Un homme accusé d'avoir menacé Justin Trudeau

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/

Un homme accusé d'avoir menacé Justin Trudeau
Le premier ministre Justin Trudeau.Photo Archives / Joël Lemay / Agence QMI
COBOURG, Ontario - Un Ontarien a été arrêté et inculpé après avoir prétendument proféré des menaces contre le premier ministre Justin Trudeau, sa famille et des députées fédérales, selon ce qu'allègue la police citée par le journal Northumberland Today.
L'homme était dans un train de VIA Rail faisant la liaison Ottawa-Toronto, mardi peu avant midi, lorsque des témoins l'auraient entendu proférer des menaces tout en parlant sur son téléphone cellulaire.
Dans un communiqué, la police a souligné que le wagon a été évacué et fouillé, mais rien de suspect n'a été trouvé.
Âgé de 57 ans, James Martin Platts, de Chatham-Kent en Ontario, a été accusé d'avoir proféré des menaces de mort. Il a comparu mercredi, à Cobourg. Le tribunal lui a interdit toute communication avec Justin Trudeau, sa femme, l'ancien premier ministre Stephen Harper, ou toutes députées.
Dans une déclaration transmise à l'Agence QMI, le Bureau du premier ministre (BPM) a dit avoir «une confiance totale dans les autorités de police et le Service de police de protection de la GRC lorsqu'il est question de la sécurité du premier ministre et de sa famille».
Selon le Northumberland Today, Platts croit être un agent secret au service d'Hillary Clinton. Il aurait été interpellé le 22 décembre dernier à la Chambre des communes, à Ottawa, par des membres de la sécurité. Deux jours après, c'est proche de la résidence du premier ministre, au 24 promenade Sussex, qu'il aurait été arrêté.
L'homme doit d'ailleurs subir une évaluation psychiatrique avant sa prochaine comparution en cour, le 13 janvier prochain.
AUSSI SUR CANOE.CA

Visé par une enquête policière, le maire de Montréal-Nord démissionne

http://www.ledevoir.com/politique/

8 janvier 2016 |Jeanne Corriveau | Montréal
Gilles Deguire
Photo: Archives Le DevoirGilles Deguire
Le maire de l’arrondissement de Montréal-Nord, Gilles Deguire, a remis sa démission. L’ancien policier fait l’objet d’une enquête criminelle, mais celle-ci ne serait pas liée à ses fonctions d’élu, a indiqué l’administration Coderre jeudi.

La nouvelle de la démission de M. Deguire, qui a créé une onde de choc à Montréal-Nord, avait été ébruitée par le Guide de Montréal-Nord en matinée.

Le vice-président du comité exécutif de la Ville, Harout Chitilian, a peu après confirmé les informations tout en demeurant avare de détails. « Il y a une enquête criminelle. On ne peut pas en dire plus. C’est un dossier qui est entre les mains des autorités compétentes », a expliqué M. Chitilian, en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de ville sur le déneigement.

L’enquête ne porterait pas sur les activités de M. Deguire comme élu municipal et maire de Montréal-Nord, a-t-il tenu à préciser.

Gilles Deguire aurait fait connaître sa décision mercredi, selon M. Chitilian, mais il n’a fait aucune déclaration au sujet de son départ.

Discret depuis quelques jours, le maire Denis Coderre n’a pas commenté publiquement le départ abrupt d’un membre de son parti. Aucun autre détail sur la nature des allégations qui pèsent sur l’ancien maire d’arrondissement n’a été dévoilé, et jeudi, aucune accusation n’avait été déposée contre lui.

Ancien policier

Mairesse suppléante dans Montréal-Nord, Chantal Rossi prendra la relève de M. Deguire jusqu’à la tenue d’une élection partielle. Elle a indiqué s’être entretenue au téléphone avec M. Deguire jeudi matin. Celui-ci lui a alors annoncé sa décision. « Tout le monde est sous le choc », a-t-elle indiqué au Devoir.

