jeune femme derrière une maison en rénovation située sur le boulevard LaSalle, près de l'avenue Strathyre, tôt vendredi.
Lors de son transport vers un centre hospitalier, elle était consciente et en mesure d'interagir avec les ambulanciers, a indiqué Bob Lamle, chef aux opérations à Urgences-santé. Il n'y a aucun danger pour sa vie.

DISPARITION

Jeudi après-midi, Sarah Houle avait tenté de retourner au domicile familial aux alentours de 17 h, mais l'ascenseur du bâtiment n'était pas opérationnel. Afin de tuer le temps, elle était partie faire une balade en ville. Jusque-là, rien d'inhabituel pour la jeune femme.
Après quelques heures sans nouvelles, ses proches avaient décidé de signaler sa disparition aux policiers. C'est à ce moment que les recherches ont été entamées. Sa famille était très inquiète entre autres puisqu'elle n'avait pas d'argent, de carte de transport ou de cellulaire avec elle.
Sarah Houle souffre également d'un problème de surdité, mais est tout de même en mesure d'entendre de façon partielle.
Elle sera rencontrée par les enquêteurs lorsque son état de santé le permettra afin de comprendre, notamment, comment elle a pu se retrouver à cet endroit.

Les vautours de la compassion

http://www.journaldemontreal.com/

GILLES PROUX
MISE à JOUR 
Honte à ces politiciens qui se ruent sur les exilés syriens par opportunisme. Avant la photo du bambin noyé sur la plage en Turquie, ils se moquaient autant du sort des Syriens que de celui des Maliens, qui s’avèrent nettement moins populaires sur Facebook...
Quand j’entends les Trudeau, Coderre, Mulcair et cie nous parler de la porte de grange qu’est le Canada et réclamer l’accueil d’un nombre incalculable de Syriens, je me dis qu’ils cherchent à se bâtir un bénéfice politique.
Les entend-on réclamer l’asile pour les Yézidis, cette minorité religieuse dont les hommes sont massacrés et les femmes réduites en esclavage, ou encore les chrétiens, dont les enfants se font parfois crucifier aux portes des maisons par l’État islamique? Non.
Pourtant, voilà des minorités qui méritent d’être non seulement secourues, mais aussi défendues, militairement.
En ce moment même, pleurent-ils le sort des Maliens qui souffrent de la folie de Boko Haram? Non.
Pourtant, les Maliens, comme les Haïtiens, les Camerounais ou les Sénégalais, par exemple, seraient intégrables et susceptibles d’être heureux au Québec.
Est-ce qu’ils proposent l’accueil massif d’enfants indiens ou sri-lankais des bidonvilles? Non.
Pourtant, des millions d’enfants vivent dans une indigence infecte là-bas.
Certains enfants inspirent plus de compassion que d’autres.
L’exemple vietnamien
Quand j’entends nos vautours de la compassion citer l’exemple des Vietnamiens que nous avons reçus au Québec à la fin des années 1970, je les trouve culottés.
Les Vietnamiens ont une culture du travail tellement supérieure à la nôtre qu’ils nous montrent l’exemple.
Les Vietnamiens fuyaient une dictature communiste (à une époque où les bien-pensants du Québec aimaient cette idéologie funeste).
Pourtant, les Maliens, comme les Haïtiens, les Camerounais ou les Sénégalais, par exemple, seraient intégrables et susceptibles d’être heureux au Québec
Les Vietnamiens n’ont pas de djihadistes pour s’infiltrer dans nos murs.
Les Vietnamiens étaient ouverts à la francisation.
Mieux: les Vietnamiens n’ont pas de porte-parole professionnels qui gagnent leur vie à accuser les Québécois de «racisme» et à attiser les tensions communautaires.
C’est loin d’être vrai pour ces Syriens dont la deuxième langue, à Damas, est l’anglais. Sont-ils intégrables? Ceux de bonne volonté le seraient. Mais les poires pourries dans le panier sauront se servir de la charte d’abus pour s’occuper, à nos frais bien sûr, avec nos gens de toge, pour faire de l’empiétement.
Mais ça, si vous êtes Philippe Couillard, c’est une bonne nouvelle: quiconque ne s’identifie pas au Québec vote libéral.
Naïveté proverbiale
Nos politiciens me font penser à ces jeunes du secondaire qui vont faire du pseudo travail humanitaire en Amérique latine alors qu’il y a à côté de chez eux – devant leur nez! – des réserves amérindiennes misérables, des quartiers délabrés pleins de pauvre monde et des clochards par milliers.
Mais nos écoliers sont bonasses par ignorance... tandis que nos politiciens sont calculateurs et cyniques!
Enfin, je dis haut et fort bravo à Stephen Harper qui a toutes les raisons du monde d’y aller à petites doses dans ce dossier complexe. J’approuve sa candidate dans Drummond, Pascale Déry, qui nous rappelle que l’aide humanitaire devrait aussi se situer dans l’éradication des fous de Dieu de l’État islamique pour que les foules de misérables puissent rebâtir leur pays au lieu de s’exiler.
Mais à qui est-ce que je m’adresse ici? Si les Québécois sont assez naïfs pour voter pour des «poteaux» aux élections fédérales, les politiciens ont absolument raison de les prendre pour des valises.

