Des réfugiés syriens veulent quitter Québec

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/

Publié le 03 février 2017 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse)
Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE
Ils ont fui une guerre horrible, mais la violence meurtrière les a rattrapés. L'attentat de la Grande Mosquée de Québec a troublé certains réfugiés syriens de Québec au point qu'ils envisagent de quitter la ville, ont-ils confié à La Presse.
Jassem al-Chekeiti a célébré hier le premier anniversaire... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.0
Jassem al-Chekeiti a célébré hier le premier anniversaire de son arrivée au Canada. La tuerie l'a certes ébranlé, mais il ne compte pas quitter Québec.
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE
« S'il n'y a pas de sécurité ici, [on va] partir dans une autre province ou même rentrer - pas en Syrie, mais dans la région », a expliqué un groupe de cinq réfugiés rencontrés au Centre multiethnique de Québec (CMQ) par la voix d'une interprète travaillant sur place. Ils n'ont pas voulu donner leurs noms. « On nous a dit qu'il y avait de la sécurité, [on est] sous le choc. »
« Même les enfants ont dit qu'ils ne voulaient pas aller à l'école, parce qu'ils sont trop choqués, ils ont peur », a continué le groupe. L'interprète a ensuite confirmé clairement : « Il y a des familles qui aimeraient bien partir : elles sont venues ici avec une promesse de sécurité et cet attentat crée des interrogations. »
La peur se lisait sur les visages de ces Syriens arrivés à Québec ces derniers mois - quatre mois pour le « doyen » -, eux qui attendaient leurs rendez-vous respectifs afin d'obtenir de l'aide administrative dans leurs démarches d'installation.
Québec a accueilli près de 500 réfugiés en provenance de la Syrie en 2016.
« ON PEUT COMPRENDRE »
Des interrogations sur la possibilité de quitter Québec, Dominique Lachance en a entendu.
« C'est normal. On est tous perturbés, nous les premiers. On peut donc comprendre que des nouveaux arrivants se posent des questions, parce qu'ils ne connaissent pas l'ampleur de ce que la Ville de Québec peut leur offrir, ils ne connaissent pas [l'absence] de précédents », a expliqué la directrice du CMQ, en entrevue.
«On est tous un peu en état de choc.»Dominique Lachance
Un intervenant arabophone chargé de l'accueil des réfugiés a aussi expliqué à La Presse qu'on lui avait posé des questions sur la possibilité de quitter Québec.
« Certains ont reçu leurs informations de l'étranger ou par les réseaux sociaux », a continué Mme Lachance. « Depuis une semaine, on est là-dedans. [On s'occupe] de rencontrer les familles, de leur donner les faits et de les mettre au courant de la réalité et des services qu'ils peuvent avoir. De faire un état de la situation. »
« J'Y ALLAIS TOUS LES VENDREDIS »
« Avant, pour [moi], c'était un pays sûr, et avec ce qui s'est passé dimanche... C'est triste, c'est dérangeant », a affirmé en entrevue Jassem al-Chekeiti, par le truchement d'une interprète. Il « ne s'attendai[t] pas à ça ». La journée d'hier marquait le premier anniversaire de son arrivée au Canada.
Le drame le touche d'autant qu'il s'était rendu à la Grande Mosquée de Québec « plus d'une vingtaine de fois » pour prier. Il fréquente le cégep « et ce n'est pas loin, alors chaque vendredi, [il fait] la prière de midi là-bas ».
Il connaissait aussi Azzedine Soufiane, l'épicier marocain tombé sous les balles de Bissonnette, ainsi que Nizar Ghali, grièvement blessé. Ce dernier assurait le transport de plusieurs réfugiés vers des cours de francisation.
M. Chekeiti ne compte pas quitter Québec pour autant. Il a tenté sa chance à Toronto ces derniers mois, mais il est revenu dans la Vieille Capitale par la suite.
Même portrait pour Mahmoud, qui n'a pas voulu donner son nom de famille. Le jeune homme nerveux s'exprime dans un assez bon français. « J'ai vu à la télé, j'habite un autre quartier », a-t-il raconté. « Toutes les semaines, j'allais à cette mosquée le vendredi. »
Il comprend que « ce n'est pas normal au Québec, [que] c'est la première fois au Canada ». Et il souligne qu'avant dimanche dernier, certaines familles voulaient déjà quitter le Québec pour une autre raison : « C'est difficile, le français. »