« Ça fait plus de 20 ans que je connais M. Deguire. C’est et ça demeurera un ami. C’est sûr que ça ne changera pas. C’est un homme très proche des gens et de ses citoyens. Il est à l’écoute », a-t-elle ajouté.

Élu pour la première fois à la mairie de l’arrondissement de Montréal-Nord en 2009 avec Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay, M. Deguire avait été réélu en 2013 sous la bannière d’Équipe Denis Coderre.

Avant de se lancer en politique, M. Deguire a été policier au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pendant 30 ans, de 1969 à 1999, essentiellement sur le territoire de Montréal-Nord dans les services communautaires à la population. Il occupa ensuite les fonctions d’attaché politique au bureau de l’ancienne ministre libérale Line Beauchamp entre 1999 et 2009.

Gilles Deguire avait été éclaboussé par l’ingénieur Michel Lalonde lors des travaux de la commission Charbonneau en janvier 2013. Témoignant devant la Commission, celui-ci avait allégué que son entreprise, Genius, avait versé 2000 $ pour la campagne électorale de M. Deguire en 2009. Michel Lalonde avait affirmé avoir remis l’argent à Bernard Trépanier, ancien argentier d’Union Montréal surnommé « Monsieur 3 % », ou à l’entrepreneur Donato Tomassi.

Gilles Deguire avait aussitôt rejeté ces allégations. En réponse à un préavis de blâme de la commission Charbonneau, M. Deguire avait aussi soutenu dans une déclaration assermentée datant d’avril 2015 qu’il ne connaissait pas Michel Lalonde et qu’il n’avait jamais sollicité ni autorisé le versement d’une telle somme.

Rappelons que pendant la campagne électorale de 2013, Denis Coderre s’était fait reprocher d’avoir recruté d’anciens membres d’Union Montréal au sein de son équipe. Il avait alors déclaré que tous ses candidats avaient été soumis au « filtre Coderre » et à une série de vérifications pour s’assurer de leur intégrité.

Trump était «très attendu» au Vermont

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le vendredi 08 janvier 2016 à 07h13. Modifié à 08h10.
Trump était «très attendu» au Vermont
Cogeco Nouvelles
(Cogeco Nouvelles) - Donald Trump a prononcé, jeudi soir, un discours très attendu, devant une salle comble de 1400 personnes dans centre de Burlington au Vermont.
Le reportage de Philippe Bonneville
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Des milliers de personnes ont attendu de longues heures à l'extérieur dans l'espoir d'obtenir une place afin d'écouter le controversé meneur dans la course à l'investiture du Parti Républicain.
La police de Burlington s'attendait à du brouhaha d'autant plus qu'on avait distribué 20 000 billets gratuits en ligne pour l'événement alors que seulement 1400 allaient pouvoir entrer dans l'édifice.
Trump est monté sur scène, vers 19 h 30, sans grande cérémonie. Fidèle à son habitude, il s'est moqué des autres candidats et du président Obama avant de répéter qu'il fallait bâtir un mur pour freiner l'immigration clandestine en provenance du Mexique.
Le meneur à l'investiture républicaine a maintes fois été interrompu par des manifestants en colère.

Marie-Mai et Fred St-Gelais annoncent leur séparation

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/

Mise à jour le jeudi 7 janvier 2016 à 11 h 35 HNE
Marie-Mai et Fred St-Gelais
Marie-Mai et Fred St-Gelais  Photo :  Radio-Canada/Julie Mainville

