mercredi, juin 24, 2015

Accident inusité Une roue d'avion tombe du ciel à Montréal

http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/

Première publication 24 juin 2015 à 16h22
Une roue d'avion tombe du ciel à Montréal
Crédit photo : archives, agence QMI

Agence QMI
Une roue provenant d'un train d'atterrissage d'un jet privé esttombée du ciel sur l'arrondissement Saint-Laurent, à Montréal, dans la nuit de mardi à mercredi, selon le Bureau de la sécurité des transports (BST).
L'incident s'est produit peu avant l'atterrissage de l'avion, qui s'est réalisé sans problème à l'aéroport Pierre-Elliot Trudeau, vers 2h du matin. La roue, qui n'est pas plus grosse que la roue d'une voiture compacte, n'a fait aucun blessé en tombant, selon le BST.
L'avion concerné est un Falcon 10 appartenant à la compagnie Club Jet qui propose des services de transport en jet privé aux particuliers. Il s'agit d'une entreprise basée à Minneapolis, dans l'État du Minnesota, aux États-Unis.
La roue a été récupérée par le Service de police de Montréalmercredi matin, et le BST devait inspecter l'avion jeudi.
«Nous n'avons aucun commentaire. Nous sommes toujours en train d'étudier le rapport», a affirmé un employé de la compagnie Club Jet, joint au téléphone par l'Agence QMI.
Ni le BST ni la police de Montréal n'ont toutefois voulu indiquer où la roue était tombée exactement.

Boko Haram pille deux villages nigérians et massacre 42 personnes

http://www.lapresse.ca/international/afrique/

Publié le 24 juin 2015 à 08h27 | Mis à jour à 08h27
Deux attentats-suicides qui ont fait une trentaine de... (PHOTO AFP)
PHOTO AFP

Deux attentats-suicides qui ont fait une trentaine de morts au total ont été commis cette semaine par des jeunes filles, dont l'une avait à peine 12 ans, dans une gare routière (photo) et dans un marché du nord-est du Nigeria.

Agence France-Presse
Plus de 40 personnes ont été tuées en début de semaine par des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram au cours de deux attaques dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.
«Nous avons reçu des informations sur des attaques menées par des hommes armés suspectés d'appartenir à Boko Haram dans deux villages, faisant 42 morts» lundi et mardi, a déclaré à l'AFP un policier de la localité de Biu, dans l'État de Borno.
Ces informations ont mis plusieurs jours à sortir, les villages de Debiro Biu et Debiro Hawul étant très reculés.
Selon Umaru Markus, un témoin qui a pu s'enfuir, quelque 30 islamistes ont attaqué ces villages à bord de pick-up et de motos.
M. Markus se trouvait à Debiro Hawul au moment de l'assaut dans la nuit de lundi à mardi.
«Ils sont arrivés vers minuit et demi (23H30 GMT) et ils ont ouvert le feu sur le village, poussant les gens à fuir dans la brousse», a-t-il expliqué à l'AFP par téléphone depuis Biu, où il a trouvé refuge.
«Les hommes armés ont massacré 22 personnes qui n'ont pas été assez rapides pour fuir, puis ils ont pillé les maisons, les greniers à céréales, les pharmacies», a-t-il poursuivi.
Avant l'attaque de Debiro Hawul, les assaillants s'étaient rendus à Debiro Biu lundi à la mi-journée. «Ils y ont tué 20 personnes, pillé des dépôts de nourriture et brûlé des maisons», a ajouté M. Markus.
Attantats-suicides par des fillettes
Deux attentats-suicides qui ont fait une trentaine de morts au total ont été commis cette semaine par des jeunes filles, dont l'une avait à peine 12 ans, dans une gare routière et dans un marché du nord-est du Nigeria.
Les États de Borno et Yobe, où se sont déroulées ces récentes violences, font partie des régions les plus durement touchées par l'insurrection de Boko Haram, qui, avec la répression des forces de sécurité, ont fait plus de 15 000 morts depuis 2009.
Une opération armée lancée en février avec l'aide des pays voisins, le Tchad en tête, a permis au Nigeria de reprendre possession de la quasi-totalité des localités du nord-est contrôlées par le groupe islamiste. Mais les attentats n'ont pas cessé pour autant.
Le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin ont décidé en juin de mettre sur pied une nouvelle Force multinationale conjointe (MNJTF), forte de 8.700 hommes, qui doit être déployée à partir du 30 juillet pour lutter plus efficacement contre les islamistes. Elle sera basée à N'Djamena et dirigée par un Nigérian, avec un adjoint camerounais pour une mission initiale de 12 mois.
Au total, selon un décompte AFP, au moins 250 personnes ont été tuées dans des violences islamistes depuis le 29 mai, date de l'investiture du président nigérian Muhammadu Buhari, qui a fait de la lutte contre Boko Haram une de ses priorités.

