ÉTATS-UNIS Deuxième nuit de manifestations contre l'élection de Trump

http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/

Des opposés à la présidence de Trump ont défilé même dans les rues de Vancouver

11 novembre 2016 09h47 | Associated Press à Washington
Des rassemblements ont notamment été signalés à New York, Chicago, Denver (notre photo) ou Dallas.
Photo: Jason Connolly Agence France-Presse
Des rassemblements ont notamment été signalés à New York, Chicago, Denver (notre photo) ou Dallas.
Portland — Des manifestants opposés à l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis sont sortis exprimer leur colère pour une deuxième nuit consécutive, jeudi, défilant même dans les rues de Vancouver, en Colombie-Britannique.
 
Des centaines de personnes ont ainsi marché dans les rues de la métropole canadienne, en agitant le poing et en scandant « Love trumps hate » (« l’amour est plus fort que la haine », avec un jeu de mots sur le nom du candidat). D’autres manifestants s’étaient munis d’écriteaux sur lesquels on pouvait notamment lire « Construisez la gentillesse, pas des murs » et « Fier partisan de l’amour ».
 
Un New-Yorkais qui avait choisi de visiter Vancouver pour échapper à la folie de la soirée électorale aux États-Unis a dit ne pas être surpris de voir des gens manifester contre M. Trump aussi loin puisque, selon lui, « la communauté internationale a toutes les raisons du monde de se méfier de lui ».
 
Steve Cucuzza a dit qu’il est « très préoccupant » que M. Trump ait accès à l’arsenal nucléaire américain, d’autant plus que le prochain président « a tendance à se fâcher quand tout ne va pas comme il le souhaite », a-t-il ajouté.
 
À Portland, dans l’Oregon, des milliers de personnes sont descendues dans les rues pour dénoncer l’élection de M. Trump. La police a évoqué une « émeute » et commencé à arrêter des participants quand certains manifestants ont fracassé des vitrines et mis le feu à un conteneur de déchets.
 
Des centaines d’autres manifestants se sont fait entendre ailleurs au pays, que ce soit en Californie, à New York ou à Chicago, aussi bien dans des États qui ont voté pour M. Trump que dans des États qui se sont ralliés à sa rivale démocrate Hillary Clinton.
 
À Denver, des manifestants ont réussi à brièvement paralyser l’autoroute 25 qui mène au centre-ville, jeudi soir. L’artère a été rouverte vers 22 h 30, heure locale. Des scènes similaires se sont déroulées à Minneapolis et à Los Angeles.
 
Au centre-ville de San Francisco, de jeunes étudiants ont scandé « pas mon président ». Ils ont agité des écriteaux qui réclamaient le départ du nouveau président ou encore des bannières arc-en-ciel ou des drapeaux mexicains. Ils ont été applaudis par des badauds dans cette ville lourdement démocrate.
 
À New York, les manifestants se sont de nouveau massés devant Trump Tower, sur la 5e Avenue, à Manhattan. Ils ont scandé des slogans et agité des pancartes anti-Trump.
 
Des manifestations ont aussi eu lieu à Philadelphie, à Louisville, à Baltimore et à Oakland, où des échauffourées ont éclaté entre policiers et manifestants.
 
Les partisans de M. Trump accusent les manifestants d’être « de mauvais perdants » qui ne respectent pas la démocratie. M. Trump a remporté la victoire au collège électoral, mais en date de jeudi soir, Mme Clinton récoltait 47,7 pour cent du vote populaire, contre 47,5 pour cent pour son rival.