mercredi, octobre 07, 2015

Shania Twain annule des spectacles mais pas celui de Québec

http://www.lapresse.ca/arts/musique/

Publié le 07 octobre 2015 à 10h54 | Mis à jour à 10h54
Shania Twain... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)
Shania TwainPHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

La Presse Canadienne
Montréal
La chanteuse Shania Twain a annulé deux concerts qu'elle devait livrer cette semaine aux États-Unis en raison d'une infection respiratoire.
Ces deux concerts, inscrits à la tournée Rock This Country, devaient être présentés mardi soir à l'aréna Verizon Wireless de Manchester, au New Hampshire, et ce mercredi au Centre Times Union à Albany, dans l'État de New York.
Le concert devant être présenté vendredi au centre Vidéotron, de Québec, figure encore au calendrier.
Les spectacles annulés à Manchester et Albany ne peuvent être inscrits à une autre date en raison du calendrier serré de Shania Twain mais les détenteurs de billets pourront être remboursés.
Après son passage à Québec, l'artiste ontarienne livrera huit spectacles au Canada.

Le cadavre d'une femme trouvé dans le Saint-Laurent

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/

Mis à jour le 06 octobre 2015 à 20h46
Le cadavre d'une femme a été découvert dans la Voie maritime du Saint-Laurent... (Photo: Ivanoh Demers, archives La Presse)
PHOTO: IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

La Presse Canadienne
MONTRÉAL
Le cadavre d'une femme a été découvert dans la Voie maritime du Saint-Laurent mardi après-midi.
Vers 14 h 15, une personne a passé un appel auprès des services d'urgence pour les informer qu'elle croyait avoir aperçu un corps dans l'eau.
Une patrouille nautique de la Sûreté du Québec (SQ) a rapidement effectué des fouilles pour vérifier la validité de ce renseignement.
Puis, peu après 16h, un corps a bel et bien été trouvé entre Verchères et Varennes, dans la région de la Montérégie.
Pour l'instant, il est trop tôt pour dire de qui il s'agissait ou encore pour déterminer si la présence de ce cadavre est liée à un quelconque dossier de disparition.
Une enquête a été lancée par la SQ.

Quand l'école publique fouille dans les poubelles du privé

http://www.lapresse.ca/actualites/education/

EXCLUSIF
Publié le 07 octobre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 06h09
L'enseignante Anik Roussin, de l'école des Pins, à... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)
PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

L'enseignante Anik Roussin, de l'école des Pins, à Oka, a remplacé les pupitres de sa classe - «vieux, rouillés, grafignés» - par du mobilier «en bon état» trouvé dans les ordures de l'Académie Sainte-Thérèse, à Rosemère.

Sara Champagne
SARA CHAMPAGNE
La Presse
Les élèves d'une classe de réadaptation scolaire de l'école primaire publique des Pins, à Oka, ont eu la joie de s'installer à de nouveaux pupitres il y a quelques jours. Les pupitres n'ont pas été achetés à même le budget de la petite école. Ils ont été ramassés au bord d'une cour d'école, par leur enseignante, dans les ordures de l'école privée Académie Sainte-Thérèse de Rosemère.
L'enseignante Anik Roussin a découvert l'amoncellement de pupitres tout bonnement, mardi soir dernier, en consultant les réseaux sociaux. Une collègue outrée par le bon état du mobilier scolaire avait téléchargé la photo. Mme Roussin n'en croyait pas ses yeux, tellement qu'elle a décidé d'aller vérifier le soir même.
«Il pleuvait, il y avait de la boue, c'était glissant. C'était la veille de la grève des enseignants de notre fédération. Je n'avais pas l'espace dans mon auto, mais j'ai décidé d'en ramasser deux tellement ils étaient en bon état. Vous savez, nos pupitres sont vieux, rouillés, grafignés. On passe notre temps à repeindre et à visser nous-mêmes le mobilier scolaire. Ça n'a aucun sens.»
Le lendemain, jour de grève pour 34 000 enseignants, c'est son père qui a repris la route vers les pupitres au volant d'un camion. Il s'est informé au nom de sa fille auprès du concierge de l'Académie Sainte-Thérèse. Ce dernier lui a indiqué qu'ils étaient de toute façon destinés à un ferrailleur qui récupère le métal. À la fin de la journée, l'école des Pins avait 13 nouveaux pupitres provenant de l'école privée subventionnée. Mme Roussin est contente, sa quinzaine d'élèves aussi.
«Du gaspillage»
«Les pupitres ont l'air neufs à côté de mes vieux pupitres, dit-elle. Au-delà de la joie pour mes élèves, je trouve que c'est du gaspillage de les avoir mis aux déchets. Surtout provenant d'une école privée subventionnée, dans le contexte budgétaire actuel de compressions.»
Des pupitres déposés dans les ordures de l'école... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE) - image 2.0
Des pupitres déposés dans les ordures de l'école privée Académie Sainte-Thérèse de Rosemère.
PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE
La directrice générale de l'Académie Sainte-Thérèse, Rose De Angelis, confirme le récit, mais ne partage pas l'avis de l'enseignante au sujet de l'état des pupitres. «Ils ont l'air beaux comme ça, mais ce sont des pupitres qu'on a soudés. J'espère pour elle qu'elle ne sera pas là le jour où ils vont tomber sur les pieds d'un élève», prévient-elle.
Mme De Angelis n'a pas été en mesure de préciser l'âge des pupitres, mais elle indique que ça lui aurait fait «plaisir» de les offrir à l'école des Pins si l'enseignante lui en avait fait la demande. Même qu'elle enjoint à la direction de la petite école de la contacter en cas de besoin.
«On donne chaque année des livres et du matériel scolaire aux écoles dans le besoin, explique-t-elle. Dans les deux dernières années, grâce au défi Pierre Lavoie, on a versé 10 000$ pour les écoles moins favorisées. Quant à ces pupitres, ils étaient destinés au recyclage, pour le métal et le bois.»
La FAE s'insurge
«C'est une histoire qui peut paraître anecdotique, mais ça va mal quand on est rendu à équiper les écoles publiques avec le privé», s'insurge pour sa part Sylvain Mallette, président de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), qui a tenu un premier jour de grève la semaine dernière. Son association représente les enseignants de l'école des Pins, dans la commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI).
Selon M. Mallette, il n'est pas rare de voir des enseignants dans les classes du réseau public travailler avec des pupitres datant de 30 ou 40 ans. Et dans plusieurs cas, de mobilier datant de la construction des écoles. «Pendant ce temps, les directions générales des sièges sociaux ont de l'équipement, des bureaux dernier cri. Les gens devraient aller voir ça.»
Par devoir de «transparence», la directrice de l'école des Pins, Mélanie Beaulieu, a demandé à La Presse de contacter la commission scolaire pour s'enquérir de l'état du mobilier scolaire.
Anik Gagnon, directrice adjointe aux affaires publiques, indique que le budget pour acheter des pupitres est décentralisé. Il relève donc de chaque école. Elle a précisé qu'elle n'a «aucune idée» de l'âge des pupitres à l'école des Pins, mais que, selon elle, les pupitres sont en bon état.
«Je n'étais pas là, mais je peux vous dire que les pupitres qui ont été remplacés sont de l'ancienne génération, ils étaient en bon état. Ceux que l'enseignante a ramassés sur le chemin sont de la nouvelle génération, mais ils ne sont pas neufs. Il faut comprendre qu'un pupitre est souvent plus cher à réparer qu'à mettre au recyclage», soutient Mme Gagnon. La CSSMI précise qu'aucune sanction ne sera imposée à Mme Roussin ni à la direction de l'école des Pins.

