Bernard Drainville renonce à sa carte de membre du PQ

http://www.journaldemontreal.com/

L’ex-député remplacera Nathalie Normandeau au FM93 dès lundi prochain


Bernard Drainville veut être «le plus équilibré possible» dans ses fonctions d’animateur, commentateur et analyste à la radio.

MISE à JOUR 

À la veille d’un retour dans les médias, Bernard Drainville rejette l’étiquette de «commentateur péquiste» et se départit de sa carte de membre du Parti québécois (PQ).
Deux mois presque jour pour jour après avoir quitté la vie politique, il enfilera ses nouveaux habits d’animateur à la station de radio FM93 de Québec, à compter de lundi prochain. Un retour télévisuel est également prévu dès le mois de septembre sur les ondes de LCN.
Première étape de sa transition, l’ex-politicien vient tout juste de demander à être rayé de la liste des membres du PQ et du Bloc québécois.
«Il en va de ma crédibilité. Je ne représente plus un parti politique. Les gens veulent entendre un commentateur qui est libre de ses opinions, qui n’est plus limité par la ligne partisane», lance-t-il, en entrevue avec Le Journal.
Objectif
Son objectif: être un analyste, un commentateur et un animateur «le plus équilibré possible». Bernard Drainville promet d’ailleurs qu’il aura la même attitude envers ses ex-collègues péquistes que ses anciens adversaires politiques, qui l’auront à l’œil.
«J’ai les mêmes convictions et bien entendu elles vont teinter mes prises de position, mon propos ou ce que je vais dire sur les ondes, mais je ne serai pas un commentateur péquiste, je vais être un commentateur politique qui a comme objectif de donner au public la meilleure analyse possible.»
Chemin inverse
En 2007, il avait troqué une carrière journalistique pour se lancer en politique. Près de dix ans plus tard, il emprunte le chemin inverse.
Est-il prêt à se mouiller pour commenter la course à la chefferie du PQ? L’ex-député assure que oui, mais il estime qu’il est encore trop tôt pour prendre position pour un candidat à la succession de Pierre Karl Péladeau. «Je trouve que la course est drabe un peu, je commence à avoir hâte que ça s’active, j’ai hâte aux débats», dit-il.
Le père de la défunte charte des valeurs assure qu’il n’hésitera pas à se prononcer sur des questions identitaires. Encore là, pour l’instant, aucun des aspirants-chefs péquistes ne bénéficie de son appui sur ce thème. «C’est trop parcellaire, je n’arrive pas à me faire une tête sur ce que j’ai entendu jusqu’à maintenant.»

Un autre écart de Trump alerte cette fois le Secret Service

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Donald Trump accusé d'incitation à la violence