Information sur la politique 1

vendredi, janvier 15, 2016

Turcotte devra passer au moins 17 ans en prison

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 15 janvier 2016 à 13h20. Modifié par 98,5 fm à 16h18.
Turcotte devra passer au moins 17 ans en prison
SAINT-JÉRÔME, Qc - Pour «ses crimes odieux», l'ex-cardiologue Guy Turcotte devra passer 17 ans en prison avant de pouvoir demander sa libération conditionnelle, a tranché le juge André Vincent de la Cour supérieure de Saint-Jérôme dans une décision rendue vendredi matin.
On en parle en ondes :
Dans le box des accusés, Turcotte a gardé les yeux fermés, la tête baissée vers le sol, pendant que le juge Vincent lisait le jugement sur sa peine.

Pour le magistrat, cette période de 17 ans reflète les «crimes odieux et horribles» qui ont été commis, ainsi que sa «culpabilité morale».

«Il s'agit d'abord et avant tout d'une affaire d'une infinie tristesse où un père aimant et attentionné, tue, de sang froid, ses deux enfants», a déclaré d'entrée de jeu le juge Vincent.

En vertu de la loi, la période avant que ne soit possible une demande de libération conditionnelle pouvait être au minimum de 10 ans et au maximum de 25 ans.

L'homme de 43 ans avait été reconnu coupable par un jury le 6 décembre dernier, au terme de son second procès, du meurtre non prémédité de ses enfants, Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans.

Ce verdict entraînait automatiquement une peine de prison à vie. Il ne restait plus au juge qu'à décider après combien d'années Guy Turcotte pouvait être admissible à une libération conditionnelle - qui ne sera pas forcément acceptée s'il la demande.

La Couronne avait requis que cette période soit au minimum de 20 ans. La défense avait suggéré qu'elle soit de moins de 15 ans. «Un écart énorme», selon le magistrat.

Le juge a déclaré vendredi matin que cette demande de la Couronne était «exagérée» et «ne correspond pas au caractère du contrevenant qui n'a aucun antécédent judiciaire».

Il était du même avis pour la demande de la défense. «Cette suggestion ne reflète pas la culpabilité morale du contrevenant», a souligné le juge dans sa décision de 15 pages.

Il a ajouté que la réputation favorable dont Guy Turcotte jouissait avant les meurtres «est perdue à tout jamais» et risque d'être remplacée par une réputation «d'assassin d'enfants».

Selon le juge, les facteurs atténuants qui ont milité en faveur d'une peine plus clémente pour l'homme sont son absence d'antécédent judiciaire, les évaluations faites qui démontrent qu'il représente un risque minime pour la société et le fait qu'il a manifesté - notamment lors des représentations sur la peine le 18 décembre dernier -des remords sincères.

Mais du côté des facteurs aggravant, le juge a relevé qu'il a commis ses crimes contre ses propres jeunes enfants, qu'il a considérés comme «sa chose», écrit le juge. Il les tués d'un nombre «effarant» de coups de couteau, soit 46.

«On ne peut concevoir mort plus atroce», tranche-t-il.

Le juge a aussi parlé des autres victimes du drame, dont les membres de sa famille et aussi Isabelle Gaston, son ex-conjointe et mère des deux enfants.

«Sa peine est incommensurable, elle ne pourra pas voir ses enfants grandir», relève le juge en notant qu'elle avait témoigné de façon digne.

Il juge aussi qu'après son arrivée à l'Institut Philippe Pinel, peu après les meurtres, Guy Turcotte «était beaucoup plus intéressé par des aspects matériels, notamment pour la présentation de son moyen de défense et du paiement des honoraires de ses procureurs tant au civil qu'au criminel, qu'au sort de ses enfants».

Le temps déjà passé en détention par Turcotte depuis 2009 pourrait toutefois être déduit du 17 ans déterminé par le juge. Il a passé 27 mois en prison et 17 mois à l'Institut psychiatrique Philippe-Pinel. C'est la commission des libérations conditionnelles qui effectuera le calcul final en temps et lieu.

La Couronne n'a pas obtenu la période d'au moins 20 ans qu'elle demandait, mais le procureur principal, René Verret, n'a pas exprimé de déception. Il a plutôt souligné qu'il fallait faire preuve d'un grand respect envers le jugement rendu qui est «extrêmement bien motivé, exhaustif et qui reprend les grands principes qui doivent être retenus», a-t-il commenté peu après.

Isabelle Gaston n'était pas présente au palais de justice vendredi.

