samedi, juin 20, 2015

Le Bloc québécois lance une campagne permanente pour l'indépendance

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Publication: 
GILLESDUCEPPE
Gilles Duceppe
RIMOUSKI _ Le chef et le président du Bloc québécois, Gilles Duceppe et Mario Beaulieu, lancent samedi à Rimouski une campagne permanente pour l'indépendance.
Pour souligner ce lancement, une quarantaine d'équipes effectueront une opération de porte-à-porte à travers le Québec afin de convaincre les électeurs des bienfaits de l'indépendance.
Selon Mario Beaulieu, il faut aller à la rencontre des citoyens, "faire du travail de terrain", pour mousser le projet de faire du Québec un pays. Selon lui, les gens sont de plus en plus "réceptifs" à parler d'indépendance.
La campagne se poursuivra tout l'été, des "assemblées de cuisine" sont même prévues, ajoute M. Beaulieu.
Le président du Bloc estime qu'un nouveau cycle politique vient de s'installer, et qui redonnera de la vigueur au projet de souveraineté du Québec, faisant allusion notamment au retour de Gilles Duceppe mais aussi à l'arrivée de Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti québécois.
Parallèlement, Québec solidaire tient également une "mobilisation" nationale de promotion de l'indépendance ce week-end. Françoise David, Manon Massé et Andrés Fontecilla, entre autres, participent à plusieurs activités samedi et dimanche.

Sondage CROP: l'effet Duceppe, la vague Mulcair

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/politique/

Publié le 20 juin 2015 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Le retour de Gilles Duceppe (à gauche) à... (Photothèque Le Soleil)
PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

Le retour de Gilles Duceppe (à gauche) à la tête du Bloc québécois en remplacement de Mario Beaulieu donne un nouveau souffle à la formation souverainiste, selon un sondage.

