Information sur la politique 1

samedi, janvier 21, 2017

Les marchés en hausse pour l'arrivée de Trump à la Maison-Blanche

http://affaires.lapresse.ca/bourse/indices-etats-unis/

Publié le 20 janvier 2017 à 10h04 | Mis à jour le 20 janvier 2017 à 18h14
«C'était une séance très calme... Je pense que... (Photo Stan HONDA, Archives Agence France-Presse)
«C'était une séance très calme... Je pense que beaucoup d'investisseurs regardaient la cérémonie d'investiture !», a résumé Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.
PHOTO STAN HONDA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE
Agence France-Presse
New York, Toronto
Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en hausse vendredi, après la cérémonie d'investiture du 45e président des États-Unis, Donald Trump.
L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a gagné 138,07 points, terminant la séance avec 15 547,88 points, à la faveur d'une hausse des titres miniers et du secteur énergétique notamment.
Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,07 cent US à 75,04 cents US.
À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 1,10 $ US à 53,22 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a gagné 3,40 $ US à 1204,90 $ US l'once. Le cours du cuivre a grimpé d'un peu plus de 1 cent US à 2,63 $ US la livre.
Wall Street a légèrement monté : le Dow Jones a gagné 0,48% et le Nasdaq 0,28%.
Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice vedette Dow Jones  a pris 94,85 points à 19 827,25 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 15,25 points à 5555,33 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 7,62 points, soit 0,34%, à 2271,31 points.
«C'était une séance très calme... Je pense que beaucoup d'investisseurs regardaient la cérémonie d'investiture !», a résumé Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management.
Le républicain Donald Trump est devenu vendredi le 45e président des États-Unis et a, à cette occasion, tenu un discours offensif sur la nécessité de faire passer «l'Amérique d'abord», sans pour autant annoncer beaucoup de concret.
Malgré quelques petits soubresauts lors de ce discours, le calme a finalement prédominé à Wall Street, qui avait flambé fin 2016 après l'élection inattendue de M. Trump, avant de connaître un début d'année peu animé.
«Cette semaine, il y a eu quelques inquiétudes sur d'éventuelles mesures protectionnistes, mais tout reste assez tranquille», a commenté M. Skrainka.
Si le protectionnisme de M. Trump et son discours anti-immigration inquiètent les investisseurs, ils semblent avoir salué ses promesses de baisses d'impôts et de relance budgétaire, mais, dans tous les cas, la prudence domine maintenant, en attendant de voir comment sera concrétisé ce programme.
«On dirait que les investisseurs abordent le jour de l'investiture comme ils l'avaient fait pour l'élection, avec Trump comme moteur», a avancé Sam Stovall, de CFRA.
Pour le reste, l'actualité économique était maigre, faute d'indicateur américain au calendrier, même si les marchés ont pu assimiler une salve de résultats d'entreprises au sein du Dow Jones.
Du côté des bonnes performances du Dow Jones, le groupe informatique IBM a pris 2,24%  après avoir terminé 2016 sur des résultats globalement meilleurs que prévu, même s'il n'a pas endigué le recul continu de son chiffre d'affaires.
Procter & Gamble (P&G) a gagné 3,25%  après avoir relevé sa prévision de ventes annuelle, signe que le fabricant de produits ménagers et d'hygiène est en train de renouer avec la croissance après des années de réductions de coûts.
En revanche, l'émetteur de cartes bancaires American Express (AmeX) a reculé de 0,64%, après des résultats 2016 contrastés et marqués par une nette réduction de ses coûts pour combler le manque à gagner lié à la fin d'un important contrat commercial aux États-Unis.
Le conglomérat industriel General Electric (GE), qui a annoncé des résultats 2016 mitigés et s'est abstenu de se prononcer sur l'état de l'économie, a baissé de 2,18%, contrastant avec l'optimisme affiché un mois plus tôt par son PDG, Jeff Immelt.
- Avec La Presse canadienne