René Simard de retour sur scène

http://www.journaldemontreal.com/


Le chanteur présentera dès avril 2016 sa première tournée solo en 25 ans


René Simard revisitera les plus grands succès de sa carrière sur scène avec la tournée Nouveau rêve.
René Simard revisitera les plus grands succès de sa carrière sur scène avec la tournée Nouveau rêve. L’année 2015 aura décidément été riche en émotions pour René Simard. Après le douloureux décès de sa mère en août, il s’est enfin réconcilié avec sa sœur Nathalie, nous confie-t-il. De plus, le chanteur s’apprête à remonter sur scène en solo, pour la première fois en 25 ans.
La famille a toujours été très importante pour le chanteur de 54 ans. Il s’est réconcilié avec sa sœur Nathalie cet été, mettant un terme à une longue période froide. Le décès de leur mère, le 3 août dernier, leur aura finalement permis de tourner la page sur leurs différends.
«On a vécu le départ de ma mère ensemble, avec nos deux familles réunies. Depuis, il n’y a plus aucune animosité ni guerre froide. On s’envoie des textos pratiquement tous les jours. Ça me fait du bien, et ça lui en fait aussi», explique-t-il en entrevue avec Le Journal, sans toutefois s’étendre sur les raisons de leur dispute.

En duo avec Nathalie?
«On a passé toutes sortes de moments difficiles, Nathalie et moi. Elle est tannée d’en parler, je suis tanné d’en parler. On n’a aucun contrôle sur ce qui s’est passé», se contente-t-il de dire.
Lors du coup d’envoi de sa tournée Nouveau rêve, au printemps prochain, René ­Simard pourra enfin renouer avec le public, 25 années après avoir donné son dernier concert solo.
«Ce sera la première fois que mes enfants me voient faire mes propres chansons en spectacle; disons que ça a été une énorme source de motivation pour moi», confie-t-il.
Maintenant que René et Nathalie Simard se sont retrouvés et réconciliés, pouvons-nous nous attendre à ce que Nathalie le rejoigne sur scène lors de cette tournée de spectacles?
«On n’en a pas parlé. Mais je suis allé à sa cabane à sucre dernièrement et on a chanté Tourne la page ensemble. Alors, on ne sait jamais», avance-t-il.
D’hier à aujourd’hui
Au printemps prochain, donc, René ­Simard se produira sur scène à travers la province, s’arrêtant à la Salle Pierre-Mercure les 20 et 23 avril. Plus de 25 dates sont prévues pour le reste de l’année.
Cette nouvelle tournée lui permettra de promouvoir son dernier album, un 51e en carrière, paru au printemps dernier. Les ventes ont beau ne pas avoir été remarquables, le chanteur se dit tout de même «très heureux» et convaincu que les choses s’amélioreront dans les prochains mois.
«C’est sûr que ça ne se compare pas aux ventes de Jean Leloup, par exemple. Mais certains albums fonctionnent rapidement, tandis que d’autres, eux, prennent plus de temps. La tournée va énormément aider les ventes de l’album», explique-t-il.
En plus de ce nouveau matériel, René Simard aura l’occasion de revisiter certaines des chansons marquantes qui ont ponctué ses 45 années de carrière. On pourra donc réentendre des titres comme FernandoMa petite Japonaise et même L’oiseau, qu’il promet de présenter d’une manière «bien différente», en plus d’extraits de comédies musicales auxquelles il a participé. Le tout sera accompagné de projections d’images captées tout au long de sa carrière, et d’une bonne dose d’humour.
René Simard s’avoue extrêmement «fébrile et excité» à l’idée de revenir à la rencontre de son public après une absence prolongée.
«À un certain moment, j’ai dû arrêter, et ça m’a donné la chance de faire plein d’autres choses. La scène, ça ne ment pas: si tu n’y es pas bien, ça paraît aussitôt. Mais aujourd’hui, je me sens mûr pour y retourner», conclut-il.
♦ René Simard sera sur la scène de la Salle Pierre-Mercure à Montréal les 20 et 23 avril 2016. Les billets pour toutes les dates de la tournée Nouveau rêve sont offerts aujourd’hui, dès midi, sur evenko.ca.