<p>Michel Corbeil</p>
MICHEL CORBEIL
Le Soleil
(Québec) Le retour de Gilles Duceppe a revigoré le Bloc québécois de façon spectaculaire. Mais Thomas Mulcair et le Nouveau Parti démocratique (NPD) sont toujours bons premiers au Québec dans les intentions de vote pour le prochain scrutin fédéral.
Le retour de Gilles Duceppe a revigoré le... (Infographie Le Soleil) - image 1.0
INFOGRAPHIE LE SOLEIL
Le sondage conduit par la firme CROP note que la décision de ramener M. Duceppe comme chef de la formation souverainiste travaillant à Ottawa a généré une hausse importante du soutien populaire.
À quelques mois des élections générales, le bond du Bloc est rien de moins que de 12 points de pourcentage. Sous Mario Beaulieu, c'était la catastrophe électorale annoncée, et les bloquistes se seraient contentés de 13 % des voix, si l'appel au peuple était tombé en mai. Le sondage, conduit en juin, au lendemain de l'annonce du retour de Gilles Duceppe, amène ce soutien à 25 %, après répartition des indécis.
CROP donne cependant toujours la position de tête au NPD. L'appui aux néo-démocrates a reculé de six points, mais le NPD a la faveur de 36 % des Québécois. Les libéraux de Justin Trudeau sont en chute libre. À 22 %, ils sont derrière le Bloc. C'est la débandade : en décembre, ils étaient à 37 %. «Les mauvais sondages entraînent les mauvaises nouvelles qui entraînent les mauvais sondages», laisse entendre le vice-président de CROP, Youri Rivest.
Le Parti conservateur du Canada de Stephen Harper reste marginal dans l'opinion publique québécoise. À 14 %, il ne peut rêver qu'à l'élection de quelques députés, probablement dans la région de Québec, où se concentre son électorat.
Les verts stagnent (3 %). Il n'est pas impossible qu'un «microclimat» dans une circonscription permette d'élire une des personnalités connues qui se présentent, admet M. Rivest. Mais cela demeure hautement improbable avec un si faible soutien.
Près de «la zone payante»
Le redressement du Bloc québécois est remarquable, note M. Rivest. Il croit que M. Duceppe est responsable à lui seul de l'ajout de sept ou huit points de pourcentage. Mais, pour l'instant, cela se limite à permettre à la formation de passer de «parti marginal» au statut de parti «compétitif» qui peut être «dans la course».
En fait, lors du scrutin de 2011, le Bloc n'a fait élire que quatre candidats après avoir reçu 23,4 % des voix. Youri Rivest juge que le parti de M. Duceppe est «sur le fil du rasoir. Cela lui en prend juste un peu plus» avant de pénétrer «dans la zone payante», en termes de sièges au Parlement.
Devant lui se dressent des écueils, analyse l'expert. Composé d'électeurs «moins scolarisés, moins politisés», [...] l'appui du Bloc est moins solide. Le problème du Bloc, c'est qu'ils sont deuxièmes, au mieux, dans toutes les régions» où il y a beaucoup de sièges à l'enjeu, sauf à Québec, où ils sont troisièmes. C'est le cas chez les francophones. Le Bloc reçoit 30 % des appuis, derrière le NPD qui en a 38 %.
En cette période de précampagne électorale, les troupes de Thomas Mulcair sont en bonne position. Outre la première place dans les intentions de vote, c'est aussi le parti qui est cité le plus souvent comme un deuxième choix, relève CROP dans son enquête.
Il se trouve là une «possibilité de croissance» des appuis de l'électorat, analyse Youri Rivest. D'autant que Thomas Mulcair égale la performance de sa formation lorsque les électeurs se font demander qui est la meilleure personne pour occuper le fauteuil de premier ministre : 36 % estiment que c'est le néo-démocrate.
À cet égard, le chef conservateur Stephen Harper n'est endossé que par 12 % des Québécois. Le libéral Justin Trudeau fait un peu mieux, avec 17 % des électeurs qui le voient à la tête du gouvernement fédéral.
Le retour de Gilles Duceppe a revigoré le Bloc... (Infographie Le Soleil) - image 2.0
INFOGRAPHIE LE SOLEIL
Le retour de Gilles Duceppe a revigoré le Bloc... (Infographie Le Soleil) - image 2.1
INFOGRAPHIE LE SOLEIL

