Information sur la politique 1

vendredi, juin 26, 2015

Deux groupes islamistes frappent en Somalie et au Koweït

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 26 juin 2015 à 08h55. Modifié par Charles Payette à 10h18.
Deux groupes islamistes frappent en Somalie et au Koweït
Freedigitalphotos.net
MOGADISCIO, Somalie - Des militants du groupe islamiste Al-Shabab ont attaqué une base éloignée de l'Union africaine (UA) en Somalie, vendredi, causant de nombreux morts.
Mohammed Haji, un responsable de la région de Shabeellaha Hoose, dans le sud de la Somalie, a affirmé qu'une voiture chargée avait explosé à l'entrée de la base avant que des hommes armés ne fassent irruption.

Ils ont réussi à entrer dans l'établissement après l'attentat-suicide. C'était une attaque «complexe», selon M. Haji. Jusqu'à 25 personnes pourraient avoir été tuées, a-t-il dit, mais il n'a pas été possible de confirmer cette estimation.

La mission de l'UA a confirmé sur son compte Twitter qu'il y avait eu une attaque à la base de Lego, mais n'a pas donné plus de détails.

Le groupe Al-Shabab, lié à Al-Qaïda, qui avait promis d'intensifier les attaques durant le mois du Ramadan, a revendiqué la responsabilité de l'attaque.
Attaque contre une mosquée chiite au Koweït
Au moins 13 personnes sont mortes aujourd'hui dans un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique contre une mosquée chiite au Koweït.
Le groupe ultraradical sunnite a revendiqué l'attaque, perpétrée pendant la grande prière dans une mosquée de Koweït City, au second vendredi du mois de jeûne sacré du ramadan.
25 personnes ont été hospitalisées.

La Cour suprême américaine légalise le mariage gai dans tous les États

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 26 juin 2015 à 12h19.
La Cour suprême américaine légalise le mariage gai dans tous les États
WASHINGTON — La Cour suprême des États-Unis a proclamé vendredi le droit aux homosexuels de se marier dans les 50 États du pays, une décision historique qui tombe après deux décennies de litiges à la Cour suprême sur le mariage gai et les droits des homosexuels en général.
Les couples de même sexe peuvent présentement se marier dans 36 États et dans le district de Columbia. La décision, adoptée à cinq voix contre quatre, signifie que les 14 États restants, situés dans le sud et le Midwest, devront lever leur interdiction sur les unions gaies, et reconnaître la validité des mariages célébrés dans d'autres États.

Le juge Anthony Kennedy a rendu par écrit l'opinion de la majorité du jury.

«Aucune union n'était plus profonde que le mariage», a-t-il écrit.

Des spectateurs dans la salle de tribunal ont commencé à essuyer des larmes alors que M. Kennedy lisait la déclaration.

Les quatre juges opposés à la décision ont aussi publié leur opinion dans des déclarations distinctes. Ils étaient tous d'avis que les États et leurs électeurs devraient avoir le pouvoir de prendre cette décision.

«Ce tribunal n'est pas une législature. Que le mariage entre personnes de même sexe soit une bonne idée ou non ne devrait pas nous regarder», a écrit le juge en chef John Roberts. Il a lu un résumé de son désaccord depuis le banc des juges. C'était la première fois en dix ans à ce poste qu'il le faisait.

Le président Barack Obama a souligné l'arrêt sur son compte Twitter. «C'est un grand pas dans notre marche vers l'égalité. Les couples gais et lesbiens ont maintenant le droit de se marier, comme tout le monde. #L'amourGagne», a-t-il publié.

La décision ne sera pas immédiatement en vigueur. La cour donne environ trois semaines à la partie perdante pour demander une révision. Certains responsables et greffiers de comtés pourraient toutefois juger qu'il y a peu de risque à remettre des permis de mariage aux couples de gais et lesbiennes.

Les dossiers devant le tribunal portaient sur des lois du Kentucky, du Michigan, de l'Ohio et du Tennessee qui définissent le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme. Ces États ne permettaient pas les mariages gais et ne reconnaissaient pas la validité de ceux célébrés dans d'autres États.

Il y a deux ans, la Cour suprême avait invalidé une partie d'une loi fédérale qui refusait certaines prestations gouvernementales aux mariages légaux entre personnes de même sexe.

Selon l'institut Williams de l'université de Californie à Los Angeles, il y a environ 390 000 couples gais mariés aux États-Unis. Quelque 70 000 couples vivant dans des États qui l'interdisent se marieraient dans les trois prochaines années. Un million de couples gais, mariés ou non, vivent ensemble aux États-Unis.

L'Alabama, l'Arkansas, la Géorgie, le Kentucky, la Louisiane, le Michigan, le Mississippi, la majeure partie du Missouri, le Nebraska, le Dakota du Nord, l'Ohio, le Dakota du Sud, le Tennessee et le Texas sont touchés par l'arrêt de vendredi.

Attentat en France: la victime serait un homme d'affaires de la région d'Isère

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par 106,9 Mauricie le vendredi 26 juin 2015 à 09h59. Modifié par Kariane Bourassa à 11h14.
Attentat en France: la victime serait un homme d'affaires de la région d'Isère
SAINT-QUENTIN-FALLAVIER , France - La victime décapitée de l'attentat terroriste commis vendredi matin dans une usine de gaz industriels de l'Isère, dans le sud-est de la France, était un homme d'affaires de la région d'Isère.
Le président français François Hollande
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Le suspect a été arrêté et identifié. Plusieurs complices potentiels ont aussi été arrêtés, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les personnes qui ont pu participer à ce crime «abject» sont en détention, a-t-il affirmé.

