Décès de l'ancienne députée de Hull Jocelyne Ouellette

http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/

Mise à jour le vendredi 21 août 2015 à 18 h 50 HAE

L'ancienne députée péquiste de Hull, Jocelyne Ouellette, est morte, hier, à l'âge de 71 ans à la suite d'un combat contre le cancer.
Née à Hull, le 6 avril 1944, Jocelyne Ouellette obtint un baccalauréat en administration publique en 1974.
Élue députée du Parti québécois dans Hull en 1976, Mme Ouellette est la première femme élue de l'Outaouais et elle fait partie des premières femmes à avoir fait leur entrée à l'Assemblée nationale du Québec.
« Elle fut une grande dame et une source d'inspiration pour toute une génération. Par ses accomplissements, réalisations multiples, et surtout par sa contribution à la vie politique québécoise et son engagement indéfectible, elle a laissé sa marque en faisant rayonner le Québec. »— Yves Villeneuve, frère de Jocelyne Ouellette

Elle a occupé le poste de ministre des Travaux publics et de l'Approvisionnement dans le cabinet de René Lévesque. Elle était aussi ministre responsable de l'Outaouais. Jocelyne Ouellette fut défaite dans Hull en 1981.
« Son engagement est sans faille, authentique. Jocelyne a su œuvrer dans la discrétion, la générosité et l'intégrité, sans jamais rien attendre en retour. »— Laurette Laurin, amie de longue date de Jocelyne Ouellette

Par la suite, sa carrière l'amena à occuper des fonctions au niveau fédéral, notamment au Bureau du Québec à Ottawa qu'elle dirigea (1982 à 1984), mais aussi à la Société immobilière du Canada (1988 à 1991) et à l'Agence spatiale canadienne (à compter de 1992).
Mme Ouellette était par ailleurs membre de la Commission municipale du Québec depuis 1998.
« J'adresse mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Mme Ouellette, en mon nom et en celui de mes collègues députés du Parti Québécois. Son rôle au sein de notre grand parti fut déterminant; en plus de participer à sa fondation, elle a travaillé très fort pour en faire connaître le programme aux femmes et aux hommes de la région de l'Outaouais. »— Pierre Karl Péladeau, chef de l'opposition officielle

Une cérémonie à sa mémoire sera organisée à la Maison du citoyen de Gatineau, le 30 août prochain, à compter de 13 h.
« Par son dévouement, Mme Ouellette a contribué à faire rayonner l'Outaouais et le Québec et restera toujours un modèle pour celles et ceux qui choisissent le service public. Son héritage est considérable et nous nous assurerons qu'il ne soit pas oublié. »— Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Le décès de Jocelyne Ouellette intervient un mois, jour pour jour, après celui du seul autre député péquiste de l'Outaouais, Jean Alfred. Ce dernier est décédé le 20 juillet.

Des scouts n'ont pas apprécié d'être aux côtés de Harper lors d'un évènement électoral

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

 Mise à jour le vendredi 21 août 2015 à 23 h 38 HAE  La Presse Canadienne
Des scouts n'étaient visiblement pas heureux de faire partie d'une conférence de presse.
Des scouts n'étaient visiblement pas heureux de faire partie d'une conférence de presse.  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

Les responsables de Scouts Canada n'ont pas apprécié de voir certains de leurs jeunes membres en uniforme aux côtés du chef conservateur Stephen Harper durant un événement de campagne électorale, vendredi.
Les conservateurs ont bénéficié de la présence d'enfants en uniforme scout dans le cadre d'un événement de campagne en Colombie-Britannique. De passage dans la circonscription de North Island-Powell River, Stephen Harper a promis un partenariat élargi avec la fondation Pacific Salmon et 15 millions de dollars pour restaurer et protéger les estuaires de la Colombie-Britannique.
Un porte-parole de Scouts Canada a affirmé que cela était contraire à la pratique de l'organisation s'opposant à l'implication dans une activité politique de quiconque portant un uniforme scout.
John Petitti a indiqué que l'organisation tentait de déterminer les circonstances exactes, car les scouts n'avaient pas obtenu l'autorisation de prendre part à l'événement de campagne.
M. Petitti a affirmé que la pratique de non-implication politique était généralement relayée par les leaders scouts à travers le pays.
Un porte-parole de la campagne conservatrice a soutenu que la participation de quiconque se trouvait sur les lieux avait été la bienvenue.

