mardi, mars 22, 2016

Points saillants du budget fédéral déposé par le ministre Bill Morneau

http://www.985fm.ca/economie/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 22 mars 2016 à 16h10. Modifié par 98,5 fm à 16h45.
OTTAWA - Voici les points saillants du budget déposé mardi par le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau:
- Le déficit prévu pour l'année financière 2016-2017 atteint 29,4 milliards $; il doit ensuite être réduit à 29,0 milliards $ en 2017-2018, 22,8 milliards $ en 2018-2019, 17,7 milliards $ en 2019-2020 et 14,3 milliards $ en 2020-2021.

- Les dépenses de programmes bondissent sous le nouveau gouvernement libéral: elles passent de 270,9 milliards $ en 2015-2016 à 291,4 milliards $ en 2016-2017, puis à 304,6 milliards $ en 2017-2018. En 2020-2021, elles doivent atteindre 323,2 milliards $.

- Le ministre Morneau prévoit que ses mesures de relance de l'économie entraîneront une hausse du produit intérieur brut de 0,5 pour cent dans la première année et de 1,0 pour cent au cours de la deuxième année.

- Les parents d'enfants de moins de 18 ans toucheront la nouvelle Allocation canadienne pour enfants à compter du mois de juillet. Une famille qui a deux enfants et dont le revenu annuel s'élève à 90 000 $ recevra 5650 $, soit 2500 $ de plus que dans le système actuel.

- Le gouvernement prévoit des investissements de 8,4 milliards $ en cinq ans pour l'amélioration des conditions de vie des peuples autochtones.

- Abolition du fractionnement du revenu pour les couples avec enfant, du crédit d'impôt pour les activités sportives des enfants ainsi que du crédit d'impôt pour les activités culturelles des enfants.

- Le taux d'imposition pour les petites entreprises est réduit de 11 à 10,5 pour cent, mais l'engagement du précédent gouvernement de le ramener à 9 pour cent est reporté indéfiniment.

- Une somme additionnelle de 5,6 milliards $ sur une période de cinq ans est allouée aux anciens combattants et à leurs familles, dont une augmentation de l'indemnité d'invalidité, qui pourra atteindre 360 000 $. Le gouvernement entend aussi rouvrir neuf centres de services pour anciens combattants qui avaient été fermés par le précédent gouvernement, en plus d'en ajouter un autre.

- Le gouvernement entend investir 675 millions $ sur une période de cinq ans dans la Société Radio-Canada.

Couillard n'exclut pas d'évincer Normandeau du PLQ

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 22 mars 2016 à 00h00 | Mis à jour à 00h00
Nathalie Normandeau, ancienne vice-première ministre, a été arrêtée... (PHOTO REUTERS)
Nathalie Normandeau, ancienne vice-première ministre,
a été arrêtée par l'UPAC la semaine dernière.
PHOTO REUTERS

