mercredi, avril 29, 2015

Choisir l’espoir, choisir PKP

http://www.journaldequebec.com/

Pierre Graveline
PIERRE BRAVELINE
PIERRE GRAVELINE
DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA FONDATION LIONEL-GROULX
MISE à JOUR 
Il y a un an, le Parti québécois subissait une amère défaite électorale. Depuis lors, comme après chaque revers, les cyniques et les défaitistes s’en donnent à cœur joie : l’indépendance du Québec serait une cause perdue et le parti qui porte ce projet rien de moins qu’à l’article de la mort.
Nous serions donc condamnés à ne jamais être maître chez nous, à assister, impuissants, à la dilution de notre identité dans le multiculturalisme canadien et à l’érosion de notre influence dans le régime « fédéral »; condamnés aussi à ne jamais faire entendre notre voix dans les institutions internationales où se joue pourtant désormais, bien plus qu’à Ottawa, notre avenir comme Québécois et comme citoyens du monde. Notre nation devrait se résigner à demeurer une nation subordonnée à la nation canadienne, voire même à disparaître « dans le confort et l’indifférence ».
Ce refrain n’est pas nouveau. Nous l’avons entendu en 1971, après la Crise d’octobre, en 1981 et en 1996, au lendemain des défaites référendaires. Sans nier les sérieux défis que doivent relever les indépendantistes, je m’inscris en faux contre cette vision pessimiste de notre avenir.
Pourquoi? D’abord et avant tout parce que, alors que le Québec n’a jamais été de toute son histoire en meilleure posture pour accéder à son indépendance, ses intérêts sont plus opposés que jamais à ceux du Canada et le seront de plus en plus dans l’avenir. Dans ce contexte, la volonté d’indépendance politique peut être relancée, rallier la majorité, réussir. 
Encore faut-il que les indépendantistes en finissent avec leurs divisions et leurs chicanes byzantines! La course à la chefferie du Parti québécois, qui verra le flambeau passer à une nouvelle génération de dirigeants, nous offre l’occasion de sortir de ces ornières. À la condition de prendre conscience qu’il n’y aura pas d’indépendance du Québec sans une formidable mobilisation de notre peuple avec un leader qui suscite le ralliement.
Par sa notoriété, ses réussites économiques, son attachement à notre culture, la qualité de son programme, la véracité de son engagement, sa détermination, Pierre Karl Péladeau est, de tous les candidats, sans nier les qualités des uns et des autres, celui qui me paraît le mieux à même d’en finir avec le défaitisme et d’incarner le projet d’indépendance nationale. Il est le mieux à même de rallier autour de cet objectif notre jeunesse et notre peuple, pour enfin réussir la conquête tant espérée de notre liberté politique.
Voilà pourquoi j’invite les membres du Parti québécois à faire le choix de l’espoir en soutenant la candidature de Pierre Karl Péladeau.

Pierre Graveline, Directeur général de la Fondation Lionel-Groulx

L’auteur s’exprime ici à titre personnel.

