Pierre Duchesne devient directeur du cabinet de Pierre Karl Péladeau

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

Pierre Duchesne
Pierre Duchesne  Photo :  Radio-Canada/Luc Lavigne

L'ex-journaliste et ancien ministre péquiste Pierre Duchesne est désormais le directeur du cabinet du chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau. Ce dernier en a fait l'annonce sur sa page Facebook mercredi après-midi. 
« Pierre est un homme de conviction, d'une rigueur intellectuelle manifeste et motivé par l'indépendance du Québec. »— Pierre Karl Péladeau, chef du PQ, sur sa page Facebook

Après une carrière de 25 ans en journalisme à Radio-Canada, M. Duchesne s'est lancé en politique sous la bannière du Parti québécois (PQ).
Élu député de Borduas, en Montérégie, à l'élection de septembre 2012, il a été nommé ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie dans le gouvernement de Pauline Marois. 
Après avoir été défait lors des élections l'an dernier, il était devenu conseiller stratégique pour le PQ.
Pierre Duchesne remplace Simon Lajoie, qui occupait le poste de directeur du cabinet du chef de l'opposition officielle. Ce dernier reprendra ses fonctions de directeur de cabinet du leader parlementaire de l'opposition officielle, précise M. Péladeau sur Facebook. 

