Information sur la politique 1

mercredi, février 03, 2016

Elle met fin à huit années de violence conjugale

http://www.journaldemontreal.com/

Après avoir frôlé la mort au cours d’une agression de son ex, une femme a porté plainte


George Beauregard-Zoitakis était en liberté avant que la juge Louise Leduc n’ordonne sa détention sur-le-champ.

VALÉRIE GONTHIER
MISE à JOUR 
George Beauregard-Zoitakis était en liberté avant que la juge Louise Leduc n’ordonne sa détention sur-le-champ.  L’ultime raclée qui a bien failli être fatale pour une jeune femme l’a poussée à dénoncer son ex, mettant ainsi fin à huit années infernales de violence conjugale.
«Il y a eu de la violence dès la première journée de notre relation. Je travaille maintenant chaque jour à essayer de me sortir de ces années de cauchemar», a témoigné avec aplomb l’ancienne conjointe de George Beauregard-Zoitakis, hier au palais de justice de Longueuil.
Il était de retour devant la cour afin d’entendre ce que les avocats suggéraient pour sa peine. L’homme de 27 ans a plaidé coupable en mai dernier à des accusations de voies de fait, menaces et séquestration.
Le dernier épisode de violence, le 13 octobre 2013, aurait pu être mortel pour la jeune femme, qu’on ne peut identifier. Tôt ce matin-là, elle reçoit un appel des policiers, l’avisant qu’elle doit venir chercher son véhicule, emprunté la veille par le jeune homme. Il est trop ivre pour conduire.
La femme refuse de ramener son ex: chaque fois qu’elle a vécu de la violence, il était intoxiqué.
Sauvée par une voisine
De retour chez elle, elle s’empresse d’avertir son père par téléphone qu’elle s’en vient chez lui.
Elle redoute que son ex débarque chez elle. Avant même qu’elle ait le temps de partir, l’homme défonce la porte d’entrée, s’élance sur elle, l’empoigne à la gorge et la frappe au visage. Il la cogne ensuite à répétition à la tête, jusqu’à ce qu’elle perde connaissance.
Lorsqu’elle revient à elle, George Beauregard-Zoitakis la traîne à l’extérieur par les cheveux.
Une voisine alertée par les cris tente de venir en aide à la jeune femme, à qui l’agresseur assène une vingtaine de coups de poing au ventre. Il retourne dans la maison en tirant son ex par les cheveux.
Lorsque l’homme l’étrangle à nouveau, elle est persuadée qu’elle va mourir, témoigne-t-elle. Elle est sauvée par sa voisine, qui tente de nouveau d’intervenir.
«Si tu appelles la police, tu ne dormiras plus jamais en paix. Je vais te brûler, toi et ma femme, que ce soit dans un mois, un an ou cinq ans, je vais le faire», crie Beauregard-Zoitakis à sa voisine.
Peur de dénoncer
Les policiers sont arrivés peu après. Sur le coup, la victime a refusé de porter plainte, craignant des répercussions. Elle s’est décidée un mois plus tard.
«J’ai souvent porté plainte contre lui, mais je les avais toujours retirées. J’avais peur de lui, de ses menaces si je le dénonçais», a-t-elle résumé en cour hier.
Fait rare: l’avocat de l’accusé, Me Romy Elayoubi, a annoncé ne plus vouloir le représenter, malgré l’avancée du dossier, en raison de leurs «divergences d’opinions».
La juge Louise Leduc a malgré tout ordonné la détention immédiate du jeune homme d’ici le prononcé de la sentence.