MARTIN CROTEAU
La Presse
(Québec) Nathalie Normandeau pourrait être exclue du Parti libéral du Québec (PLQ), a indiqué Philippe Couillard lundi, alors que sa formation politique s'est terrée dans le mutisme sur la suite à donner à la rafle policière de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) qui a mené à l'arrestation de l'ancienne vice-première ministre.
De passage au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où se déroule une élection partielle, le premier ministre n'a pas exclu la possibilité de retirer sa carte de membre à l'ancienne députée de Bonaventure. Celle-ci est accusée de complot, de fraude, de corruption et d'abus de pouvoir pour des gestes commis alors qu'elle siégeait au gouvernement de Jean Charest.
«Nos instances vont se prononcer là-dessus, vous avez vu, à l'égard de ce cas-là, a dit M. Couillard. Il faut savoir que, un, elle n'a pas été reconnue coupable. Mme Normandeau, elle est mise en accusation. Deuxièmement, elle n'a pas de fonction définie au sein du parti.»
«Ceci dit, il est important que notre comité d'éthique se penche sur la question», a-t-il ajouté.
Le PLQ a indiqué en fin de semaine que sa commission juridique et son comité d'éthique seront saisis du cas de Mme Normandeau. Ils pourraient recommander de révoquer son statut de membre.
Quand cet examen aura-t-il lieu? Les recommandations seront-elles rendues publiques? Le porte-parole du parti, Maxime Roy, a refusé de répondre aux questions de La Presse, dans une déclaration laconique par courriel qu'«aucun autre commentaire ne sera émis sur le sujet».
Le même mutisme régnait dans d'autres instances du Parti libéral. La présidente de la commission juridique, Émilie Nadeau, n'a pas rappelé La Presse, pas plus que l'ancien président du parti, Marc Tanguay. La commission-jeunesse du PLQ a refusé de commenter le dossier.
«Ça ne nous concerne simplement pas», a résumé le porte-parole de cet organisme, Frédéric Bourgeois-Leblanc.
Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, n'a pas ajouté son grain de sel au débat lorsqu'on l'a questionné sur le cas de Mme Normandeau.
«Je ne suis pas membre du PLQ, et ça m'étonnerait que je le devienne un jour, a-t-il dit lors d'un point de presse à Montréal. C'est une question intéressante, mais qui ne me concerne pas.»
Nathalie Normandeau n'est pas la seule libérale qui a été arrêtée lors de l'opération de l'UPAC, jeudi dernier. L'ex-ministre Marc-Yvan Côté et l'ancien chef de cabinet de Mme Normandeau, Bruno Lortie, ont aussi été épinglés. L'opération visait également Mario Martel et France Michaud, d'anciens dirigeants de la firme de génie-conseil Roche (aujourd'hui Norda Stelo).
Deux anciens membres du personnel de bureau de circonscriptions péquistes ont également été arrêtés jeudi dernier.
- Avec la collaboration d'Audrey Ruel-Manseau et de Tommy Chouinard

Madame Normandeau, videz votre sac!

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
Le PLQ songe à exclure Nathalie Normandeau du parti...
Nathalie NormandeauSi j'étais elle, vous pouvez être sûre que je ne coulerais pas seule! J'en emmènerais une méchante gang avec moi...
C'est le parti qui l'a poussée à tourner les coins ronds pour amasser du fric. On la félicitait, on lui donnait des claques dans le dos...
Et là, maintenant qu'elle s'est faite prendre, on la lâche!!!!
Mme Normandeau, videz votre sac!

Les dangers de l’amnésie

http://www.journaldemontreal.com/

MISE à JOUR 
Depuis quelque temps, dès qu’il est question d’immigration, de langue, de laïcité et d’identité québécoise en général, on entend plus la CAQ que le PQ.
La CAQ n’a pas caché qu’elle prenait un virage réso­lument nationaliste, mais à l’intérieur du Canada. Cependant, comment expliquer la nouvelle discrétion du PQ?
Des militants me donnent deux raisons.
Double erreur
La première serait que le PQ est sorti traumatisé de l’épisode de la charte des valeurs, qu’il rendrait en partie responsable de sa défaite électorale.
Bouillie pour les chats! Les chiffres disponibles sont clairs: l’idée d’une charte et l’essentiel de son contenu étaient soutenus par une majorité d’électeurs francophones.
Les Québécois, qui ne sont pas des idiots, comprenaient toutefois que le sujet était délicat et ne se prêtait pas à de la petite politicaillerie.
Si le PQ ne se réapproprie pas la question identitaire, il va le payer cher.
Quand ils ont vu que le PQ voulait transformer la charte en enjeu électoral pour se faire réélire, ils ont décroché. Ajoutez à cela le flou référendaire et les carottes étaient cuites.
La deuxième raison de cette nouvelle timidité du PQ serait, me dit-on, l’espoir de faire des percées auprès des «communautés culturelles».
On croit rêver! Des gens comme Bernard Landry ont passé plus de 30 ans de leur vie à expliquer inlassablement le projet souverainiste aux néo-Québécois. Les résultats furent modestissimes.
J’aimerais qu’on m’explique ce qu’on va leur dire de nouveau ou, sinon, sur quoi on se base pour croire que le même discours aurait des résul­tats différents.
Au milieu des années 2000, le PQ, diri­gé alors par André Boisclair, ne voulait plus toucher à la question identitaire. Il se voulait «moderne», «branché», «civique».
C’est donc l’ADQ de Mario Dumont qui, sans se laisser intimider par la nomenklatura médiatique, a enfourché la défense de l’identité québécoise.
Résultat: aux élections de 2007, l’ADQ est devenue l’opposition officielle et le PQ a fait le pire score de son histoire jusque-là. L’a-t-on oublié?
Pourquoi ?
Curieusement, le PQ actuel se veut, si j’ai bien compris, plus résolument souverainiste qu’à aucun moment depuis les années de Jacques Parizeau.
Très bien. Alors s’il délaisse la question identitaire, quelles sont les nouvelles raisons fortes du projet souverainiste?
La souveraineté pour une prospérité économique accrue? On peut le documenter et le plaider, mais le mieux que le PQ pourra obtenir sera de rassurer. Je reçois encore des courriels sur les pensions de vieillesse...
La souveraineté pour construire un Québec de gauche? C’est le meilleur discours pour envoyer un tas de nationalistes dans les bras de la CAQ.
La souveraineté pour construire un Québec vert? Trois jeunes députés du PQ, surnommés «les trois mousquetaires», avaient proposé cela il y a une dizaine d’années. On n’a jamais vu, nulle part, un peuple faire l’indépendance pour cela.
La souveraineté pour éliminer les dédoublements administratifs? Très emballant, n’est-ce pas?
Que cela plaise ou pas, on revient toujours à la case de départ: la justification fondamentale du projet souverainiste, c’est la protection d’une identité québécoise qui, sans être figée, nous distingue des autres.
Si le PQ ne se réapproprie pas cette question, il va le payer cher.