La CAQ en chute libre

Au Québec, la lutte politique pour obtenir la faveur populaire se joue à deux - entre les péquistes et les libéraux -, une course où la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault semble se faire larguer.
Une enquête d'opinion réalisée par CROP indique que le Parti québécois est à égalité avec le Parti libéral. Chacun aurait récolté 34 % des suffrages si le scrutin s'était tenu entre le 11 et le 16 juin.
Par rapport au coup de sonde de mai, le Parti québécois (PQ) de Pierre Karl Péladeau a progressé d'un point de pourcentage. Le Parti libéral du Québec (PLQ) de Philippe Couillard, lui, a fait un bond de cinq points. Il y a un mois, le PQ était seul en tête.
La firme de sondage estime que M. Péladeau aurait été placé à la tête d'un gouvernement, peut-être même majoritaire, en raison de la position dominante de sa formation chez les francophones. 
La Coalition avenir Québec sort perdante, en baisse de trois points dans le sondage. Le parti qu'a fondé François Legault est tombé sous la barre des 20 %, précisément à 17 %. En septembre dernier, lorsque le PQ était sans chef, la CAQ était pourtant le choix de 30 % des Québécois. Québec solidaire reste loin des meneurs, avec 13 % du soutien populaire.
Dans l'électorat francophone, la clé pour prendre le pouvoir à l'Assemblée nationale, les péquistes jouissent d'une confortable avance avec l'appui de 41 % des personnes sondées. Le PLQ suit à 25 %; la CAQ, à 19 %; et les solidaires, à 13 %.
Selon l'expert sondeur Youri Rivest, il est tôt pour juger de la performance réelle de M. Péladeau, qui vient d'accéder à la barre du PQ. Il faut compter deux ou trois mois pour que l'effet «lune de miel», dont bénéficie un nouveau leader, s'estompe et fasse place à des bases plus solides, rappelle-t-il.
Selon son analyse, il n'y a cependant pas de «Péladeau manie» à l'horizon. «Ce qui est une bonne nouvelle pour lui, avance le vice-président de CROP. C'est plus réaliste, plus solide que juste un effet de popularité.» Selon le sondage, M. Péladeau «ne laisse personne indifférent», signale au passage le sondeur.
Austérité pas si nuisible
L'enquête d'opinion est loin d'être un désastre pour les libéraux. «La satisfaction à l'endroit du gouvernement n'est pas très élevée [35 %], mais ce n'est pas non plus la grogne», commente Youri Rivest. Ce chiffre correspond à la «base électorale» qui a voté pour le PLQ, en 2014, fait-il remarquer.
Et le climat de restrictions budgétaires et de morosité «les affecte, mais pas tant que ça», ajoute-t-il.
«Ce sont les caquistes que je trouve les plus mal pris», poursuit le sondeur. La CAQ peut tirer son épingle du jeu dans le débat économique ou même identitaire. C'est beaucoup plus difficile lorsque l'enjeu devient une opposition entre fédéralistes et souverainistes. Notons que CROP signale que 40 % des Québécois auraient voté en faveur de l'indépendance, ce qui situe le score dans le haut du «corridor d'appuis».
L'arrivée de M. Péladeau comme chef a «exacerbé la polarisation autour de la question référendaire», affirme M. Rivest. «C'est de cela dont pâtit la CAQ, dit-il. Si on est dans les Oui au référendum et dans les Non, la Coalition ne sert pas à grand-chose. Dans un autre débat, plus "gauche/droite", elle devient plus pertinente.»
Il n'est pourtant pas certain que la population veuille vraiment de ce débat, croit M. Rivest. «C'est mon point d'interrogation.» La réponse pourrait venir d'Ottawa, à l'occasion du scrutin prévu en octobre. «Si le Bloc québécois ne performe pas, on dira qu'il n'y a pas cette polarité dans l'opinion publique.»
François Legault est parti pour la pause estivale à la suite d'une défaite durement ressentie dans Chauveau. «L'histoire racontée par le sondage, c'est qu'ils ont perdu l'élection partielle, souligne Youri Rivest. Gagner, cela fait monter dans les sondages. Perdre, ça fait descendre. Il y a un effet d'entraînement.»

La capitale «bleue» à Ottawa, «rouge» à Québec

Les citoyens de la grande région de Québec continuent de se démarquer des réflexes politiques du reste de l'électorat de la province.
Selon l'enquête d'opinion de CROP, il n'y a que dans la capitale que le Parti conservateur du Canada est en tête des intentions de vote. Du côté provincial, il n'y a qu'ici que le Parti libéral du Québec domine largement.
Si des élections avaient eu lieu du 11 au 16 juin, les candidats de Stephen Harper auraient obtenu 33 % des suffrages dans la capitale. C'est une courte avance sur le Nouveau Parti démocratique à qui CROP accorde 31 % du soutien populaire. Le Bloc québécois récolte un maigre 21 %; le Parti libéral du Canada est relégué à un rôle de figuration (13 %); le Parti vert est invisible (2 %).
Pour ce qui est de lorgner un fauteuil à l'Assemblée nationale, dans la région de Québec, où les francophones sont largement majoritaires, les libéraux de Philippe Couillard reçoivent l'endossement de 43 % des personnes interrogées pour l'enquête d'opinion. La Coalition avenir Québec de François Legault s'accroche de peine et de misère à la seconde place (27 %), à peine quatre points devant le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau. Québec solidaire demeure marginal (6 %).
CROP précise toujours que l'échantillonnage réduit rend plus incertaines les projections de vote régionales. Cependant, après plusieurs coups de sonde, des tendances peuvent se dégager.