Les deux Corées se rencontrent samedi pour apaiser les tensions

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le samedi 22 août 2015 à 3 h 25 HAE
Des soldats sud-coréens à la frontière avec la Corée du Nord
Des soldats sud-coréens à la frontière avec la Corée du Nord  Photo :  Kim Hong-Ji / Reuters

Des conseillers du leader nord-coréen Kim Jong-un et du gouvernement sud-coréen doivent se rencontrer samedi à 9h00 (GMT) dans le village frontalier de Panmunjon pour tenter d'apaiser les tensions apparues entre les deux pays au cours des derniers jours.
Cette rencontre intervient après une nouvelle escalade verbale entre Nord-Coréens et Sud-Coréens, le gouvernement de Pyongyang ayant annoncé vendredi que ses forces armées avaient été placées en « état de guerre ».
Le conseiller de la présidente sud-coréenne Park Guen-hye pour les questions de sécurité nationale et son ministre de l'Unification vont rencontrer Hwang Pyong So, conseiller militaire de Kim Jong-un, et un haut responsable en charge des affaires inter-coréennes.
« Le Sud et le Nord ont convenu d'avoir des contacts en lien avec la situation actuelle des relations Sud-Nord à Panmunjon », a annoncé le conseiller adjoint à la sécurité nationale sud-coréen dans une déclaration à la télévision.
Pyongyang a adressé une proposition de rencontre vendredi et Séoul y a répondu samedi par une contre-proposition demandant la présence de Hwang Pyong So, a-t-il ajouté.
À l'origine du contentieux, la Corée du Nord reproche à sa rivale du Sud de diffuser de la propagande anti-nord-coréenne à l'aide de haut-parleurs situés dans la partie méridionale de la zone démilitarisée (DMZ) séparant les deux États.
Séoul explique que cette initiative de dialogue intervient en représailles aux blessures de deux soldats sud-coréens par des mines antipersonnel qui auraient été placées dans cette zone par les Nord-Coréens. Ces derniers démentent ces accusations.
« La situation dans la péninsule coréenne est désormais proche d'une guerre en raison des provocations imprudentes faites par les faucons de la guerre de l'armée sud-coréenne », estimait l'agence de presse nord-coréenne KCNA.
L'armée du Nord a effectué plusieurs tirs en direction des haut-parleurs pour les détruire jeudi et le Sud a répliqué par une trentaine de tirs d'artillerie. Aucune victime n'a été à déplorer.
Pyongyang a adressé un ultimatum de 48 heures à Séoul demandant l'arrêt des émissions de propagande d'ici samedi sous peine de nouvelles actions militaires.
Les deux Corées sont toujours théoriquement en état de guerre depuis le conflit de 1950-53, qui s'est terminé par un armistice et une trêve conclus à Panmunjon, et non par un traité de paix.

L’ex-ministre péquiste Jocelyne Ouellette s’est éteinte

http://www.ledevoir.com/politique/

22 août 2015 |Sarah R. Champagne | Québec

Jocelyne Ouellette a été l’une des deux seules femmes à siéger au conseil des ministres à la suite des élections de 1976.
Photo: Archives Le DevoirJocelyne Ouellette a été l’une des deux seules femmes à siéger au conseil des ministres à la suite des élections de 1976.

L'ancienne ministre péquiste Jocelyne Ouellette est décédée jeudi, « à la suite d'un courageux combat contre le cancer », à l'âge de 71 ans. C'est son frère, Yves Villeneuve, et son amie de longue date, Laurette Laurin, qui en ont fait l'annonce...