Procès Duffy : «furieux» Nigel Wright a signé le chèque de 90 000$

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 Sports pour CogecoNouvelles le mercredi 12 août 2015 à 11h39. Modifié par Danielle Arsenault à 15h57.
Procès Duffy : «furieux» Nigel Wright a signé le chèque de 90 000$
Mike Duffy, le sénateur et ancien chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, 
tentait de se frayer un chemin à travers les journalistes présents à l'extérieur du palais de justice d'Ottawa, 
mercredi matin./Photo: PC, Justin Tang
(Cogeco Nouvelles) - Au procès hypermédiatisé de l'ex-sénateur conservateur Mike Duffy, l'ex-bras droit de Stephen Harper, Nigel Wright, a donné les détails qui ont mené au chèque personnel de 90 000$ qu'il a signé à M. Duffy. Une décision qu'il «regrettera toute sa vie».
Le reportage de Philippe-Vincent Foisy
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
M. Wright, qui était chef de cabinet du premier ministre entre 2010 et 2013, a raconté avoir expliqué à Stephen Harper son plan pour rembourser M. Duffy et pour gérer les relations médiatiques, mais uniquement dans les grandes lignes. Il lui aurait caché le fait que c’est le parti conservateur qui allait payer les frais de M. Duffy et qu’il allait s’arranger avec les hautes instances du Sénat pour que Mike Duffy soit exempté de l’audit réalisé par Deloitte sur les réclamations de dépenses des sénateurs.
C’est à ce plan que M. Harper aurait donné son feu vert dans un courriel de M. Wright datant du 22 février 2013, le fameux « We are good to go from the PM» qui a fait couler tant d’encre. M. Harper a dû se défendre à la Chambre des communes et lors de ses apparitions publiques depuis le début de la campagne électorale.
Au moment de l’entente entre le clan Duffy et le Cabinet du premier ministre, tous croyaient que M. Duffy devait rembourser uniquement 32 000$, un montant qui serait remboursé à même les fonds du parti, comme c’est le cas avec d’autres membres du caucus qui ont eu des démêlés judiciaires, a expliqué M. Wright. À l’époque, M. Duffy, qui touchait un salaire annuel de plus de 140 000$, avait soutenu qu'il n'avait pas l'argent pour le remboursement.
Or Deloitte a refusé de retirer M. Duffy de son audit et a indiqué qu’en plus de frais de résidences réclamées de façon injustifiée, le sénateur avait été remboursé pour des per diem et des frais de voyagement, portant le montant à quelque 90 000$.
« J’étais furieux », a alors écrit Nigel Wright dans un courriel.
Le sénateur Irving Gerstein, président du Fonds conservateur du Canada et trésorier du Parti, a indiqué à M. Wright que le parti ne pourrait rembourser ce montant. Nigel Wright a donc pris la décision « en quelques minutes » de signer lui-même le chèque de plus de 90 000$, afin de respecter son entente avec le clan Duffy.
« Ça n’allait pas affecter ma fortune ni mon style de vie, a-t-il expliqué au procureur de la Couronne. Mais c’est une décision que je regrette. »
Quelques mois après avoir pris cette décision il a quitté le Cabinet du premier ministre. Ce n’est pas clair si M. Wright a été renvoyé ou a démissionné.
M. Duffy a plaidé non-coupable à 31 chefs d'accusation de fraude, d'abus de confiance et de corruption, en lien avec le scandale des dépenses au Sénat. L’accusation de corruption est directement liée au chèque. Le déclenchement de l’élection a mis fin à sa suspension sans solde du Sénat.
M. Wright qui affirme être le « numéro 1 » dans la hiérarchie au sein du CPM a été blanchi par la GRC. Il a raconté ce matin qu’il a appris par les médias que M. Duffy avait réclamé des dépenses jugées inappropriées, en demandant des remboursements pour une résidence principale à l’Île-du-Prince-Édouard, alors qu’il passait la majorité de son temps dans sa maison d’Ottawa.
L’avocat de M. Duffy, Donald Bayne, plaide que son client a été forcé par M. Wright et l’entourage de M. Harper d’accepter les 90 000$. Il tentera de dépeindre Mike Duffy comme une victime qui ne voulait pas rembourser les sommes réclamées par le Sénat, mais qu’il a été contraint de le faire pour faire taire le tapage médiatique.
La couronne a terminé son interrogatoire. Demain, ce sera au tour de l’avocat de Mike Duffy qui a habitué les journalistes à des contre-interrogatoires minutieux et long.
Réactions politiques
Les chefs néo-démocrate et libéral Thomas Mulcair et Justin Trudeau ont saisi l’occasion aujourd’hui pour attaquer le jugement de Stephen Harper en cette onzième journée de campagne électorale.
« C’est peut-être Nigel Wright qui est à la barre des témoins, mais c’est le procès de Stephen Harper », a lancé M. Mulcair à Lévis.
« Ce procès démontre que les conservateurs vont faire tout ce qu’ils peuvent pour garder leur emploi, a renchéri M. Trudeau, rappelant la promesse de Stephen Harper de ne nommer aucun sénateur. Il l’a brisée 59 fois, en nommant Patrick Brazeau, Pamella Wallin et Mike Duffy. »
De son côté, le premier ministre sortant s’est défendu indiquant qu’il pensait que Mike Duffy rembourserait les sommes lui-même.
« Quand j’ai appris que ce n’était pas le cas, nous avons informé le public et nous avons agi en conséquence », a expliqué M. Harper.
Le procès de qui devait se terminer le 19 juin, se poursuivra jusqu’au 28 aout et pourrait reprendre du 18 novembre au 18 décembre.
(Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire et La Presse Canadienne)

Les indices chutent mais le dollar canadien est en forte hausse mercredi midi

http://www.985fm.ca/economie/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 12 août 2015 à 12h45.
MONTRÉAL — Les marchés internationaux ont réagi négativement au nouveau recul de la devise chinoise, pour une deuxième journée consécutive, craignant un affaiblissement de la deuxième économie du monde.
L'indice industriel Dow Jones avant perdu 227 points, ou 1,3 per cent, à 17,175 points peu avant midi, mercredi.

L'indice Standard & Poor's 500 a cédé 25 points, ou 1,2 per cent, à 2,058 points. L'indice composite du Nasdaq perdait 67 points, ou 1,4 pour cent, à 4,968 points.

Les marchés étaient aussi à la baisse en Europe et en Asie.

Mais le dollar canadien gagnait plus de trois-quart de cent dans la foulée de la dévaluation de la devise chinoise. Le huard cotait 77,11 cents américains, en hausse de 0,80 cents américains.

CAE (TSX:CAE) prévoit licencier 350 travailleurs dans la prochaine année, principalement à Montréal où l'entreprise compte son siège social et son centre de production le plus important.

