Québec ajoute 80 millions à l'aide financière aux études

http://www.lapresse.ca/actualites/education/

EXCLUSIF
Publié le 15 décembre 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Un étudiant ne sera plus pénalisé dans le... (ARCHIVES PC)
Un étudiant ne sera plus pénalisé dans le calcul de son aide financière
 parce qu'il touche une pension alimentaire pour enfant, annoncera
la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, aujourd'hui.
ARCHIVES PC
Tommy Chouinard
TOMMY CHOUINARD
La Presse
(Québec) Québec se rend aux arguments des associations étudiantes et injecte 80 millions de dollars de plus dans le régime de prêts et bourses. Une annonce rendue possible grâce à... Ottawa.
Un étudiant ne sera plus pénalisé dans le calcul de son aide financière parce qu'il touche une pension alimentaire pour enfant, annoncera la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, aujourd'hui. À l'heure actuelle, une pension alimentaire est considérée comme un revenu, de sorte qu'elle vient réduire les chances d'un étudiant d'obtenir de l'aide.
Une nouvelle mécanique fera en sorte que le revenu de la pension alimentaire sera compensé entièrement par une hausse du seuil des dépenses admises.
Les dépenses admises dans le calcul de l'aide financière seront également revues à la hausse pour tous. Les «frais de subsistance», donc les dépenses liées au logement et à la nourriture, s'élèvent à 837 $ par mois pour un étudiant à temps plein qui ne réside pas chez ses parents. Ces frais sont indexés chaque année depuis 2007, mais ils ne l'ont pas été pendant 8 des 20 dernières années. Québec viendra corriger la situation. Résultat : l'aide financière sera plus généreuse pour l'étudiant.
L'ajout de 80 millions est significatif. Cela représente une hausse de plus de 10% du coût du régime, considéré comme le plus généreux en Amérique du Nord. Québec y consacre 745 millions cette année, une hausse de 42 millions, ou 6%, par rapport à 2015-2016, selon le dernier budget Leitao. Cette augmentation s'explique par la hausse du nombre d'étudiants admissibles et l'indexation de différents paramètres entrant dans le calcul de l'aide financière, peut-on lire dans les documents budgétaires. Au cours des cinq dernières années, le coût du programme a bondi d'environ 36%.
Une aide qui vient du budget Morneau
Hélène David fera son annonce en compagnie de l'Union étudiante du Québec et de la Fédération étudiante collégiale du Québec. Ces deux associations avaient réclamé une bonification du programme de prêts et bourses grâce aux 80 millions en provenance d'Ottawa.
Car cette cagnotte découle du budget Morneau. Ottawa a annoncé une bonification de 300 millions de dollars par an de son programme de bourses destinées aux étudiants. Il le finance par l'abolition des crédits d'impôt pour études et manuels scolaires.
Comme il a son propre programme d'aide financière aux études, Québec a exercé son droit de retrait avec pleine compensation financière, ce qui représente un transfert de 80 millions.
Les associations étudiantes demandaient au gouvernement Couillard de remettre cette somme «dans les poches des étudiants». Elles avaient fait valoir que les étudiants québécois pouvaient toucher les crédits d'impôt qu'Ottawa a décidé d'abolir pour financer ses nouveaux investissements. Ils risquaient donc d'essuyer une perte de revenus si Québec les privait de la compensation de 80 millions en provenance d'Ottawa.
Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec avaient appuyé les revendications des associations étudiantes.