Le PLQ contredit Jean-Marc Fournier

http://www.journaldemontreal.com/

L’élu libéral prétend que le Parti oblige toujours ses ministres à récolter 15 000$ par année


«Est-ce qu'au Parti libéral il existe toujours des objectifs de financement pour les ministres en ce moment?» a demandé un journaliste au ministre Jean-Marc Fournier le 24 novembre 2015. « Ils sont autour de 15 000 $ par année maintenant» a-t-il répondu.

MISE à JOUR 
Le Parti libéral du Québec contredit Jean-Marc Fournier quant aux objectifs de financement imposés aux ministres du gouvernement Couillard.
«Est-ce qu'au Parti libéral il existe toujours des objectifs de financement pour les ministres en ce moment?» a demandé un journaliste au ministre Jean-Marc Fournier le 24 novembre 2015. « Ils sont autour de 15 000 $ par année maintenant» a-t-il répondu. Le ministre des Institutions démocratiques s’était dit favorable aux conclusions du rapport de la commission Charbonneau, en novembre dernier.
M. Fournier avait également confié que les ministres libéraux devaient toujours recueillir 15 000 $ par année pour financer les activités du PLQ.
Sous l’ère Charest, les ministres devaient amasser chacun 100 000 $, une pratique passablement critiquée par le rapport Charbonneau.
Les quotas de financement pour les ministres libéraux, c’est terminé depuis «plusieurs années», soutient le porte-parole du parti, Maxime Roy, qui est toutefois incapable de mettre une date sur la fin de cette pratique. À l’heure actuelle, les 125 associations de circonscription ont des cibles oscillant entre 5000 et 10 000 $. «Que tu sois député ou ministre, il n’y a pas d’objectif supplémentaire», insiste-t-il.
Autres partis
Au Parti québécois, les objectifs de financement des associations de comté ont également connu une baisse. L’an dernier, les cibles allaient de 5000 à
25 000 $, dépendamment de la circonscription. Au Conseil national de février, les militants ont opté pour des objectifs plus modestes: entre 2000 et 15 000 $, précise le député péquiste Mathieu Traversy. L’objectif national du PQ, qui a des dettes, est d’amasser un million $ en dons politiques.
Chez les caquistes, ce sont les comités d’action locaux des différentes circonscriptions qui établissent une cible de financement. Selon une source caquiste, les comtés doivent récolter entre 500 et 5000 $ par année.
Dans les rangs solidaires, on n’a pas «d’objectif» en soi, si ce n’est le minimum de contributions requis de 220 000 $ pour bénéficier de l’aide du Directeur général des élections.
Des millions d’argent public
Depuis 2012, la limite des dons par électeur aux partis politiques a été réduite à 100 $. Le financement public occupe désormais une part prépondérante du financement. Il est calculé en fonction du pourcentage des votes aux dernières élections obtenu par une formation politique.
En 2015, le DGEQ a versé 4 millions $ au PLQ, 2,6 millions $ au PQ, 2,3 millions $ à la CAQ et près d’un million $ à QS.