La multinationale montréalaise effectue ces compressions dans le cadre d'un plan visant à générer des économies oscillant entre 15 et 20 millions $.

La compagnie a témoigné d'un bénéfice net en hausse à 44,5 millions $ au premier trimestre, comparativement à 41,6 millions $ au même moment l'an dernier.

La société Kraft Heinz a annoncé son intention de couper environ 2500 emplois dans le cadre de son plan visant à réduire ses coûts après la fusion des entreprises alimentaires.

Les employés touchés oeuvrent aux États-Unis et au Canada.

Le bénéfice net de l'épicier Metro (TSX:MRU) a avancé de 13,1 pour cent à 163,5 millions $ au troisième trimestre, comparativement à 144,5 millions $ l'an dernier.

Son chiffre d'affaires trimestriel a progressé de 6,1 pour cent, passant de 3,6 milliards $ il y a un an à 3,8 milliards $ cette année.

Le transporteur aérien Air Canada a affiché un bénéfice net de 296 millions $ au deuxième trimestre, comparativement à 223 millions $ au même moment l'an dernier.

Le bénéfice net de Pages Jaunes (TSX:Y) a chuté à 16,5 millions $ au deuxième trimestre, après avoir été de 27,6 millions $ par action l'an dernier.

La Grèce et ses créanciers internationaux se sont entendus sur les derniers détails d'un plan de sauvetage qui devrait éviter au pays la faillite et l'expulsion de la zone euro.

necf1.pcm

Le scandale des dépenses au Sénat Procès Mike Duffy : l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper à la barre des témoins

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le mercredi 12 août 2015 à 5 h 59 HAE

