PLQ Un parti usé et délaissé par ses militants

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/

8 novembre 2016 | Robert Dutrisac - Correspondant parlementaire à Québec
Le Parti libéral du Québec, dirigé par Philippe Couillard, a perdu tout près de 29 % de ses membres depuis un an et demi.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne
Le Parti libéral du Québec, dirigé par Philippe Couillard, a perdu tout près de 29 % de ses membres depuis un an et demi.
Le Parti libéral du Québec est un parti « éteignoir » dont l’effectif est en chute libre, un parti usé, centralisé, inféodé à son aile parlementaire et miné par la culture du silence, juge le président sortant de sa Commission politique, Jérôme Turcotte, qui, malgré tout, n’a pas perdu espoir que le PLQ puisse changer.
 
« Je crois profondément à la capacité de renouvellement du Parti libéral du Québec », a livré au Devoir Jérôme Turcotte, qui est redevenu simple militant en septembre pour finir la rédaction de sa thèse de doctorat en droit. En plus d’assumer la présidence de la Commission politique du parti, il a été membre de son Conseil de direction, de son Conseil exécutif et de son Comité d’audit.
 
Jérôme Turcotte a rédigé un document intitulé Analyse des défis à relever pour relancer le militantisme au PLQ, qu’il a remis à la direction du parti cet été et qui devait manifestement demeurer confidentiel. « À l’heure actuelle, plusieurs militants, dont moi-même, ont le sentiment que le PLQ est de plus en plus en train de devenir une marque de commerce servant à faire élire une aile parlementaire qui a délaissé le militantisme et est de moins en moins un réel parti ancré dans une participation citoyenne active », écrit-il. L’ex-président de la Commission politique dénonce « la participation tiède de nombreux élus à nos événements militants, le choix presque systématique de candidats vedettes étrangers ».
 
« Pour subsister [à] travers les âges, le confort est notre pire ennemi et le militantisme notre planche de salut », plaide-t-il. « Or, il est nécessaire de prendre conscience que notre parti a été au pouvoir de façon quasi continue depuis plus d’une décennie maintenant et qu’une certaine torpeur ainsi qu’un excès de confiance semblent s’être emparés de ce dernier alors même que notre base militante est en chute libre », poursuit-il.
 
La « situation critique » dans lequel se trouve le PLQ se traduit par la défection de nombreux militants, note Jérôme Turcotte. Ainsi, le parti dirigé par Philippe Couillard a perdu tout près de 29 % de ses membres depuis un an et demi : ils ne sont plus que 37 020. Tout près de 60 % d’entre eux ont plus de 65 ans tandis que 8 % seulement ont moins de 35 ans. Le financement populaire du parti ne va pas très bien non plus : les objectifs fixés pour les circonscriptions n’ont été remplis qu’à 51 %.
 
Il existe un « climat toxique » qui nuit au militantisme dans les partis, estime Jérôme Turcotte. « On ne fait que parler politique en terme d’éthique, de lançage de boue et de suspicion », a-t-il affirmé, alors que des fraudes présumées comme celles révélées à la Société immobilière du Québec (SIQ) ne sont le fait que de « 4 ou 5 personnes » parmi les dizaines de milliers de militants libéraux.
 
Le directeur des communications du PLQ, Maxime Roy, a avancé que le document nourrissait « davantage » une « réflexion » que le parti avait déjà amorcée « sur le rôle et la place des militants ».