La Maison-Blanche cite la fusillade à Québec pour justifier ses politiques

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/

Publié le 30 janvier 2017 à 17h18 | Mis à jour à 17h18
Le porte-parole Sean Spicer a commencé la séance... (PHOTO AP)
Le porte-parole Sean Spicer a commencé la séance d'information quotidienne de la Maison-Blanche en disant que Donald Trump avait appelé Justin Trudeau.
PHOTO AP
La Presse Canadienne
Washington
La Maison-Blanche a invoqué la fusillade dans une mosquée de Québec pour défendre la nouvelle politique controversée de sécurité nationale du président Donald Trump.
Bien que les victimes de dimanche soir soient exclusivement musulmanes, un porte-parole du président américain a utilisé l'événement pour plaider en faveur du décret qui limite les déplacements des ressortissants de sept pays à majorité musulmane aux États-Unis.
Le porte-parole Sean Spicer a commencé la séance d'information quotidienne de la Maison-Blanche, lundi, en disant que Donald Trump avait appelé le premier ministre Justin Trudeau. Le président américain a offert au Canada ses prières, ses condoléances et toute aide dont le pays pourrait avoir besoin, a dit M. Spicer.
Le porte-parole a ensuite fait cette déclaration: «C'est un rappel terrible de pourquoi nous devons rester vigilants. Et pourquoi le président prend des mesures pour être proactif, pas réactif.»
M. Spicer a clairement indiqué, plus tard au cours de la conférence de presse, qu'il parlait du décret sur l'immigration.
Il a ensuite été interrogé quant à cette interdiction d'entrée et a repris sa remarque précédente en disant: «Comme je l'ai dit dans ma déclaration, le président sera très proactif dans la protection de ce pays.»