Ce sera la première fois que l'on entendra l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper donner sa version des événements qui ont conduit à son départ en 2013. À la barre des témoins aujourd'hui, Nigel Wright devrait expliquer comment il a décidé de verser plus de 90 000 $ à Mike Duffy afin qu'il puisse rembourser les indemnités perçues de façon injustifiée.
Un texte de Daniel ThibeaultTwitterCourriel
Depuis le début du procès, le témoignage de Nigel Wright est l'un des plus attendus. Plusieurs espèrent qu'il permettra d'établir plus clairement ce que savait le premier ministre de toute cette affaire.
L'ex-chef de cabinet de Stephen Harper a payé 90 172,24 $ de sa poche à Mike Duffy afin qu'il rembourse les indemnités de résidence au cœur de la controverse. Trois des 31 chefs d'accusation de corruption, de fraude et d'abus de confiance qui pèsent contre le sénateur Duffy sont liés à ce fameux chèque. Ce dernier a plaidé non coupable de toutes les accusations.
Quand l'affaire a été mise au jour, Nigel Wright a dû quitter son poste de chef de cabinet du premier ministre.
Au-delà des extraits d'entrevues dans les documents déposés en cour par la GRC, M. Wright n'a jamais commenté publiquement le dossier. Son témoignage sera la première occasion d'entendre sa version des faits.
La Couronne devrait consacrer un peu moins de deux jours à l'interrogatoire de Nigel Wright. Le contre-interrogatoire par l'avocat de Mike Duffy pourrait durer au moins trois jours. De nouveaux éléments de preuve incluant des échanges de courriels devraient également être déposés devant la cour.
Que savait Stephen Harper?
Quand les indemnités de résidence du sénateur ont commencé à devenir un véritable problème pour le bureau du premier ministre, Nigel Wright s'est rapidement impliqué dans le dossier pour tenter de calmer la crise.
Selon des documents déposés en cour, il se tourne d'abord vers le parti, auquel il demande de payer pour Mike Duffy. Après avoir d'abord accepté, Irwin Gerstein, lui aussi sénateur et président du Fonds conservateur, constate que la somme est plus élevée que prévu et refuse finalement de faire le chèque.
À court de solutions, désireux de régler le problème une fois pour toutes, Nigel Wright, qui a fait fortune durant ses années dans le secteur des finances, décide de payer de sa poche.
Mike Duffy à son arrivée jeudi au palais de justice d'OttawaMike Duffy à son arrivée jeudi au palais de justice d'Ottawa  Photo :  PC/Adrian Wyld
Le 22 février 2013, dans un courriel qu'il fait parvenir à Benjamin Perrin - l'avocat du premier ministre - au sujet de ses intentions, il écrit : « Nous avons le feu vert du côté du PM (we are good to go from the PM). »
Que voulait-il dire exactement? Le 14 mai 2013, quelques jours avant de quitter son poste de chef de cabinet de Stephen Harper, il explique dans un autre courriel : « Le premier ministre sait dans les grandes lignes que j'ai personnellement aidé Duffy. »
Stephen Harper a toujours nié avoir été au courant de toute l'affaire. Questionné dimanche sur la signification de l'expression « feu vert » (good to go), il a indiqué : « Ces mots ne sont pas les miens, ce sont ceux de quelqu'un d'autre. » « J'ai dit à plusieurs reprises et je pense que les faits sont clairs, que je ne savais pas que M. Wright avait fait un paiement à M. Duffy et dès que je l'ai su, j'ai rendu l'information publique. »
Mais plusieurs documents déposés en cour laissent entendre que le premier ministre mettait beaucoup de pression sur son équipe pour calmer la crise. Le chef du NPD, Thomas Mulcair, croit que le premier ministre en savait plus que ce qu'il veut bien admettre.
« Vous rappelez comme moi que le premier ministre est cité par son chef de cabinet comme ayant dit "nous avons le feu vert", alors tout est bon avec le premier ministre. [...] Quand j'ai posé cette question en chambre à Stephen Harper [...], il a dit : "oui, oui, j'ai dit le feu vert, mais c'était par rapport au fait que c'était un feu vert pour que M. Duffy paie ses propres frais". On verra bien si ça tient la route lors du procès. »— Thomas Mulcair, chef du NPD lors d'un point de presse dimanche
Le scandale des dépenses au Sénat
Mike Duffy simple victime
L'avocat de Mike Duffy a indiqué en début de procès qu'il comptait utiliser le témoignage de Nigel Wright pour prouver que son client est la victime de toute cette affaire. Selon Donald Bayne, il s'agissait de venir à bout de la résistance du sénateur, qui ne voulait pas rembourser des allocations de logement auxquelles il était convaincu d'avoir droit, afin d'en finir avec l'attention médiatique suscitée par cette affaire.
Le parcours de Nigel Wright

Nigel Wright a succédé à Guy Giorno comme chef de cabinet de Stephen Harper en 2010. Il a laissé un lucratif emploi au sein de la firme d'investissement ONEX pour venir s'installer à Ottawa. Décrit par plusieurs comme un travailleur infatigable, il était souvent le premier à arriver au bureau et le dernier à le quitter. Avide coureur, malgré l'imposant horaire de travail, il se lève chaque matin vers 4 h pour parcourir une vingtaine de kilomètres avant de se rendre au bureau.

Ses années passées dans le secteur de la finance lui ont permis d'amasser une confortable fortune. Lors d'une entrevue avec la Gendarmerie royale du Canada (GRC), il a indiqué n'avoir jamais fait de réclamation de dépenses durant ses années au bureau du premier ministre, estimant que les contribuables ne devraient pas payer pour ses fonctions s'il a de façon légitime assumé lui-même ces dépenses.

Il a quitté son poste de chef de cabinet le 19 mai 2013, après que l'affaire eut éclaté au grand jour. Le 15 avril 2014, la GRC l'avisait qu'il ne ferait pas l'objet d'accusations criminelles. Le 28 juillet de la même année, la firme ONEX annonçait que Nigel Wright reprenait du service avec l'entreprise. Il est présentement directeur général du bureau d'ONEX à Londres.