Abdullah Kurdi est un passeur, accuse une réfugiée

http://www.journaldequebec.com/

MISE à JOUR 

EUROPE-MIGRANTS/TURKEY-TODDLER   Une femme à bord de la même petite embarcation sur laquelle prenait place la famille du petit Aylan Kurdi, mort noyé avec 11 autres personnes lors de son chavirement la semaine dernière, affirme à une chaîne d'information australienne que le père était le passeur.
Zainab Abbas accuse Abdullah Kurdi de mentir au monde, après que l'image de son fils de trois ans mort ans, échoué sur une plage turque, ait suscité l'émoi.

«C'est Abdullah Kurdi qui conduisait le bateau», a affirmé vendredi la femme à Sky News, selon la traduction offerte par sa cousine Lara Tahseen.

Mme Abbas a également perdu ses deux enfants lorsque le bateau a chaviré, peu de temps après avoir quitté la station balnéaire de Bodrum, vers les îles grecques.

Après la tragédie, M. Kurdi avait déclaré aux médias qu'il avit dû reprendre la barre du bateau, après que le capitaine eut paniqué et quitté le zodiac.

Or, selon le témoignage de Mme Abbas, c'est Kurdi lui-même qui en était le conducteur, et c'est à lui qu'elle a versé le paiement pour son passage. Il aurait imploré Mme Abbas, lorque tout le monde s'est retrouvé à l'eau, de ne pas le dénoncer.

Généralement, les passeurs ne participent à la traversée. Dans un reportage en provenance de Bodrum de l'émission d'information satirique française Le Petit Journal, on y voit clairement les passeurs refiler les embarcations minuscules, laplupart du temps de petits zodiacs munis de moteurs électriques, à des migrants n'ayant visiblemement aucune notion de navigtion
Jeudi, Abdullah Kurdi déplorait que le Canada n'ait pas entendu les demandes de statut de réfugié et rendait responsable le gouvernement fédéral de la mort d'Aylan.
L'Australie s'est engagée à recevoir aumoins 12 000 réfugié syriens d'ici la fin de l'année.

Élections Canada 2015 « Moi, je pense qu'on va convaincre les gens » - Gilles Duceppe

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

Mise à jour le jeudi 10 septembre 2015 à 21 h 06 HAE

Même si des souverainistes considèrent que le Bloc québécois est en crise et qu'il pourrait bien disparaître du paysage québécois, son chef Gilles Duceppe rejette ces analyses.
« Moi, je pense qu'on va convaincre les gens puis qu'on va prouver le contraire », soutient le chef bloquiste en entrevue à 24/60 avec Anne-Marie Dussault.
Questionné sur la volonté de changement qui semble s'exprimer dans les sondages, mais profiter avant tout au Québec aux néo-démocrates, plutôt qu'à son parti, M. Duceppe est loin de la résignation.
« Moi, je travaille à fond, tous les jours, à convaincre les gens. Et j'envisage que les Québécois vont réaliser que la meilleure représentation, c'est des députés du Bloc à Ottawa. Moi, je travaille pour que ce soit ça », dit-il.
La question de la pertinence du Bloc ne l'ébranle pas non plus.
« On a toujours, à chaque élection, demandé la pertinence du Bloc », a-t-il souligné, avant de faire remarquer que celle du NPD au Québec n'a jamais été remise en question, malgré son peu de succès dans les urnes jusqu'à ce que survienne la vague orange de 2011.
« On ne posait jamais cette question. Pourtant, ils n'avaient jamais fait élire personne! Ils ne se sont pas découragés, ils ont continué. Jean Charest, en 1993, il avait deux députés. Pas au Québec : à travers le Canada! Est-ce qu'il a baissé les bras? Non », insiste celui qui a effectué un retour en politique en juin dernier.
« René Lévesque a été battu deux fois. Est-ce qu'il a dit : je baisse les bras? »— Gilles Duceppe

