Couillard ignore si Sam Hamad terminera son mandat

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 26 janvier 2017 à 18h20 | Mis à jour à 18h20
Sam Hamad a quitté ses fonctions ministérielles au printemps... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne)
Sam Hamad a quitté ses fonctions ministérielles au printemps dernier après une controverse suscitée par sa proximité avec l'ex-organisateur libéral Marc-Yvan Côté.
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
ALEXANDRE ROBILLARD
La Presse Canadienne
QUÉBEC
Le premier ministre Philippe Couillard ignore si Sam Hamad, l'ex-président du Conseil du trésor, terminera son mandat.
M. Couillard a déclaré jeudi qu'il avait rencontré le député de Louis-Hébert, en matinée, sans toutefois préciser le sujet de leur entretien.
Le premier ministre était accompagné de trois de ses élus de la région de Québec, jeudi après-midi, à l'occasion d'une visite dans un organisme de développement économique.
M. Couillard n'a pas voulu dire pourquoi M. Hamad, dont la circonscription est à Québec, n'était pas présent.
«Je l'ai vu ce matin, a-t-il dit en refusant d'élaborer. (...) Je suis plutôt très, très content d'avoir l'équipe de Québec à côté de moi.»
M. Hamad a quitté ses fonctions ministérielles au printemps dernier après une controverse suscitée par sa proximité avec l'ex-organisateur libéral Marc-Yvan Côté.
La perspective de son retour au conseil des ministres s'est éloignée davantage avec la récente décision de M. Couillard d'attendre encore avant de faire des changements à son équipe.
Lors d'un point de presse au terme de sa visite d'un atelier de développement d'entreprises technologiques, M. Couillard a été incapable d'assurer que son député complétera son mandat, jusqu'à l'élection de 2018.
«Je réponds en vous disant que je ne connais pas la réponse à la question», a-t-il dit.
M. Couillard a dirigé les journalistes vers M. Hamad pour savoir s'il demeurera en poste.
«Vous lui demanderez, je le souhaite», a-t-il dit.
Les critiques formulées contre son successeur au poste de ministre responsable de la région de Québec, François Blais, ont contribué à alimenter les rumeurs d'un retour de M. Hamad dans des fonctions ministérielles, où il a longtemps porté ce dossier.
Le maire de Québec, Régis Labeaume, a également fait monter les attentes lorsqu'il a déclaré, en juin, qu'il souhaitait le retour de M. Hamad au poste de responsable régional du gouvernement Couillard.
Quelques jours plus tard, le commissaire à l'éthique Jacques Saint-Laurent a constaté dans un rapport que M. Hamad n'avait pas ménagé les efforts pour aider une entreprise dont M. Côté, accusé de fraude et d'abus de confiance, était l'un des dirigeants.
Sans le blâmer, M. Saint-Laurent a cependant déclaré que son incapacité à justifier une majoration d'une subvention de l'ordre de 1 million $ constituait «un manquement aux valeurs de droiture, de convenance, de sagesse et de justice de l'Assemblée nationale».
Jeudi, M. Couillard n'a pas précisé la teneur des échanges qu'il a eus avec M. Hamad, élu pour la première fois en 2003.
«Je rencontre tous mes députés de façon régulière et ce sont des discussions confidentielles et cordiales», a-t-il dit.