Rambo!

http://www.journaldemontreal.com/



 Certains l’avoueront, d’autres non, mais nous avons tous eu un grand éclat de rire en entendant Rambo Gauthier se lancer en politique.
L’homme a un style particulier dont il sait jouer. Il sait faire rire, indigner, choquer, en prétendant chaque fois représenter­­ le bon sens des régions.
Devant des politiciens cravatés, qui se plient, pas que pour de mauvaises raisons­­, aux exigences de la politesse médiatique, il se présentera comme l’homme vrai, n’hésitant pas à sacrer, à gueuler.
Pittoresque
Bouffon du roi? Pas vraiment. On aurait­­ dit autrefois: tribun de la plèbe. C’est-à-dire que Rambo dira parler au nom d’un peuple bâillonné.
Le contraste entre la classe politique et lui est tel qu’il trouvera son public. Avec son langage coloré, on le dira authentique­­, drôle. On trouvera son propos­­ plein de fraîcheur.
À l’heure de la défiance généralisée, il suscitera la sympathie de ceux qui veulent­­ faire un bras d’honneur aux puissants. On entend déjà la formule de ralliement: il ne peut pas être pire que les autres!
Reste à voir s’il pourra convertir les rieurs en électeurs. C’est moins certain. La politique est quand même chose sérieuse. Rambo Gauthier en manque quand il veut faire battre une députée péquiste pour renverser les libéraux­­.
Il y a là un manque de rigueur­­ politique qui nous rappelle qu’une grosse colère, même justifiée, n’accouche pas toujours d’une bonne stratégie.
Une fois le rire passé, il faut l’écouter malgré l’outrance du propos.
Que représente Rambo Gauthier?
Dans sa conférence de presse, il a parlé de la dépossession des régions. Faut-il lui donner tort? Nous sommes devant des populations qui se sentent abandonnées, oubliées, négligées. En d’autres mots, elles ne se sentent plus protégées par ceux qui devraient les protéger.
Rambo ajoute que les élites abusent de leurs privilèges et négligent les besoins du peuple. Peut-on vraiment lui donner tort? Les scandales à répétition, à tout le moins, entretiennent le cynisme de la population.
Rambo dit s’inquiéter de l’immigration massive et des pseudo-accommodements raisonnables. Traduisons cela autrement: il exprime, comme bien d’autres, la peur de perdre son identité et de devenir étranger dans son propre pays.
Colère
Cette peur est fondée. Partout en Occident­­, elle suscite la création de nouveaux­­ mouvements et l’émergence de nouvelles personnalités.
On pourrait poursuivre la liste, mais on comprend l’essentiel: au-delà de son caractère pittoresque, l’engagement de Rambo Gauthier est un symptôme du désaveu des élites par ceux qui se perçoivent­­ comme des gens ordinaires.
Pour l’instant, le Québec a la chance de ne pas avoir dans sa vie politique de mouvement populiste à l’européenne. Mais pour éviter qu’ils se développent, nos élites doivent entendre le malaise populaire.
Elles doivent cesser de parler comme des robots et entendre la douleur du peuple et comprendre qu’il a de bonnes raisons de redouter le monde qui vient.
Sans singer Rambo Gauthier, elles doivent­­ écouter ce qu’il dit, même s’il parle en sacrant et en exagérant.