dimanche, décembre 18, 2016

Washington pointe Poutine dans le piratage électoral

http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/

16 décembre 2016 |Agence France-Presse
Le président russe, Vladimir Poutine
Photo: Alexei Nikolsky / RIA-Novosti Kremlin Pool Photo via AP
Le président russe, Vladimir Poutine
Washington — La Maison-Blanche a mis en cause jeudi le président russe, Vladimir Poutine, dans les piratages informatiques ayant perturbé l’élection présidentielle, faisant monter encore la tension avec Moscou à quelques semaines de l’arrivée de Donald Trump au pouvoir.
 
L’administration Obama, qui a promis il y a plusieurs semaines déjà de répondre à la Russie, est plus que jamais sous pression pour envoyer un signal fort après ces cyberattaques qui ont pu avoir une influence sur le scrutin ayant opposé, le 8 novembre, Hillary Clinton à Donald Trump.
 
« Je ne pense pas que des événements aux ramifications aussi importantes se produisent dans le gouvernement russe sans que Vladimir Poutine ne soit au courant, a affirmé Ben Rhodes, un proche conseiller de Barack Obama sur la chaîne MSNBC. En dernier ressort, Vladimir Poutine est responsable des actions du gouvernement russe. »
 
Trump isolé
 
M. Trump a de nouveau insinué jeudi que la Maison-Blanche avait des intentions partisanes en accusant la Russie de Vladimir Poutine d’être à l’origine des piratages informatiques contre sa rivale démocrate.
 
« Si la Russie, ou toute autre entité, faisait du piratage, pourquoi la Maison-Blanche a-t-elle attendu si longtemps pour agir ? Pourquoi ne se sont-ils plaints qu’après la défaite d’Hillary ? » a-t-il écrit sur Twitter.
 
« C’était un mois avant l’élection, cela n’avait rien d’un secret », a pourtant martelé il y a quelques jours Barack Obama dans une entrevue, en rappelant que ses services avaient publiquement montré du doigt Moscou le 7 octobre, soit un mois avant le scrutin du 8 novembre.
 
En Russie, « il n’y a qu’un décideur, c’est Poutine », a renchéri l’élu démocrate Adam Schiff, membre de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants.
 
Donald Trump apparaît de plus en plus isolé dans son insistance à épargner Vladimir Poutine, un homme dont il a souvent loué les qualités de leader et avec qui il croit possible de réchauffer les relations, alors que la Russie subit aujourd’hui des sanctions économiques imposées après l’annexion de la Crimée.
 
À l’encontre du parti
 
Il est extraordinaire que les conclusions des services de renseignements américains, de la CIA au FBI, soient ainsi rejetées par un futur commandant en chef. Il va ainsi à l’encontre de son propre parti, la fibre antirusse chez les conservateurs américains étant plus vivace que jamais.
 
Les républicains du Congrès vont d’ailleurs lancer plusieurs enquêtes parlementaires sur le rôle de la Russie dans la campagne américaine.

Sur le même sujet

Fenêtre sur le cerveau

http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/

Les mégadonnées sont à l’origine d’une nouvelle révolution en neurosciences

17 décembre 2016 |Pauline Gravel
Les chercheurs tentent de découvrir comment un cerveau sain se développe et comment il se transforme quand apparaît une maladie.
Photo: Institut et hôpital neurologiques de Montréal
Les chercheurs tentent de découvrir comment un cerveau sain se développe et comment il se transforme quand apparaît une maladie.
Alors que les mégadonnées accumulées au cours des dernières années commencent à révéler leurs multiples secrets grâce à l’expertise de mathématiciens et d’informaticiens, ainsi qu’à la puissance de calcul des réseaux de superordinateurs du pays et d’ailleurs, une nouvelle révolution pointe dans la recherche sur le cerveau. Et ce, grâce également à la mise en libre accès de ces mégadonnées et des outils mis au point pour les analyser.