Le «Doc» Mailloux gagne une premiere manche en Cour d'appel

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mercredi 07 octobre 2015 à 07h45.
Le «Doc» Mailloux gagne une premiere manche en Cour d'appel
Pierre Mailloux/Cogeco
(Cogeco Nouvelles) - Le docteur Pierre Mailloux a remporté une manche contre le Collège des médecins, mardi, devant la Cour d'appel.
La Cour a en effet réduit de façon importante plusieurs sanctions imposées au psychiatre controversé.
Trois juges se sont penchés sur la radiation temporaire de deux ans imposée au docteur pour la prescription de doses excessives de neuroleptiques.
Ils en sont venus à la conclusion que la radiation aurait dû être de neuf mois, moins 251 jours pour la radiation déjà purgée. Avec cette décision, la radiation prendra fin dans trois semaines.

Pour la prescription de neuroleptiques, Pierre Mailloux doit quand même respecter une limitation jusqu'au 17 avril 2018. D'ici là, il devra obtenir l'accord d'un autre psychiatre pour prescrire les médicaments.
Avec le 106,9fm

Élections Canada 2015 Jagdish Grewal lâché par les conservateurs pour ses propos sur l'homosexualité

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

Mise à jour le mardi 6 octobre 2015 à 20 h 48 HAE   La Presse Canadienne
Le candidat conservateur dans Mississauga-Malton, Jagdish Grewal
Le candidat conservateur dans Mississauga-Malton, Jagdish Grewal  Photo :  Radio-Canada/Twitter