Langue française: coupes de 1,6 million $

http://www.journaldequebec.com/

La ministre de la Culture, Hélène David.
SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC
La ministre de la Culture, Hélène David.
Régys Caron
Le gouvernement Couillard a coupé 1,6 million $ dans la défense de la langue française, depuis son arrivée au pouvoir en avril 2014.
L'Office québécois de la langue française (OQLF), qui est le gardien de la loi 101, a dû absorber la moitié de ces coupes, révèlent les chiffres dévoilés lundi à l'occasion de l'étude des crédits du ministère de la Culture et des Communications. En outre, le nombre d'inspecteurs assignés au respect de la Charte de la langue française a diminué de huit à quatre de 2013 à 2015. Les 61 agents de francisation sur le terrain leur prêtent main-forte, a fait savoir le cabinet de la ministre Hélène David.
«Les inspections ont diminué du tiers, c'est énorme surtout en considérant que les cas de non-respect de la loi 101 se sont multipliés dans les derniers mois, notamment aux chantiers du CHUM et de Davie», s'est inquiété le député péquiste Maka Kotto. Les subventions pour le soutien à la francisation ont été réduites du tiers dans un cas et de moitié dans l'autre, a précisé le député de Bourget.
Le nombre de plaintes pour infraction à la loi 101 a diminué de 40% depuis 2012-2013 pour atteindre 2534 plaintes en 2014-2015, a signalé la ministre de la Culture, Hélène David. «Le nombre d'inspections par inspecteur a augmenté à 567 grâce aux technologies de l'information», a plaidé Mme David.
Au sujet de l'affichage commercial, six chaînes de magasins ayant pignon sur rue au Québec - Best Buy, Costco, Gap, Wall Mart, Toys "R" Us et Old Navy- ont eu gain de cause lundi, devant la Cour d'appel, dans leur refus d'ajouter un descriptif français à leur marque de commerce, a signalé la députée caquiste Claire Samson. Le plus haut tribunal du Québec a ainsi rejeté le pourvoi en appel du gouvernement Couillard d'une décision de la Cour supérieure.
Dans sa décision rendue en avril 2014, la Cour supérieure suggérait au gouvernement de légiférer «s'il estime que le visage linguistique du français au Québec souffre d'une vague (...) de marques de commerce de langue anglaise dans l'affichage public (...) Ce choix relève de la fonction politique et non du pouvoir judiciaire», avait écrit la Cour.
La ministre de la Culture a dit vouloir étudier la décision. «Si on est allés en Cour d'appel, c'est parce que nous avions des motifs raisonnables de croire qu'on pouvait gagner. On attend de lire la réponse à notre demande d'appel. Nous allons regarder les avenues qui se présentent à nous», a dit Mme David. Ces options sont les suivantes: modifier la Charte de la langue française, porter la décision en appel à la Cour suprême ou abandonner la cause. «On a plusieurs choix», a convenu la ministre.

Audrey Lessard de Thetford Mines : première podiatre sourde au Canada

http://ici.radio-canada.ca/regions/estrie/

Mise à jour le mardi 28 avril 2015 à 19 h 12 HAE
audrey
Audrey Lessard
La docteure Audrey Lessard est la première podiatre sourde au Canada. La jeune femme de 32 ans a fait preuve de beaucoup de détermination pour compléter ses études et ouvrir quatre cliniques podiatriques. Elle compte aujourd'hui plus de 5000 patients qui fréquentent ses cliniques situées à Thetford Mines, Lévis, Gaspé et Baie-Comeau.
Un texte de René CochauxTwitterCourriel
Audrey Lessard pratique son métier avec l'aide d'une interprète. Josée Cyr est plus qu'une interprète, elle est une véritable assistante pour la jeune podiatre. Un rôle qui a exigé plusieurs heures de formation.
« Je n'avais aucune idée de ce que c'était la podiatrie... maintenant, j'en sais pas mal! »— Josée Cyr, assistante de la docteure Audrey Lessard

Audrey Lessard avoue qu'elle était très nerveuse lorsqu'elle a entamé sa pratique. Elle devait exercer son métier en établissant un lien de confiance avec ses patients, et ce, même si elle n'entend pas ce qu'ils lui disent.
« J'avoue que la première journée, j'étais très très très nerveuse. Je savais pas trop comment l'interprète allait se placer. À côté, en arrière ou en avant, par rapport aux patients? Je tenais quand même à avoir une communication fluide avec le patient. »— Dr Audrey Lessard

Malgré ses craintes, la confiance des patients envers la podiatre s'est rapidement établie. Rachel Grégoire fréquente la clinique podiatrique d'Audrey Lessard depuis plus de deux ans. Même si sa podiatre est sourde et muette, elle lui voue une confiance sans bornes.
« Elle nous comprend bien. Elle comprend bien notre problématique, ce qu'on a. Elle nous regarde beaucoup. »— Rachel Grégoire, patiente

Si Audrey Lessard a réussi dans ce milieu où les personnes handicapées sont peu nombreuses, c'est, entre autres, grâce à sa ténacité. La podiatre a fréquenté une classe adaptée dès la prématernelle, mais son école a fermé cette classe spéciale pour des raisons budgétaires en 3e année du primaire. À partir de ce moment, Audrey a pris les bouchées doubles. Elle a développé ses propres méthodes d'études et, avec l'aide d'un interprète, elle a obtenu son doctorat en 2009.
Audrey Lessard aurait pu se contenter de pratiquer son métier, mais elle a choisi d'en faire plus. Elle participe à des missions humanitaires où elle transmet son savoir. Elle a d'ailleurs gravi le Kilimandjaro afin d'amasser des fonds pour la Fondation Mira.
La podiatre milite aussi pour que les professionnels atteints de surdité aient accès plus facilement à des interprètes. Elle compte publier son autobiographie qui mettra l'accent sur l'éducation des enfants sourds.

