Information sur la politique 1

dimanche, avril 09, 2017

Washington étudie ses options pour éliminer la «menace» nucléaire nord-coréenne

http://www.ledevoir.com/international/

9 avril 2017 10h59 |Agence France-Presse | États-Unis

Le conseiller à la sécurité nationale du président américain, H.R. McMaster
Photo: Nicholas Kamm Agence France-Presse
Le conseiller à la sécurité nationale du président américain, H.R. McMaster

Washington — Le conseiller à la sécurité nationale du président américain, H.R. McMaster, a qualifié dimanche de mesure de « prudence » l’envoi d’un porte-avions près de la péninsule coréenne, ajoutant que Donald Trump voulait étudier « toutes les options pour lever la menace » nord-coréenne.

Interrogé sur les raisons de l’envoi du porte-avions, le général en exercice H.R. McMaster a répondu lors d’une interview sur la chaîne Fox : « il est prudent de le faire » face à un régime « paria qui est désormais doté de la capacité nucléaire ».

« Le président leur a demandé d’être prêts à nous donner un éventail complet d’options pour lever cette menace contre le peuple américain et contre nos alliés et partenaires dans la région », a-t-il ajouté, faisant apparemment référence aux conseillers militaires.

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a estimé que Pyongyang devrait prendre note de la frappe américaine en Syrie.

« Le message que tous les pays peuvent en tirer est que si vous violez le droit international, si vous violez les accord internationaux, si vous ne respectez pas les engagements, si vous devenez une menace pour les autres, à un moment une réponse sera probablement apportée » par les États-Unis, a-t-il déclaré lors d’un entretien sur la chaîne ABC.

Menace nucléaire

Rex Tillerson a d’autre part rejeté des rumeurs sur un projet américain qui viserait à assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un : « Je ne suis au courant d’aucun plan de cette nature », a-t-il dit.

« Nous n’avons pas l’intention de changer le régime en Corée du Nord. Ce n’est pas notre objectif et donc les raisons justifiant le développement d’un programme nucléaire en Corée du Nord ne sont tout simplement pas crédibles », a martelé Rex Tillerson.

Le porte-avions américain USS Carl Vinson fait route vers la péninsule coréenne, a annoncé samedi le commandement américain dans le Pacifique en mentionnant clairement la menace nucléaire nord-coréenne.

Un envoi annoncé au lendemain de la clôture du premier sommet entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, à qui le président américain aurait demandé de faire pression sur Kim Jong-Un pour qu’il cesse son programme d’armement nucléaire.

Washington a demandé ces dernières semaines « au gouvernement chinois de prendre des mesures supplémentaires. Nous nous attendons à ce qu’ils le fassent », a précisé Rex Tillerson.

« Ils ont indiqué qu’ils le feraient et je pense que nous devons leur donner plus de temps pour agir, et nous resterons en étroites conversations avec eux. Les conversations ont été très ouvertes […] et très candides », a-t-il poursuivi.