Jagdish Grewal n'est plus le candidat conservateur dans Mississauga-Malton, dans la région de Toronto. Le Parti conservateur l'a désavoué après qu'il eut défendu les thérapies visant à ramener les gais sur le chemin de l'hétérosexualité.
M. Grewal a même écrit un éditorial sur le sujet dans lequel il qualifie l'homosexualité de « comportement contre nature » et décrit les hétérosexuels comme étant « normaux ». Il a publié ce texte dans le journal Punjabi Post plus tôt cette année, avec le titre : « Est-ce mal pour un homosexuel de vouloir devenir normal? »
Dans l'article, il fait référence à un projet de loi émanant d'un député néo-démocrate provincial qui a été adopté à l'unanimité par l'Assemblée législative ontarienne en juin et qui met un terme au financement public des services ayant pour objectif de « changer ou d'influencer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'un patient ».
M. Grewal écrit que, selon certains psychologues, l'homosexualité est causée par un traumatisme subi durant l'enfance, mais que ce changement peut être « corrigé ».
« Si un parent a le droit d'établir des lignes directrices pour ses enfants sur le plan de l'éducation, de la carrière et de la santé, pourquoi n'a-t-il pas le droit de vouloir renforcer l'hétérosexualité naturelle de sa progéniture? » s'interroge le candidat dans son éditorial.
« Ces propos ne reflètent en rien les positions du Parti conservateur du Canada, a réagi le parti. Nous croyons que tous les Canadiens - quels que soient leur race, leur religion, leur sexe ou leur orientation sexuelle - méritent d'être traités avec respect et dignité ».
En entrevue mardi, Jagdish Grewal a déclaré que son but était d'informer les lecteurs à propos d'un enjeu ayant déjà fait les manchettes en exposant les points de vue des différents partis politiques provinciaux et des psychologues.
Il a dit ne pas se souvenir des noms des psychologues mentionnés dans son texte.
Dans l'éditorial, il cite l'Alliance for Therapeutic Choice and Scientific Integrity, un groupe américain qui propose des thérapies aux personnes souffrant « d'attirances homosexuelles non désirées ».
« Oui, il y a des enfants qui ont des tendances, qui ressentent certaines attirances, a reconnu M. Grewal. Mais si un enfant confie à ses parents qu'il veut abandonner ce mode de vie, alors ces derniers devraient avoir le droit de le ramener sur le chemin de l'hétérosexualité. »
Le texte du candidat conservateur n'évoque pas les critiques formulées par les professionnels de la santé relativement à ces thérapies « réparatrices » ou « de conversion ». L'avis de la Société canadienne de pédiatrie en ce qui a trait à l'orientation sexuelle des adolescents stipule que ce type de traitement ne devrait pas être administré parce qu'il ne fonctionne pas et parce qu'il peut accroître les sentiments de culpabilité et d'angoisse.
Le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario a accordé son soutien au projet de loi contre ces thérapies.
Le principal adversaire de M. Grewal est le libéral Navdeep Bains, un ancien député qui agit aussi comme organisateur pour le Parti libéral à Toronto.
Un dépliant récemment distribué dans la circonscription et portant la mention « Autorisé par l'agent électoral de Jagdish Grewal » en petits caractères comprend une photo du leader libéral, Justin Trudeau, et de la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, prise durant le défilé de la fierté gaie de Toronto. Le titre : « Est-ce que cela correspond aux priorités de votre famille? »
Certaines communautés culturelles se sont opposées au nouveau programme d'éducation sexuelle mis de l'avant par le gouvernement ontarien, qui traite notamment d'orientation sexuelle, d'identité de genre et d'homophobie.
Jagdish Grewal a révélé avoir reçu beaucoup de plaintes de la part d'électeurs musulmans, sikhs et hindous choqués par ce programme, soutenant que c'était le principal sujet de discussion lorsqu'il faisait du porte-à-porte.
M. Bains n'était pas d'accord, faisant valoir que la population comprenait qu'un député fédéral n'avait pas le pouvoir de réformer un programme éducatif provincial.
« Le taux de chômage est élevé, plus élevé que la moyenne nationale, le taux de chômage chez les jeunes est élevé et les gens sont inquiets par rapport à l'économie et à leur emploi, a-t-il affirmé à propos des habitants de Mississauga-Malton. Ce sont là les questions qui les préoccupent. »
Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a demandé à Stephen Harper d'exclure le candidat Grewal, pour « ses propos homophobes inacceptables ».

L'armée syrienne et l'aviation russe lancent une offensive contre les rebelles

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Des soldats de l'armée syrienne (archives)
Des soldats de l'armée syrienne (archives)  Photo :  George Ourfalian / Reuters

L'armée syrienne s'engage dans une vaste opération terrestre dans le centre du pays, avec l'appui de l'aviation russe, indiquent de multiples sources. Moscou confirme en outre que ses forces navales participent maintenant aux opérations.
Selon une source militaire de l'AFP, l'offensive au sol se déroule dans le nord de la province de Hama. Elle visera « les abords des villages de Latmine, l'ouest de Morek, pour pouvoir se diriger ensuite vers Kafr Zeita », a-t-elle indiqué.
Selon cette source, l'armée combat diverses forces d'opposition, dont des rebelles modérés et islamistes, ainsi que la branche d'Al-Qaïda en Syrie, le Front Al-Nosra. Le groupe armé État islamique (EI) n'est pas présent dans ce secteur.
« Dans ses dernières opérations, l'armée syrienne cherche à couper les parties sud d'Idleb des secteurs nord de Hama », précise cette source.
L'Observatoire syrien des droits humains (OSDH), basé à Londres, affirme pour sa part que l'offensive terrestre a commencé à l'aube sur quatre fronts, dans les provinces d'Idleb et de Hama.
Son directeur, Rami Abdurrahman, soutient que l'offensive donne lieu « aux combats les plus intenses depuis des mois ».
L'OSDH, qui entretient un réseau d'observateurs dans le pays, soutient que l'offensive est lancée depuis Morek, où passe une autoroute liant la capitale Damas à la plus importante ville du pays, Alep.
L'organisation recense 37 frappes aériennes en appui à l'offensive dans les provinces d'Idleb et de Hama.
Plus tôt dans la journée, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a affirmé que quatre croiseurs russes de la flottille de la mer Caspienne ont tiré 26 missiles de croisière sur 11 cibles de l'EI, qui ont toutes été atteintes.
C'est la première fois que Moscou affirme que ses forces navales lancent des salves en Syrie.
La Russie mène des frappes aériennes en Syrie depuis la semaine dernière. Selon le ministre Choïgou, 112 cibles ont été visées depuis. « L'intensité des frappes augmente », a-t-il précisé mercredi.