Méthodologie

CROP a conduit son enquête du 11 juin au 16 juin au moyen d'un panel Web. Mille questionnaires ont été remplis. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, explique la firme de sondage, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Chypre : un Canadien accusé de terrorisme sera jugé fin juin

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le vendredi 19 juin 2015 à 19 h 46 HAE  Reuters
L'homme de 26 ans dont l'identité n'a pas été rendue publique a été arrêté le mois dernier par la police chypriote.
L'homme de 26 ans dont l'identité n'a pas été rendue publique
 a été arrêté le mois dernier par la police chypriote.
  Photo :  PC/Petros Karadjias (AP)

Un Libano-Canadien de 26 ans arrêté fin mai à Larnaca, à Chypre, et soupçonné de préparer des attentats pour le compte du Hezbollah libanais sera jugé le 29 juin, ont annoncé vendredi les autorités chypriotes.
Près de deux tonnes de nitrate d'ammonium ont été découvertes à son domicile.
Selon Israël, qui dit s'appuyer sur des informations fournies par les Chypriotes, l'appartement du suspect était « une planque utilisée par le réseau terroriste international du Hezbollah » et le nitrate d'ammonium devait servir à la fabrication de bombes en vue d'attentats contre des Israéliens ou des juifs à Chypre ou ailleurs.
En 1988, une attaque contre l'ambassade d'Israël à Nicosie a fait trois morts. En 2013, un Suédois d'origine libanaise a été emprisonné, accusé de vouloir s'en prendre à des touristes israéliens dans l'île.

Québec s'entend avec les pharmaciens

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 19 juin 2015 à 19h22. Modifié par Léandre Drolet le samedi 20 juin 2015
Québec s'entend avec les pharmaciens
QUÉBEC - Le regroupement des pharmaciens propriétaires s'est entendu vendredi avec le gouvernement concernant la rémunération de nouveaux actes pour les patients qui les consultent en officine, a annoncé le cabinet du ministre de la Santé Gaétan Barrette.
Dès samedi, les patients pourront ainsi éviter de consulter un médecin dans sept cas prévus par l'entente où les pharmaciens auront désormais l'autorisation d'agir, a expliqué la porte-parole Joanne Beauvais.

L'entente de principe intervenue avec l'Association des pharmaciens propriétaires du Québec (AQPP) prévoit que la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) ou les assureurs privés paieront quatre actes aux pharmaciens.

Le gouvernement proposait d'assumer les coûts de trois actes, mais les négociations conclues vendredi en ont ajouté un quatrième, a indiqué Mme Beauvais.

Les membres de l'AQPP, qui dénonçaient des compressions de 177 millions $ dans leurs honoraires, devront se prononcer sur les dispositions de l'entente, ce qui n'empêchera cependant pas les pharmaciens d'accomplir les sept nouveaux actes dès samedi, a déclaré le regroupement dans un communiqué.

Dans le cas de ces nouveaux actes, les patients auront accès aux soins du pharmacien sans autre contribution qu'une franchise, lorsqu'elle est exigible par le régime public ou les assureurs privés.

Dorénavant, les pharmaciens pourront prolonger une ordonnance d'un médecin afin d'éviter l'interruption d'un traitement. Il leur sera possible de prescrire des médicaments pour des conditions dont le diagnostic et le traitement sont connus, comme dans les cas d'infections urinaires, ce qui nécessitait auparavant une visite médicale.

Les patients auront la possibilité de recevoir une ordonnance d'un médicament lorsqu'aucun diagnostic n'est requis, par exemple un antinauséeux pour une femme enceinte.

Trois autres actes ne seront toutefois pas payés par la RAMQ ou les assureurs privés, a indiqué Mme Beauvais, soit lorsque pour raisons thérapeutiques ou d'allergies, les pharmaciens seront autorisés à ajuster des ordonnances concernant la forme, la dose, la quantité ou la posologie.

En cas de rupture de stock, les pharmaciens pourront substituer un médicament par un autre. Ils auront aussi la possibilité d'administrer des médicaments par voie orale, topique, sous-cutanée, intradermique ou intramusculaire.