Guy Turcotte avait reconnu avoir causé la mort de ses deux enfants le 20 février 2009. Il avait toutefois plaidé non coupable et présenté une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Cette défense n'a pas été retenue.

L'homme est incarcéré depuis le 6 décembre.

Il a récemment porté son verdict en appel, en invoquant des erreurs de droit qui auraient été commises par le juge Vincent dans ses directives au jury. Turcotte demande un troisième procès.

Il pourrait aussi faire appel de sa peine.

René Angélil: les funérailles vendredi prochain

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 15 janvier 2016 à 17h23. Modifié par 98,5 fm à 17h51.
René Angélil: les funérailles vendredi prochain
René Angélil (Nicolas Laffont)
MONTRÉAL - Les funérailles de René Angélil, qui a succombé à un cancer jeudi matin, auront lieu vendredi prochain à la basilique Notre-Dame, à Montréal, là même où il avait uni sa destinée à celle de Céline Dion.

Les citoyens pourront rendre un dernier hommage au défunt lors d'une chapelle ardente qui se tiendra jeudi de 14h à 21h.
Une célébration commémorative se tiendra également à Las Vegas, le 3 février, au Colosseum du Caesars Palace.

La famille de M. Angélil a rendu publique la notice nécrologique du défunt vendredi après-midi. On peut y lire que M. Angélil était «un homme doux, bon et généreux, un visionnaire sans précédent, un Pygmalion des temps modernes, un homme de la race des seigneurs».

M. Angélil «laissera une trace unique dans notre mémoire collective et dans l'industrie de la musique et du spectacle, au Québec, au Canada et dans le monde entier», est-il également mentionné.

René Angélil laisse dans le deuil son épouse Céline et ses six enfants: Patrick, Anne-Marie, Jean-Pierre, René-Charles, Nelson et Eddy.

René Angélil, le faiseur de Dion

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/

Voir tous ses articles
  Publié le 15-01-2016 à 19h36

Mentor et mari aujourd'hui décédé, R'né aura modelé la carrière de la diva... Jusqu'à un certain point.

René et Céline en Allemagne en 2012. (STIEFLER/BABIRAD/SIPA)
René et Céline en Allemagne en 2012. (STIEFLER/BABIRAD/SIPA)
René Angélil et Céline Dion, c’est l’histoire d’un coup de foudre artistique devenu une histoire d’amour… mêlée de show business. Avec la disparition, à l’âge de 73 ans, de "R’né", la chanteuse canadienne a perdu non seulement son époux, le père de ses trois enfants (René-Charles dont le prénom est un hommage au paternel et les jumeaux Eddy et Nelson), mais aussi son pygmalion. 
Ce que Céline ne perdra sans doute pas, en revanche, c’est sa détermination à poursuivre sa carrière à succès. C’est en tout cas ce qu’elle promettait déjà en 2014, son époux étant alors déjà affaibli par la maladie :
J’ai compris que ma carrière était d’une certaine manière son chef-d’œuvre, sa chanson, sa symphonie à lui. L’idée qu’elle puisse rester inachevée l’aurait peiné terriblement. J’ai compris que, si jamais il disparaissait, je devrais continuer, sans lui, pour lui."
Un attachement sentimental et professionnel ancré depuis sa pré-adolescence envers un homme qui l’a imaginée et créée en star mondiale sur la base certes, d’une jolie voix, mais aussi d’un travail de Gepetto. Ce que confirme le spécialiste de la chanson francophone, Fabien Lecoeuvre (auteur du "Petit Lecoeuvre illustré") qui a interviewé le manager en 2010. Il confie à "l’Obs" :
René Angélil a fait faire à Céline Dion ce qu’il n’a pas pu réussir à obtenir de Ginette Reno, une précédente artiste avec laquelle le contrat a été rompu peu avant que la famille Dion ne lui confie une cassette démo de Céline."
Une gamine qui n’avait pas alors 13 ans qu’Angélil allait pouvoir façonner comme une tendre pâte à modeler.

Argent

L'auteur poursuit :
Ginette Reno ne voulait pas chanter en dehors du Canada. Ca énervait René Angélil qui savait que l’argent se ferait avec une carrière à l’international."
D’où l’idée de "faire prendre des cours d’anglais" (exemple, René Angélil lui fera chanter une version anglophone de "Partout je te vois" de l’album "Incognito", devenu "Have a heart") et de français à sa jeune protégée sur laquelle il misera tout, y compris en hypothéquant sa maison afin de produire ses premiers albums.