Comme elle le dit souvent, quand elle a une idée, elle ne l'a pas dans les pieds.

Mike Duffy voulait l’Ontario, Harper a insisté pour l’Île-du-Prince-Édouard

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le mardi 28 avril 2015 à 21 h 30 HAE
Stephen Harper salut le travail de Mike Duffy, juin 2009
Stephen Harper salut le travail de Mike Duffy, juin 2009
Exclusif - Mike Duffy aurait préféré être nommé au Sénat en tant que représentant de l'Ontario, mais Stephen Harper aurait insisté pour l'Île-du-Prince-Édouard, contraignant l'ex-journaliste vedette à multiplier les démarches pour s'assurer qu'il était admissible à siéger au nom de cette province.
Un texte de Daniel ThibeaultTwitterCourriel
Selon nos informations, au moment de sa nomination au Sénat en 2008, Mike Duffy était si préoccupé par son admissibilité à titre de sénateur pour l'Île-du-Prince-Édouard qu'il a soulevé la question avec Stephen Harper.
Mike Duffy aurait demandé au premier ministre canadien s'il ne pouvait pas plutôt le nommer en Ontario, sa province de résidence depuis une trentaine d'années. Mais Stephen Harper avait besoin de pourvoir un siège à l'Île-du-Prince-Édouard et a insisté pour le journaliste accepte de représenter cette province.
Joint en soirée, le bureau du premier ministre a refusé de commenter ces nouvelles informations, le dossier étant devant les tribunaux.
Des signes d'inquiétudes
Plusieurs éléments de preuve déposés au procès du sénateur Duffy montrent qu'il a semblé être rapidement préoccupé par son admissibilité comme sénateur pour l'Île-du-Prince-Édouard.
Ainsi, au lendemain de sa nomination, le 22 décembre 2008, Mike Duffy a rencontré l'administration du Sénat et pour être mis au courant de certaines règles d'admissibilité.
Un sénateur doit par exemple, détenir une propriété d'une valeur d'au moins 4000 $ dans la province qu'il représente.
Quelques jours plus tard, le 29 décembre, Mike Duffy se rend à l'Île-du-Prince-Édouard pour son premier voyage officiel en tant que sénateur. Durant ce séjour, lui et son épouse Heather déposeront une demande pour obtenir un permis de conduire.
Selon l'agenda du sénateur qui a été déposé en preuve à son procès, à son retour à Ottawa, il rencontre Paul Bélisle, le greffier du Sénat, au sujet de « document relatif à sa résidence ».
Le lendemain il signait sa déclaration de résidence et déclarait sa propriété de l'Île-du-Prince-Édouard comme résidence principale.
D'autres assurances
Le même jour, Mike Duffy a fait une visite au bureau du leader du gouvernement au Sénat, Marjorie Lebreton.
À la suite de cette rencontre, Christopher McCreery, un adjoint de la sénatrice, a rédigé une note de service qu'il a fait parvenir au sénateur Mike Duffy et à la sénatrice Pamela Wallin.
Selon le document, « tant qu'un sénateur est propriétaire dans sa province, il est autorisé à siéger au nom de cette province, même s'il vit à Ottawa 99 % de son temps ».
Quelques semaines plus tard, le sénateur a demandé à son assistante de faire les démarches nécessaires pour que ses impôts soient perçus à l'Île-du-Prince-Édouard, même si tous les sénateurs sont imposés au tarif de l'Ontario. « Je dois payer mes impôts à l'Î.-P.É., écrit-il, pour renforcer mon statut de résident de l'île . »
Avec les informations de CBC

