jeudi, juillet 16, 2015

Les Innus bloquent l'accès à La Romaine et veulent rencontrer Philippe Couillard

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 15 juillet 2015 à 18h38. Modifié par Jacques Thériault à 22h13.
Les Innus bloquent l'accès à La Romaine et veulent rencontrer Philippe Couillard
MONTRÉAL ? Plus d'une centaine d'Innus de Nutashkuan ont érigé une barricade mercredi sur le chemin menant au chantier du complexe hydroélectrique de La Romaine, près de Havre-Saint-Pierre sur la Côte-Nord.
Le chef Rodrigue Wapistan
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
La route 138 demeure ouverte puisque la barricade ne bloque que la route d'accès au chantier.

La Sureté du Québec est également sur place, mais n'était toujours pas intervenue en fin d'après-midi.

Rejoint par La Presse Canadienne, le chef Rodrigue Wapistan a affirmé que la route demeurerait fermée jusqu'à ce que le premier ministre Philippe Couillard lui-même vienne le rencontrer à Havre-Saint-Pierre pour discuter des doléances de la communauté de Nutashkuan, qui reproche à Hydro-Québec de bafouer ses droits et de saccager l'environnement. «Il faut que M. Couillard vienne régler ici même à Havre-Saint-Pierre, sur le site avec moi. Il faut qu'on ait une bonne discussion. Je n'irai pas à Montréal ou à Québec», a-t-il dit.

La décision de bloquer l'accès au chantier a été prise par le conseil de bande, mercredi après-midi. Une barricade a déjà été installée sur la route d'accès et le passage sera ouvert aux seuls les véhicules d'urgence, a indiqué M. Wapistan.

Le leader autochtone a précisé qu'il ne tolérerait aucune arme sur la barricade et que l'alcool y était proscrit, mais il a ajouté que ses concitoyens n'avaient aucune intention de se laisser déloger. «(Mais) si le gouvernement nous envoie l'anti-émeute, on va être prêt. S'il cherche une confrontation, on sera prêt», a-t-il lancé.

Selon le chef Wapistan, Hydro-Québec a violé l'entente de partenariat Nanemessu-Nutashkuan conclue en 2008 en marge des travaux de construction du projet hydroélectrique de La Romaine.

Il reproche à la société d'État d'avoir inondé des bassins sans avertir la communauté innue comme elle devait le faire et, surtout, d'avoir laissé sur place plus de 50 pour cent de la ressource forestière, alors que le bois devait être entièrement enlevé avant l'inondation des bassins, selon les ententes. «Les secteurs 1 et 2 ont déjà été faits sans nous aviser, sans nous consulter. On a signé une entente de partenariat d'affaires avec Hydro-Québec. Elle disait qu'elle respecterait les études environnementales, mais c'est tout à fait le contraire qui se passe», a-t-il dit.

Il affirme que le fait de laisser ainsi le bois aura des conséquences graves sur l'environnement et les activités traditionnelles innues de chasse, de trappe et de pêche et sur le développement économique de la communauté, puisque cette méthode entraînera une forte augmentation du taux de mercure dans l'eau.

Le chef Wapistan, qui dit avoir l'appui de tous les chefs innus, soutient que le déboisement et le travail sur le chantier auraient dû apporter du travail et favoriser l'autonomie économique de sa communauté, mais qu'Hydro-Québec a tout simplement choisi la voie de la facilité et du moindre coût sans se soucier de la communauté autochtone.

Foule record au Festival d'été pour la visite des Rolling Stones

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le jeudi 16 juillet 2015 à 00h32. Modifié par Charles Payette à 07h19.
Foule record au Festival d'été pour la visite des Rolling Stones
Les Rolling Stones en action, mercredi soir, à Québec/PC
MONTRÉAL - Même s'ils ont conclu avec la chanson, «I can't get no satisfaction», bien des amateurs des Rolling Stones ont obtenu satisfaction sur les plaines d'Abraham, mercredi soir, à Québec.

On estime que près de 100 000 amateurs du groupe se sont déplacés, ce qui constituerait une foule record dans l'histoire du festival d'été de la Vieille Capitale.
Malgré leur âge vénérable, les membres de la mythique formation britannique ont offert une prestation électrisante bonifiée par l'utilisation d'effets pyrotechniques au grand bonheur des spectateurs qui, dans plusieurs cas, avaient fait le pied de grue pendant de longues heures afin de s'assurer d'avoir une place de choix pour ne rien manquer des mimiques et des déhanchements aguichantsdu chanteur Mick Jagger.

Fidèle à lui-même, ce dernier a dépensé son trop-plein d'énergie en arpentant allègrement la gigantesque scène qui avait été aménagée spécialement pour sa joyeuse bande.

Question de courtiser son public qui semblait pourtant conquis d'avance, cet incorrigible séducteur s'est brièvement adressé à lui dans la langue de Molière.

Cette performance des Rolling Stones s'inscrivait dans le cadre du Festival d'été de Québec.

Il s'agissait de l'ultime concert d'une tournée nord-américaine du groupe qui avait été baptisée «Zip Code».

Dans le cadre de cette série de spectacles, les légendaires musiciens ont sillonné les États-Unis, en s'arrêtant entre autres à Dallas, Los Angeles, Orlando et Pittsburgh.

Ils n'avaient prévu qu'une seule incursion à l'extérieur du pays de l'Oncle Sam.

C'est ce pourquoi des admirateurs provenant des quatre coins de la province avaient convergé vers Québec.

Près de 30 heures d'attente à l'urgence de Gatineau: la patience à ses limites

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par 104,7 fm Outaouais pour (Outaouais) 104,7 Outaouais le jeudi 16 juillet 2015 à 06h07.
Près de 30 heures d'attente à l'urgence de Gatineau: la patience à ses limites
Photo: 104,7
Attendre quelques heures à l'urgence n'est pas chose rare à Gatineau. Or, quand l'attente s'élève à près de 30 heures avant de voir un médecin, la patience à ses limites.
Stella Rathwell, une dame de 69 ans, a patienté pendant tout ce temps à l'hôpital de Gatineau à la suite d'un accident de la route sur le boulevard Maloney jeudi dernier selon ce que rapporte le qutodien LeDroit.
Malgré des douleurs au côté gauche, son cas a été jugé «non urgent» au terme de son passage au triage.
Mme. Rathwell a passé la nuit au centre hospitalier sur une chaise inconfortable, alors qu'un seul médecin était disponible.
La sexagénaire soutient avoir vécu un véritable cauchemar et regrette de ne pas avoir suivi son plan initial, soit celui d'aller se faire traiter en Ontario, à l'hôpital Montfort.