Une métamorphose sous consentement mutuel, qui ira jusque dans la chair de Céline Dion qui aura recours, outre un gros travail sur son look vestimentaire, à la chirurgie esthétique et à l’orthodontie. Ce spectaculaire avant-après, photos à l’appui, la presse people ne s’est pas privée de le diffuser.
Mais l’influence de René Angélil sur les choix artistiques de la diva Dion a été au moins autant déterminante. En 1988, il l’inscrit à l’Eurovision, où elle chante pour la Suisse "Ne partez pas sans moi". Et gagne. De même, en 1997, elle aurait pu passer à côté d’un tube planétaire sans l’insistance de son mari-manager : "My heart will go on". Fabien Lecoeuvre raconte encore :
Il s’est battu pendant une semaine, parce qu’elle ne voulait pas l’interpréter."
Or, il s’agit rien de moins que la chanson du thème du film "Titanic" qui, outre un succès phénoménal, a récolté l’oscar de la meilleure chanson originale de film…

Veille

Bref, une veille de tous les instants : une consoeur nous rapportant même qu’à chaque fin de concert à Las Vegas, où elle a pris résidence au Caesar’s Palace, Céline avait droit à un debrieffing de R’né (qui assistait pourtant tous les soirs au show ultra-millimétré) systématique d’un quart d’heure. Quant à l'influence de René, elle n'aura sans doute pas été étrangère aux prestigieux duos que Céline a pu interpréter sur l'album "Let's talk about love" (1997) où elle a notamment chanté "Tell him" avec une certaineBarbra Streisand. Et la liste des conseils plus qu’avisés du mentor de la native de Charlemagne (Québec) n’est pas exhaustive…

Pour autant, il faut se garder de réduire Céline Dion à la simple chose de René. C’est en tout cas l’avis de Daniela Lumbroso, qui connaît le couple depuis 20 ans grâce aux documentaires et émissions de variété qu’elle leur a consacrés. La productrice-présentatrice commente :
Ils fonctionnent complètement à deux. Céline Dion était très maîtresse de ce qu’elle voulait faire, tandis que René mettait tout en œuvre pour que ça fonctionne. Même s’il pouvait aussi l’influencer. Mais Céline Dion n’est pas une marionnette !"
Quant aux rumeurs de bras de fer entre Thérèse, mère de la chanteuse, et René, Daniela Lumbroso n’y croit pas. Elle nuance :
Thérèse a une influence silencieuse sur Céline. Céline ne pourrait pas faire quelque chose qui déplairait à sa maman. Je n’ai en tout cas jamais vu cette dernière se mêler d’un choix."
Essentiel, R’né n’aura pas été irremplaçable dans la carrière de Céline. En 2014, via un communiqué, on apprenait que la chanteuse serait dorénavant représentée par un autre homme, ami du couple de longue date :
C'est avec un grand plaisir et toute sa confiance que René Angélil annonce aujourd'hui que son ami de longue date, Aldo Giampaolo, sera désormais chef de la direction de la compagnie Les Productions Feeling, qui gère la carrière deCéline Dion".
"D'un commun accord, Céline et René ont décidé qu'il était temps que René réalise ce projet qu'il avait proposé il y a déjà quelques années." Changement de capitaine qui avait pour principale raison l’état de santé du mari de l'interprète de "Pour que tu m'aimes encore" qui avait dû subir l’ablation d'une tumeur à la gorge en décembre 2013…. L'homme aujourd’hui décédé sera toujours associé à celui de SA star, tous deux ayant soigneusement orchestré le story telling de leur couple, jusqu’à sa fin.
Jean-Frédéric Tronche

Burundi: massacres ethniques, charniers et viols collectifs

http://www.lapresse.ca/international/afrique/

Publié le 15 janvier 2016 à 08h52 | Mis à jour à 09h06
Un homme pousse son vélo sur lequel repose... (PHOTO GRIFF TAPPER, ARCHIVES AFP)
PHOTO GRIFF TAPPER, ARCHIVES AFP
Un homme pousse son vélo sur lequel repose un cercueil qu'il doit livré à Kanyosha, en banlieue de Bujumbura, le 10 janvier. Au moins 439 personnes ont été tuées au Burundi entre le 26 avril 2015 et le 14 janvier, selon l'ONU.