Les chercheurs disposent aujourd’hui d’une quantité colossale de données provenant de patients et de personnes saines ayant participé à des projets de recherche. Ces données peuvent être moléculaires, cellulaires, comportementales et psychologiques, génétiques et épigénétiques, voire anatomiques sous forme d’images obtenues par diverses méthodes d’imagerie cérébrale. « Nous disposons d’une immense quantité de données avec lesquelles on ne sait pas trop quoi faire. Ces données seules ne sont pas des connaissances. Il nous faut donc extraire des informations pertinentes de toutes ces données par des analyses et des modélisations informatiques », affirme Alan C. Evans, professeur de neurologie, de neurochirurgie et de génie biomédical au Neuro, l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal. L’établissement s’applique depuis plusieurs années à réunir mathématiciens, informaticiens et neuroscientifiques afin de donner un sens à toutes ces données.
 
À l’aide de modèles mathématiques, dont certains sont également utilisés en finances ou en génie, par exemple, les chercheurs tentent de découvrir comment un cerveau sain se développe et comment il se transforme quand se développe une maladie neurodégénérative ou une maladie mentale. En septembre dernier, l’Université McGill a obtenu une subvention de 84 millions de dollars sur sept ans du Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada (FERAC) pour mettre au point de nouveaux outils mathématiques, statistiques et informatiques qui aideront à percer les mystères des grandes pathologies neurologiques et maladies mentales et, conséquemment, permettront de repérer de nouvelles voies thérapeutiques et d’élaborer des méthodes diagnostiques et de prédiction du risque.
 
Recherche collaborative
 
La recherche collaborative étant devenue la norme ces dernières années, les chercheurs du Neuro ont mis au point une plateforme informatique, dénommée CBRAIN, qui permet aux chercheurs du monde entier de partager leurs données, leurs outils d’analyse et leurs ressources informatiques. En d’autres termes, CBRAIN est un logiciel Web qui, en quelques clics, permet à des chercheurs se trouvant n’importe où sur la planète d’accéder à des outils et à une puissance de calcul leur permettant d’analyser des données qui peuvent être entreposées quelque part d’autre dans le monde. CBRAIN est actuellement connecté à des groupes d’ordinateurs de haute performance situés au Canada (dont trois groupes à McGill) et en Allemagne, qui totalisent 80 000 unités de calcul.
Alan C. Evans est professeur de neurologie, de neurochirurgie et de génie biomédical au Neuro, l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal.
 
Les chercheurs du Neuro ont également conçu LORIS (Longitudinal Online Research and Imaging System), un logiciel Web ayant pour fonction le stockage de données cellulaires, génétiques, comportementales, cliniques et d’imagerie cérébrale. LORIS facilite la gestion de grandes quantités de données acquises au cours du temps lors d’études longitudinales et en différents lieux lors d’études multicentriques. Il s’agit encore une fois d’une structure informatique en libre accès que tous les chercheurs en sciences neurologiques du monde peuvent utiliser sans frais.
 
Big Brain
 
Depuis 2013, les scientifiques disposent également d’un outil exceptionnel pour mener ces recherches : un modèle tridimensionnel du cerveau humain d’une résolution atteignant presque celle des neurones qui le composent, qui a été baptisé Big Brain. Ce modèle a été élaboré par une équipe du Centre de recherche de Jülich, en Allemagne, en collaboration avec l’équipe d’Alan Evans du Neuro, à partir du cerveau d’un homme de 65 ans. Ce cerveau a d’abord été fixé au formol, puis immergé dans la paraffine, avant d’être découpé en 7404 tranches de 20 micromètres (0,001 millimètre) d’épaisseur. Ces tranches ont ensuite été colorées afin de rendre visibles les corps cellulaires. Chaque tranche a finalement été numérisée, et un cerveau en trois dimensions a pu être reconstitué à partir de toutes ces données. Le défi était de taille en raison des multiples circonvolutions du cortex cérébral et de son imposante taille avec ses 86 milliards de neurones et le même nombre de cellules gliales. Finalement, on a développé un logiciel permettant de survoler le cerveau et de naviguer à l’intérieur.
 
