dimanche, juillet 17, 2016

Sylvain Gaudreault trouve normal le désaccord entre Lisée et Cloutier


http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 16 juillet 2016 à 13h16. Modifié par Jean-François Cyr à 00h00.
Sylvain Gaudreault trouve normal le désaccord entre Lisée et Cloutier
Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault/Photo: archives La Presse Canadienne
MONTRÉAL - Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, ne craint nullement des retombées négatives internes à la suite du désaccord entre les candidats à la direction du parti Jean-François Lisée et Alexandre Cloutier.
Se gardant bien d'exprimer quelque préférence que ce soit, vendredi lors d'une conférence de presse, M. Gaudreault a dit trouver normal de voir des opinions s'affronter dans le cadre d'une course au leadership, puisque c'est justement à cela qu'un tel exercice doit servir.
La controverse a éclaté après qu'Alexandre Cloutier eut envoyé ses voeux à la communauté musulmane à la fin du ramadan, le 7 juillet dernier, un message qui lui avait valu des reproches cinglants de Jean-François Lisée, qui l'avait associé à l'approche multiculturaliste du premier ministre Justin Trudeau.
Sylvain Gaudreault, pour sa part, dit n'avoir ressenti aucune hostilité au sein du parti à la suite de ces échanges.
Il refuse également d'y voir l'illustration de quelque malaise que ce soit entre sa formation et les différentes communautés ethnoculturelles du Québec, estimant que cela démontre tout simplement que le Parti québécois a le courage de poser "ces questions", une référence aux questions d'identité, bien qu'il n'ait utilisé ce terme en aucun moment.
M. Gaudreault a soutenu que, si malaise il y a, celui-ci se trouve plutôt chez le Parti libéral du Québec puisque celui-ci "refuse de solutionner (...) des questions que se posent légitimement les Québécois".
Rappelant que le rapport de la commission Bouchard-Taylor est demeuré lettre morte et qu'il a fallu une vigoureuse opposition de son parti pour faire reculer le gouvernement de Philippe Couillard sur le projet de loi 59 sur les discours haineux, il a reproché à ce dernier de ne pas être à l'écoute des préoccupations de la population.
Il n'a pas manqué d'évoquer au passage l'expulsion de la députée Fatima Houda-Pépin du Parti libéral à la suite d'un désaccord sur les questions du port des signes religieux comme illustration d'un malaise.
À l'opposé, selon M. Gaudreault, le Parti québécois agit "de façon responsable en posant des questions et en essayant de trouver les meilleures solutions pour les Québécois".