FINANCEMENT PUBLIC DES PARTIS POLITIQUES EN 2015

PLQ: 4 M$
PQ: 2,6 M$
CAQ: 2,3 M$
QS: 954 000 $

FINANCEMENT PUBLIC DES PARTIS POLITIQUES PENDANT LES ANNÉES ÉLECTORALES

PLQ: 6,8 M$
PQ: 4,3 M$
CAQ: 3,9 M$
QS: 1,6 M$

La Belgique est un «film d'horreur», déplore Donald Trump

http://fr.canoe.ca/infos/international/

22-03-2016 | 09h39

WASHINGTON - Le candidat à la présidentielle américaine Donald Trump a dépeint la situation en Belgique touchée par des attentats meurtriers mardi matin comme un «film d'horreur», assurant que la capitale belge était devenue «une catastrophe».
«Vous souvenez-vous combien Bruxelles était un endroit beau et sûr. Ce n'est plus le cas, c'est un monde différent! Les États-Unis doivent être vigilants et intelligents», a commenté le républicain dans un tweet, avant de prendre la parole dans les matinales de plusieurs télévisions.

Do you all remember how beautiful and safe a place Brussels was. Not anymore, it is from a different world! U.S. must be vigilant and smart!

«Bruxelles était une belle ville, il y avait zéro violence. Et maintenant c'est devenu une catastrophe, un désastre total», a-t-il insisté sur Fox news, profitant de l'interview téléphonique pour réitérer sa proposition d'interdire temporairement l'entrée des musulmans sur le sol américain de peur qu'un extrémiste ne se cache parmi eux.
«La Belgique n'est plus la Belgique (...) La Belgique est devenue un film d'horreur. Des choses horribles se produisent. Les gens partent, ont peur. Et tout cela franchement parce que les gens ne s'intègrent pas», a-t-il déclaré dans l'émission Today show de la chaîne NBC.
«Nous ne permettrons pas que cela se produise dans notre pays. Si cela venait à se produire, nous trouverions les responsables et ils souffriraient grandement», a-t-il menacé.
«Comme tous les Américains, les images de ce carnage m'écoeurent», a commenté son concurrent des primaires John Kasich, tandis que l'ultra-conservateur Ted Cruz assurait: «ces attaques terroristes ne sont pas des incidents isolés (...) l'islam radical est en guerre contre nous».
Sur Fox news, Donald Trump qui est décrié pour ses propos anti-immigration et ses incitations à la violence lors de réunions électorales, a également commenté l'arrestation vendredi à Bruxelles du suspect-clé des attentats de Paris, Salah Abdeslam.
«La police n'a aucune pénétration dans le quartier» où il a été arrêté, a estimé M. Trump. «Il est l'homme le plus recherché du monde. Et il vivait là, juste sous leur nez», a-t-il ajouté.
Bruxelles a été la cible mardi matin de plusieurs attentats terroristes, avec de puissantes explosions à l'aéroport international et dans le métro qui ont fait au moins 26 morts et des dizaines de blessés.

Le corps d'une femme retrouvé à Longueuil

http://fr.canoe.ca/infos/societe/

Le corps d'une femme retrouvé à Longueuil
Photo Maxime Deland / Agence QMI
C'est un passant qui a fait la macabre découverte, vers 15 h, à proximité de l'intersection des boulevards Jacques-Cartier et Norbert. 

Maxime Deland


Dernière mise à jour: 21-03-2016 | 21h46



LONGUEUIL - Le corps d'une femme en état de décomposition avancée a été découvert lundi après-midi, à Longueuil.
«Le corps a été retiré des lieux et transporté à l'hôpital. La dame est connue de nos services», a affirmé le capitaine Bernard Bélisle de la police de Longueuil.
L'identité de la personne n'a pu être dévoilée par les autorités parce que la famille n'avait pas encore été avisée.
La nature et les causes du décès demeurent inconnues. «Toutes les hypothèses sont étudiées pour expliquer la mort de la personne retrouvée», a indiqué l'agent Tommy Lacroix, porte-parole de la police de Longueuil.
Un coroner doit examiner le corps de la victime.
C'est un passant qui a fait la macabre découverte, vers 15 h, à proximité de l'intersection des boulevards Jacques-Cartier et Nobert.
Un périmètre de sécurité a été érigé en après-midi pour protéger la scène, périmètre qui a été levé en début de soirée.
Des enquêteurs et des techniciens en identité judiciaire de la police de Longueuil ont été dépêchés sur place pour entamer l'enquête.