Le tout a commencé vers le milieu de l'avant-midi, lorsqu'un homme a dirigé une voiture dans l'entrée de l'usine de Saint-Quentin-Fallavier. Il a percuté des bonbonnes de gaz et provoqué une explosion. Sur place, deux drapeaux portant des inscriptions arabes, un blanc et un noir, ont été retrouvés. D'après un responsable de la sécurité, qui a requis l'anonymat, la tête de la victime a été suspendue à une clôture. Le torse a été retrouvé près du site de l'attentat, mais la victime n'aurait pas été décapitée par l'explosion.

M. Cazeneuve a affirmé croire que le suspect venait de la région. Entre 2006 et 2008, il faisait l'objet d'une fiche pour radicalisation, pour ses liens présumés avec des groupes islamistes extrémistes. Sa surveillance n'avait pas été renouvelée.

Le site industriel où a eu lieu l'attentat est situé au sud-est de Lyon. Il appartient à Air Products, une compagnie américaine de produits chimiques basée à Allentown, en Pennsylvanie.

La compagnie a confirmé que tous ses employés avaient été localisés et évacués, mais n'a pas dit si certains étaient blessés.

«Le site est sécuritaire. Nos équipes d'intervention en cas de crise et d'urgence ont été déployées et travaillent de près avec les autorités concernées», a indiqué la compagnie.

Les autorités françaises ont immédiatement ouvert une enquête sur le terrorisme. Le président français, François Hollande, qui se trouvait en Belgique pour un sommet de l'Union européenne, est rentré d'urgence et a convoqué une rencontre du conseil de défense. Il a affirmé que les intentions «terroristes» derrière l'attentat ne faisaient aucun doute.

La tête décapitée suspendue à l'entrée de l'usine rappelle une pratique du groupe armé État islamique, qui coupe la tête de ses otages et les expose ensuite.

Cet attentat ravive les douloureux souvenirs de l'attentat des locaux du journal Charlie Hebdo et d'un supermarché cachère, qui a fait un total de 20 morts en janvier. La France est en état d'alerte depuis.

37 morts et 36 blessés lors d'une fusillade sur une plage de la Tunisie

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 26 juin 2015 à 13h17. Modifié par Danielle Arsenault à 13h35.
37 morts et 36 blessés lors d'une fusillade sur une plage de la Tunisie
TUNIS, Tunisie - Trente-sept personnes ont été assassinées et 36, blessées dans la ville touristique de Sousse en Tunisie, par un homme armé qui a ouvert le feu sur les vacanciers.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le vendredi 26 juin 2015 dans Dutrizac, l'après-midi avec Benoît Dutrizac
D'après les autorités, l'attaquant est arrivé par la plage en cachant une carabine Kalachnikov dans un parasol avant d'ouvrir le feu sur les touristes.

À partir de là, il est entré dans l'hôtel Imperial par l'aire de la piscine, tout en tirant sur des gens. Il a infiltré l'hôtel Riu Imperial Marhaba de Sousse, une ville située sur la côte ouest de la Tunisie, et a ouvert le feu sur les clients. Les forces de la sécurité sont immédiatement intervenues et l'ont tué «durant un échange de coups de feu».

Les autorités croyaient d'abord qu'il y avait plus d'un attaquant, mais le secrétaire d'État du ministère de l'Intérieur, Rafik Chelli, a indiqué à une station de radio qu'il n'y en avait qu'un, un jeune étudiant riginaire de la ville de Kairouan, inconnu des autorités.

«Il était certainement affilié avec des extrémistes», croit M. Chelli.

Des touristes ont affirmé avoir entendu des détonations, qui sonnaient comme des feux d'artifice. Ils se sont mis à courir lorsqu'ils ont réalisé que c'étaient des coups de feu. Des images vidéo montrent des ambulanciers utilisant des chaises de plage comme civières pour transporter des blessés en maillot de bain.

La nationalité des victimes n'a pas été confirmée, mais une station de radio a indiqué que certaines victimes étaient d'origines tunisienne, britannique, allemande et belge. Durant le mois du Ramadan, les Tunisiens sont moins enclins à aller à la plage.

Deux attentats importants, au Koweït et en France, ont également eu lieu vendredi. Il n'est pas possible de confirmer si les attaques sont reliées, mais elles surviennent quelques jours après que des militants du groupe armé État islamique ont encouragé les extrémistes à «faire du Ramadan un mois de calamités pour les non croyants». Au moins 45 personnes ont été tuées au total.

En mars dernier, deux hommes armés ont fait irruption dans le musée de Bardo de Tunis et ont tué 22 personnes, dont 21 touristes. Un groupe disant porter allégeance au groupe radical État islamique avait revendiqué la responsabilité de l'attaque et promis d'en perpétrer davantage.

Depuis le renversement, en 2011, du dictateur de la Tunisie, le pays a connu plusieurs attaques terroristes. Ce n'est que depuis très récemment qu'elles visent le secteur du tourisme, essentiel pour l'économie du pays.