« Il s’agit d’un modèle d’un cerveau normal d’un niveau de précision neuroanatomique en trois dimensions qui n’avait jamais été atteint précédemment, les images obtenues par résonance magnétique [IRM] n’étant que d’une précision d’un millimètre, soit 1000 microns. Big Brain est donc 50 fois plus petit dans chaque dimension. Chaque pixel tridimensionnel est 125 000 (50 x 50 x 50) fois plus petit. L’atlas numérique Big Brain comprend un ensemble de données totalisant un téraoctet », précise le Dr Evans.
 
Lorsque ce travail colossal a été publié dans la revue Science en juin 2013, les auteurs ont du même coup rendu Big Brain accessible à tous les scientifiques du monde. « Toutes les données de Big Brain sont dans le domaine public. C’est un bon exemple de science en libre accès. Jusqu’à maintenant, 25 000 groupes scientifiques différents à travers le monde ont téléchargé les données de Big Brain », raconte M. Evans, avant de rappeler qu’en 2014, le magazine MIT Technology Review a classé Big Brain comme une des dix plus grandes découvertes technologiques dans le monde.
 
Pratique en neurochirurgie
 
Big Brain peut être utilisé notamment pour la planification d’une neurochirurgie impliquant une stimulation cérébrale profonde dans le but de traiter la maladie de Parkinson. La résolution des images obtenues par IRM n’étant pas suffisamment grande pour identifier avec précision le site que l’électrode de stimulation doit atteindre, les neurochirurgiens ont recours à cet atlas numérique comme gabarit. On superpose Big Brain sur l’IRM du cerveau du patient, et un logiciel adapte la forme de Big Brain de façon à ce qu’elle corresponde parfaitement à celle du cerveau du patient. Quand l’adéquation est achevée, le chirurgien peut voir très précisément où est situé le noyau subthalamique (STN), qui est un des noyaux visés dans la stimulation cérébrale profonde. Jusqu’à l’avènement de Big Brain, les neurochirurgiens utilisaient des atlas dessinés de Brodmann datant de 1909 et de von Economo et Koskinas datant de 1925.
 
Autisme
 
Le Neuro participe aussi à une grande étude états-unienne sur l’autisme, qui consiste à suivre depuis leur naissance les frères et les soeurs d’enfants autistes, étant donné qu’environ 20 % d’entre eux développeront un trouble du spectre autistique. « Actuellement, nous ne diagnostiquons l’autisme que vers l’âge de trois ans. Si nous suivons ces enfants depuis la naissance, nous aurons une fenêtre sur les tout premiers mécanismes impliqués dans l’émergence de ce trouble, soit avant qu’ils se manifestent de façon évidente », explique le Dr Evans.
 
Les chercheurs collectent donc des données sur le développement du cerveau de ces enfants depuis leur naissance. Ils tirent des images du cerveau de ces enfants par IRM et les superposent à Big Brain afin de bien situer les anomalies. « On peut adapter Big Brain à n’importe quel cerveau, y compris celui d’un jeune enfant, car tous les cerveaux possèdent les mêmes structures, seule la forme change au cours du temps », précise Alan Evans. Les chercheurs comparent ensuite les images obtenues à mesure que le cerveau se développe.
 
Dans cette étude, le Neuro est le centre de coordination des données. « Toutes les données sont envoyées ici et nous les organisons et les analysons », souligne le neuroscientifique.
 
Les chercheurs avaient publié des résultats préliminaires indiquant que des connexions anormales étaient déjà présentes dans le cerveau de bébés âgés de 24 mois. Grâce à la fantastique force de calcul et d’analyse informatique disponible au Neuro, ils ont récemment pu observer de telles anomalies chez des bébés de six mois. En permettant un diagnostic précoce, cette découverte permettra de procéder à des interventions très tôt dans la vie des enfants autistes.
 
Maladie d’Alzheimer
 
Les chercheurs ont étudié, à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique, les faisceaux de matière blanche du cerveau de 700 personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, de sujets contrôles sains, d’individus présentant de légers déficits cognitifs et d’autres atteints de troubles cognitifs plus prononcés. Ils ont ensuite procédé à une grande analyse informatique pour modéliser comment la pathologie progresse dans le cerveau.
 
