Information sur la politique 1

vendredi, janvier 27, 2017

Disparition en 2014: des chiens renifleurs de cadavres à la résidence de Jian Ping Li

http://www.journaldemontreal.com/

Nouvelle technique à l’essai dans le dossier de disparition d’une mère et son bébé



Jian Ping Li et son bébé
Jian Ping Li et son bébé









Dans une ultime tentative pour faire avancer leur enquête, les policiers de Longueuil ont fait appel à des chiens renifleurs de cadavre vendredi pour fouiller une fois de plus la résidence du mari d’une femme de Brossard disparue il y a près de trois ans avec son poupon.

Jian Ping Li et son bébé ont été vus pour la dernière fois en avril 2014. Depuis, c’est le mystère total malgré tous les efforts des enquêteurs.
Charlie, un labrador de la police provinciale de l’Ontario, a été amené à Brossard pour fouiller la maison où résidait Mme Li.
En matinée, Kit et Charlie, deux labradors de la police provinciale de l’Ontario (OPP), ont donc été amenés au croissant Sabourin pour fouiller de fond en comble la maison où habitait Mme Li lors de sa disparition.
La police de Longueuil a dû faire appel à des confrères ontariens puisqu’aucun corps policier québécois ne possède des chiens capables de renifler des cadavres.
«Ils sont formés pour retrouver des restes humains ou des preuves reliées à une enquête où une mort est survenue», a indiqué le sergent Peter Leon, porte-parole de l’OPP.
Il y a deux semaines, un poste de commandement avait été érigé près du domicile de la disparue. Depuis, de nombreuses informations ont été transmises, a indiqué la police de Longueuil. En analysant tous les renseignements, les enquêteurs ont pu obtenir un nouveau mandat pour fouiller la maison.
Voir à travers les murs
La compagnie Géoradar, qui se spécialise en auscultation de béton, avait aussi été mandatée pour scruter la résidence. Ses appareils permettent de voir à travers les murs et les planchers, et de détecter «n’importe quel objet», a indiqué un employé qui a préféré demeurer anonyme.
Selon lui, il n’existerait que très peu de compagnies du genre au Québec et elles seraient rarement appelées à intervenir lors d’enquêtes policières.
Récemment, on apprenait que le mari de la disparue, Hong Hui Lu, avait accepté de se soumettre au test du polygraphe. Selon nos informations, sa maîtresse, elle, refuse toujours de le faire.
Il y aura bientôt trois ans que Jian Ping Li et son bébé se sont volatilisés. C’est le conjoint de la femme, âgée de 42 ans au moment de sa disparition, qui les auraient vus pour la toute dernière fois. Les cartes bancaires et les effets personnels de Mme Li étaient demeurés chez elle.
L’affaire est toujours traitée comme une disparition à la police de Longueuil. Des centaines d’informations ont été reçues et traitées depuis avril 2014, mais aucune d’entre elles n’a permis aux enquêteurs d’identifier un ou plusieurs suspects. Des recherches avaient déjà été menées dans la résidence familiale, sur le terrain de celle-ci, sur une partie du mont Saint-Bruno ainsi que dans une carrière. Les agents continuent de dire que le dossier demeure prioritaire.
L’organisme Jeunesse au Soleil offre une récompense de 20 000 $ à toute personne qui pourrait aider les policiers à localiser Jian Ping Li et son poupon.

UN CORPS EN ÉCHANGE D’UNE GÂTERIE


Kim Cooper
Entraîneuse
Kim Cooper est une Ontarienne qui a passé les 20 dernières années de sa vie à entraîner des chiens spécialisés dans les interventions policières. Selon elle, il n’y a pas de différence lorsqu’on entraîne l’animal à renifler des drogues, des explosifs ou des cadavres. En fin de compte, tout ce qu’ils attendent, c’est une gâterie ou un jouet.
Comment fait-on pour entraîner un chien à renifler un cadavre ?
Ils sont formés comme n’importe quel autre chien. On les entraîne sur des sources réelles, comme des tissus humains, du sang, des os ou encore des dents.
Comment faites-vous pour mettre la main sur des tissus humains ou des os ?
On utilise souvent le placenta. C’est super disponible. On demande à nos connaissances enceintes si elles ont l’intention de faire quelque chose avec leur placenta après la naissance et si la réponse est non, les femmes nous font régulièrement des dons. Pour les os, ça peut paraître bizarre, mais ça s’achète sur internet. Vous vous souvenez des squelettes des cours de biologie? Parfois, ce sont des vrais. Alors c’est possible d’en acheter.
À votre connaissance, combien y a-t-il de chiens capables de renifler des cadavres au Canada ?
La police provinciale de l’Ontario en a quatre. Les secouristes volontaires de l’Ontario en ont entre cinq et six et la GRC en possède un. Donc, selon moi, il y en aurait environ une dizaine au pays.
Jusqu’à quelle profondeur peuvent-ils renifler l’odeur d’un cadavre?
Sur une surface comme un plancher, ils peuvent généralement sentir jusqu’à 100 mètres.
Dans ce cas-ci, les enquêteurs ont fait venir les chiens pour fouiller une maison. Comment ont-ils procédé d’après vous ?
C’est très précis comme zone de recherche, donc c’est rapide, environ 5 à 10 minutes. S’il renifle quelque chose, il va s’asseoir. Avant de décider de défoncer un mur ou un plancher, ils vont chercher le deuxième chien pour vérifier.