La chanteuse Marie-Mai a annoncé, jeudi sur Facebook, sa séparation avec son conjoint et collaborateur de longue date, Fred St-Gelais, après 11 ans de vie commune.
Marie Mai - VIP
Musiciens et groupes de musique242 237 J’aime
22 h
De la fin au départ…
Il n'y aura jamais de "bons" moments pour annoncer une triste nouvelle.
Il est difficile pour moi de trouver les bons mots pour vous la partager, mais voici.
...Afficher la suite
Les deux musiciens formaient un couple depuis les débuts de la carrière de Marie-Mai, révélée par l'émission de téléréalité Star académie en 2003. En plus d'être le guitariste de son groupe, Fred St-Gelais a réalisé les disques de la chanteuse québécoise.
En 2014, après cinq albums écoulés à près de 500 000 exemplaires, Marie-Mai avait pris une pause en séjournant quelques mois à Los Angeles.
La chanteuse originaire de la Rive-Sud dans la région de Montréal a lancé son dernier album, M, en 2014. Elle a été nommée interprète féminine de l'année au Gala de l'ADISQ à quatre reprises de 2010 à 2014.
Marie-Mai terminera le 10 janvier une série de concerts qu'elle avait amorcée en décembre au Théâtre St-Denis à Montréal.
En rappel, voici un reportage diffusé en décembre 2014 où la chanteuse fait le point sur sa carrière 

Trudeau confie la légalisation de la marijuana à l'ex-chef de police Bill Blair

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le vendredi 8 janvier 2016 à 7 h 55 HNE
Justin Trudeau et l'ancien chef de police de Toronto, Bill Blair
Justin Trudeau et l'ancien chef de police de Toronto, Bill Blair  Photo :  PC/Adrian Wyld
Le premier ministre Justin Trudeau a demandé à un ancien policier de piloter le dossier de la légalisation de la marijuana, a appris le réseau CBC.
L'ancien chef de la police de Toronto Bill Blair, élu sous la bannière libérale lors des dernières élections fédérales, est l'un des deux secrétaires parlementaires nommés au ministère de la Justice et le dossier de la légalisation de la marijuana lui a été confié, selon CBC.
En campagne électorale, les conservateurs avaient tenté de coincer Justin Trudeau sur cet enjeu avec des publicités dans des journaux punjabi et chinois suggérant qu'il était en faveur de la vente de drogue aux enfants.
De son côté, M. Trudeau arguait que la légalisation de la marijuana était une façon de protéger les enfants et de couper l'herbe sous le pied des criminels.
« Ce qui est très clair, c'est que l'approche de M. Harper rend la marijuana trop facilement accessible à nos jeunes tout en alimentant la criminalité de rue, les gangs de rue et les trafiquants d'armes », avait-il déclaré à Québec, en septembre dernier, dans le cadre de la dernière campagne électorale.
L'ancien chef de la police de Toronto avait donné au moins une fois l'impression d'appuyer la légalisation de la marijuana lorsqu'il était en fonction, en octobre 2014. 
Lorsqu'un organisme de lutte contre la dépendance et la maladie mentale avait effectué une sortie pour réclamer la légalisation de la marijuana, tout en imposant un important encadrement, il avait répondu qu'il n'appartenait pas à la police de faire les lois, avant de se dire « très encouragé par l'approche de santé publique » mise de l'avant par l'organisme.
Or, il appert que M. Blair aura désormais l'occasion de contribuer à l'élaboration de la nouvelle loi sur la marijuana.
Plusieurs importantes questions planent toujours sur la façon dont le gouvernement s'y prendra pour implanter la légalisation de la marijuana. Où sera vendue la drogue? Comment sera-t-elle taxée ? Que deviendront les profits ainsi engendrer? Autant de questions qui retiennent l'attention.
La plate-forme électorale libérale prévoit qu'Ottawa travaillera avec les provinces et les territoires de même qu'avec les fonctionnaires de la santé publique afin d'élaborer le fonctionnement du système.
M. Blair pourrait toutefois se retrouver en désaccord avec certains de ses anciens collègues puisque l'Association canadienne des chefs de police s'oppose à la légalisation complète de la marijuana.

Syrie: à Raqqa, un djihadiste exécute sa propre mère en public

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/

 Par LEXPRESS.fr , publié le , mis à jour à 
Un djihadiste de 20 ans aurait exécuté sa propre mère, rapporte CNN (Photo d'illustration).
Un djihadiste de 20 ans aurait exécuté sa propre mère, rapporte CNN
 (Photo d'illustration).
 
