jeudi, octobre 01, 2015

La France est « l'ennemi numéro 1 » de l'État islamique selon Trévidic

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/

Marc Trévidic, en février 2015.
VIDÉO - L'ancien juge anti-terroriste, dans une interview à Paris Match, estime que «le pire est devant nous» , et s'attend à des attentats spectaculaires dans un futur proche.

Marc Trévidic est pessimiste. L'ancien juge anti-terroriste voit l'avenir en noir, à l'image de la bannière de l'État islamique. Dans une interview donnée à Paris Match, il estime que la France est devenue «l'ennemie numéro un» de l'État islamique et que l'organisation terroriste se prépare à des attentats d'ampleur sur notre territoire.

• La France, cible facile?

Marc Trévidic estime que la France est plus susceptible que les États-Unis d'être frappée par une attaque. Notamment à cause de la proximité géographique de notre pays avec les lieux où Daech a établi ses bases. «La France est facile à toucher» estime-t-il, du fait de la simplicité «opérationnelle de renvoyer de Syrie en France des volontaires aguerris, des Européens, membres de l'organisation, qui peuvent revenir légalement dans l'espace Schengen et s'y fondre avant de passer à l'action».

• Pourquoi la France?

Outre cet aspect pratique, il y a un aspect idéologique et politique. Notre pays est en première ligne depuis longtemps «pour combattre le djihad mondial». L'implication directe dans la campagne de frappes aériennes contre Daech ne fait qu'augmenter le ressentiment à l'égard de notre pays, estime le juge. «Pour [les terroristes, la France] est toujours une nation coloniale, revendiquant parfois ses racines chrétiennes, soutenant ouvertement Israël, vendant des armes aux pays dits “mécréants et corrompus” du Golfe et du Moyen-Orient.»

• Quels types d'actions?

Celui qui est maintenant vice-président du tribunal de grande instance de Lille est très inquiet quant au mode opératoire des futurs attentats. Il prévoit des attentats d'envergure et avertit que «la vraie guerre que l'EI entend porter sur notre sol n'a pas encore commencé». «Les hommes de Daech ont les moyens, l'argent et la faculté d'acquérir facilement autant d'armes qu'ils veulent. Le terrorisme est une surenchère ; il faut toujours aller plus loin, frapper plus fort. Il reste “le prix Goncourt du terrorisme” à atteindre, les attentats du 11-Septembre 2001 contre les tours du World Trade Center.» Fin août, dans un article du Canard enchaîné, des spécialistes du renseignement prévenaient de la même façon d'un risque «d'un 11-Septembre à la française où les services [de renseignement] seront de simples spectateurs.»

• Quelle réponse apporter?

L'inquiétude laisse place à la colère froide lorsque le juge se penche sur la réponse à apporter aux terroristes et projets d'attentats. «On ne peut plus les empêcher, lâche-t-il. Il y a là quelque chose d'inéluctable.» Un avis glaçant de la part de celui qui a été un rouage essentiel de la lutte contre le terrorisme. La raison: «Les moyens affectés à la lutte antiterroriste sont clairement devenus très insuffisants. On frise l'indigence à l'heure où la menace n'a jamais été aussi forte. Sentinelle, Vigipirate [ne résolvent] rien. Cela ne freinera pas les hommes de l'EI le jour où ils auront décidé de passer à la vitesse supérieure. Ces dispositifs protègent certains endroits, rassurent la population. Mais en fait, ils déplacent la menace. Si cela paraît trop compliqué de s'en prendre à un objectif sous surveillance, [les terroristes] en trouveront un autre.»