Information sur la politique 1

jeudi, novembre 17, 2016

SIQ: la commission Charbonneau a siégé dans un édifice impliqué dans le scandale

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

EXCLUSIF
Publié le 17 novembre 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
La vente du 500 René-Lévesque à Montréal s'est effectuée... (Photo IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE)
PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE
La vente du 500 René-Lévesque à Montréal s'est effectuée sans mandat de Québec, même si la tour appartenait au parc immobilier du gouvernement.

DENIS LESSARD
La Presse
(QUÉBEC) La commission Charbonneau, chargée de lever le voile sur la corruption dans l'attribution des contrats gouvernementaux, a siégé pendant quatre ans dans l'édifice de George Gantcheff, au coeur de la controverse sur les immeubles vendus par la Société immobilière du Québec (SIQ).
La vérificatrice générale Guylaine Leclerc... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne) - image 1.0
La vérificatrice générale Guylaine Leclerc
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
Le gouvernement du Québec y a dépensé 10 millions pour l'aménagement d'une salle à la fine pointe de la technologie destinée aux audiences publiques, de 2012 à 2015. Il comptait même y envoyer la nouvelle commission sur la surveillance policière des journalistes, qui devra aussi tenir des audiences publiques, a appris La Presse.
« C'est le boutte du boutte, la commission responsable de mettre fin à la magouille a été tenue dans l'immeuble d'un des bénéficiaires de la magouille ! », a lancé le chef caquiste François Legault quand La Presse lui a fait la liste des locataires du 500, boulevard René-Lévesque Ouest, à l'angle de la côte du Beaver Hall. « Les tentacules des libéraux sont partout, même dans les locaux de la commission Charbonneau ! », a-t-il ajouté. Le ministère de l'Éducation paie aussi pour une partie de la Maison olympique canadienne, à la même adresse, une facture annuelle de 75 000 $.
Le même immeuble accueille aussi des locaux du gouvernement du Québec, dont celui du ministère des Transports, un bail qui coûte à lui seul 500 000 $ par année de plus que la valeur du marché, avait fait valoir mardi François Legault à l'Assemblée nationale.
LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE INTERPELLÉE
Hier, le ministre des Finances, Carlos Leitao, a annoncé que le gouvernement demanderait à la vérificatrice générale Guylaine Leclerc de se pencher sur l'ensemble des transactions de la Société immobilière du Québec de 2003 à 2012. Parallèlement, la firme Raymond Chabot Grant Thornton aura le mandat de scruter l'ensemble des 960 baux signés par cet organisme, a fait savoir hier le ministre Leitao.
Les députés libéraux appuieront donc une motion de la Coalition avenir Québec qui réclamait l'intervention de la vérificatrice dans ce dossier. Seul bémol : Mme Leclerc, en rédigeant son rapport, devra prendre soin de ne pas gêner des enquêtes policières en cours.
« Les faits troublants se sont passés il y a 10 ou 15 ans », a souligné le ministre Leitao à l'Assemblée nationale. Il a perdu son calme devant les attaques acerbes de la péquiste Agnès Maltais, qui réclamait de surcroît une enquête sur les nominations faites à la défunte SIQ par le gouvernement libéral. L'organisme a été remplacé depuis par la Société québécoise des infrastructures.
Pour M. Leitao, l'opposition péquiste se satisfait d'une intervention du Vérificateur « quand ça fait son affaire ». La députée Maltais brosse un tableau « assez mesquin » de la situation et, a lancé le ministre des Finances, « si elle a des preuves, qu'elle aille voir la police, si elle n'en a pas, qu'elle arrête de dire des niaiseries ».