Information sur la politique 1

samedi, juin 27, 2015

L'Eurogroupe refuse de prolonger le plan d'aide à la Grèce

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le samedi 27 juin 2015 à 15 h 54 HAE  Reuters
Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe.
Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe.  Photo :  Yves Herman / Reuters

La zone euro a rejeté samedi la demande grecque d'une prolongation du plan d'aide dont bénéficie Athènes, signant la fin des discussions au risque d'ouvrir la voie à un défaut grec dès mardi et d'enclencher le processus inédit de la sortie d'un pays de l'union monétaire.
Les ministres des Finances des 18 pays qui partagent la monnaie unique avec la Grèce se sont réunis à Bruxelles dans l'après-midi, au lendemain de l'annonce surprise par le premier ministre grec, Alexis Tsipras, de la tenue le 5 juillet d'un référendum sur la dernière proposition d'accord « aide financière contre réformes » des créanciers.
« Malheureusement, en dépit des efforts entrepris à tous les niveaux et du soutien entier de l'Eurogroupe, cette proposition a été rejetée par les autorités grecques, qui ont rompu les négociations de manière unilatérale dans la soirée du 26 juin », a déclaré l'Eurogroupe dans un communiqué que le Grec Yanis Varoufakis n'a pas signé.
« L'accord d'assistance financière en cours avec la Grèce expirera le 30 juin 2015. »
Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a souligné que ces décisions n'exonéraient en rien Athènes de ses obligations financières, « en premier lieu vis-à-vis du FMI ».
Un prêt de 1,6 milliard d'euros du Fonds monétaire international à la Grèce arrive à échéance mardi et Athènes n'a pour l'instant pas les fonds nécessaires pour y faire face.
De son côté, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances, a estimé qu'un accord avec les créanciers restait possible dans les trois jours à venir.
Varoufakis parle de « moments décisifs »
« Dans ces moments décisifs, le gouvernement grec se bat pour qu'il y ait un accord de dernière minute d'ici mardi », a-t-il dit.
À propos du refus de l'Eurogroupe de prolonger le plan d'aide, il a estimé que « ce refus va certainement nuire à la crédibilité de l'Eurogroupe en tant qu'union démocratique d'États membres partenaires ».
« Et j'ai très peur que les dommages causés soient durables », a-t-il ajouté.
Les 18 autres ministres de l'Eurogroupe ont tenu en fin de journée une nouvelle réunion sur les conséquences possibles de la rupture annoncée.
À l'issue de cette réunion, les 18 ont promis de prendre toutes les mesures pour assurer la stabilité financière de la zone euro, soulignant que la situation était bien meilleure qu'au plus fort de la crise il y a quelques années.
Dans un communiqué, ils appellent implicitement la Grèce à imposer un contrôle des capitaux pour stabiliser son système bancaire.
« Les 18 pays ont tous dit clairement que la Grèce était dans l'euro, qu'elle devait rester dans l'euro quelles que soient les difficultés du moment et qu'on aurait à rediscuter de tout cela, si le référendum devait avoir lieu, après les résultats du référendum », a tenu à souligner le ministre français des Finances Michel Sapin.
Il a ajouté que la France était prête à tout moment à reprendre des discussions avec Athènes. Jeroen Dijsselbloem a également dit que la porte restait ouverte à de nouvelles discussions.
La Grèce et l'ensemble de la zone euro entrent donc dans une période d'incertitude extrême, une situation dans laquelle un pays membre pourrait être contraint de renoncer à la monnaie unique étant totalement inédite.
La crainte la plus immédiate concerne le système bancaire grec, qui ne fonctionne que grâce à la fourniture de liquidités d'urgence assurée par la Banque centrale européenne (BCE). Cette dernière a simplement déclaré samedi que son Conseil des gouverneurs se réunirait « en temps voulu ».
Des files d'attente étaient visibles samedi devant la plupart des distributeurs de billets d'Athènes, dont certains étaient vides dès le milieu de l'après-midi. La présence policière autour des agences bancaires avait été renforcée dès vendredi soir après l'allocution télévisée du premier ministre.
« Blocage total »
La quasi-totalité des agences bancaires sont fermées le week-end et aucun signe de véritable panique n'était perceptible samedi dans les rues d'Athènes. Des sources gouvernementales ont dit qu'aucun projet de mise en place de mesures de contrôle des capitaux, qui limiteraient les retraits d'espèces, n'était à l'ordre du jour.
La Vouli, le parlement unicaméral grec, s'est réunie samedi pour approuver le référendum et Syriza, le parti de gauche d'Alexis Tsipras, a déjà appelé les électeurs à rejeter les propositions des créanciers.
« La bataille que nous menons ne concerne pas que nous : il en va de la dignité et de la démocratie en Europe », a déclaré son comité politique dans un communiqué.
Les dernières propositions de la zone euro prévoyaient le versement de plusieurs milliards d'euros au cours des prochains mois si la Grèce acceptait, entre autres, de réformer les retraites et de relever la TVA.
L'opposition grecque a dénoncé l'attitude intransigeante du gouvernement dans les négociations.
« Tsipras a mené le pays vers un blocage total entre un accord inacceptable et une sortie de l'euro », a résumé son prédécesseur Antonys Samaras, chef de file du parti de droite Nouvelle Démocratie, estimant que le référendum équivaudrait à dire oui ou non à l'euro.
Selon un sondage de l'institut Alco réalisé du 24 au 26 juin pour le quotidien Proto Thema, 57 % des Grecs sont favorables à la conclusion d'un accord avec les créanciers tandis que 29 % sont pour une rupture.