Guy Nantel questionne les Torontois sur l'actualité

http://www.journaldemontreal.com/

RAPHAËL GENDRON-MARTIN
MISE à JOUR 

Si l’on se fie au nouveau vox pop de Guy Nantel, très peu d’Ontariens savent reconnaître Thomas Mulcair. Dans une nouvelle vidéo tournée à Toronto, l’humoriste a questionné quelques citoyens sur l’actualité, à quelques jours des élections fédérales.
Six mois après son très ­populaire vox pop lors d’une manifestation étudiante (le clip a dépassé le million de visionnements), l’humoriste a voulu remettre ça.
Parmi les réponses reçues, une personne a dit que Jean Chrétien était l’actuel premier ministre du Canada et une autre a dit que le pays comptait 15 provinces, tandis qu’un répondant a affirmé que le Canada comptait 100 milliards d’habitants.
Partout pareil
«Avec la somme de vox pop que j’ai faits au cours des années, il y a beaucoup de gens qui me critiquaient en disant que je donnais une mauvaise réputation aux Québécois, mentionne Guy Nantel. Mais c’est partout pareil. J’ai décidé d’aller en Ontario pour le démontrer.»
Sur la vingtaine de gens interviewés, l’humoriste a indiqué qu’il avait tout de même reçu une majorité de bonnes réponses. «Mais je n’ai gardé que les réponses comiques pour la vidéo. Je poursuis dans la mauvaise foi!»
En faisant son vox pop, Guy Nantel a été bien étonné de voir qu’à peine deux personnes sur 20 reconnaissaient Thomas Mulcair quand il leur montrait une photo du chef du NPD. «Mulcair, personne ne le connaît à Toronto. Pourtant, il était premier dans les sondages au moment du vox pop.»

État islamique, le règne de la terreur L'EI détruit le célèbre Arc de triomphe de Palmyre

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

  Mise à jour le dimanche 4 octobre 2015 à 22 h 54 HAE Associated Press
Palmyre en Syrie
 Photo :  PC/Ko Hon Chiu Vincent

Des militants de l'opposition syrienne affirment que des djihadistes du groupe armé État islamique ont détruit une arche vieille de près de 2000 ans dans la cité antique de Palmyre, la plus récente destruction de lieux historiques commise par les extrémistes qui occupent un vaste territoire en Syrie en Irak.
L'Arc de triomphe était l'un des monuments les plus connus de Palmyre, une ville dont le groupe a pris le contrôle en mai. L'arche monumentale se trouvait à l'entrée de la célèbre rue à colonnades de la cité antique, qui reliait l'Empire romain à la Perse.
Un militant de l'opposition qui utilise le pseudonyme de Khaled al-Homsi a écrit sur Twitter tard dimanche que les extrémistes avaient détruit le monument.
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le groupe a fait exploser l'arche, mais a laissé les colonnades en place. Les extrémistes du groupe armé État islamique ont déjà détruit deux célèbres temples à Palmyre, qui fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Élections Canada 2015 Entente conclue sur le Partenariat transpacifique

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/

Radio-Canada avec Reuters

Les ministres du Commerce international de 12 pays dont le Canada sont finalement parvenu à un accord au terme de longues négociations sur un Partenariat transpacifique (PTP). Une conférence de presse doit avoir lieu ce matin à Atlanta, où la ronde ultime des pourparlers a eu lieu ces derniers jours.
L'entente, qui est négociée depuis cinq ans, va libéraliser les échanges et créer des normes communes pour un nouvel ensemble de 800 millions de personnes représentant 40 % de l'économie mondiale. Elle crée du coup la plus grande zone de libre-échange au monde.
Le premier ministre japonais Shinzo Abe a implicitement confirmé qu'une entente a été conclue lundi matin. « C'est un dénouement majeur non seulement pour le Japon, mais aussi pour l'avenir de la zone Asie-Pacifique », a-t-il dit. Selon AFP, Washington confirme également qu'une entente a été conclue.
Tout indiquait déjà qu'un accord était imminent, à commencer par le fait que les journalistes qui se trouvent à Atlanta, aux États-Unis, où se déroulent les négociations, ont été placés en huis clos lundi matin pour prendre connaissance de certains détails de cette éventuelle entente.
Il en va de même à Ottawa, où les journalistes de la colline Parlementaire ont été convoqués en huis clos à 7 h 15 pour « une séance d'information technique sous embargo sur certains éléments importants du Partenariat transpacifique ». La convocation a été envoyée aux médias tout juste avant l'aube.
Les négociations sur le TPT s'étirent depuis plusieurs jours, mais elles ne peuvent plus l'être davantage, puisque les ministres du Commerce international des 12 pays impliqués sont attendus plus tard dans la journée à Istanbul pour une rencontre du G20.
Le TPT réunit le Canada, les États-Unis, le Japon, le Mexique, le Chili, le Pérou, la Nouvelle-Zélande, la Malaisie, le Vietnam, Singapour et Brunei.

