Information sur la politique 1

samedi, février 04, 2017

ALENA : un document donne des indices sur ce que Donald Trump voudrait renégocier

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/

PUBLIÉ LE VENDREDI 3 FÉVRIER 2017 À 21 H 37

Plusieurs indices sur ce que l'administration de Donald Trump souhaiterait renégocier dans l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) se trouvent dans un document produit par le gouvernement américain.
La Presse canadienne
Produits laitiers, alcool et secteur de l'aéronautique, notamment, sont dans la ligne de mire américaine.
Les États-Unis publient chaque année une liste de plaintes liées aux pratiques commerciales des autres pays. Cette liste a été citée dans un document d'orientation rédigé pour l'équipe de campagne de Donald Trump par Wilbur Ross et Peter Navarro, qui ont tous deux été nommés à des postes névralgiques de la nouvelle administration.
M. Ross a été nommé secrétaire au Commerce. Sa nomination n'a pas encore été approuvée par le Sénat, tandis que M. Navarro est le patron du nouveau Conseil du commerce de la Maison-Blanche.
Dans le document, MM. Ross et Navarro pourfendent certaines ententes commerciales, comme l'ALENA et l'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC), en arguant qu'elles ont été mal négociées.
Le président américain Donald Trump s'adresse aux journalistes en compagnie du futur secrétaire du Commerce, Wilbur Ross. La nomination de ce dernier n'a pas été confirmée par le Sénat.
Le président américain Donald Trump s'adresse aux journalistes en compagnie du futur secrétaire du Commerce, Wilbur Ross. La nomination de ce dernier n'a pas été confirmée par le Sénat.
 Photo : Associated Press/Carolyn Kaster

Un point de départ
Plusieurs experts en commerce international interrogés par La Presse canadienne s'accordent pour dire que cette liste constitue la colonne vertébrale à partir de laquelle la position américaine sera articulée.
« Il s'agit du point de départ », mentionne Gary Hufbauer, de l'Institut Peterson d'économie internationale de Washington.
Le gouvernement canadien a été clair sur ce qu'il souhaite renégocier : une plus grande certitude sur le bois d'œuvre, un meilleur accès aux projets de construction publics et une amélioration des droits des travailleurs.
De son côté, l'équipe de Donald Trump est restée plutôt évasive.
La liste est notamment fondée sur des consultations menées auprès d'entreprises américaines concernant les pratiques de commerce international qui leur nuisent. L'édition 2016 contient huit pages sur le Canada.
Voici les principaux éléments mentionnés dans la liste :
  • Produits laitiers : L'accès au marché canadien est restreint en ce qui concerne les produits laitiers américains. Le rapport indique que le Canada limite les importations en fournissant des composantes laitières à prix réduit aux transformateurs locaux.
  • Gestion des achats : Le Canada limite les importations de produits laitiers, poulets, dindes et œufs. Le rapport mentionne que les importations américaines qui se situent au-delà des quotas sont soumises à d'importants tarifs : 245 % en ce qui a trait au fromage et 298 % pour le beurre. « [Cela] gonfle les prix que les Canadiens payent pour les produits laitiers et la volaille », peut-on lire dans le rapport.
  • Alcool : Le rapport mentionne que les Canadiens doivent payer des taxes sur les bouteilles d'alcool et de vin qu'ils rapportent des États-Unis. « Cela limite les achats d'alcool lorsque les Canadiens voyagent aux États-Unis. »
  • Secteur aéronautique : Le rapport mentionne plusieurs mesures canadiennes visant à aider l'industrie. Il mentionne spécifiquement Bombardier, disant que l’entreprise montréalaise doit être surveillée attentivement.
  • Commerce au détail : Le document souligne que les Canadiens payent des frais de douane lorsqu'ils achètent des produits en ligne valant plus de 20 $, alors que cette limite est de 800 $ pour les Américains.
  • Télécommunications : Les auteurs rapportent que le Canada limite à 46,7 % la propriété étrangère des principaux fournisseurs de télécommunications. « Il s'agit de l'un des régimes les plus restrictifs des pays développés. »