Un avion de Westjet détourné à la suite d'une alerte à la bombe

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 27 juin 2015 à 15h39. Modifié par 98,5 Sports à 16h31.
Un avion de Westjet détourné à la suite d'une alerte à la bombe
Westjet
SASKATOON - Un vol de Wesjet qui devait se rendre de Halifax à Edmonton a été détourné à Saskatoon samedi matin à la suite d'une alerte à la bombe.
La police de Saskatoon a déclaré dans un communiqué de presse que son unité de neutralisation des explosifs a répondu à un appel d'urgence à l'aéroport John Diefenbaker à la suite d'une alerte concernant «un prétendu engin explosif» à bord d'un avion de la compagnie Wesjet en provenance d'Halifax.

Le communiqué précise que «l'avion s'est posé en toute sécurité» et que «tous les passagers et les membres de l'équipage ont pu quitter l'avion sans encombres».

Un porte-parole de Wesjet, Robert Palmer, a affirmé que 147 passagers et six membres d'équipage étaient à bord du Boeing 737-800 qui a s'est posé d'urgence à Saskatoon autour de 9 h 30, heure locale, samedi matin.

La compagnie aérienne dit avoir distribué de la nourriture et de l'eau aux passagers alors que la police inspectait l'avion.

La police de Saskatoon mène une enquête sur l'incident.

L'Arménie suspend les hausses de tarifs d'électricité pour calmer la grogne

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le samedi 27 juin 2015 à 16h24. Modifié par 98,5 Sports à 17h16.
EREVAN, Arménie ? Le président de l'Arménie a annoncé samedi qu'il suspendait les hausses de tarifs d'électricité afin de calmer la grogne des manifestants, qui bloquent les rues de la capitales depuis six jours consécutifs.
Serzh Sargsyan a indiqué que le gouvernement assumerait les coûts de la hausse jusqu'à la conclusion d'une enquête qui sera menée sur une compagnie d'électricité russe. D'ailleurs, Moscou, qui se préoccupait des soulèvements des derniers jours, semble avoir versé une partie des montants au gouvernement arménien.

Les organisateurs des moyens de pression ont cependant encouragé les manifestants à rester dans les rues jusqu'à ce que l'augmentation soit annulée complètement.

Des milliers de contestataires envahissent l'avenue principale d'Erevan depuis lundi dernier. Ils ont été toujours plus nombreux, atteignant un sommet de 15 000 personnes à un certain moment dans la semaine. Au cours des derniers jours, les manifestations avaient un air de fête alors que les marcheurs — dont plusieurs jeunes — dansaient et entonnaient des chants nationaux.

L'Arménie est un allié de la Russie, qui conserve une base militaire dans l'ancienne république soviétique. Les entreprises russes contrôlent la majorité du pays, dont le secteur de l'énergie, qui serait rongé par la corruption selon les détracteurs du gouvernement.

L'annonce du président Sargsyan survient au lendemain d'une rencontre avec le ministre des Transports russe Maxim Sokolov, qui préside un comité russo-arménien sur l'économie. Lors de la réunion, ils se sont entendus pour lancer un audit sur la compagnie d'électricité russe — mais cela semble avoir laissé les manifestants sur leur faim.

