Couillard estimait ne pas avoir à corriger les informations inexactes de Paradis

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 27 janvier 2017 à 11h31 | Mis à jour à 18h10
Le premier ministre Couillard a défendu la gestion... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)
Le premier ministre Couillard a défendu la gestion de cette crise par son cabinet. « Tout au long de ces quelques jours, on a agi rapidement chaque fois que de l'information devenait disponible. »
PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE
(Québec) Le premier ministre Philippe Couillard n'est pas intervenu pour corriger les informations inexactes  sur les motifs de la suspension de Pierre Paradis parce qu'il estimait que c'était à ce dernier de corriger le tir.
« La commotion cérébrale, c'est pas nous qui en a parlé », s'est défendu Couillard, lors d'un point de presse ce vendredi matin. Pourquoi ne pas avoir rectifié le tir ? « C'était à M. Paradis de le faire. [...] Ce n'est pas nous qui avons mis la question de la commotion cérébrale sur la place publique. » Il a tenu à ajouter qu'il était toutefois exact à sa connaissance que son ex-ministre a subi une commotion cérébrale et est actuellement sous soins médicaux.
Le bureau de M. Couillard a été avisé le 19 janvier que l'ancien ministre de l'Agriculture faisait l'objet d'un « signalement » à la police. Mardi, cinq jours plus tard, il a reçu une lettre d'une ex-employée se plaignant du ministre. Ces informations ont été jugées suffisamment graves pour retirer M. Paradis du conseil des ministres et confier le ministère de l'Agriculture qu'il dirigeait à Laurent Lessard. Le  communiqué qui annonçait le changement « temporaire » n'en a fait aucune mention, mercredi.
Ce jour-là, l'entourage du premier ministre a refusé de préciser les motifs du départ de M. Paradis, référant toute demande d'entrevue à son bureau.
La porte-parole de l'ex-ministre a cependant indiqué aux journalistes que le ministre avait subi une commotion cérébrale en faisant de l'équitation.
Le premier ministre Couillard a défendu la gestion de cette crise par son cabinet. « Tout au long de ces quelques jours, on a agi rapidement chaque fois que de l'information devenait disponible. »
Selon les informations obtenues par La Presse, M. Paradis a fait l'objet d'une plainte par une employée de son cabinet politique en congé de maladie depuis plusieurs mois. La SQ a rencontré à quelques reprises la plaignante et, après consultation avec le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), a décidé qu'il y avait matière à enquête.
Des « trous »
Selon le Parti québécois, il subsiste plusieurs « trous » dans les explications du gouvernement. La députée Agnès Maltais souligne qu'on ignore pourquoi la plainte initiale a été déposée au Service de police de la Ville de Québec, mais l'enquête est désormais entre les mains de la SQ. Elle souhaite aussi savoir pourquoi la police a consulté le DPCP avant d'ouvrir une enquête formelle.
Mme Maltais estime que les événements mettent aussi en cause la gestion de M. Couillard, qu'elle somme de « faire preuve de transparence ».
« Ça questionne le jugement du premier ministre, ça questionne son sens de l'honneur, son sens de l'éthique, sa compréhension de la gravité d'une agression sexuelle », a-t-elle affirmé.
La CAQ évoque un « camouflage »
La Coalition avenir Québec se demande pour sa part si le premier ministre n'a pas effectué une « tentative de camouflage ».
« Je ne dirais pas que le premier ministre a menti, a affirmé la députée caquiste Nathalie Roy. Mais il a laissé rouler pendant 24 heures une "fake news", comme on dit en anglais. Et ça, c'est indigne d'un premier ministre. »

Fil des événements

19 janvier
Le bureau du premier ministre est en avisé en soirée que Pierre Paradis fait l'objet d'un signalement à la Sûreté du Québec, qui dit être à valider la nature de la plainte;
20 janvier
En déplacement à Davos, Philippe Couillard est informé le lendemain matin ;
24 janvier
Le bureau du premier ministre reçoit durant la journée une lettre de la personne disant avoir été victime de geste déplacé de Pierre Paradis, qui est alors relevé temporairement de ses fonctions de ministre de l'Agriculture ;
26 janvier
La Sûreté du Québec confirme l'ouverture d'une enquête à la suite de ses validations, menant à la suspension permanente de Pierre Paradis comme ministre.

À DÉCOUVRIR SUR LAPRESSE.CA