L'entente, qui a fait l'objet de négociations au cours des derniers mois, prévoit aussi que les pharmaciens pourront prescrire ou interpréter des analyses de laboratoire.

L'accord avec l'AQPP, qui représente 2000 pharmaciens propriétaires, intervient après l'adoption du projet de loi 28, qui prévoyait la délégation des sept actes aux pharmaciens en officine.

Le projet de loi 28 prévoyait également une diminution des honoraires des pharmaciens, qui avaient exprimé leur mécontentement en commission parlementaire.

Dans son communiqué, l'AQPP ne fait aucune référence à cette somme litigieuse qui, selon le regroupement, signifiait des pertes de revenus d'environ 100 000 $ par pharmacie.

L'AQPP a affirmé qu'elle ne fera aucun commentaire public jusqu'à son assemblée générale où les dispositions de l'entente seront soumises à ses membres.

Le ministre Gaétan Barrette a indiqué qu'il ne révélerait pas les détails de l'entente jusqu'à ce qu'elle soit acceptée par «toutes les parties impliquées».

«Il s'agit d'une excellente nouvelle pour tous les Québécois. Cette entente vient conclure avec succès des années d'échanges avec les pharmaciens-propriétaires en vue d'améliorer l'accès aux soins de santé», a-t-il déclaré dans un communiqué publié en début de soirée, vendredi.

Les attentats en forte hausse en 2014 dans le monde

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le samedi 20 juin 2015 à 6 h 02 HAE  Reuters
Le drapeau noir du groupe armé État islamique.
Le drapeau noir du groupe armé État islamique.  Photo :  Reuters

Les attentats dans le monde ont augmenté de plus d'un tiers l'an dernier et le nombre de victimes de 80%, l'année 2014 ayant vu le groupe armé État islamique (EI) éclipser Al Qaïda comme principal groupe djihadiste, selon le rapport annuel du département d'État américain publié vendredi.
En 2014, le département d'État a répertorié 13 463 attentats, soit une hausse de 35 % par rapport à 2013. Ces attentats ont fait plus de 32 700 morts, soit 80 % de plus qu'en 2013. Plus de 9400 personnes ont été enlevées, soit trois fois plus que l'année précédente, indique le rapport, intitulé « Country Reports on Terrorism 2014 ».
Dans cette course à l'attentat, les dirigeants d'Al Qaïda « semblent en perte de vitesse en tant que chefs autoproclamés d'un mouvement mondial, face à la rapide expansion de l'EI et à la proclamation d'un califat », lit-on dans le rapport.
« La guerre civile en cours en Syrie a été un éperon pour les activités terroristes dans le monde », a déclaré la coordinatrice du département d'État pour l'anti-terrorisme, Tina Kaidanow, lors d'une conférence de presse.
Les États-Unis sont de plus en plus inquiets par le nombre de groupes ayant décidé de s'aligner sur le groupe armé État islamique. La coordinatrice a souligné qu'il y avait une « attirance » pour l'EI au niveau mondial.
Les groupes djihadistes profitent de la faiblesse des gouvernements pour prospérer, que ce soit en Syrie, en Irak, au Yémen, en Libye ou au Nigeria, souligne Tina Kaidanow.
L'EI est particulièrement meurtrier. L'attaque menée par l'EI contre une prison de Mossoul en Irak en juin 2014 lors de laquelle l'organisation fondamentaliste sunnite a tué 670 prisonniers chiites « a été l'attentat le plus meurtrier dans le monde depuis le 11 septembre 2011 », indique le rapport.
Les attaques ont toutefois diminué dans un certain nombre de pays dont le Pakistan, les Philippines, le Népal et la Russie.
Le département d'État signale un afflux sans précédent de combattants étrangers en Syrie, dû à l'efficacité de l'EI sur les réseaux sociaux.
À la fin décembre 2014, plus de 16 000 combattants étrangers s'étaient rendus en Syrie, soit plus que ceux qui se sont rendus en Afghanistan, au Pakistan, en Irak, au Yémen ou en Somalie « à quelque moment que ce soit des 20 dernières années », indique le rapport.
Le mois dernier, un responsable du département d'État a indiqué que l'armée des combattants étrangers en Syrie avait encore grossi, pour atteindre 22 000 hommes.