CE QU’ILS ONT DIT

«Il aura fallu qu’une voisine me sauve pour me faire réaliser mes huit ans de violence.»
«J’ai essayé de retourner au travail [après l’attaque], mais je n’étais vraiment pas bien. J’ai subi six chirurgies au dos, j’ai dû me déplacer pendant plusieurs mois en chaise roulante.»
«Quand j’ai lu le rapport présentenciel [préparé par un agent de probation pour aider le juge à décider quelle peine imposer], j’ai ressenti un soulagement. Ça dit qu’il est possessif, violent, qu’il ne pense qu’à lui. Enfin, quelqu’un a vu qu’il était un manipulateur.»
«Mes parents ont essayé à plusieurs reprises de me sortir de là. Mais il [Beauregard-Zoitakis] réussissait chaque fois à me ramener à lui... c’était de l’amour ou de la manipulation? Je ne sais pas.»
– L’ex-conjointe de l’accusé
«On a constaté une certaine nonchalance de la part de l’accusé face à ce dossier. Son rapport présentenciel est le plus sombre que j’ai vu.»
– Me Nancy Potvin, procureure de la Couronne
«En lisant le rapport présentenciel, je me demande ce que monsieur fait encore en liberté. Il a plaidé coupable à des accusations d’une importante gravité à l’égard d’une femme qui heureusement est toujours en vie. Elle mérite une attention particulière.»
– La juge Louise Leduc

VOUS PENSEZ VIVRE DE LA VIOLENCE CONJUGALE ?

SOS violence conjugale
1 800 363-9010 | 24 heures sur 24, 7 jours sur 7

Pensionnats autochtones : Ottawa identifie 5300 agresseurs présumés

http://ici.radio-canada.ca/regions/manitoba/

Mise à jour le mardi 2 février 2016 à 18 h 17 HNE
Pensionnat, Autochtones
Depuis la fin du 19e siècle, environ 150 000 enfants indiens, inuits ou métis ont été retirés de leur famille
et envoyés de force dans des écoles religieuses.
  Photo :  Bibliothèque et Archives Canada

Des enquêteurs privés embauchés par le gouvernement fédéral ont repéré des milliers de personnes soupçonnées d'avoir agressé physiquement et sexuellement des enfants qui ont fréquenté les pensionnats autochtones, même si ces derniers pourraient ne jamais être traduits en justice.
En vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, le ministère des Affaires autochtones et du Nord a localisé 5315 agresseurs présumés. L'opération, entamée en 2005, a coûté près de 1,6 million de dollars.
Ottawa n'a toutefois pas repéré ces agresseurs présumés pour qu'ils fassent l'objet d'accusations criminelles; le but de l'exercice était de leur demander s'ils accepteraient de participer aux audiences du processus d'évaluation indépendant (PEI), un programme fédéral visant à déterminer la compensation qui sera versée aux victimes des pires cas d'agression.
La participation aux audiences du PEI n'est pas obligatoire. Sur les 5315 personnes identifiées par le gouvernement fédéral, 4450 ont refusé d'y participer.
« Il n'y a pas grand-chose pour les inciter à y participer », avoue Bill Percy, un avocat manitobain qui a représenté de nombreux survivants de pensionnats autochtones. « Je pense que certains d'entre eux craignent des répercussions éventuelles, voire des accusations criminelles. »
Selon des données fournies par le Secrétariat des pensionnats indiens, 33 712 survivants des pensionnats ont été indemnisés pour les agressions physiques et sexuelles qu'ils ont subies lorsqu'ils fréquentaient ces écoles et 4278 demandes sont toujours en cours de traitement.
Avec les informations de la collaboratrice de CBC Martha Troian

La Caisse de dépôt doit bloquer la vente de Rona, tonne Péladeau

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

Le chef du PQ Pierre Karl Péladeau
Le chef du PQ Pierre Karl Péladeau  Photo :  PC/Paul Chiasson