Un adolescent palestinien tué par l'armée israélienne

http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/

Publié le 05 octobre 2015 à 08h26 | Mis à jour à 08h49
Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 150 Palestiniens... (PHOTO MOHAMAD TOROKMAN, REUTERS)
PHOTO MOHAMAD TOROKMAN, REUTERS

Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 150 Palestiniens ont été blessés en 48 heures, touchés par des balles réelles ou des projectiles caoutchoutés de l'armée israélienne.

Agence France-Presse
RAMALLAH, JÉRUSALEM
Un jeune adolescent palestinien a été tué lundi lors de heurts avec l'armée israélienne dans le camp de réfugiés d'Aïda à Bethléem, en Cisjordanie occupée, ont indiqué la police et le Croissant-Rouge palestiniens à l'AFP.
Abdel Rahmane Abdallah, 13 ans, a été mortellement touché au torse par des balles au cours d'affrontements à la mi-journée, ont-ils dit. Il est le deuxième jeune Palestinien à avoir été tué par des soldats israéliens en 24 heures en Cisjordanie.
Dimanche soir, Houzeifa Othmane Souleimane, 18 ans, est mort après avoir été touché par des tirs de l'armée israélienne lors de heurts à Tulkarem, dans le nord-ouest de la Cisjordanie.
Palestiniens et Israéliens se sont engouffrés depuis quelques jours dans un nouveau cycle de violences en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël. Quatre Israéliens ont été tués depuis jeudi soir dans deux attentats.
Selon le Croissant-Rouge palestinien, plus de 150 Palestiniens ont été blessés en 48 heures, touchés par des balles réelles ou des projectiles caoutchoutés de l'armée israélienne.

Frappe israélienne sur Gaza après un tir de roquette

Israël a lancé, tôt lundi, une frappe aérienne sur la bande de Gaza en réponse à un tir de roquette sur le sud du territoire israélien, a annoncé l'armée dans un communiqué.
«L'armée de l'air israélienne a visé un site terroriste du Hamas dans le nord de la bande de Gaza», a indiqué l'armée.
La roquette tirée depuis la bande de Gaza est tombée dimanche soir sur un terrain désert dans le sud d'Israël sans faire de victime, avait auparavant annoncé l'armée.
Le 30 septembre, en réponse à un tir de roquette contre la ville d'Ashdod intercepté par le système antimissiles Dôme de fer, l'armée israélienne avait mené des attaques aériennes dans la bande de Gaza contre quatre camps d'entraînement des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, qui étaient vides au moment de l'attaque aérienne.
Des salafistes se disant liés à l'organisation djihadiste État islamique (EI) ont revendiqué les récents tirs de roquettes, mais Israël tient le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, pour responsable de ces incidents.
Un manifestant palestinien utilise un lance-pierre lors d'un... (PHOTO NASSER SHIYOUKHI, AP) - image 3.0
Un manifestant palestinien utilise un lance-pierre lors d'un affrontement avec des soldats israéliens à Ramallah, le 5 octobre. 
PHOTO NASSER SHIYOUKHI, AP
Un Palestinien relance en direction des soldats israéliens... (PHOTO NASSER SHIYOUKHI, AP) - image 3.1
Un Palestinien relance en direction des soldats israéliens une grenade lacrymogène tirée vers les protestataires par les militaires, à Ramallah, le 5 octobre.
PHOTO NASSER SHIYOUKHI, AP