M. Sargsyan a indiqué samedi que la hausse de 17 pour cent était nécessaire pour soutenir le réseau électrique, donc que le gouvernement paierait la différence.

Il a assuré qu'il ne le ferait pas au détriment des versements d'aide sociale — un sujet sensible dans un pays où 3 millions d'Arméniens, ou le tiers de la population, vivent sous le seuil de la pauvreté. Il pigera plutôt dans le budget dédié à la sécurité, a-t-il affirmé.

«Évidemment, il va sans dire que nos problèmes de sécurité sont loin d'être réglés. Or, aujourd'hui, je perçois ce climat de méfiance comme un problème de sécurité, un très grave problème, qui doit être réglé», a-t-il expliqué dans un communiqué.

Au terme de sa rencontre avec le ministre Sokolov, la Russie a d'ailleurs accepté d'offrir 200 millions $ US pour moderniser l'armée du pays.

Les manifestations avaient commencé lundi, alors que quelque 5000 Arméniens ont défilé près du palais présidentiel. Après un affrontement avec les policiers, ils se sont assis dans la rue pour toute la nuit. Aux petites heures du matin, les policiers avaient utilisé des canons à eau pour disperser les manifestants, qui se sont présentés encore plus nombreux la journée suivante.

Les événements ont aussi fait sensation sur les réseaux sociaux avec le mot-clic #ElectricYerevan.

Outaouais: 2 morts et 3 blessés dans une collision entre plusieurs véhicules

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 27 juin 2015 à 07h56. Modifié par Jean-François Cyr à 08h24.
MONTRÉAL ? Une collision impliquant trois véhicules a fait deux morts et trois blessés vendredi soir à Chénéville, en Outaouais.
Vers 22 h 30, un automobiliste a tenté un dépassement dans une pente ascendante de la route 315. S'aperçevant qu'une autre voiture arrivait en sens inverse, il a regagné sa voie et heurté une camionnette qui le devançait.
Celle-ci s'est retrouvée en plein milieu de la route et a frappé le véhicule qui circulait sur l'autre voie.

Les deux occupants de la camionnette, un homme de 18 ans et une femme de 19 ans, ont été tués, après avoir été éjectés de leur véhicule.

Les trois personnes qui se trouvaient dans l'autre véhicule ont subi des blessures qui ne menaçent pas leur vie.

Quand au conducteur fautif, il n'a pas été blessé, et il devra faire face à de graves accusations.

Radio-Canada et KOTV décident de ne pas inclure Joël Legendre dans le Bye bye

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/

Mise à jour le vendredi 26 juin 2015 à 10 h 30 HAE
Une scène du Bye bye 2014
Une scène du Bye bye 2014  Photo :  Robert Ferron

Près de deux semaines après la première sortie publique de Joël Legendre, Radio-Canada et Productions KOTV ont pris la décision commune de ne pas inclure l'animateur et comédien dans la distribution du prochain Bye bye.
À la lumière des réactions polarisées qu'a suscitées son passage sur le plateau de Pénélope McQuade et Jean-Luc Mongrain le 14 juin, Radio-Canada juge que la présence de Joël Legendre dans l'émission de fin d'année « constituerait une distraction ».
Marc Pichette, directeur des relations publiques à Radio-Canada, précise toutefois que la porte n'est pas fermée à un retour éventuel de Joël Legendre à l'animation d'une émission à la télévision publique, même si aucun projet n'est présentement en développement.
Le producteur du Bye byeLouis Morissette, a réagi vendredi à l'émission radiophonique Chez nous le matin, diffusée en Mauricie.
« Je suis désolé pour mon ami, a affirmé Louis Morissette. En même temps, je suis solidaire également de mon diffuseur. Je comprends la position de la société d'État, d'autant plus qu'elle est souvent dans la mire de bien des gens qui n'attendent pas grand chose pour tirer dessus, alors ils doivent faire attention. »
Le Bye bye 2014 a attiré en moyenne 2 902 000 téléspectateurs lors de sa diffusion le 31 décembre. Il s'agissait d'une légère hausse par rapport à 2013.
Le retour de Joël Legendre
L'animateur et comédien s'était montré très émotif lors de sa première entrevue avec Pénélope McQuade et Jean-Luc Mongrain depuis la controverse qui l'a forcé à interrompre ses activités professionnelles.
Il était revenu sur le moment où son histoire a été rendue publique, période sombre de sa vie durant laquelle il a pensé au suicide, et avait parlé d'une « angoisse présente jour et nuit ».
Plus d'un million de téléspectateurs avaient regardé l'émission.

