Information sur la politique 1

mardi, novembre 24, 2015

Chantier Davie : les travailleurs ne paieront pas les frais de la révision du contrat, selon Philippe Couillard

http://quebec.huffingtonpost.ca/

chantier de la Davie à Lévis
Publication: 

OTTAWA – Les travailleurs du chantier de la Davie à Lévis ne seront pas touchés par la révision du contrat du projet Resolve, a assuré le premier ministre du Québec Philippe Couillard.
Il dit avoir eu un bref échange avec le premier ministre canadien Justin Trudeau à ce sujet, en marge d’une rencontre avec ses homologues provinciaux et territoriaux à Ottawa, lundi.
« Tous les deux, nous disons la chose suivante : oui, il peut y avoir eu des problèmes techniques dans l’attribution du contrat, ce sera à vérifier, a indiqué Philippe Couillard. Mais il n’est pas question de faire payer aux travailleurs de la Davie les conséquences de ces erreurs, s’il y en a eu. »
Trudeau a répondu pour sa part que son gouvernement allait « réparer les dégâts faits par le gouvernement antérieur » pour répondre aux besoins de la Marine royale canadienne à un prix raisonnable.
Il n’a toutefois pas confirmé que le contrat allait être signé d’ici le 30 novembre, faute de quoi le fédéral devra verser 89 millions de dollars au chantier Davie en vertu d’une lettre d’intention signée par les conservateurs peu avant le déclenchement des élections.
La semaine dernière, Irving a demandé à quatre ministres - dont Scott Brison, député Kings-Hants, en Nouvelle-Écosse – de reconsidérer leur soumission avant de prendre une décision finale.
Steven Blaney, député de Lévis-Bellechasse, avait répondu en entrevue avec le HuffPost que les propositions ont déjà fait l’objet d’une « analyse rigoureuse et indépendante » et il n’y a pas lieu de réévaluer le projet du chantier Davie.
« Il serait déplorable, regrettable et complètement inadmissible que des combines et des magouilles politiques viennent interférer dans un processus rigoureux au détriment d’un besoin urgent de la Marine royale canadienne », a critiqué le conservateur.
Le PDG du projet, Spencer Fraser, avait pour sa part répliqué qu’Irving Shipbuilding devrait s’affairer à mener ses propres projets à terme au lieu de se mêler des contrats des autres.
« Je suis convaincu qu’ils vont réaliser que leurs efforts sont mieux investis s’ils se concentrent à construire des navires et non à s’ingérer dans les contrats des autres compagnies. »
Le contrat d'environ 700 millions de dollars en sol québécois a été attribué avec équité et en conformité avec les règles, selon la Canadian Shipbuilding Association.