Céline Bonnier et Benoit Gouin éprouvés dans L'heure bleue à TVA

http://fr.canoe.ca/divertissement/telemedias/nouvelles/

Céline Bonnier et Benoit Gouin éprouvés dans L'heure bleue à TVA
Céline Bonnier et Benoit Gouin.Photos Archives / Agence QMI

Yan Lauzon



Avant même la fin de leur populaire téléroman Yamaska, les auteurs Anne Boyer et Michel d'Astous s'affairent à une nouvelle série intitulée L'heure bleue, avec Céline Bonnier et Benoit Gouin dans les rôles principaux.
Pour sa collaboration attendue en janvier 2017, toujours à TVA, le prolifique duo formé il y a 30 ans racontera l'histoire d'un couple qui peine à retrouver l'équilibre et la sérénité après un événement tragique qui a fait éclater sa famille. Un récit qui s'annonce costaud.
«Avec cette série nous voulons aborder plusieurs thèmes: les conséquences énormes d'avoir un jeune enfant atteint lourdement d'un TDAH (trouble d'attention avec hyperactivité), la rivalité sourde d'un couple qui se sépare, l'insertion d'une femme dans un nouveau milieu urbain et multiculturel, l'obsession compulsive d'un homme qui tourne à la soif de vengeance. Mais notre série c'est surtout l'histoire de la reconstruction de deux personnages au bord d'un précipice», ont détaillé les auteurs dans un communiqué.

DES ACTEURS TRÈS OCCUPÉS

Cette nouvelle production sera réalisée par Stéphane Beaudoin qui a notamment dirigé le plateau de Yamaska. C'est lui qui dirigera Céline Bonnier et Benoit Gouin, qui auront la tâche d'incarner une mère et un père fortement éprouvés.
Céline Bonnier est partout. Lauréate du prix de la meilleure actrice au Gala du cinéma québécois pour son rôle dans La passion d'Augustine, détenue à Lietteville dans Unité 9 avec son rôle de Suzanne, et bientôt tête d'affiche de la série policière Séquelles à Séries +, l'actrice retrouve un personnage de premier plan à TVA, elle qui avait accepté de donner la réplique à Claude Legault pendant trois saisons dans la comédie Un sur 2. Sans compter qu'elle fait partie de la distribution du drame d'André ForcierEmbrasse-moi comme tu m'aimes, dont la sortie est prévue cette année.
Benoit Gouin ne chôme pas non plus. Un des hommes les plus sollicités du petit écran québécois, il a récemment pris part à l'aventure Marche à l'ombre à Super Écran tout comme Laurence Leboeuf et Ève Duranceau, a été vu aux côtés de Charles Lafortune et Guy Jodoin dans des scènes de la série dramatique Karl & Max offerte sur Club illico, et il appuie Sébastien Ricard sur le plateau du thriller Le clan, dont la deuxième saison est attendue ce vendredi à ICI Radio-Canada Télé.

UNE FINALE QUI APPROCHE

Le tournage de L'heure bleue s'amorcera en août. On ne connaît pas encore le jour et l'heure de diffusion de la série à TVA.
Avant de voir leurs textes prendre vie, Anne Boyer et Michel d'Astous - à qui on doit également les succès Sous un ciel variableLe retour 2 frères,Nos étés et Le gentleman - pourront voir, tout comme les téléspectateurs, l'histoire de Yamaska prendre fin, le lundi 28, avec la diffusion du tout dernier épisode.
Un chant du cygne qui devrait être beaucoup moins triste que le plus récent rendez-vous avec Étienne et Hélène, comme l'a assuré Anne Boyer sur la page Facebook de l'émission.
«Bonjour tout le monde! Je suis désolée que l'émission d'hier soir ait laissé un goût amer à certains d'entre vous. Soyez avec nous la semaine prochaine. Je vous promets une dernière émission, belle, pleine d'amour et toute en douceur», a-t-elle écrit.
La semaine suivante, le documentaire Yamaska et moi marquera les véritables adieux du téléroman en ondes pendant sept saisons.