Turcotte a voulu faire du mal à son ex-conjointe en tuant leurs enfants

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 06 octobre 2015 à 09h37. Modifié par Léandre Drolet à 20h38.
Turcotte a voulu faire du mal à son ex-conjointe en tuant leurs enfants
SAINT-JÉROME - Guy Turcotte aurait déclaré avoir tué ses enfants pour faire du mal à son ex-conjointe Isabelle Gaston, a rapporté une infirmière au procès de l'homme accusé du meurtre prémédité d'Oliver et d'Anne-Sophie.
C'est ce qu'a déclaré Chantal Duhamel mardi, devant le tribunal. L'accusé aurait tenu ces propos au lendemain du double meurtre alors qu'il était hospitalisé à l'urgence de l'hôpital de Saint-Jérôme où il travaillait comme cardiologue.
«Il a dit qu'il voulait la faire chier et que la façon de la faire chier était de lui enlever ce qu'elle avait de plus précieux au monde, ses enfants», a rapporté Mme Duhamel.

Turcotte aurait aussi dit en sa présence qu'il ne voulait pas voir ses enfants souffrir de la séparation et que c'est pour cela qu'il les avait tués.

«Il m'a dit: 'j'aimerais que tu dises le message à Isabelle pour moi, que j'ai fait ça pour la faire chier'», a ajouté Mme Duhamel qui travaillait avec l'accusé.

Les avocats de la défense ont semblé être très indisposés par cette dernière déclaration, interrogeant la dame en long et en large pour savoir pourquoi elle n'avait pas mentionné cette phrase plus tôt. Le témoin a rétorqué qu'on ne l'avait jamais questionnée directement sur ce point.

Le juge a bien prévenu les 11 jurés que lorsque les paroles de l'accusé sont rapportées par une autre personne, cela constitue du ouï-dire et qu'ils ne peuvent pas conclure que ces paroles sont véridiques.

Turcotte aurait aussi parlé d'Isabelle Gaston à une autre infirmière, soit Guylaine Paquin.

Celle-ci a rapporté que l'accusé lui avait pris les mains et dit: «si tu savais tout ce qu'elle m'a fait endurer».
Plus tard il dira: «elle avait tout ce qu'elle voulait, elle faisait tout ce qu'elle voulait, elle voyageait comme elle voulait».

Turcotte a plaidé non coupable aux deux accusations de meurtre prémédité qui pèsent contre lui. Il a toutefois admis avoir causé la mort de ses deux enfants, Olivier, 5 ans, et Anne-Sophie, 3 ans, le 20 février 2009.

L'urgentologue Marie-Pierre Chartrand a pris en charge l'accusé lorsqu'il est arrivé à l'hôpital. Elle connaissait Turcotte et travaillait avec lui tout comme avec Isabelle Gaston. Elle dit avoir eu un choc quand elle l'a vu, comme tout le personnel de l'hôpital.

Selon elle, Turcotte était conscient et éveillé à son arrivée et comprenait ce qui se passait.

Elle avait l'impression qu'il était légèrement intoxiqué, car il était au ralenti, comme quelqu'un qui a pris quelques bières, a-t-elle dit, mais il ne tenait pas de propos délirants et ne semblait pas avoir d'hallucinations.
«Selon moi, il est en état de comprendre», a-t-elle dit également.

«Sa détresse psychologique est évidente. Il pleure beaucoup, il parle beaucoup», a constaté Mme Chartrand en parlant du 21 février 2009.

«Il a dit que c'est écoeurant ce qu'il a fait, de le laisser mourir, que sa vie était finie», a-t-elle rapporté.

Malgré ses protestations, la décision a été prise de le traiter, notamment puisqu'elle jugeait qu'il était suicidaire.
Par la suite, l'accusé a été transféré dans un autre hôpital.

«C'était trop lourd émotivement», a-t-elle dit.

Et puis, «il utilisait le fait qu'il nous connaissait, on avait l'impression qu'il nous manipulait un peu».

Elle a souligné le fait qu'il aurait dit avoir pris du Tylénol pour expliquer son état. Après avoir reçu les résultats des tests de sang, qui ne révélaient aucune trace de ce médicament, elle a confronté Turcotte à ce sujet, pour pouvoir le soigner.

Il aurait alors «négocié», a-t-elle dit.

«Il a dit qu'il me dirait ce qu'il a pris, si je lui disais son PH et ses bicarbonates», a déclaré Mme Chartrand, expliquant qu'il s'agit là de deux données biologiques dont il voulait connaître le résultat.

Avec ce témoignage, l'état et la capacité de l'accusé, peu de temps après les meurtres, ont commencé à être détaillés au procès criminel.

Deux déclarations de Turcotte ont toutefois surpris le personnel médical. L'urgentologue a rapporté qu'il aurait mentionné que son fils avait 10 ans, soit le double de son âge réel. Et il aurait dit à l'infirmière Duhamel qu'il s'appelait Isabelle Gaston.