Le numéro 2 de l'État islamique tué dans une frappe américaine en Irak

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le vendredi 21 août 2015 à 18h45. Modifié par Jacques Thériault à 23h00.
Le numéro 2 de l'État islamique tué dans une frappe américaine en Irak
dailysabah.com
OAK BLUFFS, Mass. - Le numéro 2 du groupe terroriste État islamique (ÉI) a été tué mardi par une frappe militaire américaine en Irak, a annoncé vendredi la Maison-Blanche.
Un porte-parole du conseil de sécurité de la Maison-Blanche, Ned Price, a affirmé que Fadhil Ahmad al-Hayali se trouvait dans un véhicule près de Mossoul, dans le nord de l'Irak, lorsqu'il a été tué.

En tant qu'adjoint au chef Abou Bakr al-Baghdadi, M. Al-Hayali était le principal coordonnateur pour les déplacements de grandes quantités d'armes, d'explosifs, de véhicules et de personnes entre l'Irak et la Syrie. Le groupe contrôle de grands territoires dans les deux pays.

M. Al-Hayali supervisait l'ÉI en Irak, où il a dirigé les opérations durant les deux dernières années. Il a notamment supervisé l'offensive sur Mossoul en juin 2014. Il était membre d'Al-Qaïda en Irak, le groupe prédécesseur de l'ÉI.

Un responsable des communications avec les médias, Abou Abdullah, a également été tué dans l'opération de mardi.

D'après Ned Price, la mort de l'adjoint du chef est un dur coup pour l'organisation terroriste, car son influence se faisait sentir sur les finances, les médias, les opérations et la logistique du groupe. Son décès risque toutefois peu de modifier les opérations de l'ÉI ou d'affaiblir le groupe, qui renforcera probablement la sécurité autour du chef Al-Baghdadi, qui, selon les responsables du renseignement irakien, n'a pas été aperçu en public depuis qu'il a été blessé en Irak.

Il communique avec les autres leaders du groupe par courrier livré en mains propres, délaissant les téléphones ou courriels, plus faciles à retracer.

Un responsable irakien a affirmé que M. Al-Hayali se déplaçait dans un véhicule utilitaire sport blanc avec Abou Abdullah et deux gardes du corps lorsqu'ils ont été atteints par la frappe américaine, vers 8 h 30 mardi matin. Les gardes ont également été tués.

Attaque dans un TGV: le suspect serait de la mouvance islamiste radicale

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/l

Publié par Associated Press le samedi 22 août 2015 à 07h26. Modifié par Léandre Drolet à 08h01.
Attaque dans un TGV: le suspect serait de la mouvance islamiste radicale
PARIS - Si son identité est confirmée, l'homme armé qui a blessé trois personnes vendredi soir dans un train à grande vitesse faisant le trajet Amsterdam-Paris, serait d'origine marocaine et appartiendrait à la mouvance islamiste radicale.
Le ministre français de l`Intérieur, Bernard Cazeneuve.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
C'est ce qu'a déclaré samedi, en conférence de presse, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Le ministre a précisé que le suspect, âgé de 26 ans, est en garde à vue et sera interrogé afin d'établir la traçabilité de son parcours et de ses déplacements.

M. Cazeneuve a indiqué que l'individu, dont le nom serait Sliman Hamzi, a vécu en Espagne en 2014 et en Belgique en 2015.

Les autorités espagnoles avaient d'ailleurs prévenu la France que cet homme faisait partie de la mouvance islamiste radicale. Il était fiché en France.

Le ministre a révélé que l'individu a été arrêté en possession notamment d'un fusil d'assaut Kalachnikov et de neuf chargeurs garnis.

Sur le déroulement des faits, Bernard Cazeneuve a indiqué que c'est un voyageur français à bord du train qui s'est trouvé le premier face à l'individu qui portait son fusil d'assaut en bandouilière. Il a tenté de le maitriser avant que l'homme ne tire plusieurs coups de feu.

Deux passagers américains, des militaires en civil, sont alors intervenus et sont parvenus à l'immobiliser au sol et à écarter son armement.

L'un des deux Américains a été blessé par un coup de couteau, et deux passagers ont été atteints par balle. Leur vie n'est pas en danger.

Le train a été arrêté à Arras, à environ 185 kilomètres au nord de Paris, et le suspect a été appréhendé.

Le président François Hollande a communiqué avec les trois hommes qui ont maitrisé l'individu pour leur exprimer la reconnaissance de la France.