Ils ont découvert que l’accumulation de la bêta-amyloïde dans le cerveau des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ne résultait pas d’une surproduction de la protéine, mais plutôt d’une élimination insuffisante. « On a constaté qu’il n’y a presque aucun changement dans la production de la protéine entre ces différentes catégories de personnes. Par contre, l’élimination de la protéine varie beaucoup d’un groupe à l’autre », affirme le Dr Evans. Chez les sujets sains, l’amyloïde est encapsulée dans les neurones et est ensuite rapidement éliminée dans les canaux du système glymphatique (le système lymphatique du cerveau). Chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, elle est éliminée beaucoup moins efficacement, et elle s’accumule dans les neurones, où elle exerce son effet toxique sur ceux-ci.
 
Le neuroscientifique Judes Poirier de l’Université McGill a découvert il y a plusieurs années que les personnes porteuses de la forme E4 du gène ApoE sont plus à risque de développer la maladie d’Alzheimer. Or, les chercheurs du Neuro ont observé que les personnes porteuses d’une seule copie du gène APoE4 éliminaient moyennement la bêta-amyloïde, alors que celles qui étaient dotées de deux copies (l’une venant de leur mère et l’autre de leur père) l’évacuaient encore beaucoup moins, ce qui provoquait une accumulation de la protéine dans leurs neurones. Par contre, les individus qui en étaient dépourvus l’éliminaient rapidement
 
« Cette découverte a complètement changé notre compréhension de l’accumulation de l’amyloïde dans le cerveau et, par conséquent, la façon de s’attaquer au problème. Si on désire concevoir un médicament qui viserait à réduire l’accumulation de la bêta-amyloïde, il ne faudrait donc pas s’attaquer à la production de la protéine, car cela n’aura aucun impact. Il faudrait plutôt intervenir dans l’élimination de la protéine », fait remarquer Alan Evans.
Science ouverte« Montréal est désormais un centre mondial de stockage, de gestion, d’analyse et de coordination des données sur le cerveau », résume Alan Evans, avant de souligner que l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal est aussi devenu un haut lieu de la « science ouverte » (open science ou en libre accès) et de partage des données. Hier, le vendredi 16 décembre, l’Université McGill annonçait que la famille Larry et Judy Tanenbaum donnait 20 millions au Neuro pour créer l’Institut de science ouverte Tanenbaum, qui aura pour mission de « faciliter le partage des données en neurosciences à travers le monde afin d’accélérer les découvertes d’agents thérapeutiques de pointe pour traiter les patients qui souffrent de maladies neurologiques ». « Une partie du don de la famille Tanenbaum servira à encourager d’autres chercheurs et établissements canadiens à adopter un modèle de science ouverte », a précisé le Dr Guy Rouleau, directeur du Neuro.

« Le mouvement “science ouverte” prend de l’ampleur avec des initiatives mondiales en cours dans l’Union européenne, au Japon et aux États-Unis. L’Institut et hôpital neurologiques de Montréal deviendra le premier institut universitaire au monde à adhérer pleinement à la science ouverte. L’Institut de science ouverte Tanenbaum deviendra la référence mondiale de ce mouvement », a rappelé pour sa part la principale et vice-chancelière de l’Université McGill, Suzanne Fortier.

Le Dr Wilder Penfield est à l’origine de la première grande révolution dans la recherche sur le cerveau. Celui qui a fondé l’Institut neurologique de Montréal en 1934 a répandu l’usage d’une technique révolutionnaire pour traiter l’épilepsie, qui a été surnommée la « technique de Montréal ». Cette méthode consistait à n’anesthésier le patient que localement au site de la chirurgie. Le patient demeurait ainsi conscient tout au long de l’opération. Le patient pouvait alors décrire les sensations qu’il éprouvait tandis que le chirurgien stimulait électriquement diverses régions de son cortex cérébral dans le but d’identifier la zone responsable des crises d’épilepsie, qu’il excisait.