L'ex-journaliste de TVA Réjean Léveillé candidat conservateur dans Saint-Hyacinthe

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le vendredi 26 juin 2015 à 19 h 06 HAE
Réjean Léveillé
Réjean Léveillé

L'ex-journaliste de TVA Réjean Léveillé sera candidat du Parti conservateur dans la circonscription de Saint-Hyacinthe.
Connu pour ses années d'expérience en journalisme, Réjean Léveillé a été chef d'antenne à TVA et à LCN. 
Il a également été journaliste puis directeur adjoint à l'information au Réseau Télémédia.
Il avait survécu à un accident d'hélicoptère en décembre 2009; l'appareil s'était écrasé près de l'autoroute Bonaventure.
La circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot est actuellement détenue par Marie-Claude Morin, députée du NPD. Lors de la dernière élection fédérale, en 2011, le Bloc québécois était arrivé au second rang, suivi du Parti conservateur du Canada, qui n'avait obtenu que 15 % des votes.
D'autres candidats conservateurs
Outre Réjean Léveillé, les conservateurs s'enorgueillissent d'autres nouveaux candidats en provenance du Québec. En voici des exemples :
Reste à savoir si les troupes de Stephen Harper sauront tirer leur épingle du jeu lors du scrutin prévu en octobre : les conservateurs ayant en effet perdu de gros noms en vue de l'élection.
Ainsi, pas plus tard que la semaine dernière, le ministre James Moore annonçait qu'il quittait la vie politique pour s'occuper de sa famille. Avant lui, Peter MackayJohn BairdChristian Paradis etShelly Glover avaient également déclaré qu'ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections.

Un des prisonniers en cavale est mort, l'autre est toujours en fuite

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 26 juin 2015 à 22h19.
Un des prisonniers en cavale est mort, l'autre est toujours en fuite
MALONE, N.Y. — L'un des deux meurtriers qui s'étaient évadés d'une prison du nord de l'État de New York il y a trois semaines a été abattu vendredi au cours d'un échange de coups de feu avec la police dans un secteur boisé situé à environ 50 kilomètres de la prison. Le second fugitif est toujours en fuite.
Le sénateur Charles Schumer, qui a été informé par la patrouille frontalière et le Service des douanes américain, a déclaré que Richard Matt avait été atteint mortellement par un agent de la patrouille frontalière américaine originaire du Vermont.

Des officiers parcourent en ce moment la zone où ils croient que David Sweat se cache, à proximité du lieu où a été tué son complice. Les routes du secteur ont été bloquées.

Selon le gouverneur de New York Andrew Cuomo, les autorités ne savent pas si les deux prisonniers étaient ensemble lors de l'intervention des policiers. En conférence de presse en soirée, M. Cuomo a confirmé que le deuxième évadé était toujours recherché par les policiers.

M. Matt aurait été repéré après qu'un résidant de Malone, ville située à environ 50 kilomètres à l'ouest de l'établissement correctionnel Clinton, eût entendu un coup de feu dans une autocaravane de camping.

Le responsable de la police de New York Joseph D'Amico a expliqué qu'ils avaient repéré M. Matt lorsqu'ils l'ont entendu tousser dans les bois. L'homme n'a pas voulu obéir aux ordres des policiers, qui ont été forcés de lui tirer dessus, a-t-il ajouté.

Richard Matt et David Sweat se sont enfuis de l'Établissement correctionnel Clinton, à Dannemora, le 6 juin. À l'aide d'outils électriques, les deux prisonniers ont découpé le mur d'acier à l'arrière de leur cellule, rampé le long d'une passerelle, défoncé un mur de briques et coupé le cadenas et la chaîne d'une plaque d'égout à l'extérieur de la prison. Ils ont aussi dû découper une ouverture pour entrer dans un tuyau de vapeur, puis une autre pour en sortir.

Deux employés de la prison, Joyce Mitchell et Gene Palmer, ont été arrêtés et accusés de les avoir aidés dans leur plan d'évasion.