8 choses à surveiller dans le budget fédéral

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 6 H 02
Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau
Le ministre des Finances du Canada, Bill Morneau   PHOTO : PC/SEAN KILPATRICK
Au-delà des promesses électorales, le premier budget de l'ère Justin Trudeau sera le vrai plan qui guidera les actions du gouvernement libéral au cours des prochaines années. Et ce plan, présenté cet après-midi par le ministre des Finances, Bill Morneau, s'annonce consistant. Voici 8 choses à surveiller.

Un texte de Gaétan Pouliot

1. DES DÉFICITS POUR RELANCER L'ÉCONOMIE 
Un homme analyse des données financières
Un homme analyse des données financières   PHOTO : ISTOCK
Les « modestes » déficits annoncés par Justin Trudeau en campagne électorale pour relancer l'économie et aider la classe moyenne seront plus importants que prévu.
Le mois dernier, le ministre Bill Morneau annonçait que le manque à gagner s'élèverait à plus de 18 milliards de dollars cette année... sans compter les nombreuses promesses faites lors des élections.
Mais pas question de revoir le plan de match. « Un gouvernement moins ambitieux aurait profité de ces conditions pour se cacher, effectuer des compressions ou être trop prudent », a dit le ministre Morneau.
Si les libéraux remplissent leurs promesses, le déficit pourrait s'élever à près de 30 milliards de dollars cette année, soit trois fois plus que ce que prévoyaient les troupes de Justin Trudeau en campagne électorale.

2. DES MILLIARDS POUR LES INFRASTRUCTURES
Travaux routiers dans la région de Montréal.
Travaux routiers dans la région de Montréal.   PHOTO : ISTOCKPHOTO
Une partie des déficits sera utilisée pour faire des investissements « sans précédent » dans les infrastructures.
Les budgets en infrastructure seraient aussi bonifiés pour les années suivantes. Sur 10 ans, les investissements fédéraux passeraient de 65 à 125 milliards de dollars pour les transports collectifs, les logements abordables et les infrastructures vertes (aqueducs, traitement des eaux usées et énergie propre).
Cette année, le gouvernement Trudeau compte majorer de 5 à 10 milliards dollars les fonds disponibles.

3. NOUVELLE ALLOCATION FAMILLIALE
Des enfants dans une garderie
Des enfants dans une garderie   PHOTO : GETTY IMAGES/ERIC CABANIS
Le budget fédéral devrait mettre fin à la Prestation universelle pour garde d'enfants (PUGE) mise en place par les conservateurs. Pour remplacer cette prestation, leslibéraux instaureront une Allocation canadienne aux enfants, pièce maîtresse du plan libéral.
Ce nouveau programme pourrait offrir une aide annuelle supplémentaire de quelque 2500 $, non imposable, aux familles de quatre personnes de la classe moyenne. À surveiller!

4. FIN DU FRACTIONNEMENT DU REVENU
Un couple calcule ses dépenses.
Un couple calcule ses dépenses.   PHOTO : ISTOCK

« Nous annulerons la mesure de fractionnement du revenu ainsi que les autres allégements fiscaux pour les plus riches », a promis le Parti libéral. Cette mesure privait l'État de 2 milliards de dollars et profitait qu'à environ 15 % des ménages, selon les libéraux. L'argent serait plutôt utilisé pour soutenir les familles de la classe moyenne.

5. RETRAITE À 65 ANS
Travailleurs de la construction
Travailleurs de la construction   PHOTO : PC/RYAN REMIORZ
L'âge de la retraite demeurera à 65 ans plutôt que de passer à 67 ans comme l'avait décrété le gouvernement de Stephen Harper.
Justin Trudeau en a fait l'annonce lors d'une entrevue qu'il a accordée à New York, jeudi dernier. Cette « erreur » des conservateurs sera corrigée dans le budget de mardi, a précisé le premier ministre.