Agence France-Presse
GENÈVE
L'ONU a dénoncé vendredi l'existence de massacres ethniques, de charniers avec une centaine de cadavres et de viols collectifs commis par les forces de sécurité au Burundi, pays plongé depuis fin avril dans une grave crise politique.
Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a averti que «tous les signaux d'alarme, y compris celui d'une dimension de plus en plus ethnique de la crise, sont en train de virer au rouge», ajoutant qu'un «effondrement complet de l'ordre public est imminent».
Ce petit État d'Afrique centrale est plongé dans un cycle de violences depuis l'annonce fin avril de la décision du président Pierre Nkurunziza de solliciter un troisième mandat, qu'il a remporté en juillet.
Ses opposants l'accusent d'avoir violé la Constitution et l'Accord d'Arusha ayant mis fin à la guerre civile de 1993-2006.
Dans un communiqué, le Haut-Commissaire de l'ONU a dénoncé «des violences sexuelles commises par des membres des forces de sécurité et une forte augmentation des disparitions forcées et des tortures».
Il a aussi réclamé une enquête sur «l'existence possible d'au moins neuf charniers» à Bujumbura et dans ses environs, y compris un dans un camp militaire.
Selon des témoins, cités dans le communiqué, ils contiendraient au moins 100 corps, tous tués lors d'attaques lancées le 11 décembre contre trois camps militaires.
«Mon organisation est en train d'analyser des images satellites afin d'apporter des éclaircissements sur ces allégations très graves», a dit M. Zeid.
L'expert sur l'Afrique du HCR, Scott Campbell, a déclaré vendredi que trois représentants de l'institution avaient prévu de se rendre sur place le 25 janvier, mais sans garantie d'avoir des visas.
«Il est désormais tout à fait clair qu'une enquête indépendante, approfondie, crédible et impartiale est nécessaire sans délai, et que les sites des fosses communes présumées doivent être protégés», a affirmé M. Zeid.
Évoquant les viols attribués aux forces de sécurité, il a cité «13 cas de violence sexuelle contre des femmes» commis «dans les quartiers perçus comme soutenant l'opposition».
«Le scénario était similaire dans tous les cas : les forces de sécurité seraient entrées dans la maison des victimes, auraient séparé les femmes des autres membres de famille et les auraient violées, leur faisant subir dans certains cas des viols collectifs», a-t-il indiqué.
«Le nombre croissant de disparitions forcées, conjugué aux allégations sur l'existence de lieux de détention secrets et de charniers, est extrêmement alarmant», a-t-il déploré.
Vers un «désastre»
M. Zeid a par ailleurs souligné le danger de «l'émergence d'une dimension ethnique» dans les violences.
Il a cité le témoignage d'une des femmes victimes d'abus sexuels qui a déclaré que son agresseur lui aurait dit qu'elle payait le prix d'être tutsi. «Dans le quartier de Bujumbura appelé Nyakabiga, un autre témoin a déclaré que les Tutsis avaient été systématiquement tués, alors que les Hutus avaient été épargnés».
Le Haut-Commissaire a également souligné qu'«au moins 130 personnes avaient été tuées en décembre», soit le double du mois précédent. Au moins 439 personnes ont trouvé la mort entre le 26 avril et le 14 janvier, selon l'ONU.
«L'impunité rampante persiste pour toutes les violations des droits de l'homme commises par les forces de sécurité et les Imbonerakure (milice armée progouvernementale, NDLR), et ce en dépit des nombreuses preuves de leur responsabilité dans ces crimes de plus en plus graves», a déclaré M. Zeid.
«Cela indique qu'un effondrement complet de l'ordre public est imminent. Les groupes d'opposition armés devenant plus actifs et la dimension ethnique - au potentiel mortifère - réapparaissant, tout ceci aboutira inévitablement à un désastre, à moins que la trajectoire actuelle de dégradation rapide de la situation ne cesse», a-t-il averti.
Les violences au Burundi ont déjà poussé plus de 200 000 personnes à quitter le pays, selon l'ONU.

À DÉCOUVRIR SUR LAPRESSE.CA

Frais accessoires : les aînés veulent qu'Ottawa mette Québec au pas

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le jeudi 14 janvier 2016 à 11 h 52 HNE
Des personnes âgées.
Des personnes âgées.  Photo :  iStock

Les aînés québécois unissent leurs voix pour dénoncer la légalisation des frais accessoires par l'adoption du projet de loi 20 en novembre dernier. Un regroupement d'associations représentant un demi-million d'aînés québécois dénonce la normalisation de ces frais qui réduisent l'accessibilité aux soins de santé.
La normalisation des frais accessoires touche particulièrement les aînés, selon le regroupement des huit associations, puisqu'ils ont plus souvent recours aux soins de santé. Ils qualifient d'ailleurs les frais accessoires de « taxe santé aînée » et ils demandent au gouvernement de faire marche arrière dans le dossier.
« Est-ce que le gouvernement réalise que les frais accessoires sont absorbés en bonne partie par les aînés du Québec? », s'interroge le président de l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP), Donald Tremblay.
Le réseau FADOQ précise que ce sont les plus vulnérables des aînés qui souffriront le plus de cette mesure.
« Il faut cesser de jouer à l'autruche, les aînés les plus vulnérables devront faire des choix. La santé ou l'épicerie? On le répète depuis un bon moment, malheureusement en vain, le gouvernement joue avec la qualité de vie des aînés; des conséquences s'ensuivront! »— Maurice Dupont, président du réseau FADOQ