Les données que le Dr Penfield a recueillies lors de centaines d’interventions lui ont permis d’identifier les différentes parties du cortex consacrées aux sensations et à la motricité, et d’élaborer une carte du cerveau, dénommée l’homoncule moteur et l’homoncule sensitif, qui était la référence jusqu’à récemment.

Aide sociale: la solidarité commence avec la famille

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/

17 décembre 2016 |Texte collectif 
«Les personnes qui reçoivent de l’aide sociale sont des êtres humains dignes de respect», écrivent les auteurs.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
«Les personnes qui reçoivent de l’aide sociale sont des êtres humains dignes de respect», écrivent les auteurs.
Durant la période des Fêtes, pensons à celles et ceux qui ne peuvent pas visiter leur famille en raison des nouvelles mesures d’aide sociale.
 
Depuis mai 2015, une personne qui quitte le Québec pour plus de sept jours consécutifs — ou quinze jours cumulatifs — dans un même mois perd son droit à l’aide sociale. Avec des revenus mensuels de seulement 623 $, les gens sont déjà dans l’impossibilité de subvenir à leurs besoins de base pour le logement, la nourriture, le chauffage et les vêtements. Avec ce nouveau règlement, le gouvernement attaque la capacité des plus vulnérables de notre société à maintenir leurs liens avec famille et amis qui vivent en dehors du Québec.
 
Nous aimerions rappeler à François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, que la solidarité commence d’abord et avant tout avec la famille. La famille fait partie intégrante de qui l’on est ; nous avons besoin d’un contact physique avec les gens qui nous sont précieux ; les appels téléphoniques et les courriels ne suffisent pas. Si notre mère, notre père ou notre frère décède ou tombe gravement malade, il faut se rendre auprès de notre famille, peu importe la situation.
 
Quand un proche vous quitte, vous avez besoin de réconfort. Ce besoin est encore plus urgent si votre famille habite de l’autre côté de la terre et que cela fait des années que vous n’avez pas été réunis. Il est impossible de prévoir les catastrophes dans nos vies, on ne peut pas synchroniser nos deuils avec les impératifs de l’aide sociale. Dans le système actuel, les prestataires de l’aide sociale sont pénalisés pour avoir assisté à des funérailles ou visité un proche malade. De retour au Québec, ils subissent des coupes sur leurs prestations en plus de devoir faire face au stress de ne pas pouvoir payer le loyer ou l’épicerie.
 
Discrimination
 
Une logique similaire s’applique pour les événements heureux de la vie : les naissances, les mariages et les fêtes telles que Noël et le Nouvel An. Comment expliquer à notre famille que nous ne pouvons pas être présents lors d’événements importants à cause des règles de l’aide sociale ? Des absences répétées peuvent entraîner des ruptures dans nos relations. Si on se déconnecte de nos familles, on devient isolé et déprimé… ce qui entraîne des problèmes de santé physique et mentale.
 
Le fait qu’une personne qui s’absente du Québec pendant plus de sept jours perde son statut de résidente aux yeux de l’aide sociale est le critère de résidence le plus restrictif de tous nos programmes sociaux. Avec cette mesure draconienne, le gouvernement du Québec crée une discrimination basée sur le statut socioéconomique et enfreint la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi que la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. Cela empiète aussi sur le droit à la mobilité des citoyens canadiens et des résidents permanents en les empêchant de se déplacer à l’intérieur du Canada. C’est pour ces raisons que les Services juridiques de Pointe-Saint-Charles et Petite-Bourgogne accompagnent Arié Moyal, prestataire d’aide sociale, dans sa bataille légale pour faire invalider cette mesure injuste.
 
Respect
 
Les personnes qui reçoivent de l’aide sociale sont des êtres humains dignes de respect. Pourtant, le système d’aide sociale les traite comme des criminels. Désormais, même s’ils respectent la nouvelle réglementation, les gens qui voyagent doivent justifier leurs déplacements, présenter des preuves de voyage et fournir une lettre de la personne qui paie pour le voyage. En plus d’être une invasion de la vie privée, ceci est un contrôle injustifié de la part des agents d’aide sociale qui ont énormément de pouvoir discrétionnaire.
 