6. MODERNISER L'ASSURANCE-EMPLOI
Recherche d'emplois
aux de chômage   PHOTO : ISTOCK
Les libéraux comptent « moderniser » le programme d'assurance-emploi en élargissant l'accès et en réduisant les cotisations.
Entre autres, le budget pourrait annoncer qu'il met fin à la « règle discriminatoire » qui demande aux nouveaux travailleurs ou à ceux qui retournent sur le marché du travail d'accumuler 910 heures de travail avant de pouvoir obtenir des prestations d'assurance-emploi.
La promesse libérale de diminuer l'attente de prestations d'assurance-emploi de deux à une semaine ne sera toutefois pas concrétisée avant 2017, a dit la ministre de l'Emploi, MaryAnn Mihychuk.

7. DE L'ARGENT FRAIS POUR RADIO-CANADA
La Maison de Radio-Canada à Rimouski
La Maison de Radio-Canada à Rimouski
Le Parti libéral s'est engagé à annuler les compressions budgétaires infligées à Radio-Canada par Stephen Harper et d'y réinvestir. Avant d'être nommée ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly a notamment participé à une marche pour le diffuseur public.
Dans son programme électoral, les libéraux promettaient d'injecter 75 millions de dollars supplémentaires en 2016, puis 150 millions les autres années. La promesse sera-t-elle respectée?
En plus de Radio-Canada, Téléfilm Canada, l'Office national du film et le Conseil des arts du Canada devraient avoir de nouveaux budgets.

8. DES FONDS POUR BOMBARDIER?
Une usine de Bombardier où l'on assemble des avions de la C Series.
Une usine de Bombardier où l'on assemble des avions de la C Series.
Y aura-t-il aussi de l'argent dans le budget pour Bombardier? Difficile à dire : Ottawa se laisse désirer sur cette question.
Mais c'est ce que souhaite ardemment le géant de l'aéronautique et le gouvernement du Québec qui a investi 1,3 milliard de dollars dans le programme de la C Series, ce nouvel avion d'affaires. Un avion « extraordinaire », selon le premier ministre Trudeau.

L'ex-maire de Toronto Rob Ford a été transféré à l'unité des soins palliatifs

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le lundi 21 mars 2016 à 20h21. Modifié par 98,5 fm le mardi 22 mars 2016
L'ex-maire de Toronto Rob Ford a été transféré à l'unité des soins palliatifs
Photo prise en mai 2015 lors des premiers traitements de Rob Ford/AP
TORONTO - La famille de Rob Ford a annoncé, lundi, que l'ex-maire de Toronto était hospitalisé et recevait des soins «de nature palliative» alors qu'il poursuit son combat contre le cancer.
Le porte-parole Dan Jacobs a indiqué que les proches de M. Ford étaient à ses côtés 24 heures sur 24, mais a précisé que le politicien âgé de 46 ans avait été transféré à l'unité des soins palliatifs.
M. Jacobs a expliqué que les soins comprenaient de la sédation et que Rob Ford était maintenant bien et se reposait.

M. Ford a appris qu'il souffrait d'un cancer en septembre 2014, moins d'un an après qu'il eut avoué avoir fumé du crack alors qu'il se trouvait dans un état de ?stupeur éthylique?.

La maladie l'a forcé à abandonner ses efforts pour se faire réélire à la mairie de Toronto et de plutôt briguer un siège de conseiller municipal, qu'il a remporté avec une majorité écrasante des voix en dépit de sa réputation.

Durant son mandat de maire, Rob Ford a commis de multiples impairs hautement médiatisés, incluant des insultes à l'égard des minorités, des commentaires obscènes sur sa vie sexuelle et des aveux concernant ses problèmes de consommation d'alcool et de crack.

L'Association médicale de l'Ontario décrit les soins palliatifs comme un traitement qui se concentre sur le soulagement de la douleur et d'autres symptômes afin de remplacer la souffrance par une expérience positive et d'assurer de la dignité en fin de vie.

Des attentats font au moins 28 morts et 90 blessés à Bruxelles

http://www.985fm.ca/international/nouvelles/

Publié par Associated Press le mardi 22 mars 2016 à 07h28.
Des attentats font au moins 28 morts et 90 blessés à Bruxelles
BRUXELLES — Au moins 28 personnes ont été tuées et 90 autres blessées mardi en Belgique, quand de multiples explosions ont secoué l'aéroport international de Bruxelles et une station de métro.
Le bilan fait état de 13 morts et 35 blessés à l'aéroport, et de 15 morts et 55 blessés à la station de métro Maelbeek.

Au moins une explosion serait l'oeuvre d'un kamikaze.

