Les ambulanciers d'Urgences-santé affiliés à la CSN en grève le 5 février

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/

Publié le 24 janvier 2017 à 17h17 | Mis à jour à 17h17
La FSSS-CSN représente au total 3600 ambulanciers paramédicaux,... (Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)
La FSSS-CSN représente au total 3600 ambulanciers paramédicaux, répartiteurs et employés de soutien dans l'ensemble du Québec, dont ceux d'Urgences-santé, qui dessert Montréal et Laval.
HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE
LIA LÉVESQUE
La Presse Canadienne
Les quelque 1100 ambulanciers d'Urgences-santé syndiqués à la CSN exerceront finalement leur mandat de grève à compter du 5 février, a appris La Presse canadienne.
Un avis de grève à cet effet a été reçu par le tribunal, qui devra bientôt se pencher sur les services essentiels à maintenir. La grève serait déclenchée à 0h01 le 5 février dans leur cas.
Le tribunal a également reçu 17 avis de grève de la part des syndicats qui regroupent quelque 1000 ambulanciers syndiqués à la FTQ dans plusieurs régions du Québec, notamment en Montérégie, en Gaspésie et en Abitibi.
Il s'agit de la Fraternité des travailleurs du préhospitalier de la FTQ. Dans leur cas, la grève doit être déclenchée à 0h01 le 2 février.
De même, d'autres syndicats affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN ont déjà obtenu leur mandat de grève et prévoient l'exercer à une date qui n'a pas encore été dévoilée. Ces mandats ont été obtenus à plus de 90%, avait indiqué en entrevue le vice-président des secteurs privés à la FSSS-CSN, Dany Lacasse.
La FSSS-CSN représente au total 3600 ambulanciers paramédicaux, répartiteurs et employés de soutien dans l'ensemble du Québec, dont ceux d'Urgences-santé, qui dessert Montréal et Laval.
Le processus habituel prévoit d'abord la conciliation entre les parties, qui doivent tenter de s'entendre sur les services essentiels à maintenir si la grève est effectivement déclenchée. Si cela est impossible, le tribunal procédera alors à des audiences, écoutera les arguments des parties, puis tranchera la question.
Tant les ambulanciers syndiqués à la FTQ que ceux qui sont syndiqués à la CSN avaient au départ prévu débrayer plus tôt, soit à la mi-janvier et à la mi-décembre respectivement. Ils ont toutefois changé de stratégie et prévoient maintenant un débrayage avec moins de services essentiels que prévu au départ. Il appartiendra toutefois au tribunal d'en décider.
Parmi les points en litige, on trouve les salaires, le régime de retraite et les horaires de faction.