Nétanyahou va durcir la répression

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a promis de renforcer encore la répression pour prévenir un embrasement en Cisjordanie, en proie aux violences, et à Jérusalem, où la Vieille ville restait interdite aux Palestiniens lundi.
Depuis samedi, jeunes Palestiniens et soldats et policiers israéliens s'affrontent dans de nombreuses localités de Cisjordanie et certains quartiers de Jérusalem-Est, dans des scènes qui rappellent les intifadas de 1987 et 2000.
Les premiers jettent pierres et cocktails Molotov, les seconds répondent désormais de plus en plus systématiquement par des tirs à balles réelles en Cisjordanie occupée.
Côté israélien, quatre personnes ont été tuées depuis jeudi, deux criblées de balles en Cisjordanie, et deux autres dans une attaque au couteau dans la Vieille ville de Jérusalem.
En plus du jeune Palestinien tué lundi, un autre est mort dimanche soir après avoir été touché à Tulkarem, dans le nord-ouest de la Cisjordanie. Les funérailles de Houzeifa Othmane Souleimane, 18 ans, prévues à la mi-journée dans son village risquent de donner lieu à un nouvel accès de fièvre.
Une cinquantaine d'élèves portant encore leur sac de classe sont allés lundi après l'école défier les soldats israéliens à coups de pierres au point de passage de Bet El, près de Ramallah, a constaté un journaliste de l'AFP. Des heurts ont aussi été observés à Jalazoun.
Accélération des démolitions
M. Nétanyahou a prévenu dimanche soir qu'Israël menait «un combat jusqu'à la mort contre le terrorisme palestinien». Il a ordonné d'accélérer les démolitions de maisons appartenant aux auteurs d'attentats ou à leur famille. La mesure a déjà été employée à maintes reprises avec l'objectif de donner à réfléchir à ceux qui veulent perpétrer des attaques.
Elle est pour les Palestiniens une des manifestations insupportables de l'occupation et est décriée par les défenseurs des droits de l'homme comme relevant du châtiment collectif.
L'une des premières maisons visées pourrait être celle de Mohannad Halabi, le Palestinien de 19 ans qui a tué un rabbin et un soldat samedi soir dans la Vieille ville avant d'être abattu. Dans la nuit, des dizaines de jeunes ont brûlé des pneus pour barrer les routes menant à son village près de Ramallah. Pour la deuxième nuit de suite, les soldats israéliens ont positionné leurs blindés au pied de la maison, laissant envisager sa destruction. L'armée a tiré à balles réelles pour disperser les jeteurs de pierre, ont constaté des journalistes de l'AFP.
M. Nétanyahou est soumis à la pression de certains membres de son gouvernement, l'un des plus à droite de l'histoire d'Israël, qui critiquent désormais ouvertement son action et vont jusqu'à réclamer l'annonce d'une nouvelle colonie pour donner la leçon aux Palestiniens.
Le président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé dans la nuit «l'escalade» à laquelle se livrait Israël, qui a selon lui intérêt aux violences.
Israël a déjà pris une disposition exceptionnelle et peut-être inédite en interdisant pendant deux jours, dimanche et lundi, l'accès de la Vieille ville à l'immense majorité des quelque 300 000 Palestiniens de Jérusalem-Est (partie de Jérusalem occupée en 1967 et annexée par Israël) qui n'y vivent pas.
«Un jour important»
La partie orientale de la Vieille ville était lundi largement vidée de la population. Les groupes de touristes parcouraient avec une facilité inattendue les ruelles séculaires dans lesquelles se dressaient des barrages filtrants de la police.
Même la porte des Lions, seul accès autorisé à l'esplanade des Mosquées qui surplombe la Vieille ville, se signalait par son calme. Quelques musulmanes comme Esraa Hajajra, 19 ans, y étaient fidèles au rendez-vous pour défendre l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam, contre ce qu'elles perçoivent comme les tentatives des Israéliens d'en prendre le contrôle. «C'est notre mosquée, mais ils veulent nous la prendre pour y prier», dit-elle.
L'esplanade, qui est aussi le site le plus sacré des juifs, enflamme des passions déjà vives.
Les juifs «sont inquiets», témoigne Shilo Marom, un juif de 25 ans sur le chemin qui le mène au mur des Lamentations, en contrebas de l'esplanade. Des dizaines de juifs y prient avec ferveur et dansent au pied du mur pour célébrer le dernier jour de Souccot, grande fête juive.
«C'est un jour important», ajoute Shilo Marom, selon lequel ce ne sont pas les attentats qui vont dissuader les gens de se rendre dans la Vieille ville. «Au contraire, ils vont y aller plus nombreux pour faire passer le message».
- Avec Laurent Lozano

