samedi, mai 09, 2015

PIERRE KARL PÉLADEAU Faire le projet de pays

http://www.ledevoir.com/politique/

9 mai 2015 |Marco Bélair-Cirino | Québec
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

Le député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, a appris à la dure le b.a.-ba de l'homme politique québécois. L'ex-p.-d.g. de Québecor, résolument indépendantiste, ne laisse aucun membre du PQ indifférent. Il est admiré par certains. Il est abhorré...
Lire la suite...
http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439614/faire-le-projet-de-pays?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+fluxdudevoir+%28Le+fil+de+presse+du+Devoir%29#xtor=&utm_source=ExtensionFactory.com&utm_medium=extension&utm_campaign=extension&utm_content=popup


Indépendance. Créer un Institut québécois de recherche appliquée sur l’indépendance.Éducation. Entreprendre un chantier sur la gratuité scolaire à l’université et sur le financement de la recherche dans les établissements d’enseignement supérieur.Santé et services sociaux. Faire de la prévention en santé une priorité nationale. Établir des trajectoires de soins adaptés aux besoins des patients. Culture. Soutenir l’éducation à la culture et favoriser le rayonnement de la culture québécoise.Promotion de la langue. Consolider le statut du français comme langue officielle et commune. Environnement. Positionner le Québec comme chef de file mondial en transport électrique. Élaborer une loi zéro émission. Finances. Accélérer la lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux.Économie. Promouvoir le concept de « préférence québécoise ». Régions. Mettre en place un instrument de soutien économique « Développement Québec ». Immigration.Préparer une politique d’accompagnement et de soutien économique, social, linguistique et culturel des néo-Québécois.

FORCE : grande notoriété

FAIBLESSE : imprévisible

15 députés, 263 903 $ en dons, 19 000abonnés Twitter, 41 000 amis Facebook

Marée humaine dans les rues de Québec

http://www.journaldequebec.com/

Marée humaine dans les rues de Québec
PHOTO JOURNAL DE QUÉBEC, JEAN-FRANÇOIS RACINE

Jean-François Racine

Plusieurs milliers de sportifs ont envahi les rues de Québec vendredi soir à l'occasion de la Course de nuit du Grand défi Pierre Lavoie.

L'athlète bien connu a une fois de plus repoussé les limites avec une organisation impeccable et un parcours grandiose. Guillaume Lemay-Thivierge accompagnait le grand manitou de l'événement. Quelques personnalités ont également enfilé leurs espadrilles.

Sur le coup de 22 h, les coureurs et les marcheurs ont pris le départ de cette épreuve de cinq kilomètres non chronométrée.

Juste pour le plaisir de l'activité physique, les participants de tous âges ont franchi la fontaine de Tourny pour se rendre derrière les plaines d'Abraham et revenir par la Grande Allée pour conclure devant l'Assemblée nationale. De bruyants feux d'artifice ont coloré le ciel.
Marée humaine dans les rues de Québec
PHOTO JOURNAL DE QUÉBEC, JEAN-FRANÇOIS RACINE
«C'est un endroit magique», a lancé Pierre Lavoie.

Partout le long du circuit, des musiciens, cracheurs de feu, acrobates et structures gonflables ont mis la touche finale à une fête réussie. Un spectacle devrait clore cette course populaire tenue sous un ciel parfait.

La Course de nuit avait eu lieu l'an dernier à Trois-Rivières avec une foule un peu moins dense.

Samedi et dimanche, des étudiants du secondaire, du cégep et de l'université vont courir à relais de Québec à Montréal.
Le Grand défi Pierre Lavoie a pour objectif d'inciter les gens à modifier leurs habitudes de vie.

Dans une entente qualifiée «d'historique», Pierre Lavoie a annoncé récemment que les 8000 médecins omnipraticiens du Québec pourront prescrire davantage d'activité physique.

«C'est rassurant pour le futur du Québec», a-t-il mentionné.

Grand rassemblement pour PKP à Montréal

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 09 mai 2015 à 06h12. Modifié par Léandre Drolet à 08h14.
Grand rassemblement pour PKP à Montréal
Pierre Karl Péladeau
MONTRÉAL - Un dernier grand rassemblement en faveur du candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, aura lieu samedi après-midi, à Montréal.
Des centaines de sympathisants se réuniront au Théâtre Le National pour participer à l'événement qualifié de «festif» par ses organisateurs.

Plusieurs artistes seront en effet présents et offriront des prestations, dont les chanteurs Paul Piché, Marjo et Richard Petit, la comédienne Danièle Lorain et l'historien Marcel Tessier.

L'ancien premier ministre péquiste Bernard Landry doit également assister au rassemblement.

Pierre Karl Péladeau a dominé les sondages qui ont été publiés depuis le début de la course à la succession de Pauline Marois. Il fait face à trois autres candidats, Martine Ouellet, Alexandre Cloutier et Pierre Céré.

L'un des premiers députés à lui accorder son soutien, Pascal Bérubé, a expliqué que l'équipe de Pierre Karl Péladeau ne tient rien pour acquis.
Il a souligné que d'ici le début du vote, le 13 mai, il faudra «convaincre le plus d'indécis possibles» de se joindre à M. Péladeau afin de lui permettre d'obtenir un mandat fort.

M. Bérubé a estimé que les débats entre les candidats ont non seulement consolidé les appuis à Pierre Karl Péladeau mais qu'ils ont fait progresser sa popularité auprès des membres.