Le méthanol

Le méthanol a aussi fait son entrée dans ce procès criminel mardi, ce qui a permis d'entrevoir un peu la théorie de la défense.

L'infirmière Duhamel a rapporté que l'accusé aurait déclaré avoir consommé deux litres de lave-glace (qui contient du méthanol), la veille, vers 20h.

Pour le Dr Chartrand qui se fiait aux tests de sang, Turcotte avait ingéré une quantité non précisée d'alcool toxique, sans savoir lequel, et présentait des symptômes d'intoxication à son arrivée à l'hôpital. De plus, il vomissait, a rapporté la médecin.

«Le méthanol peut causer de la confusion», a dit Mme Chartrand.

Cela explique pourquoi autant de cas a été fait par les policiers qui ont témoigné au sujet des bidons de lave-glace retrouvés chez Turcotte, dont un qui portait des traces de sang d'Anne-Sophie.
Analyse de l'ordinateur
Un policier-enquêteur, Michel Dufour, avait aussi poursuivi son témoignage mardi au sujet de son analyse du contenu de l'ordinateur portable de Turcotte et des données qu'il y a récupérées.
Il a expliqué que le 20 février 2009, soit le jour du drame, l'accusé a consulté plusieurs pages sur Internet au sujet d'éthanol et de méthodes de suicide.

La description de l'une d'elles à 19h02, telle que décrite dans le relevé des recherches compilées par l'ordinateur lui-même, était éloquente: «suicide, sans souffrance, comment se suicider, se donner la mort sans douleur, rapidement».

Son témoignage a toutefois été suspendu jusqu'à mardi prochain, en raison du dépôt d'un volumineux document de quelque 500 pages sur la consultation d'un forum de discussion sur le suicide par Turcotte le 15 février 2009. La défense a demandé d'avoir le temps de consulter le document.

Quatre personnes arrêtées pour maltraitance de patients dans Charlevoix

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 06 octobre 2015 à 15h01. Modifié par Charles Payette le mercredi 07 octobre 2015
Quatre personnes arrêtées pour maltraitance de patients dans Charlevoix
QUÉBEC - Quatre personnes soupçonnées d'avoir maltraité des patients en perte d'autonomie dans des résidences d'hébergement privées de la région de Charlevoix ont été arrêtées mardi par la Sûreté du Québec (SQ).
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 07 octobre 2015 dans Puisqu'il faut se lever avec Monic Néron
Les personnes arrêtées sont Herman Warren, âgé de 66 ans, de La Malbaie; André Demers, 59 ans, de Québec; Lisette Belleau, 52 ans, de Baie-Saint-Paul; et Rémy Bernier, 47 ans, de Saint-Urbain.

Les suspect devraient comparaître mercredi pour faire face à des accusations de voies de fait simples, voies de fait avec lésions et menaces.

De plus deux perquisitions ont eu lieu dans la région de Charlevoix.

Un autre individu, Jean Coutu, âgé de 53 ans, avait été arrêté en mai dernier relativement à cette affaire et l'enquête s'est poursuivie.

Selon la SQ, 12 personnes auraient été victimes de maltraitance par les suspects.

Partielles: Legault accuse Couillard de vouloir mêler les électeurs

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/

Publié le 07 octobre 2015 à 09h28 | Mis à jour à 09h28
François Legault... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)
PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

François Legault

ALEXANDRE ROBILLARD
La Presse Canadienne
Québec
Le premier ministre Philippe Couillard veut «mêler» les électeurs en déclenchant des élections partielles en pleine campagne fédérale, a déclaré mardi le chef caquiste François Legault.
Selon M. Legault, en agissant de la sorte, M. Couillard prouve qu'il est l'un des politiciens les plus cyniques que le Québec a connus depuis longtemps.
Le chef caquiste croit que le premier ministre aurait pu attendre après le scrutin fédéral du 19 octobre, puisque la loi lui donne un délai de six mois pour combler les sièges laissés vacants à l'Assemblée nationale.
Afin de ne pas contribuer à la confusion qui pourrait survenir avec les activités de la campagne fédérale, la Coalition avenir Québec (CAQ) limitera ses activités et attendra le scrutin du 19 octobre pour son affichage.
Rien n'a été annoncé officiellement par le gouvernement, mais le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a affirmé que les libéraux ont déjà commencé l'affichage dans la circonscription montréalaise de Saint-Henri-Sainte-Anne.
M. Bonnardel s'est dit «fâché» par cette façon de procéder, avant même l'annonce officielle du scrutin.
Les départs récents de députés forcent la tenue d'élections partielles dans quatre circonscriptions québécoises.
Selon M. Legault, M. Couillard a pour objectif de profiter de la confusion liée au déclenchement des partielles pendant la campagne fédérale.
«Les Québécois vont être tout mêlés, a-t-il dit. Il va y avoir cinq pancartes de partis fédéraux, quatre pancartes de partis provinciaux et ils vont tout être mêlés, mais Philippe Couillard se dit: tant mieux si le monde est mêlé, j'aime ça quand le monde est mêlé. Quel cynisme de la part de Philippe Couillard.»

