Information sur la politique 1

mardi, février 23, 2016

Damas accepte le projet de cessez-le-feu russo-américain

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Radio-Canada avec Reuters et Agence France-Presse
Une photo publiée sur la page Facebook de Bachar Al-Assad le montre avec Vladimir Poutine
Une photo publiée sur la page Facebook de Bachar Al-Assad le montre avec Vladimir Poutine.

La Syrie a annoncé mardi qu'elle accepte l'accord de cessez-le-feu russo-américain, qui doit entrer en vigueur samedi, à minuit, heure locale. Le Haut Comité de négociations (HCN), qui regroupe certains groupes rebelles, avait également approuvé le plan lundi.
« La République arabe syrienne annonce qu'elle accepte la cessation des hostilités », a indiqué mardi le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué parvenu à l'Agence France Presse.
Damas spécifie qu'il poursuivra les « opérations militaires pour lutter contre le terrorisme de Daech (l'État islamique, NDLR), le Front al-Nosra et les autres groupes terroristes qui leur sont liés, conformément à l'annonce russo-américaine ».
« Le gouvernement syrien est prêt à coordonner avec le côté russe pour déterminer quelles sont les régions et les groupes armés qui feront l'objet de la cessation du cessez-le-feu », précise encore le ministère.
Le régime du président Bachar Al-Assad souligne aussi l'importance que revêt à ses yeux le bouclage des frontières et l'arrêt de l'aide apportée aux groupes armés par des puissances étrangères.
Il se réserve d'ailleurs le droit de répliquer à la moindre des violations du cessez-le-feu par des groupes armés visant des civils ou les forces gouvernementales.
Qui sont les « autres groupes terroristes »?
La référence aux « autres groupes terroristes » liés à l'EI ou au Front Al-Nosra est nébuleuse, dans la mesure où le régime de Bachar Al-Assad utilise ce terme pour désigner indistinctement tous ceux qui s'opposent à lui.
L'exclusion de l'accord de cessez-le-feu du Front al-Nosra, un groupe affilié à Al-Qaïda, alimente d'ailleurs un certain scepticisme parmi les opposants au régime, puisque ce dernier a collaboré avec d'autres groupes rebelles dans plusieurs régions au sein de ce qui a été appelé l'Armée de la conquête.
« Al-Nosra est une composante essentielle de l'opposition (armée). Celle-ci n'acceptera pas qu'al-Nosra soit bombardé et si elle l'accepte, elle perdra une importante force sur le terrain », commente Rana, une pharmacienne de Damas.
« Cet accord russo-américain, c'est une mascarade », écrit un autre militant de la capitale, Zein Al-Basha, sur sa page Facebook. « Les milices alliées du régime [...] seront à l'abri de tout acte hostile, mais eux auront le droit d'attaquer les zones contrôlées par Al-Nosra et l'EI.
Le HCN, qui est parrainé par l'Arabie saoudite et la Turquie, avait annoncé lundi qu'il acceptait ce cessez-le-feu à condition que les dispositions de la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU, soient respectées, notamment celles prévoyant un accès aux civils dans 18 zones assiégées et la livraison d'aide humanitaire.
Syrie : l'engrenage de la guerre
Moscou assure qu'il « fera le nécessaire »
Au terme d'un entretien lundi son homologue américain, le président russe Vladimir Poutine avait assuré lundi que son pays, allié militaire de Damas, « fera le nécessaire » pour que le régime respecte l'interruption des combats. Il disait aussi espérer que les États-Unis « feront la même chose » avec les groupes rebelles.
Par la voix de son vice-premier ministre Numan Kurtulmus, la Turquie a salué mardi le projet de cessez-le-feu, tout en soulignant les doutes d'Ankara sur les opérations que les forces russes pourraient mener contre l'opposition modérée et les civils, et sur les chances de succès des discussions portant sur la transition politique.
Alors que la résolution 2254 prévoyait la tenue d'élections législatives dans 18 mois, le président Bachar Al-Assad a annoncé lundi qu'il en organiserait dès le 13 avril dans tout le pays.
À Paris, le nouveau chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a estimé que l'accord américano-russe constitue « une annonce positive ». « Mais évidemment, nous sommes attentifs à sa mise en oeuvre. »
À Londres, le secrétaire au Foreign Office, Philip Hammond, a déclaré disposer d'éléments inquiétants laissant penser que les Kurdes de Syrie se coordonnent avec le régime syrien et avec l'armée de l'air russe.
« Nous recueillons depuis quelques semaines des éléments inquiétants montrant qu'il y a coordination entre les forces des Kurdes de Syrie, le régime syrien et l'armée de l'air russe, qui nous mettent mal à l'aise en ce qui concerne le rôle que jouent  les Kurdes dans tout cela », a dit M. Hammond au Parlement britannique.