Malheureusement, il s’agit de la suite des mesures de surveillance et de contrôle imposées par notre gouvernement sur les personnes qui vivent dans la pauvreté. Les prestataires de l’aide sociale sont submergés par les demandes excessives de documents à fournir, doivent faire face à des enquêtes aléatoires et peuvent voir leur chèque retenu à leur centre local d’emploi.
 
Avec le projet de loi 70 qui vient d’être adopté, si les prestataires ne se soumettent pas aux demandes des programmes d’employabilité qui leur seront imposés, les agents auront maintenant le pouvoir de réduire les prestations à un montant aussi minuscule que 399 $ par mois, et ce, sans possibilité d’appel.
 
François Blais, pourriez-vous vivre dans ces conditions ? Sinon, pourquoi demandez aux prestataires d’aide sociale de le faire ?
 

Les signataires : Minouse Joseph, Marina Rishkevitch, Maria Ines Garduno avec l’appui de la Coalition Pauvre + Captif.

Des Canadiens demandent un recours collectif contre Yahoo

http://www.lapresse.ca/techno/actualites/

Publié le 16 décembre 2016 à 15h45 | Mis à jour le 16 décembre 2016 à 17h14
Des Canadiens dont les informations personnelles pourraient avoir été volées... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)
PHOTO ARCHIVES REUTERS
La Presse Canadienne
TORONTO
Des Canadiens dont les informations personnelles pourraient avoir été volées lors de failles informatiques de Yahoo demandent un recours collectif de 50 millions $ contre le géant internet.
Un cabinet d'avocats établi à Toronto affirme que l'avis de demande en justice a été déposé vendredi, à la Cour supérieure de l'Ontario.
Le recours collectif comprendra des Canadiens dont les données d'utilisateurs ont été volées ou dont les comptes ont été piratés dans les dernières années. La représentante des demandeurs utilisait Yahoo pour sa correspondance électronique. Originaire de Barrie, en Ontario, Natalia Karasik dit avoir transmis par courriel des informations sur son état de santé ou encore d'ordre financier. Selon l'avis, elle ignorait que des pirates pourraient y avoir accès, et ce, depuis 2013.
Au mois de septembre, l'entreprise de Sunnyvale, en Californie, a signalé à certains de ses utilisateurs que les données figurant à leurs comptes avaient été volées lors d'une cyberattaque survenue en 2014. Ces informations comprenaient des adresses courriel, des numéros de téléphone, des dates de naissance, des mots de passe et des questions et réponses de sécurité. Au moins 500 millions d'utilisateurs ont alors été touchés.
Or, plus tôt cette semaine, Yahoo a informé ses utilisateurs d'une faille antérieure, datant cette fois d'août 2013. Le même type de données aurait été dérobé dans plus d'un milliard de comptes.
Le responsable de sa sécurité de Yahoo, Bob Lord, a déclaré dans un billet publié mercredi que «l'intrusion associée à ce vol» n'a pas été identifiée.
«Nous avons confirmé, sur la base d'une enquête récente, le vol au sein de nos systèmes d'une copie de certaines informations de comptes d'utilisateurs en fin d'année 2014 par, ce que nous croyons être, une entité soutenue par un État.»
Cette «entité» pirate aurait eu recours à des «témoins de connexion falsifiés» dans d'autres cyberattaques contre ses réseaux cette année, rapporte M. Lord.
L'avis de demande en justice soutient que Yahoo a pris conscience de la cyberattaque de 2014 peu après l'avoir subie - contrairement à ce qu'il laisse entendre face à ses utilisateurs.
Le recours collectif - qui n'a toujours pas été autorisé ou soumis à un tribunal - allègue que Yahoo s'est enrichi sur le dos de ses utilisateurs, a trahi son contrat et empiété sur leur vie privée. Il réclame 10 millions $ en dommages-intérêts punitifs. Cette demande survient après le dépôt de requêtes similaires en Colombie-Britannique ainsi qu'aux États-Unis.
L'avocat Ted Charney avance que le délit d'atteinte à la vie privée est depuis peu reconnu par la Cour, et qu'il n'aura donc pas à démontrer que ces cyberattaques ont porté préjudice.
La filiale canadienne de Yahoo est également ciblée par la requête. Me Charney estime que quelque huit millions de Canadiens profitent d'un service de Yahoo.