WikiLeaks: les présidents français Chirac Sarkozy et Hollande sur écoute des USA

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le mercredi 24 juin 2015 à 05h07. Modifié par Léandre Drolet à 08h16.
WikiLeaks: les présidents français Chirac Sarkozy et Hollande sur écoute des USA
PARIS - L'ambassadrice des États-Unis en France, Jane Hartley, vient d'être sommée de se présenter mercredi au ministère français des Affaires étrangères à propos des allégations d'espionnage de trois présidents français par l'Agence nationale de sécurité des États-Unis (NSA).
Plus tôt, le président François Hollande avait convoqué une réunion d'urgence des responsables de la sécurité de la France à propos des documents obtenus par WikiLeaks qui révèlent qu'il a été espionné par les États-Unis à l'instar de ses prédécesseurs Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy et certains de leurs collaborateurs, au moins de 2006 à mai 2012.

Les allégations ont été qualifiées de bris inacceptable de la sécurité par l'entourage présidentiel français.

Parmi les sujets des conversations présidentielles espionnées figurent l'économie défaillante de la Grèce, les relations de la France avec l'Allemagne et, ironiquement, l'espionnage fait par les États-Unis de ses alliés.

L'authenticité des documents transmis par WikiLeaks à ces sujets n'a pas encore été confirmée mais des cas précédents ont démontré qu'il s'agit habituellement de documents issus de services de sécurité ou de sources diplomatiques officiels.
Kristinn Hrafnsson, porte-parole de WikiLeaks, a fait part à l'agence Associated Press de sa confiance en la crédibilité de ces documents.

La publication des documents n'a pas révélé d'étonnants secrets ou de renseignements d'État mais a suscité de vives réactions dans la classe politique française. La France fait partie des principaux alliés des États-Unis qui font usage des services de renseignement américains pour prévenir des actes terroristes.

L'entourage de l'ex-président Chirac n'a pas encore commenté les allégations d'espionnage.
Une source proche de Nicolas Sarkozy a pour sa part affirmé à l'Associated Pressque l'ancien chef de l'État considérait inacceptable l'espionnage fait par un pays allié.

En octobre 2013, la chancelière de l'Allemagne, Angela Merkel, avait elle aussi appris que l'Agence nationale de sécurité américaine avait ciblé son téléphone portable, ce qui avait suscité son indignation.

Statut politique du Québec: Mulcair ramène la Déclaration de Sherbrooke

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 23 juin 2015 à 21h59.
Statut politique du Québec: Mulcair ramène la Déclaration de Sherbrooke
QUÉBEC — La souveraineté du Québec nuirait à la classe moyenne, selon le chef du NPD Thomas Mulcair, qui semble vouloir brandir la carte nationaliste pour mieux séduire les électeurs québécois, à l'approche du scrutin fédéral de l'automne.
Écoutez le reportage :
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Mardi, le chef du Nouveau Parti démocratique a ramené à l'avant-scène la controversée Déclaration de Sherbrooke, adoptée par le parti en 2005, qui définissait le statut particulier réservé au Québec dans un gouvernement fédéral néo-démocrate.

Par cette déclaration, le parti endossait notamment le principe voulant qu'Ottawa reconnaisse un référendum gagnant au Québec avec une majorité simple (50 pour cent plus un vote) en faveur de la souveraineté.

Cette position vient à l'encontre de la Loi sur la clarté référendaire adoptée en 2000 par le gouvernement de Jean Chrétien, en réaction à l'avis de la Cour suprême paru en 1998 et prônant l'exigence d'une «majorité claire», sans toutefois la définir.

En point de presse, en marge d'une visite dans une microbrasserie de Québec, le chef de l'opposition officielle à la Chambre des communes a dit que la Déclaration de Sherbrooke demeurait, une décennie plus tard, la position défendue par son parti quant aux relations Ottawa-Québec.

La Déclaration de Sherbrooke prévoit notamment qu'un gouvernement dirigé par le NPD reconnaîtrait le droit à l'autodétermination du Québec et favoriserait un modèle de fédéralisme asymétrique.

Le Québec pourrait donc, par exemple, se prévaloir d'un droit de retrait sans conditions, avec pleine compensation financière, des programmes fédéraux relevant de sa compétence.

«Ça c'est clair», a soutenu M. Mulcair, rappelant que «cette offre politique demeure au coeur de notre approche auprès des Québécois».

Il a ajouté qu'un gouvernement dirigé par lui ménagerait «une vraie place respectueuse et respectée pour le Québec au sein du Canada».

Si d'aventure le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau prenait le pouvoir au cours des prochaines années et tenait un référendum sur l'avenir du Québec, M. Mulcair s'est dit convaincu que les Québécois tourneraient le dos à la souveraineté.

La souveraineté «est une vision qui risque de faire très mal à la famille moyenne», selon l'ex-ministre de l'Environnement au sein du gouvernement Charest.

