Surprise dans Saint-Laurent: Emmanuella Lambropoulos bat Yolande James

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/

Publié le 08 mars 2017 à 17h46 | Mis à jour le 09 mars 2017 à 07h33
Emmanuella Lambropoulos était la seule des trois candidates... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)
Emmanuella Lambropoulos était la seule des trois candidates à habiter la circonscription de Saint-Laurent.
PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE
Rebondissement de taille à l'investiture libérale dans Saint-Laurent : l'enseignante au secondaire de 26 ans Emmanuella Lambropoulos a défait la favorite de la course, l'ex-ministre Yolande James, dans ce château fort libéral mercredi soir. Cette victoire d'une candidate locale démontre que les « pratiques du bon vieux temps » du parti ne fonctionnent plus, soutient Alan DeSousa, écarté de la course dans la controverse.
Dès l'annonce de sa victoire vers 22h40, des cris de joie ont éclaté dans le camp de la gagnante. Des dizaines de militants se sont levés pour encercler Emmanuella Lambropoulos qui semblait renversée par la victoire. Dans ce vacarme, la candidate peinait à se faire entendre au micro, alors que Yolande James partait en coup de vent de la salle sans parler aux journalistes. 
« Je suis vraiment surprise ! », a répété la jeune femme aux journalistes. « Ça montre que le travail peut apporter beaucoup de choses ! J'ai fait beaucoup de porte-à-porte, j'en ai fait pendant 3 heures chaque jour pendant un mois et demi. J'avais aussi le support de ma communauté. Je connais les gens ici. Quand tes amis savent que tu vas en politique, ils viennent te supporter », a-t-elle expliqué. La candidate représentera le Parti libéral du Canada à l'élection partielle du 3 avril.
Emmanuella Lambropoulos était la seule des trois candidates à habiter la circonscription de Saint-Laurent. La jeune enseignante de français et de sciences sociales au secondaire milite depuis des années pour le Parti libéral aux côtés du député sortant Stéphane Dion. « Je suis sûre qu'il est fier de moi », a-t-elle dit, ajoutant que ce dernier n'avait pas milité pour sa campagne « publiquement ». Elle a aussi qualifié d'« inspiration » le maire d'arrondissement de Saint-Laurent et candidat exclu de la course Alan DeSousa.
Yolandes James a finalement réagi en fin de soirée sur Twitter. « Ce soir, la famille libérale de Saint-Laurent a donné sa confiance à Emmanuella Lambropoulos. Je tiens à la féliciter pour cette victoire ! »
Yolande James s'est éclipsée rapidement après l'annonce du... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 2.0
Yolande James s'est éclipsée rapidement après l'annonce du vote.
PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE
Pas moins de 1353 personnes ont participé au scrutin à vote préférentiel mercredi soir dans une salle de réception bondée du boulevard Henri-Bourassa. Les résultats complets n'ont pas été révélés par le parti. Or, selon Alan DeSousa, Yolande James a été éliminée dès le premier tour, une information que La Presse n'a pas fait confirmer. La professeure en fiscalité et avocate Marwah Riqzy aurait ainsi terminé deuxième. Celle-ci a refusé de parler aux médias après l'annonce.
Pour Alan DeSousa, la victoire d'Emmanuella Lambropoulos envoie un « message clair » à la direction du PLC. « Les militants du Parti libéral de St-Laurent n'ont pas apprécié le parachutage d'une candidate venant hors de notre communauté. Dès le premier tour, cette candidate parachutée a été écartée. Un message fort a été passé : les pratiques du bon vieux temps ne s'arriment plus avec les discours de 2017 d'avoir des conventions transparentes et accessibles », a-t-il soutenu en entrevue téléphonique avec La Presse en fin de soirée, mercredi. M. DeSousa n'a pas assisté au scrutin.
Questionné sur son rôle dans la campagne de Mme Lambropoulos, Alan DeSousa s'est fait nébuleux.  « Quand je quittais la course, je souhaitais bonne chance à tous les candidats. J'ai dit que je vais travailler étroitement avec la personne élue », a-t-il répété, sans répondre à la question posée à deux reprises. La candidature du maire a été refusée par le Parti libéral pour des raisons indéterminées le mois dernier.
L'élection partielle dans Saint-Laurent est prévue le 3 avril prochain. En 2015, le libéral Stéphane Dion avait obtenu 62 % des voix, très loin devant son plus proche rival. Il a démissionné de son poste en janvier dernier, écarté du cabinet des ministres par le premier ministre Justin Trudeau. Il a depuis été nommé ambassadeur du Canada en Europe. Il n'était pas présent mercredi soir.