La Caisse de dépôt et placement du Québec approuvera la vente de Rona à la firme américaine Lowe's, malgré l'avis contraire exprimé par le chef du Parti québécois. « Dans l'ensemble, la Caisse estime que la transaction mènera au maintien ou à la croissance de l'activité économique générée par les bannières de Rona au Québec », écrit-elle dans un communiqué.
La Caisse, actionnaire minoritaire de Rona, dit avoir pris sa décision après avoir considéré « la recommandation unanime du conseil d'administration de Rona en faveur de cette offre, la prime de 105 % par rapport à la valeur moyenne de l'action à la Bourse de Toronto dans les 30 derniers jours (11,68$), les responsabilités de la Caisse envers ses déposants et les engagements pris par Lowe's quant à sa présence au Québec et au Canada ».
Dans une série de messages publiés un peu plus tôt sur Twitter, le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a affirmé que la Caisse de dépôt et placement « peut et doit bloquer » cette transaction de 3,2 milliards de dollars annoncée par les conseils d'administration des deux entreprises mercredi matin. 
Rona : La Caisse détient 17%, elle peut et doit bloquer transaction: + de Provigo, Alcan, Astral au Québec. Gardons nos entreprises.
« Le Québec de Couillard : vendre nos entreprises à l'étranger! Un autre siège social perdu après Alcan et Provigo » a-t-il réagi dans un premier temps sur les réseaux sociaux.
Le chef de l'opposition officielle estime que cette transaction constitue une « première épreuve » pour la nouvelle ministre de l'Économie du Québec, Dominique Anglade.
« Laissera-t-elle perdre un autre siège social » établi au Québec, écrit-il. « Résistera-t-elle à son PM ? »
M. Péladeau tombe aussi à bras raccourci sur le premier ministre Philippe Couillard qui, dit-il, « s'écrase encore » dans ce dossier.
Il rappelle au passage que l'ex-premier ministre Jean Charest et son ministre des Finances Raymond Bachand avaient « défendu » Rona lorsque Lowe's avait lancé une offre d'achat à son endroit en 2012.
À l'époque, Lowe's avait toutefois présenté une offre d'achat non sollicitée. Le scénario est cependant différent cette fois-ci : la transaction a été approuvée par les conseils d'administration des deux entreprises.
Les administrateurs de Rona recommanderont d'ailleurs aux actionnaires de l'approuver lors d'une assemblée extraordinaire à ce sujet qui doit avoir lieu au cours des prochaines semaines.
Dans leur communiqué conjoint, les deux entreprises affirment que le siège social de Rona, à Boucherville, deviendra le siège social des activités canadiennes de Lowe's, que les mutliples bannières de Rona seront maintenues et que la « vaste majorité » des employés conserveront leur emploi. « Les hauts dirigeants clé de la solide équipe de direction de Rona » seront aussi maintenus en poste. Lowe's et Rona indiquent aussi qu'elles vont « poursuivre la mise en oeuvre de la stratégie d'approvisionnement local et éthique de Rona, et potentiellement accroître les liens avec les fabricants et fournisseurs canadiens qui ont été développés tant avec Lowe's qu'avec Rona ».
Pierre Karl Péladeau doute visiblement de ces assurances. « Rio Tinto a dit la même chose sur Alcan », écrit-il dans un autre message publié sur Twitter.
Dans une entrevue accordée à ICI RDI, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, dit être inquiète pour les emplois en jeu. « Moi je voudrais qu'on soit assuré de garder la totalité des emplois », a-t-elle indiqué. 
Mme David s'interroge aussi sur le rôle que doit jouer la Caisse de dépôt et placement dans ce dossier. Elle n'est cependant pas allée jusqu'à demander le blocage de la transaction.
« Moi je dirais en tout cas que si la Caisse de dépôt a été capable d'aider Pierre Karl Péladeau - sans la CDP, il n'aurait pas pu acheter Vidéotron comme tout le monde sait - comment ça se fait que la Caisse de dépôt, aujourd'hui, est étrangément silencieuse », demande-t-elle.
« Est-ce que le gouvernement du Québec ne devrait pas sans mêler un peu? », ajoute-t-elle. « Rona, c'est une belle entreprise québécoise qui existe depuis fort longtemps. Il faut absolument, en tout cas, préserver les emplois et s'assurer que les fournisseurs québécois vont continuer d'être dans le décor de façon importante. »
Plus de détails à venir.