L'armée nigériane dit avoir sauvé 200 filles et 93 femmes

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le mardi 28 avril 2015 à 18 h 45 HAE  Associated Press
Les forces nigérianes s'apprêtent à attaquer Boko Haram (archives)
Les forces nigérianes s'apprêtent à attaquer Boko Haram (archives) 
Photo :  ? Reuters Photographer / Reuter
L'armée nigériane a annoncé mardi sauvé près de 300 femmes et filles lors d'une opération militaire visant à reprendre la forêt de Sambisa aux forces de Boko Haram.
Mais les quelque 200 lycéennes enlevées en avril 2014 dans le dortoir de leur établissement près de Chibok, un village du nord du Nigeria, ne figurent pas parmi les personnes sauvées, a déclaré le colonel Sani Usman, un porte-parole de l'armée dans un message envoyé à Reuters.
« Cet après-midi, nos troupes ont sauvé 200 filles et 93 femmes dans la forêt de Sambisa. Nous ne pouvons confirmer si les filles de Chibok sont dans ce groupe », avait auparavant indiqué l'armée qui dit avoir détruit trois camps gérés par les islamistes.
Les filles et les femmes sauvées seront examinées mercredi pour déterminer si elles ont été enlevées ou mariées avec des hommes de Boko Haram, a-t-on appris auprès des services de renseignements.
Certaines des filles sont blessées et certains membres de Boko Haram ont été tués, a-t-on ajouté sans autre précision.
Une manifestation pour exiger la libération des lycéennes kidnappées à Abuja
Une manifestation pour exiger la libération des lycéennes kidnappées à Abuja  Photo :  Reuters/Afolabi Sotunde

Kim Jong-Un a fait exécuter 15 dignitaires du régime

http://fr.canoe.ca/infos/international/

Kim Jong-Un a fait exécuter 15 dignitaires du régime
Kim Jong-Un. Photo Archives / AFP
SÉOUL - Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a ordonné l'exécution de 15 dignitaires du régime cette année, dont certains pour s'être plaint des politiques mises en oeuvre par le numéro un, ont annoncé mercredi les services de renseignement sud-coréen.
Parmi eux figuraient deux personnalités qui avaient rang de vice-ministre, a rapporté l'agence sud-coréenne Yonhap, qui cite des députés ayant assisté à une réunion d'information des services de renseignements nationaux (NIS).
Ils ont été exécutés car ils s'étaient plaint des directives du jeune dirigeant nord-coréen, ont expliqué les députés.
La dynastie communiste au pouvoir règne d'une main de fer sur ce pays hermétique et secret depuis plus de six décennies et le culte de la personnalité y est abondamment pratiqué.
D'après le NIS, Kim Jong-Un ne fait qu'imiter son père et son grand-père et mène régulièrement des purges et des exécutions pour s'assurer discipline et fidélité.
Fin 2013, il avait fait exécuter son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek, accusé entre autres de corruption et de trahison.
Jang avait aidé le dirigeant nord-coréen, qui était alors inexpérimenté, à consolider son pouvoir lorsqu'il avait succédé à son père Kim Jong-Il en décembre 2011.
D'après les analystes, Kim Jong-Un pourrait avoir pris ombrage au bout d'un moment de son influence.  

PKP appuyé par une centaine d'artistes

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mercredi 29 avril 2015 à 07h17. Modifié à 07h33.
PKP appuyé par une centaine d'artistes
Pierre Karl Péladeau
(Cogeco Nouvelles) - Après avoir obtenu l'appui, il y a deux semaines, d'une quinzaine de syndicalistes à la retraite, le favori dans la course à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, reçoit aujourd'hui le soutien d'une centaine d'artistes.

Parmi ceux qui ont signé la lettre, on retouve Denys Arcand, Isabelle Boulay, Denise Filiatrault, Janine Sutto, Xavier Dolan et même l'ex-membre du FLQ, Jacques Lanctôt.
Dans une lettre parue dans le quotidien Le Devoir, les artistes en question soulignent l'amour profond de Pierre Karl Péladeau pour la culture québécoise. Ils ajoutent que M. Péladeau ne fait pas que parler, investir ou contribuer à la création d'emplois dans notre culture.
Appui à l'homme ou au politicien ?
Selon l'un des signataires de la lettre, l'écrivain Victor-Lévy Beaulieu, il allie comme nul autre une volonté de puissance pragmatique à la connaissance et à la passion de la culture, des qualités qui marquent depuis toujours son engagement à l'égard du Québec.
Selon le chroniqueur politique au 98,5fm, Jean Lapierre, il ne faut pas lire trop loin dans «l’appui» des artistes à PKP.
«Dans la lettre, on souligne l'appui de PKP à la culture; nulle part, il est question du PQ», précisait-il.