Négos avec le secteur public: Québec fera des concessions

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/

EXCLUSIF
Publié le 07 octobre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 06h53
Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux,... (PHOTO PC)
PHOTO PC

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a affirmé que Québec était prêt à jeter du lest concernant le régime de retraite des employés.

Denis Lessard
DENIS LESSARD
La Presse
(Québec) Le gouvernement Couillard fera tomber des cartes importantes sur la table des négociations avec le secteur public dans le but d'accélérer un règlement et de mettre un terme aux discussions amorcées il y a près d'un an avec les centrales qui représentent les 500 000 employés de l'État.
Selon les informations obtenues par La Presse, à la table sectorielle de la santé, le gouvernement acceptera une vieille réclamation des infirmières: la rétribution de la formation. On renouera avec les dispositions de la loi 90 adoptée sous Bernard Landry, qui voulait revaloriser la profession d'infirmière.
Des aspects de relativité sont aussi en jeu: en effet, comment expliquer qu'une infirmière gagne en moyenne moins qu'un enseignant au primaire ou au secondaire? Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a sauté dans la mêlée la semaine dernière et a assuré, a-t-on appris, que ces propositions se trouveraient «sur la ligne d'arrivée».
La Presse n'a pu obtenir une évaluation du coût de ces concessions aux infirmières. Mais elles ajouteront un défi important au réseau de la santé pour l'année 2016-2017. Le Trésor exige plus de 400 millions «d'efforts supplémentaires» pour l'an prochain au ministère dirigé par Gaétan Barrette, en plus de l'impact de la loi 20 pour cette même année, soit 110 millions d'économies (55 millions cette année et 55 millions pour 2017-2018). Beaucoup de chantiers ont été lancés l'an dernier dans le secteur de la santé, mais les économies ne sont pas arrivées aussi vite qu'on sy 'attendait.
Lundi, les ministres ont fait un premier tour de table sur la commande de compressions pour 2016-2017, soit plus de 1,2 milliard. Déjà malmenée cette année, l'éducation s'en tire avec une commande réduite - autour de 200 millions de compressions sont attendues pour l'année 2016-2017.

LA FIQ, la fédération interprofessionnelle qui représente plus de 60 000 infirmières, était en conseil fédéral la semaine dernière. Le comité exécutif de Régine Laurent avait imposé une rupture des négociations pour galvaniser les troupes. En réalité, les discussions n'ont jamais été interrompues, et les négociations ont depuis repris officiellement.
Du lest sur les pénalités
Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a déjà affirmé publiquement que Québec était prêt à jeter du lest sur ses demandes à propos du régime de retraite des employés. Pas question, par contre, de laisser tomber les paramètres salariaux, soit deux années de gel des salaires suivies de trois augmentations annuelles de 1%.
En revanche, a-t-on appris, le gouvernement compte réduire ses attentes à la table centrale concernant les retraites. Le printemps dernier, en mettant la rondelle en jeu, Québec avait indiqué qu'à compter de janvier 2017, la pénalité actuarielle annuelle pour les employés qui prenaient leur retraite prématurément passerait de 4,2 à 7% par année. Cette cible de 7% sera abandonnée. Par ailleurs, on comprend que Québec n'a pas l'intention de faire des concessions sur un autre changement attendu au régime de retraite. L'âge minimal de retraite sans pénalité devrait être augmenté pour tenir compte de la longévité accrue; on passerait ainsi de 60 à 62 ans à compter de 2017.

Lise Thibault libérée en attendant son appel

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 06 octobre 2015 à 16h41. Modifié par Léandre Drolet à 20h41.
Lise Thibault libérée en attendant son appel
QUÉBEC - Après six nuits derrière les barreaux, Lise Thibault est libérée. La Cour d'appel a accepté d'entendre l'appel de l'ex-lieutenante-gouverneure et l'a libérée sous cautionnement.
Écoutez le reportage :
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
La décision a été rendue par le juge Jacques J. Lévesque, de la Cour d'appel du Québec, mardi après-midi.
L'avocat de la défense, Me Marc Labelle, contestait la peine de 18 mois d'incarcération rendue la semaine dernière par le juge Carol St-Cyr de la Cour du Québec.
«La requérante me convainc qu'elle soutient des arguments qui ont le mérite de justifier qu'une formation de la Cour procède à leur appréciation sur le fond», a écrit le juge Lévesque, après avoir entendu les parties en matinée. Le juge a exigé un cautionnement de 5000 $.
La cause sera entendue le 5 février 2016. Cette saga judiciaire sans précédent qui dure depuis 2009 sera donc prolongée pour une septième année encore.

Dans sa plaidoirie en matinée, Me Labelle a fait valoir que le cas de sa cliente est unique, en raison de son état de santé et de son statut. Une personne du rang de Lise Thibault mérite d'être entendue à la Cour d'appel en raison de sa situation exceptionnelle, a-t-il invoqué.

«Le fait que ce soit une personne de haut rang et que cela a entraîné son incarcération, est-ce qu'il ne serait pas normal que cela ne s'arrête pas au jugement de première instance, que le tribunal le plus haut de la province se penche sur le cas pour voir si les principes ont été bien appliqués? (...) Cela ne serait-il pas approprié, puisque la justice est égale pour tous?» a fait valoir l'avocat.