Disparition de Simon Gagner: la SQ poursuit les recherches

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par Jessyka Dumulong pour (Estrie) 107,7 Estrie le mercredi 03 février 2016 à 08h25. Modifié à 08h53.
Disparition de Simon Gagner: la SQ poursuit les recherches
Simon Gagner manque toujours à l'appel./SQ
La Sûreté du Québec poursuit les recherches pour retrouver le Sherbrookois Simon Gagner qui est toujours porté disparu.
Marie-Pierre Gagner, la soeur de Simon
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Aujourd'hui, une vingtaine d'agents de la Sûreté du Québec accompagnés de ceux de la Régie de police de Memphrémagog vont mener d'autres recherches.
Hier soir, des marcheurs se sont aussi rendus sur la rue Bunker où 3 témoins disent avoir aperçu un auto-stoppeur.

La page Facebook Recherche Simon Gagner a aussi été créée afin de recueillir des informations.

La famille a toujours besoin de la collaboration du public.
En audio, le cri du coeur de la soeur de Simon Gagner, Marie-Pierre.
Un homme qui pourrait être Simon Gagner aurait d'ailleurs été aperçu, faisant du pouce dimanche matin dans le secteur des chemins Ladds Mill et Merrill à Coaticook.



Rappelons que l'homme de 30 ans a été vu pour la dernière fois samedi soir, sur le chemin de Capelton dans le Canton de Hatley.

Lowe's acquiert RONA pour 3,2 milliards $

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 03 février 2016 à 06h10. Modifié par Charles Payette à 07h43.
Lowe's acquiert RONA pour 3,2 milliards $
Rona.ca
MOORESVILLE, Caroline du Nord - Le géant québécois de la quincaillerie RONA devient la propriété du géant américains Lowe's, qui localisera son siège social canadien à Boucherville, en Montérégie.
La société Lowe's et RONA annoncent conjointement, mercredi, avoir conclu une entente définitive selon laquelle Lowe's propose de faire l'acquisition de toutes les actions ordinaires émises et en circulation de RONA.
Plus importante chaîne de rénovation au Canada
La valeur totale de la transaction se chiffre à 3,2 milliards $ CAN. L'acquisition permet à Lowe’s d’entrer au Québec, où RONA est le chef de file du marché.
Les activités canadiennes seront dirigées par Sylvain Prud'homme, président de Lowe's au Canada.
Les deux entreprises soutiennent qu'ensemble, elles vont créer la plus importante chaîne de rénovation résidentielle au détail au Canada avec des revenus d'activités canadiennes estimés à environ 5,6 milliards $ CAN en 2015.
La transaction a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration de Lowe’s et de RONA,
Plus de 20 000 employés
Par ailleurs, Lowe's a accepté de prendre des engagements à l'égard de RONA tels le maintien des ses bannières multiples, l'amélioration des services de distribution aux détaillants indépendants, le maintien à son service de la vaste majorité des employés actuels de RONA et potentiellement le resserrement des liens avec les fabricants et fournisseurs canadiens.

RONA exploite un réseau de près de 500 magasins corporatifs et magasins affiliés indépendants. La compagnie emploie plus de 17 000 personnes dans ses magasins corporatifs et plus de 5000 autres dans les magasins de ses détaillants indépendants.

