samedi, février 27, 2016

Mélanie Joly préfère Radio-Canada à TVA, et ça ne plaît pas à Mario Dumont

Publication: Mis à jour: 
MELANIE JOLY
La ministre du Patrimoine Mélanie Joly préfère Radio-Canada à TVA. Et c'est une affirmation qui ne plaît vraiment pas à tous.
Répondant à des questions en rafale sur le site du magazine L'Actualité, la députée d'Ahuntsic-Cartierville n'a pas hésité une seconde. Radio-Canada ou TVA? «Ben là, c'est facile, c'est Radio-Canada», a-t-elle lancé.
Sans surprise, sa position sans nuance a déplu, surtout du côté de TVA.
Mario Dumont est allé jusqu'à imiter la ministre pour se moquer de sa réponse directe.
«Tu es l'arbitre d'une situation, a fait valoir M. Dumont en ondes. Tu vas devoir mettre des lois en place entre les différents joueurs. Distribuer des budgets. Il y a plein d'enjeux. Elle est probablement en train d'évaluer la possibilité de donner à Radio-Canada des dizaines de millions d'argent emprunté, parce qu'on est en déficit.»
Si l'animateur et ex-politicien a dit comprendre qu'elle pouvait avoir une préférence, il a déploré la manière de répondre de la ministre. Une réponse qu'il a associée à du mépris. «Je suis très choqué», a-t-il lancé, se demandant comment elle pouvait garder sa crédibilité dans son poste de ministre du Patrimoine.
En entrevue à la table de Mario Dumont en fin d'avant-midi, la ministre a assuré qu'elle était neutre.
Est-ce qu'il y a une bonne entente, «une espèce d'amitié» entre les libéraux et Radio-Canada, a questionné Mario Dumont? «Absolument pas», a répondu Mme Joly, soulignant un changement d'attitude général du gouvernement Trudeau face aux journalistes.
Et pourquoi le choix était facile? Parce que le dossier de Radio-Canada et le réinvestissement dans la société d'État occupent ses pensées ces jours-ci, a-t-elle répondu, avant d'indiquer qu'elle appréciait le travail des employés de TVA.
Le commentateur Jean Lapierre, de son côté, a aussi affirmé que la ministre devrait démissionner. «Quand la ministre responsable à l’air d’une majorette pour Radio-Canada, c’est un problème», a-t-il critiqué.