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait indiqué, dans la foulée de l'adoption du projet de loi 20, que la facture des frais accessoires représentait un montant de 50 millions de dollars. Une somme dont le gouvernement ne dispose pas, avait déclaré à ce moment M. Barrette.
Le président de l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ), Pierre-Paul Côté, estime pour sa part que c'est aux médecins d'absorber ces coûts. Il dénonce l'augmentation de leur rémunération, qui a bondi de 300 millions de dollars au cours de la seule année dernière.
La coalition souligne que la rémunération des médecins du Québec s'est accrue de 47 % au cours des cinq dernières années pour atteindre 7 milliards de dollars en 2015.
« Comment le gouvernement du Québec peut-il donner son feu vert à une taxe de 50 millions de dollars par année en permettant aux médecins de facturer des frais accessoires, alors qu'il a perdu le contrôle de la rémunération de ces mêmes professionnels ? C'est indécent ! »— Pierre-Paul Côté, président de l'AREQ
Intervention fédérale demandée 
La coalition réclame maintenant l'intervention du gouvernement fédéral dont la loi interdit les frais accessoires, selon elle. « La Loi canadienne sur la santé est très claire : les frais accessoires sont interdits, avance la présidente de l'Association québécoise pour la défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR), Judith Gagnon.
« Le gouvernement fédéral doit absolument la faire respecter, poursuit Mme Gagnon. Pourquoi tarde-t-il à agir? Le silence du gouvernement Trudeau dans ce dossier est inquiétant. »
Le gouvernement du premier ministre Philippe Couillard a légalisé les frais accessoires lors de l'adoption du projet de loi 20 en novembre dernier portant sur l'accès à un médecin de famille.
Le ministre de la Santé a profité de cette occasion pour baliser les frais accessoires en prétextant qu'ils étaient devenus monnaie courante et que les Québécois ne les remettaient pas en question. Le gouvernement avait voté la loi grâce à sa majorité à l'Assemblée nationale; 63 députés libéraux ont voté pour l'adoption de la loi, mais l'opposition s'était braquée en votant contre en bloc (48).
Les huit associations qui dénoncent les frais accessoires :
  • Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic du Québec (AQRP)
  • Réseau FADOQ
  • Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ)
  • Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR)
  • Alliance des associations de retraités (AAR)
  • Association québécoise des centres communautaires pour aînés (AQCCA)
  • Regroupement des popotes roulantes et autres services alimentaires bénévoles (PRASAB)
  • Regroupement interprofessionnel des intervenants retraités des services de santé (RIIRS)

Syrie : le bouleversant récit de l'ONU, témoin de la famine à Madaya

http://www.lepoint.fr/monde/

"Il s'en est allé", déclare la doctoresse de l'Unicef après avoir constaté la mort d'inanition d'Ali, un adolescent de 16 ans, dans la ville 



Publié le  | Le Point.fr
Les agences de l'ONU, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant-Rouge ont pénétré jeudi, pour la seconde fois en une semaine, à Madaya afin de distribuer une aide humanitaire et d'examiner la situation sanitaire des habitants.

"Il s'en est allé", déclare à voix basse la doctoresse après la mort d'inanition du jeune adolescent Ali. Le jeune garçon de 16 ans est décédé devant les représentants de l'Unicef, dont un médecin, dans le sous-sol d'une clinique de fortune de la localité syrienne assiégée de Madaya, près de Damas. Une évaluation médicale sur la famine est menée par l'Unicef dans cette cité assiégée par l'armée de Bachar el-Assad depuis six mois et qui compte 40 000 habitants, dont la moitié sont des enfants de moins de 18 ans.

