Information sur la politique 1

mardi, février 07, 2017

Les selfies funéraires gagnent le Québec

http://www.lapresse.ca/actualites/

Publié le 07 février 2017 à 05h00 | Mis à jour à 07h46

La mode des égoportraits s'invite maintenant dans les salons funéraires du Québec. Dans les complexes Magnus Poirier tout comme dans les établissements du Réseau Dignité, cette pratique est courante depuis deux ans. Des membres de la Corporation des thanatologues du Québec souhaitent une réglementation.
«On le voit dans plus de 50% des funérailles, surtout quand elles sont traditionnelles avec l'exposition du défunt», affirme Danny Gallant, directeur général du Centre funéraire Côte-des-Neiges, qui fait partie du Réseau Dignité.
Avec les téléphones intelligents à portée de main, les endeuillés n'hésitent plus à immortaliser le dernier adieu à un proche. Le tabou entourant la mort au Québec fait en sorte que les égoportraits sont réalisés en vitesse, en posant discrètement à côté du cercueil ouvert. «À cause de la technologie, c'est plus facile de le faire aujourd'hui, explique Patrice Chavegros, vice-président Ventes & Service à la clientèle chez Magnus Poirier. C'est une photo comme une autre, une photo vite faite et un besoin par rapport à son étape de deuil.»
Avec les téléphones intelligents à portée de main, les endeuillés n'hésitent plus à immortaliser le dernier adieu d'un proche.
Faut-il encadrer la pratique?
Alors qu'aux États-Unis, la publication des égoportraits funéraires sur les réseaux sociaux est monnaie courante, mais souvent critiquée, au Québec, les endeuillés sont plus discrets. Bien qu'il n'y ait pas encore eu de plaintes de la part de familles, la direction de Magnus Poirier croit qu'il faudrait réglementer ou, du moins, encadrer la prise d'égoportraits.
«Si les gens veulent prendre des selfies ou des vidéos des défunts, même si on est réticent, ils ont le droit de le faire, soutient Patrice Chavegros. Mais qu'est-ce qu'ils vont faire après, en sortant? On ne sait pas. Imaginez, n'importe qui entre dans un salon, prend une photo et la met sur les réseaux sociaux? Ça peut faire des dommages. La technologie amène à changer les pratiques et les moeurs.»
Le directeur général du Centre funéraire Côte-des-Neiges abonde dans le même sens, même s'il souligne que les Québécois sont en général respectueux lors des funérailles. «On n'est pas à l'abri de quelqu'un qui pourrait publier une photo inappropriée, affirme Danny Gallant. Ici, on a des politiques internes. Tous nos employés et le personnel de sous-traitance ne sont pas autorisés à utiliser un appareil photo ou un cellulaire pendant le travail dans nos salons.»
La position de la corporation
La Corporation des thanatologues du Québec, qui représente 125 entreprises funéraires, s'est penchée sur la question avec le conseil d'administration. Un sujet délicat à réglementer, selon elle, car la pratique est répandue dans le monde entier et bénéfique pour certaines familles.
«On est d'accord pour éviter le dérapage, précise Annie St-Pierre, directrice générale de la Corporation. La question, c'est : comment peut-on le faire? On ne peut pas jouer à la police des selfies. Si la famille l'accepte, on ne peut pas aller contre sa volonté. Ça s'encadre facilement quand la famille exprime clairement sa volonté qu'elle ne désire pas qu'il y ait de photographies ou de selfies. On le dit aux visiteurs et 99% des gens respectent la directive.»
La Corporation compare la problématique de réglementation des égoportraits à celle entourant la dispersion des cendres. «Quand bien même on interdirait aux Québécois de répandre leurs cendres dans le fleuve, les rivières ou les lacs, est-ce qu'on va mettre des polices à chaque cours d'eau pour surveiller que ça ne se fasse pas?»
Pour l'instant, la Corporation préfère laisser le choix aux familles tout en suivant avec attention l'évolution du dossier. «On va voir s'il y a des dérapages, on pourra exiger un encadrement.»
Une façon de faciliter le deuil
Les spécialistes du deuil sont unanimes : voir la dépouille et constater le décès facilitent le deuil. «Ça aide à reconnaître la perte, reconnaître que la personne ne reviendra plus», explique Josée Jacques, psychologue spécialisée dans le deuil.
«Pour ce qui est des selfies, la question à se poser, c'est : est-ce que ça me fait du bien de regarder une photo avec la personne décédée? Si c'est un dernier souvenir et c'est fait avec des intentions de laisser une trace, je ne vois pas de problème. Si c'est une photo pour rigoler, c'est autre chose.»
La directrice et fondatrice de Deuil Jeunesse, Josée Maçon, constate que les égoportraits funéraires font du bien autant aux jeunes qu'aux gens plus âgés. Elle rappelle que dans les années 60, les photos de proches dans leur cercueil faisaient partie des albums de photos des familles québécoises.
«Je ne vois rien de dangereux par rapport à ça. Ça ne fait pas de mal à personne, c'est pour eux, c'est intime. Les jeunes nous les montrent, leurs selfies. Ils nous disent : "Je suis content de l'avoir pris. C'est le souvenir qu'il me reste de ma mère, de mon ami. Ça me fait plus de bien que sa photo mortuaire, parce que ça me montre que j'ai été là." Certains ont besoin de toucher, de se faire raconter, d'autres, de voir.»
C'est aussi un rituel important dans les communautés africaines et asiatiques du Québec. Les familles prennent le temps de faire une photo officielle avec la dépouille dans le cercueil.
Que dit la loi?
Actuellement, la Loi sur la santé publique interdit la prise de photo d'un cadavre humain dans les laboratoires funéraires à moins que la famille donne son consentement. Les thanatopracteurs ne peuvent pas capter leurs réalisations, même à des fins pédagogiques.
Pour ce qui est du droit à l'image du défunt, rien n'est prévu dans la loi.
«Avant 2002, on reconnaissait aux héritiers le droit de défendre la vie privée du défunt, explique Nicolas Vermeys, professeur de droit à l'Université de Montréal. Mais l'article de loi a été abrogé.»
Cependant, si un égoportrait funéraire modifié est diffusé sur les réseaux sociaux, des recours existent.
«Si c'est la photo de ma mère, qu'elle est publiée sur Facebook, que vous dites des choses associées à l'image et que ça m'affecte et me cause un trouble moral ou émotif, là, je pourrais intenter une procédure en vertu des principes de base de la responsabilité civile.»
***
Des égoportraits choquants sur Facebook
Une famille américaine de Houston, au Texas, a eu un choc en voyant la page Facebook du directeur des funérailles de leur proche. David L. Jones avait mis en ligne des égoportraits avec le corbillard et d'autres avec le cercueil fermé. La cousine du défunt, Rose Molina, avait parlé au directeur durant l'événement. Il avait répondu qu'il se servait de son téléphone intelligent comme miroir pour replacer sa cravate. Lorsque la cousine a vu les publications sur Facebook, elle a alerté les médias. Un reportage a été diffusé sur ABC le 19 septembre 2016. Le propriétaire du salon funéraire s'est excusé.