Pascal Bérubé a rappellé que M. Péladeau est «tout nouveau» en politique, et qu'il a réussi en très peu de temps à se positionner comme un «rassembleur» au sein du Parti québécois.

Le dossier du retour des Nordiques «avance», selon Mulroney

http://www.journaldequebec.com/

M. Mulroney affirme avoir rencontré Gary Bettman récemment

Brian Mulroney
SÉBASTIEN ST-JEAN / AGENCE QMI

Taïeb Moalla
Le président du conseil d’administration de Québecor, Brian Mulroney, a assuré «s’occuper activement» de l’éventuel retour à Québec de la Ligue nationale de hockey (LNH). Selon lui, le dossier des Nordiques «avance».
C’est du moins ce que l’ancien premier ministre du Canada a déclaré vendredi midi sur les ondes du 93.3 FM. «C’est une de mes responsabilités de voir à l’évolution de ce dossier-là. On s’en occupe activement. On n’en parle pas parce que ce n’est pas une façon de négocier avec la Ligue nationale de hockey. Ils ont un excellent commissaire, Gary Bettman, mais il y a 30 propriétaires également qui font partie du conseil. Il faut composer avec ces réalités-là», a-t-il lâché par téléphone.
Selon lui, «on fait avancer le dossier tranquillement pas vite. Mais je préfère ne pas le commenter pour des raisons évidentes». M. Mulroney a soutenu avoir «vu M. Bettman l’autre soir à Montréal. On va prendre d’autres initiatives dans les prochaines semaines et les prochains mois».
Réaction du maire
Visiblement satisfait, le maire de Québec a prononcé, en début de soirée, un éloge appuyé à M. Mulroney. «J’ai toujours dit que la pièce maîtresse dans tout ça, c’est Brian Mulroney, a-t-il insisté. C’est encore la personne qui, à mon sens, est capable de tout régler. C’est l’élément le plus important dans ce dossier-là».
Selon M. Labeaume, «M. Bettman aime beaucoup Brian Mulroney et a beaucoup de respect et d’admiration pour lui [...] Moi, je prends la parole de M. Mulroney et j’y crois énormément. J’ai très confiance en lui».
Ligue américaine avant la LNH ?
D’autre part, Jared Clinton, blogueur à The Hockey News, a soutenu vendredi que la ville de Québec n’entrera fort probablement pas dans le cercle fermé de la LNH à l’ouverture du Centre Vidéotron, en septembre. D’après lui, même si Québec va se doter d’un amphithéâtre à la fine pointe de la technologie, la ville devra d’abord faire ses preuves en accueillant une équipe de la Ligue américaine de hockey (LAH).
Appelé à commenter, le maire a eu ces propos sarcastiques. «Il (le blogueur) n’avait rien à dire aujourd’hui. Ça n’a aucun sens. Oubliez ça. On a les Remparts et on vise la Ligue nationale. Entre les deux, pas beaucoup d’intérêt».
Dans un autre registre, le maire Labeaume a promis que la loge que la Ville détient au Centre Vidéotron servira surtout à permettre à des personnes avec peu de moyens d’assister à des parties et à des spectacles. «Pensez-vous vraiment qu’on (les élus et les hauts fonctionnaires) va aller voir les shows aux frais de la princesse?», a-t-il lancé.

Un délateur maintient qu'il a vendu de la drogue au juge Michel Girouard

http://www.journaldequebec.com/

Un délateur maintient qu'il a vendu de la drogue au juge Michel Girouard
PHOTO LE JOURNAL DE QUÉBEC, DIDIER DEBUSSCHÈRE

Kathleen Frenette
Le délateur qui a mentionné avoir vendu pour «un kilo» de cocaïne au juge Michel Girouard à la fin des années 80 a été contre-interrogé dans le cadre de l’enquête publique visant à faire la lumière sur les allégations portées contre le magistrat de l’Abitibi.
Portant un complet veston-cravate et tentant de s’exprimer le plus clairement possible, le délateur, qui ne peut être identifié, a vu les avocats du juge Girouard tenter de miner sa crédibilité auprès des trois juges qui composent le Comité d’enquête du Conseil de la magistrature.
Sans gêne, il a avoué avoir évolué dans le milieu du crime pendant les trente dernières années et avoir toujours vendu des stupéfiants.
« Moi, la vente de drogue, ç’a toujours été mon ouvrage, mais quand je me faisais arrêter puis mettre en probation ou libérer sous caution, je n’utilisais plus d’employés... je me débarrassais de tout ça», a-t-il dit, main croisée sur le ventre.
Client régulier
Encore une fois, il a répété avoir eu le juge Girouard pour «client» entre les années 1987 et 91, et avoir échangé le travail fait à l’époque par Me Girouard pour de la cocaïne.
De plus, il a affirmé s’être rendu entre 10 et 15 fois à la résidence principale du magistrat pour lui livrer les stupéfiants.
C’est en 2010 que le délateur, qui a subi le test du polygraphe avec succès en 2012, a accepté de devenir un témoin repenti parce que, a-t-il dit, il commençait à avoir «des menaces» et devait se déplacer «avec une veste pare-balle».
Rappelons que depuis le début de l’enquête sur les allégations de transactions de stupéfiants reprochées au juge Girouard, ce dernier essaie de démontrer qu’il est plus blanc que blanc depuis sa nomination, et même avant.
Or, Le Journal a pu apprendre, en faisant une simple recherche sur les plumitifs des différents palais de justice qu’en 2012, deux ans après avoir été nommé, le juge se faisait prendre par la Sûreté du Québec sur la route 117 avec un détecteur de radar à bord de son véhicule.