REUTERS/Stringer

La victime, âgée d'une quarantaine d'années, avait incité son fils à quitter les rangs du groupe Etat islamique pour prendre la fuite avec elle. Mal lui en a pris, suggère la propagande djihadiste.

Une étape de plus dans l'horreur. D'après CNN, qui cite plusieurs témoignages d'expatriés recueillis par l'Obervatoire Syrien des Droits de l'Homme, un djihadiste de 20 ans a exécuté sa propre mère, dans la ville de Raqqa, capitale autoproclamée des combattants de l'organisation Etat islamique
Selon la chaîne de télévision américaine, l'exécution, qui remonterait mercredi, se serait déroulée devant une centaine de personnes, près du bureau de poste où travaillait la victime. Cette dernière était âgée d'une quarantaine d'années, rapporte l'organisme d'informations. 

Abattue d'une balle dans la tête

La mère de famille, assure CNN, aurait incité son fils à quitter les rangs de Daech et à prendre la fuite à ses côtés. Pour le convaincre, elle a effectué les 50 km reliant Tabaqa, où elle habite, à Raqqa. Le jeune homme, qui a appartenu successivement aux modérés de l'Armée syrienne libre (ASL) et au Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, avant l'EI, a aussitôt informé ses supérieurs afin de procéder à l'arrestation.  
Il a ensuite abattu sa propre mère d'une balle dans la tête. 

Le sac d'un haut gradé du SPVM volé pendant une fête de Noël

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le vendredi 08 janvier 2016 à 06h11. Modifié à 06h59.
Le sac d'un haut gradé du SPVM volé pendant une fête de Noël
(Cogeco Nouvelles) - Des dossiers d'informateurs de police et d'enquêtes ont été volés dans le véhicule d'un haut gradé de la police de Montréal en décembre.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le vendredi 08 janvier 2016 dans Puisqu'il faut se lever avec Julie-Christine Gagnon
Selon TVA Nouvelles, le vol est survenu alors que le véhicule du commandant Patrice Vilceus était garé au centre-ville.
Le sac dérobé contenait notamment une clé USB sur laquelle se trouvaient les détails d'une enquête sur le point d'être conclue.
Les numéros de sources policières et des informations sur des agissements répréhensibles posés par des agents de la police de Montréal s'y trouvaient également.
Il apparaît que les sources ne seraient pas en danger. Une dizaine de sergents-détectives de l'escouade du crime organisé ont été mobilisés pour retrouver le contenu du sac.

On ne craint plus pour la vie pour le bébé laissé, dans son siège, sur une cuisinière

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 08 janvier 2016 à 05h33. Modifié par Charles Payette à 08h33.
On ne craint plus pour la vie pour le bébé laissé, dans son siège, sur une cuisinière
Freedigitalphotos.net
MONTRÉAL - Un poupon se trouve dans un état grave dans un centre hospitalier montréalais où il a été amené à la suite de brûlures sévères subies dans des circonstances plutôt étranges, jeudi soir, dans le logement de ses parents, à Victoriaville.

Le personnel médical dit maintenant ne plus craindre pour la vie du bébé qui n'a que quelques mois.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le vendredi 08 janvier 2016 dans Puisqu'il faut se lever avec Julie-Christine Gagnon
Selon la Sûreté du Québec, le bébé avait pris place dans un siège pour enfant qui s'est enflammé après avoir été déposé sur la cuisinière.
Le poupon a subi de graves brûlures; il a été hospitalisé à Victoriaville avant d'être transféré à Montréal.
Le père du bébé a été blessé aux mains alors que sa mère a été victime d'un choc nerveux. Ils ont eux aussi été conduits à l'hôpital.
Dès que les parents se porteront mieux, des enquêteurs les rencontreront afin de déterminer exactement ce qui s'est produit.
Le feu a été maîtrisé par les pompiers de la municipalité du Centre-du-Québec.
Ce sont eux qui avaient alerté les policiers aux alentours de 20 h, jeudi soir.