Il a dit que son but en politique était «d'aider les familles», et non de «les faire passer par des bouleversements» de nature constitutionnelle.

«Les Québécois ne veulent pas quitter l'ensemble canadien», a assuré le chef du NPD, qui était de passage à Québec pour souligner la Fête nationale du Québec.

En pré-campagne électorale, entouré de quelques candidats et députés de son parti, M. Mulcair a d'abord visité une résidence pour personnes âgées, puis une microbrasserie de la basse-ville de Québec, et devait par la suite prendre un bain de foule sur les terrasses invitantes de la Grande-Allée. Manque de chance, il pleuvait à boire debout en après-midi sur la Grande-Allée.

En fin de journée, il devait assister au spectacle de la Fête nationale, sur les Plaines d'Abraham.

En point de presse, il a insisté sur le fait qu'il possédait toujours une résidence à Québec et s'est montré confiant de voir son parti afficher une bonne performance dans la région en octobre prochain, comme ce fut le cas en 2011.

C'est la Fête nationale partout au Québec

http://www.985fm.ca/national/nouvelles

Publié par Jacques Thériault pour CogecoNouvelles le mardi 23 juin 2015 à 22h07. Modifié à 23h48.
C'est la Fête nationale partout au Québec
MONTRÉAL ? Des dizaines de milliers de personnes ont assisté aux deux grands spectacles de la Fête nationale à Montréal et à Québec, qui ont donné mardi soir le coup d'envoi des célébrations du 24 juin dans la province.
le porte-parole de la Fête nationale, Stéphane Archambault
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Dans la Capitale-Nationale, les plaines d'Abraham ont vibré au rythme de la musique de plusieurs artistes québécois très prisés.

Louis-Jean Cormier, Stéphane Archambault, Alex Nevsky, Fanny Bloom, Patrick Norman et Nanette Workman ont notamment pris part au Grand spectacle de la Fête nationale dans la Capitale.

À Montréal, le rendez-vous festif annuel s'était déplacé cette année sur la Place des Festivals au coeur de la métropole, où Louis-José Houde a teinté de son humour le spectacle.

Ariane Moffatt a donné le coup d'envoi à la fête en entonnant sa célèbre chanson «Montréal», devant une marée de drapeaux fleurdelisés.

Gilles Vigneault et Louise Forestier ont surpris le public en se joignant aux artistes déjà annoncés, notamment Daniel Bélanger, Isabelle Boulay, Marie-Pierre Arthur et Patrice Michaud. À mi-parcours, Boucar Diouf a pris le micro pour partager avec le public une «déclaration d'amour» au Québec.

«Je suis moi et je suis toi et ensemble, nous embrassons la même langue et devons crier notre amour pour elle jusqu'à extinction de voix si nous ne voulons pas être en voie d'extinction», a-t-il lancé, tout en étant applaudi chaudement par la foule.

Dans une note aux médias, les organisateurs avaient tenu à préciser la nature du discours à être livré par Boucar Diouf.

«Il n'y a pas de discours patriotique. Boucar Diouf prendra la parole pour faire une déclaration d'amour au Québec. Mais CE N'EST PAS un discours patriotique», pouvait-on lire dans le document.

Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et président du Comité de la Fête nationale, était visiblement surpris par cette note.

«C'est une autre version d'un discours patriotique. Ça reste un discours patriotique dans sa teneur», a-t-il confié lorsque La Presse Canadienne l'a interrogé à ce sujet. Il a insisté sur le fait que la Fête nationale n'a pas de billet partisan, mais qu'«il n'y a pas non plus de censure des artistes».

«La Fête nationale est la fête du peuple et elle est le reflet du peuple à un moment donné. En 1970, elle était teintée par la Révolution tranquille, plus tard par l'échec du Lac Meech. En 2015? C'est le reflet d'une société qui médite sur son avenir et qui est fière d'elle», a-t-il estimé.

En tout, quelque 700 événements sont prévus pour marquer la Fête nationale d'un bout à l'autre de la province.

La météo a gâché la fête dans certains secteurs, où des orages violents ont éclaté mardi soir.

Des dizaines de milliers de clients ont été privés d'électricité, avaient rapporté Hydro-Québec en début de soirée. Les pannes ont été occasionnées par des déclenchements de disjoncteurs et des branches entrant en contact avec le réseau, selon la société d'État.

Célébrations de la Saint-Jean ailleurs au pays

Les différentes communautés francophones au Canada célèbrent aussi la Saint-Jean-Baptiste le 24 juin. Des activités et des spectacles doivent avoir lieu partout au pays pour célébrer l'identité, la culture et l'histoire des francophones.

En Ontario, les festivités prennent une teinte particulière avec la célébration du 400e anniversaire de la présence française en Ontario.

D'autres événements sont prévus au cours des prochains jours dans chacune des provinces et territoires.