Donald Trump répond à Michelle Obama: l'Amérique a de «l'espoir»

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/

Publié le 17 décembre 2016 à 18h31 | Mis à jour le 17 décembre 2016 à 21h26
Dans un entretien avec Oprah Winfrey diffusé vendredi,... (Photo Jim Cole, archives AP)
Dans un entretien avec Oprah Winfrey diffusé vendredi, Michelle Obama
a clairement laissé entendre que l'Amérique était entrée dans une phase
 plus sombre avec l'élection de Donald Trump.
PHOTO JIM COLE, ARCHIVES AP
Agence France-Presse
MOBILE
Le président désigné Donald Trump a assuré samedi que l'Amérique était pleine d'espoir depuis son élection, en réponse à la première dame Michelle Obama qui avait estimé la veille que le pays en manquait désormais singulièrement.
«Michelle Obama a dit hier [vendredi] qu'il n'y avait pas d'espoir, mais j'imagine qu'elle parlait du passé, pas de l'avenir», a-t-il déclaré lors d'un rassemblement à Mobile (Alabama).
«Je suis convaincu qu'il y a un espoir immense, et au-delà de l'espoir, nous avons un énorme potentiel [...] vous allez voir des choses que vous n'avez pas vues depuis des décennies», a-t-il ajouté.
Le magnat de l'immobilier, qui multiplie depuis le 8 novembre les commentaires flatteurs à l'endroit de Barack Obama, a cependant tenté ensuite de rectifier le tir pour éviter de prendre la première dame pour cible.
Se déclarant intimement persuadé que les propos de cette dernière ne reflétaient pas sa pensée, il a souligné combien lui et son épouse Melania avaient été bien reçus à la Maison-Blanche.
Dans un entretien avec Oprah Winfrey diffusé vendredi sur CBS, Michelle Obama a clairement laissé entendre que l'Amérique était entrée dans une phase plus sombre avec l'élection de Donald Trump.
«Maintenant, nous sentons ce que cela fait de ne pas avoir d'espoir», a-t-elle déclaré, en réponse à une question sur les deux mandats de Barack Obama, élu sur un message d'«espoir et de changement».
«L'espoir est un concept nécessaire [...] Barack n'a pas parlé d'espoir parce qu'il pensait que c'était un bon slogan pour engranger des voix», a-t-elle poursuivi.
«Que donnez-vous à vos enfants si vous ne leur donnez pas d'espoir ?», a-t-elle encore dit, avant de souligner l'importance «d'avoir un adulte à la Maison-Blanche qui peut vous dire, en période de crise et de turbulences «Hey, ça va aller»».
Relativement discrète depuis l'élection de Donald Trump pour succéder à son mari, Michelle Obama avait, durant la campagne, prononcé des réquisitoires ciselés contre le candidat républicain et en particulier contre son attitude «effrayante» envers les femmes.
«Ce n'est pas normal. Ce n'est pas juste le jeu politique. C'est honteux. C'est intolérable», avait-elle notamment lancé.

Les gens d'Alep ont le plaisir de vous informer que, demain, ils seront tués avec leurs familles