L'ex-lieutenante-gouverneure était d'ailleurs présente, ce qui est rarement demandé à un détenu à cette étape de la procédure. Elle est apparue vêtue beaucoup plus simplement qu'à l'habitude, jupe de denim et châle noir, menottes aux mains, les traits tirés, le visage fermé, les cheveux brossés sans être coiffés.

Le procureur de la Couronne, Marcel Guimont, a pour sa part soutenu qu'il ne s'agit pas d'un cas si unique, puisque de nombreux élus ont été jugés et condamnés à la prison pour des cas de fraude et d'abus de confiance.

«Il n'y a pas d'erreur de principe en ce qui me concerne, le juge s'est bien positionné», a fait valoir Me Guimont.

«Est-ce qu'on peut dire devant qu'il s'agit d'une peine manifestement déraisonnable? Non», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l'état de santé de Lise Thibault n'a pas à être pris en considération en vertu de la jurisprudence, selon Me Guimont.

Lise Thibault a été condamnée, la semaine dernière, à 18 mois d'incarcération et au remboursement de 300 000 $ aux gouvernements du Canada et du Québec.

Dans sa décision, le juge St-Cyr a déploré la «culture de tromperie» entretenue par la lieutenante-gouverneure, ainsi que son absence de remords.

C'était la première fois au Canada qu'une ancienne représentante de Sa Majesté prenait le chemin de la prison.

En décembre dernier, elle avait plaidé coupable à trois chefs d'accusation de fraude et trois autres d'abus de confiance.

La Couronne réclamait quatre ans de prison et un remboursement de 430 000 $, c'est-à-dire la somme fraudée estimée par une experte de la poursuite.

La défense plaidait plutôt pour une peine de 12 mois dans la collectivité et un remboursement de 310 000 $.

Durant son règne, de 1997 à 2007, Lise Thibault avait obtenu de façon indue des remboursements pour des activités familiales, des fêtes, des excursions à la cabane à sucre, des sorties de golf et de ski, des REER, l'achat de terrains, le transport de voiturettes de golf en Floride, etc.

La lieutenante-gouverneure avait déjà évoqué sa condition de femme handicapée pour justifier les frais reliés à ses déplacements, ses activités et sa sécurité.

Les vérificateurs généraux du Québec et du Canada avaient tous les deux évalué à 700 000 $ les dépenses injustifiées de la lieutenante-gouverneure.

Hydro-Québec: un milliard $ de trop en achats !

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le mercredi 07 octobre 2015 à 07h35.
Hydro-Québec: un milliard $ de trop en achats !
(Cogeco Nouvelles) - Les achats d'électricité, dont Hydro-Québec n'a pas besoin, frôleront le milliard de dollars en 2016.
Selon le Journal de Montréal, ces achats aux producteurs privés, qui détiennent des parcs éoliens, de petites centrales électriques et des centrales à la biomasse, sont imposés par le gouvernement québécois.
Selon les données d'Hydro-Québec, les surplus énergétiques continueront d'augmenter au cours des dix prochaines années.
L'Union des consommateurs dénonce ces dépenses injustifiables, qui sont refilées aux consommateurs. Rappelons que les clients d'Hydro-Québec ont subi des hausses de 7,2 % ces deux dernières années

Eaux usées: Coderre accuse les conservateurs

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 fm pour CogecoNouvelles le mardi 06 octobre 2015 à 15h30. Modifié par Charles Payette le mercredi 07 octobre 2015
Eaux usées: Coderre accuse les conservateurs
Denis Coderre/Cogeco Nouvelles
(Cogeco Nouvelles) - Le maire de Montréal, Denis Coderre, accuse les conservateurs de faire de la politique avec le dossier du rejet de huit milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