Disparition inquiétante de Kelly Martin-Nolet

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour 98,5 fm le mardi 02 février 2016 à 15h03. Modifié par Charles Payette le mercredi 03 février 2016
Disparition inquiétante de Kelly Martin-Nolet
Kelly Martin-Nolet, 14 ans (Photo fournie par la Police de Laval)
(98,5 fm) - Une autre famille tente de se servir des réseaux sociaux pour retrouver une adolescente qui est en fugue et qui souhaiterait devenir escorte.
Kelly Martin-Nolet, 14 ans, a quitté lundi vers 10h30 le centre jeunesse de Laval où elle réside pour se rendre à son collège privé, mais n'y a jamais été vue.
Selon sa mère, Sandra Nolet, la jeune a indiqué la semaine dernière vouloir travailler comme escorte.
Kelly Martin-Nolet parle français. Elle mesure 5 pieds et pèse 105 lb. Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus. La dernière fois qu’elle a été vue, elle était vêtue d’un manteau carotté, en uniforme d’école bleu marin. Elle portait des souliers noirs à talons hauts.
Au micro de Benoît Dutrizac, la mère a indiqué avoir tout tenté pour prévenir sa fille des risques de ce métier, mais l'adolescente semble être totalement perméable aux conseils.
«C'est une petite fille pleine de potentiel, a déclaré sa mère. Je ne comprends pas ce qui lui arrive.»
Toute information permettant de retracer cette jeune fille sera traitée confidentiellement via la ligne info 450 662-INFO (4636) ou via le 911 en mentionnant le dossier LVL 160201 060.
Le message de Sandra Noel sur sa page Facebook
Sandra Nolet
C'est à mon tour, ma fille de 14 ans Kelly Martin-Nolet est portée disparue et probablement en danger les premiers 48 heures sont cruciaux svp partagée toute information serait appréciée

Une mère et son bébé manquent à l'appel

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour CogecoNouvelles le mardi 02 février 2016 à 16h28. Modifié par Charles Payette le mercredi 03 février 2016
Une mère et son bébé manquent à l'appel
SPAL
(Cogeco Nouvelles) - La police de Longueuil demande l'aide du public afin de retrouver une mère et son bébé de un an qui n'ont pas été vus depuis vendredi dernier.
Tommy Lacroix SPAL
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Nayla Michaëla Gomez, 26 ans, n'a pas donné signe de vie à sa famille depuis le 25 janvier dernier.
La police dit toutefois avoir obtenu des informations selon lesquelles elle aurait été aperçue dans le secteur Anjou, à Montréal, le 29 janvier.
La dame mesure 5 pieds 1 pouce, pèse 200 livres, elle a les yeux et les cheveux bruns. Son garçon a la peau noire, les yeux bruns et les cheveux noirs.

Sarah Hauptman, 16 ans, disparue

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mercredi 03 février 2016 à 08h52. Modifié à 09h06.
Sarah Hauptman, 16 ans, disparue
Sarah Hauptman/Service de police de Laval
(Cogeco Nouvelles) - Le Service de police de Laval est à la recherche de Sarah Hauptman, âgée de 16 ans et portée disparue depuis dimanche.

Elle a quitté son domicile le 31 janvier 2016 vers minuit et n'y est pas revenue depuis.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 03 février 2016 dans Puisqu'il faut se lever avec Paul Arcand
Sarah est une jeune fille de race blanche, qui parle français. Elle mesure 1 m 67 (5’ 6’’) et pèse 66 kg (145 lb); elle a les cheveux blonds et yeux verts.
La dernière fois qu’elle a été vue, elle était vêtue d’un manteau noir Rudsak avec col à fourrure beige et des bottes à l’eau Mickaël Kors.
Toute information permettant de retracer cette jeune fille sera traitée confidentiellement via la ligne info 450 662-INFO (4636) ou via le 911 en mentionnant le dossier LVL 160131 013.
Sarah Hauptman, 16 ans
Autre cas
Une autre famille, celle de Kelly Martin-Nolet, tente de se servir des réseaux sociaux pour retrouver une adolescente qui est en fugue et qui souhaiterait devenir escorte.
Kelly, 14 ans, a quitté lundi vers 10h30 le centre jeunesse de Laval où elle réside pour se rendre à son collège privé, mais n'y a jamais été vue.