http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/alexandre-sirois/

Publié le 18 décembre 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
« Les gants blancs ne sont pas de mise.... (Photo Sana / Associated Press)
« Les gants blancs ne sont pas de mise. Les euphémismes non plus. L'heure est à l'indignation.
 L'heure est aussi, ne jouons pas à l'autruche, à la honte », écrit Alexandre Sirois.
PHOTO SANA / ASSOCIATED PRESS
Le journaliste américain Philip Gourevitch a écrit, il y a plusieurs années, un livre-reportage à glacer le sang sur le génocide rwandais. Avec un titre-choc.
« Nous avons le plaisir de vous informer que, demain, nous serons tués avec nos familles. »
La phrase était tirée d'une lettre rédigée par des prêtres tutsis, à l'aube du génocide qui s'est produit en 1994. Ils avaient prédit le pire.
Et, tragiquement, ils avaient vu juste.
Lundi, sur Twitter, consterné par ce qui se passe actuellement à Alep - en Syrie -, le journaliste a résumé la situation en moins de 120 caractères.
« Les gens d'Alep ont le plaisir de vous informer que, demain, ils seront tués avec leurs familles », a-t-il écrit.
Car c'est bien, ici, ce qui se passe. Les gants blancs ne sont pas de mise. Les euphémismes non plus. L'heure est à l'indignation. L'heure est aussi, ne jouons pas à l'autruche, à la honte.

Les troupes du régime de Bachar al-Assad, les diverses milices téléguidées par l'Iran et les forces russes font la guerre à Alep avec un mépris total du droit international. Ils commettent « des crimes contre l'humanité » et « des crimes de guerre ».
Et quand ce ne sont pas eux qui exécutent leurs basses oeuvres et, entre autres choses, abattent des civils, ce sont les rebelles qui sévissent avec une barbarie abjecte. Ces djihadistes « empêcheraient des civils de partir » et s'en servent comme boucliers humains, affirmait-on hier à l'ONU.
Ces rebelles sont eux aussi responsables d'« exécutions sommaires » d'innocents, il est important de le rappeler et de le décrier.
En somme, comme notre chroniqueuse Agnès Gruda l'a si bien résumé hier, ce qui se passe actuellement à Alep « consacre la victoire de l'inhumanité ».
Mais faire face à des fous de Dieu qui méprisent les règles qui encadrent la guerre n'est pas une raison, pour ceux qui cherchent à les vaincre, de s'abaisser à leur niveau.
Pour les terroristes, la fin justifie les moyens. C'est ignoble.
Mais comment ceux qui se disent moralement supérieurs peuvent-ils agir selon la même logique abominable ?
L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Samantha Power, n'a pas mâché ses mots face à la Russie, l'Iran et la Syrie. « Nous avons ici trois États membres de l'ONU qui contribuent à resserrer l'étau autour des civils. [...] Il n'y a rien qui puisse vous faire honte ? N'y a-t-il aucun acte de barbarie qui puisse vous toucher et vous révulser juste un peu ? »
Elle a réclamé, comme plusieurs autres diplomates, l'envoi d'observateurs internationaux impartiaux sur le terrain pour superviser l'évacuation des civils. Et éviter d'autres boucheries dont ceux-ci feraient les frais.
Il y a loin de la coupe aux lèvres. Au moment de publier, l'accord pour évacuer les civils était suspendu et les bombardements avaient repris.
Cet accord était en bonne partie le résultat de la vague d'indignation ayant suivi la mort de dizaines de civils à Alep. Il faut continuer de s'indigner pour maintenir la pression.
Se résigner à cette inhumanité n'est pas une option.

Guéri d'une sévère infection, Pierre Moreau reprend ses activités

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 18 décembre 2016 à 07h38 | Mis à jour à 07h38
Pierre Moreau a été foudroyé par une sévère infection.... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)
Pierre Moreau a été foudroyé par une sévère infection.
PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE
La Presse Canadienne
CHÂTEAUGUAY
À l'écart de la politique depuis février dernier en raison de graves problèmes de santé, le ministre délégué aux Finances et député de Châteauguay, Pierre Moreau, reprend officiellement ses activités dimanche.
Il participera à Châteauguay à un brunch des militants libéraux de sa circonscription, en compagnie de son chef, le premier ministre Philippe Couillard. Plusieurs autres collègues députés seront également présents pour souligner son retour.
M. Moreau, qui devrait se voir confier sous peu un ministère de plus grande importance, a été foudroyé par une sévère infection. Il est maintenant guéri, selon ses médecins, même s'il est évidemment amaigri en raison des nombreux traitements qu'il a subis.
Pierre Moreau entend reprendre toutes ses fonctions dès janvier.