Élections Canada 2015 Même pas 18 ans et candidate aux élections

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

Mise à jour le mercredi 12 août 2015 à 4 h 09 HAE

Casandra Poitras, candidate pour le Parti vert dans Longueuil-Saint-Hubert
Casandra Poitras, candidate pour le Parti vert dans Longueuil-Saint-Hubert  Photo :  Radio-Canada/Marie-Laure Josselin

Elle s'appelle Casandra Poitras. Elle a 17 ans et va à l'école secondaire. Et elle pourrait aussi porter le titre de la plus jeune candidate aux élections fédérales de l'histoire du Canada.
Celle qui soufflera ses 18 bougies le 19 octobre, jour du scrutin, souhaite briguer les couleurs du Parti vert dans la circonscription de Longueuil-Saint-Hubert.
La jeune Longueuilloise doit encore avoir les signatures d'au moins 100 électeurs pour déposer sa candidature. Ce qu'elle est déterminée à obtenir.
Depuis toute petite, elle s'intéresse aux causes écologiques. C'est lors d'un discours du Daniel Green, chef adjoint du Parti vert et candidat dans Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs, qu'elle a réalisé qu'elle avait un « intérêt présent et concret pour la nature et l'environnement ».
« On dit toujours que j'ai une tête forte [...], j'étais toujours la fille qui défendait des causes à l'école. »— Casandra Poitras
Écoutez-la décrire ce qui la motive à se lancer en politique. 
Pour l'écouter sur votre appareil mobile, cliquez ici.
Comme sauter en parachute
Casandra se lance sans hésiter dans cette campagne électorale. Lorsqu'elle a appris que sa candidature était acceptée, elle a eu l'impression de sauter en parachute, avoue-t-elle. « Mais maintenant, j'ai les deux pieds sur terre, je suis prête à affronter ma campagne, mes responsabilités, et à vraiment militer pour les élections », explique-t-elle.
« Je n'ai rien à perdre, je suis confiante, j'ai de bonnes valeurs, j'ai une bonne éducation. Je sais que je peux faire un changement, et je vais le faire. »— Casandra Poitras
Et la jeune fille n'a pas peur d'affronter des adversaires plus expérimentés.
« Personnellement, je me dis que c'est une personnalité contre une personnalité. Il a juste un peu plus d'expérience que moi, mais ça ne veut pas dire que je n'ai pas autant de bonnes idées que lui. »— Casandra Poitras
Elle a commencé au Parti vert comme bénévole. « J'ai travaillé dans l'équipe de Daniel Green juste pour voir, avant de me mettre dans le champ de guerre pour tâter le terrain. Est-ce que j'aime vraiment ça? Est-ce que j'aime assez l'environnement? Pour voir si j'étais vraiment faite pour ça. [...] J'ai complètement tripé. »
La jeune fille compte un jour faire partie d'associations de défense de l'environnement, mais pour le moment, elle s'engage corps et âme avec le Parti vert : « Ça a vraiment collé à mon image à moi, et j'ai compris que c'était mes valeurs et ce que je voulais faire. »
Propos recueillis par Marie-Laure Josselin

Un mariage « anticonformiste » pour le couple Snyder-Péladeau

http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/

Mise à jour le mardi 11 août 2015 à 19 h 09 HAE

Pierre Karl Péladeau et sa conjointe, Julie Snyder, au Centre des congrès de Québec
Pierre Karl Péladeau et sa conjointe, Julie Snyder (archives)  Photo :  Mathieu Belanger/Reuters

