Plan d'accueil des réfugiés syriens: 1,2 milliard en six ans

http://www.lapresse.ca/international/crise-migratoire/

Publié le 20 novembre 2015 à 06h24 | Mis à jour à 06h24
Le programme que le Parti libéral a soumis... (PHOTO DIMITAR DILKOFF, AGENCE FRANCE-PRESSE)
PHOTO DIMITAR DILKOFF, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le programme que le Parti libéral a soumis aux Canadiens en récente campagne électorale prévoyait une somme de 100 millions en 2015 pour l'accueil des réfugiés.

La Presse Canadienne
Ottawa
Le plan du gouvernement libéral d'accueillir au Canada quelque 25 000 réfugiés en provenance de la Syrie coûtera 1,2 milliard au cours des six prochaines années, selon ce qu'a appris La Presse Canadienne.
Un document du gouvernement que l'agence de presse a pu lire précise que pour la seule période 2015-2016, une somme de 876,7 millions sera nécessaire. De ce montant, 16,6 millions ont déjà été prévus par l'ancien gouvernement conservateur et 100 millions proviennent d'une enveloppe existante dédiée à l'aide canadienne lors de crises internationales.
Le document ajoute qu'une somme de 1,1 milliard devra être ajoutée pour les besoins des réfugiés d'ici 2021. Six ministères fédéraux seront financés pour déployer l'opération, dont celui de la Citoyenneté et de l'Immigration qui recevra à lui seul 528,4 millions.
Le document ne précise pas la somme devant être débloquée à très brève échéance pour que le gouvernement respecte son engagement souventes fois évoqué d'accueillir les 25 000 réfugiés syriens d'ici le 1er janvier prochain.
Malgré la requête de La Presse Canadienne, le ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration n'a pas voulu commenter le contenu du document, précisant que ce n'est que lorsque toutes les décisions seront prises que les détails financiers de l'opération seront dévoilés.
Le programme que le Parti libéral a soumis aux Canadiens en récente campagne électorale prévoyait une somme de 100 millions en 2015 pour l'accueil des réfugiés et une autre enveloppe identique à être transmise à l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés qui gère la coordination internationale de relocalisation des réfugiés.