Annonce

jeudi, mars 08, 2018

Trudeau doit annoncer vendredi qu’il désigne une femme à la tête de la GRC

Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir

Jim Bronskill - La Presse canadienne




Justin Trudeau devrait annoncer vendredi qu’il désigne une femme à la tête de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), signalant un changement de culture dans le corps policier fédéral ayant été ébranlé par des plaintes de harcèlement sexuel et de discrimination à l’égard des femmes dans ses rangs.
Des sources affirment que le premier ministre nommera Brenda Lucki commissaire de la GRC à l’occasion d’une visite d’un centre d’entraînement à Regina, où Mme Lucki occupe actuellement les fonctions de commandant.
Comptant 31 ans d’expérience à la GRC, Mme Lucki a aussi servi dans l’ex-Yougoslavie et au sein de la police civile des Nations unies en Haïti.
Elle a reçu plusieurs honneurs au fil des années, incluant deux médailles des forces de protection des Nations unies et la médaille de service des Casques bleus canadiens.
Selon sa biographie sur le site de la GRC, elle est aussi membre de l’Ordre du mérite des corps policiers en reconnaissance de son travail pour améliorer les relations avec les Premières Nations.
Sa nomination survient alors que les révélations embarrassantes se multiplient sur l’inconduite sexuelle et le sexisme dans les rangs de la GRC, un an après que le commissaire Bob Paulson eut présenté ses excuses pour la discrimination contre les policières et convenu d’une entente à l’amiable de 100 millions $ pour deux actions collectives.
Les relations du corps policier avec les Premières Nations sont aussi particulièrement difficiles.
La nomination est faite dans la foulée de la création l’an dernier d’un comité de sélection indépendant et non partisan, dirigé par l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, qui avait recommandé plus tôt cette année trois candidatures pour le poste de commissaire.
Le comité avait eu comme directive de tenter de respecter les « engagements du gouvernement du Canada envers la parité des sexes et la représentativité de la diversité ».
Mme Lucki deviendra la première femme à obtenir un mandat en bonne et due forme à la tête de la GRC ; Beverley Busson avait occupé les fonctions de façon intérimaire pour six mois en 2007.