La dépouille de Jean Doré exposée en chapelle ardente

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 20 juin 2015 à 04h19. Modifié par Léandre Drolet à 07h27.
La dépouille de Jean Doré exposée en chapelle ardente
Jean Doré./bilan.usherbrooke.ca
MONTRÉAL - La dépouille de l'ancien maire de Montréal, Jean Doré, décédé lundi d'un cancer à l'âge de 70 ans, sera exposée en chapelle ardente samedi et dimanche à l'hôtel de ville.

Samedi, seuls les proches de M. Doré et les dignitaires pourront se recueillir. Le grand public pourra à son tour rendre hommage au disparu dimanche.
Jean Doré, qui a été maire de la métropole de 1986 à 1994, aura droit à des funérailles civiques lundi, également à l'hôtel de ville.

M. Doré a été maire de Montréal de 1986 à 1994. Il avait succédé à Jean Drapeau.
Pour rendre hommage à l'ancien maire Jean Doré, les pompiers de la ville ont déclaré une trêve dans leurs moyens de «visibilité» pendant les cérémonies.
Le président de l'Association des pompiers, Ronald Martin, a précisé que les 2400 pompiers vont former des pelotons d'honneur au moment de la chapelle ardente dédiée à M. Doré.
Ils observeront aussi une minute de silence devant chacune des 63 casernes du Service des incendies.
Les pompiers, qui revêtiront leurs uniformes réglementaires pour la circonstance, dresseront également une haie d'honneur à proximité de l'hôtel de ville, avant que l'ex-maire ne soit porté à son dernier repos.

Ronald Martin a souligné la «contribution d'exception» de Jean Doré à l'avancement des conditions de travail et de la fonction de pompier à Montréal.
Il a ajouté que «la qualité d'écoute, l'engagement et la confiance investie è l'époque par l'ex-maire dans les pompiers justifient amplement à eux seuls que pareil hommage lui soit rendu».

Selon M. Martin, Jean Doré a laissé un héritage exceptionnel au Service des incendies de Montréal, parce qu'il a «fait faire des pas de géant en matière de relations de travail, de respect des règles en santé/sécurité, de modernisation des communications et de la flotte de véhicules».

Le président de l'Association des pompiers de Montréal a précisé que les moyens de «visibilité» reprendront au lendemain des funérailles civiques.

La popularité du Bloc québécois se confirme

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour 98,5 fm le samedi 20 juin 2015 à 07h36.
La popularité du Bloc québécois se confirme
Gilles Duceppe.
MONTRÉAL - La hausse de popularité du Bloc québécois (BQ) auprès des électeurs depuis le retour de Gilles Duceppe à la tête du parti se confirme dans un autre sondage publié samedi.
Selon une enquête CROP-La Presse menée en ligne auprès de 1000 Québécois du 11 au 15 juin, le Bloc a vu ses appuis grimper de 12 points, passant de 13 à 25 pour cent.

Le BQ se classe maintenant deuxième, derrière le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui recueille 36 pour cent des intentions de vote.
Le Parti libéral glisse au troisième rang, avec 22 pour cent d'appuis. Le Parti conservateur suit à 14 pour cent.

Le NPD demeure premier chez les francophones avec 38 pour cent de la faveur populaire, contre 30 pour cent au Bloc.
À Québec, le Parti conservateur domine avec 33 pour cent des intentions de vote contre 31 pour cent au NPD et 21 pour cent au Bloc.

Au niveau provincial, le Parti libéral et le Parti québécois seraient maintenant sur un pied d'égalité avec 34 pour cent d'appuis, tandis que la Coalition avenir Québec se retrouve à 17 pour cent.