Céline Dion ne sera pas présente au mariage du couple Péladeau-Snyder samedi à Québec, mais elle transmettra un message aux nouveaux mariés. Le magazine françaisParis Match devrait pour sa part y assister. À quatre jours du jour J, Julie Snyder a accepté de révéler à Radio-Canada des détails supplémentaires de la fête « anticonformiste » qui réunira 400 convives dans le Vieux-Québec.
La cérémonie aura lieu dans la chapelle du Musée de l'Amérique francophone. « On essaie de garder ça simple, même si on est conscient que ça va être un grand mariage », affirme la future mariée jointe aux Îles-de-la-Madeleine.
En plus de membres des familles, de collègues et d'amis, tous les députés du Parti québécois et plusieurs artistes ont été conviés à l'événement. Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a aussi été invité. Toutefois, Brian Mulroney, un proche du couple, n'y sera pas.
Céline Dion non plus n'assistera pas à l'événement. « Comme on le sait, elle a sa première de spectacle le 25 août à Las Vegas et elle est aussi auprès de René [ Angélil ] », explique Julie Snyder.
La diva québécoise a néanmoins préparé un message aux nouveaux mariés qui leur sera transmis lors la cérémonie.
La célèbre chanteuse doit également présenter la prestation de sa filleule, Romy, la fille du couple. « Céline va présenter sa filleule Romy, qui va chanter. Romy fera partie des chanteuses et des chanteurs qui seront présents », révèle l'animatrice. Plusieurs chanteurs québécois, dont certains proches de la productrice, seront aussi de la fête.
L'animatrice parle d'un événement « festif », pas « politique », ni « mondain ». « On aimerait ça que ça soit le plus sympathique possible. »
Mariage civil
La célébration du mariage aura lieu à la chapelle laïque du Musée de l'Amérique francophone, puis les festivités se déplaceront juste à côté, dans la cour intérieure du Petit Séminaire de Québec. « C'était important de le faire dans un lieu historique », souligne Julie Snyder.
Le chef de l'opposition arrivera sur un vélo tandem vers 17 h 15. Sa future épouse suivra dans une voiture électrique Tesla.
Comme on le sait, c'est le maire de Québec qui unira leurs destinées. Régis Labeaume célébrera son 7e mariage.
« Le maire Labeaume va apporter sa couleur, c'est lui qui a préparé son texte. On s'attend à des surprises de la part du maire. »— Julie Snyder

Pierre Karl Péladeau a choisi comme témoin l'animateur français Michel Drucker. Pour sa part, Julie Snyder en aura deux : Benoît Clermont et Marianik Giffard, des proches collaborateurs aux Productions J, sa boîte de production.
Leur fils Thomas prononcera un « petit discours » lors la cérémonie, signale-t-elle.
Le public pourra voir le célèbre couple à la sortie de la cérémonie.
« Les gens sont invités à venir nous voir. Ça va nous faire plaisir. La rue n'est pas fermée. »— Julie Snyder

La colorée animatrice a aussi révélé quelques détails sur ses tenues vestimentaires. Elle portera trois robes, dont une confection de la designer québécoise Julie Pesant, pour le cocktail. Pour la soirée, elle a opté pour une robe courte signée Denis Gagné qui lui permettra de « danser, chanter et faire du karaoké ». Toutes ses tenues ont été choisies en collaboration avec la designer Annie Horth.
L'animatrice, qui retournait à Montréal ce soir, arrivera à Québec jeudi où elle aura droit à un enterrement de vie de jeune fille. À l'approche de l'événement, elle se disait « nerveuse et fatiguée... comme toute future mariée! »
Les préparatifs sont commencés dans la cour arrière du Petit Séminaire, où un chapiteau sera érigé.Les préparatifs sont commencés dans la cour arrière du Petit Séminaire, où un chapiteau sera érigé.
Préparatifs en cours
Les préparatifs sont commencés dans la cour intérieure du Petit séminaire de Québec. Mardi, une vingtaine de travailleurs étaient à l'oeuvre pour ériger le chapiteau où se déroulera la réception.
C'est l'architecte de Québec, Pierre Thibault, qui a conçu les plans. « Ça va être très simple et très sobre. »
Le couple a choisi des produits québécois pour la réception. La plupart des traiteurs viennent de la région de Québec. Le menu comprendra notamment des mets amérindiens et thaïlandais. À l'exception de poissons et de crustacés, les plats seront végétariens.
Voici la liste des traiteurs :

  • La Traite (Wendake)
  • Laurie Raphaël (Québec)
  • Saint-Amour (Québec)
  • La Mangue verte (Québec)
  • Nourcy Traiteur (Québec)
  • Lio Traiteur (Lionel Piraux)
  • La chef Mannica Utapat, spécialiste de la cuisine thaïlandaise
  • Laiterie Charlevoix
  • Yannick Fromagerie
  • Patrice Patissier (Patrice Demers)
  • La cane à sucre