Trudeau accuse Harper de tabler sur «la peur» et «la division» pour gouverner

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Léandre Drolet pour CogecoNouvelles le lundi 05 octobre 2015 à 06h06. Modifié à 06h12.
Trudeau accuse Harper de tabler sur «la peur» et «la division» pour gouverner
Justin Trudeau.
(Cogeco nouvelles) - Justin Trudeau a livré une charge à fond de train contre Stephen Harper à l'occasion d'un grand rassemblement partisan tenu à Brampton en Ontario, dimanche.
Justin Trudeau.
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Le chef libéral a accusé le premier ministre sortant d'avoir tablé sur «la peur» et «la division» pour gouverner le pays.
Il a également soutenu que l'équipe conservatrice a toujours fait de la politique en misant sur «la mesquinerie», «la méchanceté» et «le négativisme», une tactique qui a suffisamment duré, selon lui.

Toujours pas d'entente entre les 12 États sur le PTP

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le dimanche 04 octobre 2015 à 22h12. Modifié par Léandre Drolet le lundi 05 octobre 2015
Toujours pas d'entente entre les 12 États sur le PTP
ATLANTA - Ce qui devait être un sprint de dernière minute pour créer la plus grande zone de libre-échange du monde s'est encore une fois prolongé pour devenir un véritable marathon de négociation qui n'avait toujours pas mené à la conclusion d'un accord sur le Partenariat transpacifique (PTP), tard dimanche soir à Atlanta.
Plusieurs points de discorde — dont la gestion de l'offre des produits laitiers canadiens — persistaient encore.

L'entente semblait pourtant imminente dimanche, alors que les journalistes avaient été convoqués à une conférence de presse à 16 h. Elle a toutefois été repoussée à 18 h, puis à 20 h, avant que les journalistes se fassent dire qu'il valait mieux qu'ils rentrent chez eux.

Ces dernières négociations, qui ne devaient durer que deux jours, se poursuivent depuis maintenant cinq journées consécutives entre 12 États du pourtour de l'océan Pacifique.

Le premier ministre Stephen Harper — qui avait prévu une journée de repos loin du tumulte de la campagne électorale dimanche — a finalement passé la journée à Ottawa, où il a reçu des rapports téléphoniques réguliers sur l'évolution des pourparlers qui se tenaient à Atlanta.

Le ministre australien du Commerce international a révélé que les discussions achoppaient sur la nouvelle génération de médicaments biologiques.

«Regardez, ce n'est pas encore fait», a laissé tomber Andrew Robb.

Il a expliqué que les États-Unis et l'Australie avaient travaillé durant toute la nuit de samedi à dimanche pour trouver un terrain d'entente sur ces médicaments, et qu'ils avaient fait une percée à 3 heures du matin.

Le ministre Robb a révélé qu'ils avaient réussi à réconcilier deux visions: celle des États-Unis, plus favorable aux entreprises et exigeant une protection des brevets pharmaceutiques pendant huit ans, et celle de l'Australie, davantage axée sur le patient et le contribuable, et qui prévoit une protection des brevets pendant cinq ans.

Mais, sans que l'Australie et les États-Unis ne s'y attendent, d'autres pays ont ensuite rejeté ce compromis. Les discussions sont donc reparties de plus belle.

Le Canada ne serait pas trop impliqué dans cet accrochage. Mais, toujours selon M. Robb, ce nouveau délai dans les pourparlers a relégué à l'arrière-plan d'autres enjeux jusqu'à dimanche matin. Des enjeux sur lesquels les 11 pays impliqués dans les négociations discutent toujours.

L'accès aux étagères des épiceries canadiennes serait encore sur la table de négociations, selon des personnes proches des tractations. Les délégués canadiens négocient quelle quantité de lait condensé, de beurre et d'autres produits laitiers pourraient être admis au pays.

La Nouvelle-Zélande, qui avait été l'un des premiers pays à élaborer l'idée d'un tel partenariat il y a dix ans, souhaiterait vendre plus de beurre en Amérique du Nord — surtout aux États-Unis. Or, les Néo-Zélandais ont déjà révélé que leurs vis-à-vis américains ne consentiraient pas à ouvrir leur marché si le Canada ne le faisait pas lui aussi.

En ce moment, 90 pour cent du marché des produits laitiers canadiens est fermé aux produits étrangers. Ce système de gestion de l'offre permet aux agriculteurs d'engranger des revenus stables, mais il limite les options d'achat et fait grimper les prix des denrées.