Deux garçons « squelettiques »

« On nous a emmenés dans un sous-sol et nous avons vu deux adolescents partageant le même lit », raconte à l'AFP Hanaa Singer, la représentante de l'Unicef à Damas. Elle explique que les deux garçons étaient « squelettiques ». La doctoresse de cette agence de l'ONU s'est approchée de l'un d'eux, qui paraissait particulièrement faible. « Elle l'a examiné. Son pouls s'était arrêté. Elle a essayé de lui redonner vie. Une, deux, trois fois, puis elle m'a regardée et m'a simplement dit :Il s'en est allé. Elle lui a fermé les yeux », a-t-elle expliqué à l'AFP par téléphone.
Selon elle, le garçon qui partageait le lit avec Ali murmurait désespérément : « Est-il mort ? Est-il mort ? » « Ils semblaient être de bons amis. » La doctoresse lui a alors dit « tu dois faire attention à toi, ça va aller », a poursuivi Hanaa Singer.
La famille d'Ali, qui était à côté, semblait exténuée. « Ils ne pouvaient même plus exprimer leur tristesse. Ils pleuraient en silence et avec désespoir », poursuit la représentante de l'Unicef. Ali est la dernière personne en date à mourir de malnutrition à Madaya. Selon Médecins sans frontières (MSF), une vingtaine d'habitants sont morts de faim depuis le début de décembre.

« L'ampleur de la faim »

Les agences de l'ONU, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant-Rouge ont pénétré jeudi, pour la seconde fois en une semaine, à Madaya afin de distribuer une aide humanitaire et examiner la situation sanitaire des habitants.
« Ce que vous ressentez, c'est l'ampleur de la faim. Toutes les personnes que vous interrogez vous répondent qu'elles ont survécu avec de la soupe faite de beaucoup d'eau, d'épices, de feuilles et d'herbes », raconte Hanaa Singer. « Les convois ne sont pas suffisants dans de telles situations », insiste-t-elle, appelant à la levée de tous les sièges contre les civils.
« Les enfants mendient un morceau de pain. Certains viennent et s'excusent de vous avoir demandé à plusieurs reprises et après que vous leur avez répondu que vous n'en avez pas. Ils vous disent : Excuse-nous, tante (mot affectueux), de t'avoir demandé un morceau de pain », confie Hanaa Singer.

De plus en plus de Cubains tentent d'arriver aux États-Unis par la mer

http://www.lapresse.ca/international/amerique-latine/

Publié le 14 janvier 2016 à 19h28 | Mis à jour le 14 janvier 2016 à 19h28
Par voie terrestre, un flux de migrants cubains... (Photo Carlos GONZALEZ, AFP)
PHOTO CARLOS GONZALEZ, AFP
Par voie terrestre, un flux de migrants cubains passe ces derniers mois par l'Équateur pour ensuite remonter à travers l'Amérique centrale et le Mexique et tenter d'entrer aux États-Unis. (photo: le 12 janvier, à l'aéroport de Liberia, au Costa Rica)

Agence France-Presse
MIAMI
Les garde-côtes américains ont souligné jeudi la « hausse continue » du nombre de Cubains tentant d'arriver aux États-Unis par la mer à bord d'embarcations de fortune, les migrants craignant un changement de politique migratoire après le dégel diplomatique entre les deux pays.
« Les garde-côtes ont observé une hausse continue des tentatives pour se rendre illégalement par voie maritime depuis Cuba jusqu'au sud-est des États-Unis depuis l'annonce par les États-Unis de l'amélioration des relations avec Cuba en décembre 2014 », écrivent les garde-côtes dans un communiqué.
Quelque 396 migrants cubains ont été interceptés depuis début janvier alors qu'ils tentaient de traverser le détroit de Floride, large de 150 kilomètres, à bord d'embarcations de fortune selon les garde-côtes. Jeudi, les autorités américaines ont rapatrié à Cuba 169 migrants interceptés en mer, selon les garde-côtes.
Les Cubains entrés illégalement aux États-Unis sont autorisés à y rester s'ils sont découverts sur la terre ferme.
Or, depuis fin 2014 et l'annonce surprise du rapprochement entre les deux pays après plus d'un demi-siècle de rupture, certains Cubains craignent que ce régime spécial d'immigration ne disparaisse, ce qui a provoqué une explosion du nombre de tentatives d'entrées aux États-Unis.
« Les politiques migratoires n'ont pas changé et nous enjoignons les personnes à ne pas se lancer à l'océan dans des embarcations non aptes pour la navigation », a souligné le capitaine Mark Fedor, cité par les garde-côtes.
Par voie terrestre, un flux de migrants cubains passe ces derniers mois par l'Équateur pour ensuite remonter à travers l'Amérique centrale et le Mexique et tenter d'entrer aux États-Unis. Des milliers d'entre eux sont restés bloqués au Costa Rica lorsque le Nicaragua a refusé à la mi-novembre de les laisser franchir sa frontière et poursuivre leur route vers le nord.
Selon l'institut Pew Research Center, qui cite des données officielles américaines, 27 296 Cubains ont rejoint les États-Unis entre septembre 2014 et juin 2015, un bond de 78 % en un an.