Turcotte présente mardi la requête d'appel de sa peine

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/

Turcotte présente mardi la requête d'appel de sa peine
Guy Turcotte.Photo Joël Lemay / Agence QMI

Agence QMI

MONTRÉAL - Guy Turcotte devrait se présenter mardi matin à la Cour d'appel du Québec pour demander l'autorisation d'en appeler de la peine dont il a écopé.
L'ex-cardiologue a été déclaré coupable des meurtres non prémédités de ses enfants. Le mois dernier, le juge lui a imposé une peine de prison à vie, sans possibilité de libération avant 17 ans.
C'est sur ce dernier point que le meurtrier de 43 ans demande une révision. Selon ses avocats, il devrait être admissible à la libération conditionnelle après un maximum de 15 ans.
L'homme est aussi en processus d'appel pour un obtenir un troisième procès, étant en désaccord avec le verdict de culpabilité de meurtres au deuxième degré prononcé en décembre par le jury. Au terme d'un premier procès, il avait été déclaré non criminellement responsable.
Turcotte a tué ses enfants Anne-Sophie, 3 ans, et Olivier, 5 ans, en février 2009.
AUSSI SUR CANOE.CA

Obama va présenter un plan de fermeture pour Guantanamo

http://fr.canoe.ca/infos/international/archives/

Obama va présenter un plan de fermeture pour Guantanamo
Photo Archives / AFP
WASHINGTON - Le président américain Barack Obama s'exprimera mardi à 10H30  depuis la Maison-Blanche sur le devenir de la prison militaire de Guantanamo, a annoncé l'exécutif américain.
M. Obama devrait dévoiler un nouveau plan pour la fermeture de la prison controversée située sur l'île du Cuba.
Il avait fait de la fermeture du centre de détention, ouvert en janvier 2002 par le président George W. Bush dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 et de l'intervention menée par les États-Unis en Afghanistan, une de ses promesses de campagne.
M. Obama fait face à un Congrès dominé par ses adversaires républicains, qui sont vent debout contre une fermeture du site.
Il reste à ce jour 91 détenus dans la prison, dont 34 qui ont vu leur transfèrement approuvé par les autorités. Elle en a accueilli jusqu'à 680 à son pic d'activité en 2003.
L'an dernier, le Pentagone avait envoyé une équipe d'experts visiter des sites aux États-Unis pouvant accueillir ces détenus après la fermeture de la prison.
Un rapport, préparé par le Pentagone et qui devait être remis mardi au Congrès américain, devrait notamment détailler le coût estimé de leur détention pour chaque site.
Parmi les sites envisagés figurent le Consolidated Naval Brig de Charleston (Caroline du sud), Fort Leavenworth (Kansas) et la prison fédérale de haute sécurité de Florence (Colorado).
AUSSI SUR CANOE.CA

Les ex-travailleurs d'Aveos en furie contre Denis Coderre

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mardi 23 février 2016 à 06h56. Modifié à 08h03.
Les ex-travailleurs d'Aveos en furie contre Denis Coderre
Denis Coderre/Cogeco Nouvelles
(Cogeco Nouvelles) - Denis Coderre a déçu la centaine d'ex-travailleurs d'Aveos qui se sont pointés, lundi soir, à l'hôtel de ville de Montréal pour avoir son appui.

M. Coderre avait pris position en faveur des travailleurs d'Aveos, en 2012, alors qu'il était député fédéral.
Jean Poirier était dirigeant du syndicat de Aveos
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Maintenant, il veut s'assurer que Montréal puisse avoir la garantie d'obtenir un centre d'excellence pour l'entretien des appareils CSeries à Montréal.
L'ex-dirigeant du syndicat des employés d'Aveos, Jean Poirier, qui demande l'appui des villes de la région de Montréal pour poursuivre son combat juridique contre Air Canada, était en furie contre Denis Coderre.
«Ce que je veux m’assurer, c’est la création d’emplois, a répondu le maire à Paul Arcand, au 98,5fm, mardi matin. La voie juridique, je n’entrerai pas là-dedans. Fort de mon expérience, je suis capable de parler à plusieurs joueurs en même temps. Je peux être un médiateur», a t-il précisé pour calmer le jeu avec les ex-employés d'Aveos.

Plus d'un million de Québécois prennent des antidépresseurs

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par Mathieu Boivin pour (Québec) FM93 le mardi 23 février 2016 à 08h28.
Plus d'un million de Québécois prennent des antidépresseurs
Wikicommons
Exclusif Des chiffres obtenus par Cogeco Nouvelles montrent que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) a payé des antidépresseurs à près d'un million de Québécois depuis 2010.
On remarque par ailleurs que le nombre de Québécois qui utilisent ces médicaments dans le cadre du régime d’assurance public s’accroît d’environ 20 000 personnes à chaque année.
En incluant les utilisateurs remboursés par un régime d’assurance privé, ce serait donc près du quart des Québécois âgés de plus de 18 ans qui ont recours aux antidépresseurs.
La RAMQ a remboursé plus de 630 millions $ en antidépresseurs depuis 2010