Plus tôt vendredi, un haut responsable de la police de l'État de New York, le major Charles Guess, a affirmé que les recherches s'étaient concentrées au nord-est de Malone après que les autorités eurent découvert des preuves du passage des fugitifs, jeudi, dans une cabane et vendredi matin dans un champ.

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada ont patrouillé les secteurs situés entre les postes frontaliers, selon un porte-parole de l'Agence des services frontaliers du Canada, Dominique McNeely. Les autorités canadiennes surveillaient la situation de près.

Avocate à 400 000 $ pour superviser le PPP du CHUM

http://www.journaldemontreal.com/

Geneviève Lajoie
Le CHUM a dû embaucher une avocate à grands frais pour superviser la gestion en partenariat public-privé (PPP) du nouvel établissement, a appris notre Bureau parlementaire.
Me Claudie Imbleau-Chagnon touchera 391 500 $ sur deux ans pour soutenir juridiquement le centre hospitalier universitaire, qui ne possède pas l’expertise à l’interne.
La juriste est une spécialiste des PPP. Le CHUM est allé la chercher directement à la Société québécoise d’infrastructure (SQI), qui englobe l’ancienne Agence des PPP. Me Imbleau-Chagnon était même affectée au projet du nouveau CHUM au sein de l’organisme dans les dernières années.
«La date de cessation d’emploi à la SQI est le 29 mai 2015. Le contrat avec le CHUM est entré en vigueur le 1er juin 2015», précise la porte-parole de l’établissement, Isabelle Lavigne.
Outre la gestion contractuelle du nouveau CHUM, l’avocate doit également superviser les contrats d’entretien des bâtiments de son centre de recherche (CRCHUM), livré il y a plus d’un an et demi. C’est le lot des constructions en PPP.
«Les deux ententes de partenariat (la construction du nouveau CHUM et la construction du CRCHUM) sont très complexes, sont volumineuses, on parle de plus de 1000 pages de contrats. C’était donc important, comme dans tout grand projet d’infrastructure, d’avoir accès à de l’expertise juridique pointue, requise pour veiller au suivi des ententes», soutient Mme Lavigne.
« Besoin ponctuel »
Elle assure qu’il s’agit d’un «besoin ponctuel». «La direction des services techniques du CHUM doit s’approprier le contrat en PPP comme tel pour l’exploitation et c’est pour cette période de transition qu’on est allé chercher l’expertise pointue de Me Imbleau-Chagnon», insiste Mme Lavigne.
Il y aurait tout de même des besoins juridiques si la construction du nouveau CHUM s’opérait en mode conventionnel, ajoute-t-elle. Mme Lavigne reconnaît néanmoins qu’il y a un manque d’expertise à l’interne en matière de PPP.
CUSM
Le CHUM n’est pas le seul à se tourner vers le privé pour de l’expertise en matière de PPP. Le CUSM a aussi dû embaucher un avocat supplémentaire pour le conseiller. Rappelons que le site Glen du CUSM est lui aussi conçu, construit, financé et entretenu par le biais d’un PPP.
Les opposants de ce type de gestion mi-privée, mi-publique sont nombreux. L’automne dernier, une étude de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) a statué que le gouvernement pourrait économiser jusqu’à 4 milliards $ en rachetant les contrats du CHUM et du CUSM, qui sont actuellement en PPP.

Québec: la Charte des droits et libertés de la personne a 40 ans en ce 27 juin

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 27 juin 2015 à 05h55.
MONTRÉAL — Il y a 40 ans, le 27 juin 1975, l'Assemblée nationale du Québec adoptait à l'unanimité la Charte des droits et libertés de la personne, une loi fondamentale qui a profondément transformé le Québec, selon le président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, Jacques Frémont.
M. Frémont estime que la Charte a projeté le Québec dans sa modernité, contribuant au développement d'une société plus ouverte, 15 ans après la Révolution tranquille.

Il ajoute toutefois que, si cet anniversaire permet de mesurer les progrès réalisés en 40 ans, il nous met également devant le constat qu'il reste encore beaucoup à faire pour assurer le respect des droits et libertés de tous.

Le président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse affirme que la Charte a assurément contribué à façonner le contrat social au Québec. Il souligne notamment les progrès réalisés par les femmes en milieu de travail, et sur l'élimination de la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle.

Mais selon Jacques Frémont, la société québécoise n'a pas encore réglé certains dossiers comme le profilage racial, ou l'égalité complète entre les hommes et les femmes.