≪Nous redoutions un attentat et c'est arrivé≫, a déclaré en conférence de presse le premier ministre de la Belgique, Charles Michel, qui a ensuite dénoncé des attentats ≪aveugles, violents et lâches≫.

Les autorités craignent maintenant de nouvelles attaques, a-t-il dit.

≪Dans ce moment noir pour notre pays, je veux appeler chacun à faire preuve de calme mais aussi de solidarité. Nous devons faire face à cette épreuve en étant unis, solidaires, rassemblés≫, a lancé le premier ministre.

La Belgique a rehaussé son niveau d'alerte au seuil le plus élevé. Les trains et les avions qui se dirigeaient vers la capitale ont été redirigés ailleurs et on a conseillé à la population d'éviter tout déplacement. Les aéroports à travers l'Europe ont resserré leurs mesures de sécurité, notamment à Paris, Londres, Prague, Amsterdam et Bucarest.

Le service Eurostar qui relie Londres, Bruxelles et Paris a été interrompu.

Pour sa part, Affaires mondiales Canada signale qu'à sa connaissance, aucun Canadien ne figure dans les listes de personnes tuées ou blessées dans les attentats.

L'Ambassade du Canada à Bruxelles suit de près la situation dans la capitale belge afin de déterminer si des Canadiens ont été affectés d'une manière ou d'une autre par les attaques terroristes. Le ministère canadien des Affaires étrangères recommande sur son site Web la plus grande prudence aux Canadiens présents à Bruxelles.

Le bureau du procureur de Bruxelles a confirmé qu'il s'agit d'attaques terroristes. Celles-ci surviennent quelques jours seulement après l'arrestation de Saleh Abdeslam, qui était traqué depuis les attentats de Paris en novembre. Abdeslam a confié aux autorités qu'il avait mis sur pied un nouveau réseau et qu'il planifiait d'autres attaques.

L'aéroport de Bruxelles a été le théâtre d'au moins deux explosions. Les murs du hall des départs étaient éclaboussés de sang et une partie du plafond s'est effondrée. Des témoins ont raconté à l'Associated Press qu'une explosion s'est produite à un comptoir d'enregistrement des bagages et l'autre près d'un café Starbucks.

Des responsables européens de la sécurité se préparent depuis plusieurs semaines à une attaque d'envergure et prévenaient que le groupe armé État islamique s'apprêtait à frapper. L'arrestation d'Abdeslam, vendredi, a rehaussé ces craintes quand les enquêteurs ont découvert que plusieurs auteurs des attaques du 13 novembre à Paris étaient toujours en fuite.

Rien ne permet toutefois pour le moment de relier Abdeslam aux plus récentes attaques, selon le premier ministre belge Charles Michel.

L'attentat de mardi n'a pas encore été revendiqué.

Près de l'entrée de la station de métro Maelbeek, qui se trouve à proximité du siège de l'Union européenne, les secouristes ont installé un centre de traitement improvisé dans un pub. Des passagers en état de choc émergeaient de la station pendant que les policiers essayaient de boucler le secteur.

Un témoin a raconté que l'explosion s'est produite au moment où le train quittait la station de Maelbeek pour celle de Schuman.

Une porte-parole du métro de Bruxelles, Françoise Ledune, a dit à la station de télévision BFM qu'une seule explosion s'est produite à bord d'un wagon immobilisé à Maelbeek.

Des secouristes ont emporté sur des civières au moins deux victimes aux vêtements en lambeaux.

Les explosions se sont produites alors que l'aéroport était bondé de voyageurs. Des images amateures diffusées par la chaîne française i-Télé montrent des passagers, dont un enfant avec un sac à dos, qui s'enfuyaient en courant pendant que de la fumée se dégageait de l'aérogare. D'autres personnes été emmenées vers les pistes de l'aéroport, le plus important de Belgique. D'autres images font voir un gardien de sécurité qui patrouille une salle qui a été lourdement endommagée.

L'aéroport de Bruxelles relie la ville à 226 destinations à travers le monde. Il a accueilli près de 23,5 millions de passagers en 2015.

Le président français François Hollande s'est réuni d'urgence avc le premier ministre Manuel Valls, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

≪Nous sommes en guerre et subissons depuis plusieurs mois, en Europe, des actes de guerre≫, a déclaré M. Valls.