Réagissant à la demande d'Ottawa de suspendre son projet, le maire Coderre a réaffirmé n'avoir d'autres choix que de déverser ces déchets provoqué par les travaux de l'autoroute Bonavanture.
Le ministre Denis Lebel et le maire Denis Coderre.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le mercredi 07 octobre 2015 dans Puisqu'il faut se lever avec Mario Dumont, Commission Curzi-Dumont et Pierre Curzi
Écouter
Mis en ligne le mercredi 07 octobre 2015 dans Puisqu'il faut se lever avec Paul Arcand
Le maire Coderre a aussi déploré la récupération politique du chef néodémocrate Thomas Mulcair, mais c'est aux conservateurs qu'il a lancé ses flèches.
Mardi matin, le ministre conservateur responsable de Montréal, Denis Lebel, a expliqué que le déversement pourrait aller à l’encontre de l’article 36.3 de la Loi sur les pêches qui précise «qu’il est interdit d’immerger ou de rejeter une substance nocive dans des eaux où vivent des poissons ».
« C’est un sujet qui soulève beaucoup de passion aujourd’hui, a affirmé M. Lebel. Ce sont les spécialistes d’environnement Canada qui vont prendre le temps de regarder ce dossier. »
Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal soutenaient pourtant qu’il s’agissait de l’unique solution.
La Ville devait déverser ces milliards d’eaux usées à partir du 18 octobre, la veille de l’élection.
Thomas Mulcair et Justin Trudeau, deux candidats montréalais, ont aussi du commenter le dossier aujourd’hui.
« L'idée qu'en 2015, on va lâcher des milliards de litres d'eaux usées dans le St-Laurent, c'est tellement saugrenu que c'est évident qu'un gouvernement du NPD ne le permettrait pas », a affirmé M. Mulcair.
Il a aussi promis qu’un gouvernement néo-démocrate sera un partenaire des villes pour qu’elles aient l’argent nécessaire pour leurs usines d’épuration.
Le chef libéral Justin Trudeau a refusé de dire s’il s’y opposerait, préférant plutôt attaquer les gouvernements conservateurs.
« Je comprends aussi la position impossible dans laquelle le gouvernement fédéral, qui a refusé d'être un partenaire adéquat pour le traitement des eaux usées à travers le pays, a mis nos élus et nos villes», a-t-il affirmé.
PTP au centre des discussions
Stephen Harper promet un milliard $ pour l’industrie automobile, afin d’atténuer les impacts du Partenariat transpacifique (PTP) : une admission que des milliers d’emplois seront perdus, selon Thomas Mulcair.
Justin Trudeau est pour sa part resté vague refusant de commenter l’utilité des compensations aux agriculteurs ou à l’industrie automobile, ni les bien-fondés de l’accord lui-même.
«On va regarder les détails de cet accord. Pour l’instant, on n’a pas les détails au complet. On va regarder ce que le gouvernement propose dans les semaines et les mois à venir», a-t-il répondu, en déplorant le fait que les négociations aient été menées en secret.
Pour le chef conservateur, ces 100 millions $ par année pour les 10 prochaines années «ne sont pas des compensations, mais des programmes incitatifs. »
Selon lui, ces sommes ne sont pas les mêmes que les 4,3 milliards$ promise lundi aux agriculteurs affectés par la brèche dans la gestion de l’offre.
«Nous investissons dans ce secteur pour attirer ces mandats. Pour garder des mandats continental et mondial, c'est nécessaire d'avoir un tel accès au marché », a indiqué le chef conservateur.
Le chef du NPD Thomas Mulcair a profité d’une annonce de statistique Canada pour attaquer le chef conservateur.
Selon l’agence fédérale, en août, les exportations du Canada ont diminué de 3,6%, ce qui entraine une hausse du déficit du commerce de marchandises qui est passé de 817 millions de dollars en juillet à 2,5 milliards en août.
« M. Harper se vante d'avoir signé plus de 50 ententes et que c'est bon pour l'économie, a-t-il lancé. La preuve que c'est faux, c'est qu'on a le pire déficit commercial de l'histoire du Canada cette année. »
« Nous pensons que cet accord est mauvais. Il s'agit d'une brèche importante dans notre système de gestion de l'offre, c'est le cheval de Troie qu'ils tentent d'amener dans la gestion de l'offre », a-t-il ajouté, se différenciant davantage de ses adversaires.
Par Philippe-Vincent Foisy

La Bourse de Toronto grimpe avec les prix du pétrole et de l'or

http://www.985fm.ca/economie/nouvelles

Publié par La Presse Canadienne le mardi 06 octobre 2015 à 18h01.
TORONTO — La Bourse de Toronto a clôturé en hausse mardi pour une troisième séance de suite, une forte appréciation du cours du pétrole ayant soutenu la reprise du secteur de l'énergie.
L'indice composé S&P/TSX a avancé de 95,06 points pour terminer la journée à 13 647,26 points, après avoir pris plus de 300 points lors des deux séances précédentes.

Le secteur de l'énergie a affiché mardi un des gains les plus importants du parquet torontois, une hausse de 3,76 pour cent, soutenu par la progression du cours du pétrole brut, qui s'est adjugé 2,27 $ US à 48,53 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

«Nous avons une reprise du secteur de l'énergie (...) c'est la clé», a estimé John Stephenson, président et chef de la direction de la firme Stephenson and Company Capital Management.

M. Stephenson observe plusieurs indices laissant présager d'une reprise dans le secteur, notamment un nouveau rapport dans lequel un haut responsable de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) prédit un rebond des prix, ainsi qu'une prévision à court terme de l'agence américaine de l'information de l'énergie qui s'attend à un déclin de la production pétrolière américaine.

Malgré tout, M. Stephenson ne croit pas que le pire est derrière nous et estime que le prix du baril pourrait toujours descendre sous la barre des 40 $ US dans l'environnement actuel de lente croissance.

Le prix du lingot d'or a pour sa part avancé de 8,80 $ US à 1146,40 $ US l'once à New York, pendant que le secteur torontois des matériaux, qui regroupe les titres de plusieurs sociétés aurifères, a gagné 3,26 pour cent.

La meilleure performance du TSX a cependant été celle du secteur des métaux et minerais diversifiés, qui a bondi de 7,64 pour cent.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,35 cent US à 76,76 cents US.

Sur Wall Street, les marchés ont terminé la journée dans un ordre dispersé. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a pris 13,76 points à 16 790,19 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a retraité de 7,13 points à 1979,92 points et que l'indice composé du Nasdaq a rendu 32,90 points à 4748,36 points