Des représentants de l'industrie laitière, qui sont présents à Atlanta, ont assuré ne pas avoir été mis au courant de l'offre présentée par le Canada pour assurer un certain accès à son marché.

L'accord, qui est en négociation depuis une décennie, réduirait ou éliminerait des barrières tarifaires pour l'exportation de nombreux autres produits canadiens, notamment le boeuf, le porc, le canola et la machinerie.

L'entente aurait également des conséquences sur le secteur automobile du pays.

Le gouvernement n'a pas nié qu'il puisse permettre aux entreprises de se procurer des pièces de voiture à l'étranger sans frais douanier. Le prix des voitures serait donc plus bas et donnerait plus de profits aux fabricants canadiens, mais selon les syndicats, cette ouverture pourrait contribuer à éliminer plusieurs emplois bien rémunérés dans le secteur.

S'il aboutit, le PTP devrait être ratifié par les Parlements nationaux impliqués. Or, plusieurs politiciens et candidats à l'opposition se sont positionnés contre l'entente de libre-échange.

Au Canada, le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, a fait savoir qu'il ne se sentirait pas lié par une entente négociée durant la campagne. Aux États-Unis, des candidats aux investitures républicaine et démocrate, comme Donald Trump et Bernie Sanders, pressent déjà leurs collègues haut placés de s'y opposer.

On ignore quand la population connaîtra les détails de l'accord et si les Canadiens en seront informés avant le scrutin du 19 octobre.

Après cinq jours de négociations presque constantes, l'annonce de la création de la plus grande zone de libre-échange au monde semblait être à portée de main dimanche. Les délégations de certains pays avaient même commencé à informer les groupes d'intérêts présents à Atlanta sur la nature de l'entente.

Ce suspense de dernière minute a jeté un voile sur ce qui semblait être un accord imminent quelques heures auparavant.

Le portrait de la situation a été résumé par le ministre du Commerce néo-zélandais, qui aura sans contredit prononcé les citations les plus mémorables de ce marathon de négociations.

Questionné sur les compromis difficiles que doit faire son pays pour que ses vis-à-vis acceptent d'ouvrir leurs marchés, Tim Groser a offert cette comparaison peu ragoûtante au quotidien néo-zélandais «New Zealand Weekend Herald».

«Il y a des compromis affreux (...) Et quand je dis affreux, je veux dire affreux dans tous les sens. Ça ne veut pas dire "Je dois avaler un rat mort alors que tu avales du foie gras". Ça veut dire que tout le monde doit avaler des rats morts sur trois ou quatre enjeux pour en arriver à une entente», a-t-il illustré.

La mobilisation contre les offres du gouvernement Couillard se poursuit en Outaouais

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par 104,7 fm Outaouais pour (Outaouais) 104,7 Outaouais le lundi 05 octobre 2015 à 08h12.
La mobilisation contre les offres du gouvernement Couillard se poursuit en Outaouais
104,7 FM
La mobilisation contre les offres du gouvernement Couillard dans les négociations avec les employés du secteur public s'est poursuivie lundi matin à Gatineau.
Christian Bernier
 
 
 
00:00
 
00:00
 
 
 
 
 
 
Après avoir participé à la manifestation de samedi, regroupant des milliers de travailleurs du secteur public à Montréal, le syndicat des enseignants du Cégep tenait lundi matin des lignes de piquetage symboliques.
Le vice-président du syndicat des enseignants du Cégep au campus Félix-Leclerc, Christian Bernier, en parlait nos ondes à Que l'Outaouais se lève.
Écoutez-le en audio ci-joint.

Sondage Nanos-CTV : Trudeau consolide son avance

http://www.985fm.ca/regional/nouvelles/

Publié par Jean-Simon Bui pour (Québec) FM93 le lundi 05 octobre 2015 à 07h20.
Sondage Nanos-CTV : Trudeau consolide son avance
QUÉBEC - Les Libéraux prennent de l'avance dans les intentions de vote au Canada.
Selon un sondage Nanos-CTV-Globe & Mail, le Parti Libéral récolte 35,6% des intentions de vote, le Parti Conservateur est à 31% et le NPD poursuit sa chute avec 23%.

Au Québec, les partis de Thomas Mulcair et Justin Trudeau sont maintenant aux coudes à coudes. Le NPD récolte 30% des intentions de vote, contre 28% pour les Libéraux. Le Bloc Québécois est à 20% et les Conservateurs suivent à 17%