Propos diffamatoires: le PQ envoie une mise en demeure à la CAQ

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 15 janvier 2016 à 07h33 | Mis à jour à 07h33
Le Parti québécois accuse François Legault et son... (PHOTO ERICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)
PHOTO ERICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL
Le Parti québécois accuse François Legault et son député Benoît Charrette d'avoir tenu des propos diffamatoires à l'égard de Pierre Karl Péladeau.
Denis Lessard
DENIS LESSARD
La Presse
(Québec) Le Parti québécois a transmis hier une mise en demeure à la Coalition avenir Québec. Pour le PQ, François Legault et son député Benoît Charrette ont tenu des propos diffamatoires à l'endroit de Pierre Karl Péladeau en soutenant que sa contribution au financement d'un Institut de la souveraineté était contraire à la loi électorale.
À l'interne au PQ, on souligne disposer d'avis juridiques démontrant qu'une contribution du chef du PQ à l'Institut qui sera annoncé après le caucus présessionnel de la semaine prochaine serait conforme à la loi.
Le Directeur général des élections a refusé de se prononcer sur la légalité du geste cependant, soulignant qu'il comptait prendre position une fois qu'il aura pris connaissance de la structure envisagée. On parle d'une contribution de départ de 1 million de dollars.

Le Barreau du Québec a blanchi Aubut pour harcèlement sexuel

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le vendredi 15 janvier 2016 à 06h40. Modifié à 06h53.
Le Barreau du Québec a blanchi Aubut pour harcèlement sexuel
(Cogeco Nouvelles) - Le Barreau du Québec a blanchi Marcel Aubut dans une plainte de harcèlement sexuel.
Selon le Journal de Montréal, il a nié les allégations, notamment d'avoir proposé de coucher avec la plaignante, l'avocate Amélia Salehabadi-Fouques, qui dit avoir été harcelée à trois reprises.
Dans une lettre envoyée à la plaignante le mois dernier, le Barreau ajoute que les rencontres avec elle n'ont pas eu lieu en tant qu'avocat, mais alors que Marcel Aubut était président du Comité olympique canadien.
Mercredi, cette organisation a dévoilé un rapport révélant que plus de la moitié des employés avaient été victimes ou témoins de harcèlement personnel ou sexuel de sa part.

Le frère de Céline aux soins palliatifs

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Charles Payette pour CogecoNouvelles le vendredi 15 janvier 2016 à 08h46. Modifié à 08h55.
Le frère de Céline aux soins palliatifs
(Cogeco Nouvelles) - Céline Dion est durement éprouvée avec le décès de son mari René Angelil et le départ prochain de son frère Daniel, hospitalisé pour soulager ses douleurs liées au cancer.
Selon la famille Dion, Daniel, âgé de 59 ans, n'en aurait plus que pour quelques temps à vivre. Les parents de Céline Dion ont eu 14 enfants.
Avec Le Journal de Montréal

Turcotte saura aujourd'hui le nombre minimum d'années qu'il passera en prison

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 15 janvier 2016 à 05h00. Modifié par Charles Payette à 06h00.
Turcotte saura aujourd'hui le nombre minimum d'années qu'il passera en prison
Cogeco Nouvelles
SAINT-JÉRÔME, Qc - L'ex-cardiologue Guy Turcotte saura ce vendredi matin combien d'années il devra passer en prison avant de pouvoir demander une libération conditionnelle.
Son séjour imposé derrière les barreaux sera au minimum de 10 ans et au maximum de 25 ans.

Le juge André Vincent, de la Cour supérieure de Saint-Jérôme, va rendre son jugement en matinée sur cet aspect de la peine.

Guy Turcotte avait été trouvé coupable le 6 décembre dernier, au terme de son second procès, du meurtre non prémédité de ses enfants Olivier, cinq ans, et Anne-Sophie, trois ans.

Ce verdict entraîne automatiquement une peine de prison à vie. Il ne reste plus au juge qu'à décider après combien d'années Guy Turcotte pourra être admissible à une libération conditionnelle — qui ne sera pas forcément acceptée s'il la demande.

La Couronne a demandé que cette période soit au minimum de 20 ans. La défense a suggéré qu'elle soit de moins de 15 ans.

Le nombre d'années déterminé par le juge sera toutefois déduit du temps qu'il avait passé en détention préventive depuis 2009.

Guy Turcotte avait reconnu avoir causé la mort de ses deux enfants le 20 février 2009. Il avait toutefois plaidé non coupable et présenté une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

L'homme est incarcéré depuis le 6 décembre.

