Entretien téléphonique samedi entre Poutine et Trump

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/

Publié le 27 janvier 2017 à 06h32 | Mis à jour à 06h32
Un panneau d'affichage montre le président Trump et... (Stevo Vasiljevic, REUTERS)
Un panneau d'affichage montre le président Trump et Poutine ensemble, à Danilovgrad au Montenegro, fin novembre.
STEVO VASILJEVIC, REUTERS
Agence France-Presse
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain vont s'entretenir samedi par téléphone pour la première fois depuis l'investiture de Donald Trump, a annoncé vendredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.
« Je confirme qu'un entretien téléphonique est prévu samedi (entre MM. Poutine et Trump, NDLR) », a déclaré M. Peskov lors d'une conférence de presse.
L'appel entre les deux dirigeants aura lieu en soirée, heure de Moscou, a-t-il précisé.
Il s'agira de leur premier contact officiel par téléphone depuis l'investiture de Donald Trump, le 20 janvier.
Les deux chefs d'État s'étaient entretenus une première fois par téléphone en novembre, peu après l'élection de M. Trump, et avaient convenu de la nécessité de « normaliser » les relations entre Moscou et Washington, mises à mal notamment par la crise ukrainienne.
« Habituellement, lors de ce type de contact, un échange de points de vue a lieu sur les principaux paramètres actuels des relations bilatérales », a déclaré M. Peskov, ajoutant que M. Poutine comptait féliciter son homologue américain pour son investiture.
« Concernant la levée de sanctions, on n'en sait rien et de ce que j'ai compris, les sources (qui l'évoquent) sont anonymes. Je ne sais pas en quelle mesure elles correspondent à la réalité », a affirmé le porte-parole.
« C'est le premier contact téléphonique après l'investiture du président Trump, il y a peu de chance que cela mène à une conversation de fond sur tous les sujets », a-t-il souligné avant de prévenir : « Soyez patients. »
Durant toute la campagne électorale, Donald Trump, élu 45e président des États-Unis, a été accusé par la candidate démocrate Hillary Clinton d'être la « marionnette » de Vladimir Poutine.
Moins d'un mois avant son départ de la Maison-Blanche, l'ancien président des États-Unis, Barack Obama, a pris fin décembre des mesures de représailles contre Moscou, accusé d'avoir cherché à peser sur la campagne électorale américaine en faveur de Donald Trump.
De son côté, M. Trump a plusieurs fois loué les qualités de dirigeant de Vladimir Poutine et dit espérer avoir une « très bonne relation » avec lui.
Le président russe a pour sa part déjà qualifié M. Trump d'« homme brillant et plein de talent », disant apprécier le fait qu'il soit » prêt à rétablir entièrement les relations russo-américaines ».