« Quand on a des convictions, il faut être plus solide que ça », estime M. Duceppe, qui ne se laisse pas décourager par les souverainistes et les militants de longue date qui doutent aujourd'hui de la survie du Bloc québécois.
24/60 a fait une demande d'entrevue aux cinq chefs de partis. Gilles Duceppe est le premier à avoir accepté l'invitation.

Une ado exploitée par sa mère

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/


EXCLUSIF
Publié le 11 septembre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 08h31
Selon la preuve faite par la procureure de... (Le Soleil, Erick Labbé)
LE SOLEIL, ERICK LABBÉ

Selon la preuve faite par la procureure de la Couronne, la mère encaissait directement les payes de sa fille, employée d'un dépanneur.

Isabelle Mathieu
(Québec) Une mère du Témiscouata a obligé sa fille de 16 ans à quitter l'école pour aller travailler. Pire encore, elle s'est approprié le salaire de son adolescente durant trois ans, lui dérobant ainsi plus de 42 000 $.
La triste histoire a duré jusqu'à l'automne 2013 dans un village du Témiscouata. La mère aujourd'hui âgée de 39 ans, que nous n'identifierons pas pour préserver l'identité de sa fille, a d'abord forcé son ado de 16 ans à quitter l'école, avant même de terminer son secondaire, afin de travailler à temps plein et ainsi rapporter des revenus à la maison.
Selon la preuve faite par la procureure de la Couronne Me Annie Landreville, la mère encaissait directement les payes de sa fille, employée d'un dépanneur. Elle s'est aussi approprié un chèque de la Commission de la santé et de la sécurité du travail. En outre, elle a forcé sa fille à signer un contrat d'achat de voiture et a été la seule à utiliser le véhicule durant une année. 
Au total, les pertes financières de la jeune fille s'élèvent à près de 50 000 $, dont 42 000 $ en salaire.
Aujourd'hui, la victime se retrouve sans diplôme d'études secondaires et avec plusieurs problèmes d'argent. «Elle a perdu confiance en elle et craint beaucoup la réaction de sa mère et de son beau-père depuis qu'elle a porté plainte», a expliqué la procureure de la Couronne lors des observations sur la peine.
Un rapport effectué pour éclairer la cour a mis en lumière le fait que la mère, une femme sans antécédent judiciaire, avait priorisé sa vie amoureuse au détriment de sa fille. L'appât d'un gain facile et un manque d'empathie pour sa progéniture semblent être les seules explications, écrivait l'agente de probation, en plus de l'influence négative du conjoint.
L'avocat de la mère, Me Pierre Gagnon, a convenu que c'était un abus de confiance comme on en voit rarement. «Il y a une petite coche de plus dans l'abus de confiance du fait que ce n'est pas son employeur qui est victime, c'est son sang, c'est sa chair, c'est sa fille», a convenu l'avocat.
La mère a choisi de plaider coupable à l'accusation de vol.
Phénomène rare
Le juge Martin Gagnon de la Cour du Québec à Rivière-du-Loup a souligné que «l'exploitation financière d'un parent envers son enfant est un phénomène plutôt rare. C'est l'inverse qui se produit généralement».
La mère, qui a aussi un fils, a commis un crime sérieux, passible d'une peine maximale de 10 ans, rappelle le juge. «Au lieu de protéger sa fille, la mère a abusé de sa position privilégiée pour améliorer son sort», note le juge.
Le juge Gagnon a condamné la mère à une peine de 20 mois à purger dans la collectivité, se rangeant ainsi aux arguments de la défense. La Couronne réclamait pour sa part une peine de 12 à 15 mois d'emprisonnement ferme.
La mère sera assignée à résidence durant la première moitié de sa peine et devra observer un couvre-feu par la suite.
Le juge Gagnon a toutefois ajouté l'obligation pour la mère d'effectuer 120 heures de travaux communautaires.
La mère sera aussi en probation durant deux ans après sa peine, et il lui sera interdit «de harasser, harceler, importuner, molester ou épier» sa fille.