Il a récemment porté son verdict en appel.

«C'est le Maurice Richard du show-business» - Julie Snyder

http://www.985fm.ca/arts-et-spectacles/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour CogecoNouvelles le jeudi 14 janvier 2016 à 19h10. Modifié à 19h25.
«C'est le Maurice Richard du show-business» - Julie Snyder
(Cogeco Nouvelles) - Amie proche du couple Dion-Angelil depuis près de 30 ans, Julie Snyder a tenu, malgré sa grande peine, à témoigner de sa profonde affection envers René Angelil à la suite de son décès, jeudi.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le jeudi 14 janvier 2016 dans Montréal maintenant avec Paul Houde
Écouter
Mis en ligne le jeudi 14 janvier 2016 dans Montréal maintenant avec Paul Houde
C’est une Julie Snyder émue et ébranlée qui a accepté de parler au micro de Paul Houde, jeudi.
Malgré qu’elle soit une amie proche du couple – Céline Dion et René Angelil sont les parrains de sa fille Romy – Julie Snyder a été stupéfaite par l’annonce du décès de l’imprésario québécois.
«C’était tellement une surprise. D’ailleurs, je veux débuter en offrant mes sympathies à Céline et aux six enfants de René, a-t-elle dit en entrevue avec Paul Houde et Thérèse Parisen dans le cadre de l’émission Montréal Maintenant, jeudi. L’adjointe et le bras droit de Céline et de René, Sylvie Beauregard, m’a appelée aujourd’hui et je savais que Céline voulait faire une surprise à Romy. Alors je pensais qu’elle m’appelait pour ça. J’étais dans une réunion où je ne pouvais pas parler au téléphone alors j’ai juste dit : ‘’Sylvie je te rappelle dès que je sors de ma réunion’’. Pour vous dire que c’était une surprise quand elle m’a appelée, je croyais que c’était pour ça. Évidemment, on savait que René était malade, je leur avais envoyé des cadeaux de Noël. On a reçu des cadeaux, donc dans ma tête, il avait repris du mieux. Je ne m’attendais pas du tout (à ça). Je suis vraiment en (état de) choc. C’est la première entrevue que je suis capable de faire. Je m’excuse si je suis un peu décousue, mais je suis vraiment en choc.»
Une grande reconnaissance
Julie Snyder se dit extrêmement reconnaissante envers René Angelil qui lui a donné la chance de produire sa première émission.
«Ça fait 30 ans que je le connais, 20 ans qu’on travaille étroitement ensemble. La première émission que j’ai eu la chance de produire comme productrice, c’était Céline, «Let’s Talk About Love». Et c’est René qui m’a donné la chance, en 1997, de devenir productrice en m’offrant de produire cette émission. C’était la première émission que produisait Productions J. C’était vraiment une grande marque de confiance.»
Il a marqué le show-business
Selon Julie Snyder, René Angelil a été le meilleur gérant au monde en permettant à Céline Dion de devenir une artiste planétaire.
«René Angelil, c’est le Maurice Richard du show-business. C’est le meilleur impresario au monde. Céline Dion est la femme qui a vendu le plus de disques de l’histoire de la musique. Et derrière Céline, René Angelil, c’était l’architecte de tout ça. Il a fait rayonner Céline Dion et tout le Québec à travers le monde. La personnalité québécoise la plus connue de la planète, ce n’est pas un homme, c’est une femme, c’est Céline Dion. Et derrière cette grande femme, il y avait cet immense grand homme.
Mais il n’y a pas que Céline Dion qui a profité de l’expertise de René Angelil. Selon la productrice québécoise, tout le milieu artistique du Québec a profité du chemin qu’il a tracé.
«Dans Angelil, il y a angélique. Angelil, c’est un ange gardien. Il a marqué le show-business comme personne au Québec. C’est le plus grand bâtisseur, le plus grand visionnaire. Tout le monde riait de lui quand il disait que Céline allait réussir internationalement. Il a montré qu’il ne fallait pas avoir peur de réussir. Et Céline et lui ont tellement aidé d’autres artistes. Si j’ai produit un documentaire sur Céline pour Oprah Winfrey, c’est grâce à René Angelil et Céline. Ils auraient pu travailler avec des maisons de production new-yorkaises et de Los Angeles. Tous les DVD de Céline à travers le monde sont faits au Québec par des créateurs québécois. Ils ont fait appel à nous, ils auraient pu penser à n’importe qui d’autre. C’est un ange gardien et un modèle pour les Québécois.»