Le PQ suggère des mesures pour améliorer l'intégration des immigrants

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 06 février 2017 à 19h28 | Mis à jour le 06 février 2017 à 19h37

PIERRE SAINT-ARNAUD
La Presse Canadienne
Dans la foulée de l'attentat au Centre culturel islamique de Québec, le 29 janvier, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a présenté, lundi, une série de mesures destinées à améliorer l'intégration des immigrants et à combattre le racisme et la discrimination au Québec.
«Au cours de la dernière semaine, il y a eu une prise de conscience nationale extrêmement forte des difficultés d'intégration de plusieurs Québécois d'origines diverses - particulièrement, mais pas exclusivement maghrébine -, une prise de conscience très forte qu'il y avait dans notre société des traces de racisme et de discrimination qu'il convient de faire reculer», a affirmé M. Lisée en conférence de presse à Montréal.
Le plan d'action comporte une vingtaine de mesures touchant l'emploi, le logement, l'éducation et la francisation, notamment.
On y retrouve, entre autres, des propositions pour assurer une meilleure reconnaissance des diplômes et des compétences des immigrants, qui sont aux prises avec des taux de chômage beaucoup plus élevés que la moyenne des Québécois. Ces propositions impliquent le déblocage de goulots persistants que l'on retrouve chez certains ordres professionnels et dans les institutions d'enseignement, par exemple.
Certaines mesures visent aussi à contrer la discrimination à l'embauche, notamment en interdisant l'exigence d'une première expérience de travail canadienne, qui crée un cercle vicieux auquel il est impossible d'échapper lorsqu'un candidat nouvellement arrivé se cherche un premier emploi.
Le plan d'action dévoilé par M. Lisée comporte... (Photo archives La Presse)
Le plan d'action dévoilé par M. Lisée comporte une vingtaine de mesures touchant l'emploi, le logement, l'éducation et la francisation, notamment.
PHOTO ARCHIVES LA PRESSE
Le PQ propose également d'instaurer des amendes salées dans les cas de discrimination pour l'obtention d'un emploi ou d'un logement, parallèlement à des mesures de soutien financier pour l'incitation à l'embauche d'immigrants et à l'offre de stages.
«Il n'existe aucune amende pour quelqu'un qui est pris en flagrant délit de discrimination à l'embauche. Ça n'a pas de sens», a soutenu le chef péquiste.
De plus, il suggère de donner plus de mordant au programme d'embauche des minorités par l'État québécois en insistant sur les objectifs à atteindre, notamment par le biais de la discrimination positive.
Le PQ, qui a déjà fait part de son intention de mettre au rancart le cours d'éthique et culture religieuse, veut remplacer celui-ci par un cours sur la citoyenneté qui toucherait un ensemble de notions sociales, incluant, entre autres, le fait religieux, l'égalité entre les hommes et les femmes, la démocratie, la sexualité et autres.
«Ce cours doit avoir comme objectif de promouvoir une culture de l'antiracisme et contre la discrimination», a dit M. Lisée.
Le Parti québécois insiste également sur les mesures de francisation et l'intégration d'un plus grand nombre d'immigrants dans les conseils d'administration d'organismes publics et parapublics, parmi les candidats et employés des partis politiques et dans les manifestations culturelles.
Jean-François Lisée a d'ailleurs reconnu que son propre parti avait un examen de conscience à faire, alors qu'il n'était pas en mesure lui-même de dire quelle proportion du personnel salarié du PQ est immigrante: «Je suis certain que c'est insuffisant. On fait des efforts pour être beaucoup plus représentatifs au sein du Parti québécois», a-t-il soutenu.
Plusieurs des mesures visent aussi la sensibilisation, une approche qui a ses limites, notamment sur le web, où le document du Parti québécois suggère «d'encourager les citoyens à diffuser des contre-discours (aux propos racistes) et à marginaliser les voix discriminatoires».
«Le degré de tolérance au discours détestable est plus élevé qu'avant, a fait valoir M. Lisée. Développons des anticorps, disons que c'est détestable et on peut aussi tous bloquer (ces personnes détestables).»
Le chef péquiste s'est défendu de faire de l'angélisme, tout en reconnaissant que lutter contre l'émergence et la diffusion élargie d'un discours d'intolérance n'est pas une tâche simple.
«Il n'y a pas de réponse parfaite ou toute faite, mais l'inaction n'est pas une option», a-t-il martelé.