C Series : Péladeau maintient que Québec a fait une mauvaise transaction

Mise à jour le lundi 29 février 2016 à 17 h 57 HNE
Malgré sa rencontre avec le président et chef de la direction de Bombardier lundi, le chef du Parti québécois persiste et signe : le gouvernement Couillard a fait une mauvaise transaction en investissant 1 milliard de dollars américains dans une coentreprise appelée à gérer la C Series.
« Ce n'est pas la transaction à faire », a commenté Pierre Karl Péladeau dans un point de presse donné au sortir de sa rencontre avec Alain Bellemare. Selon lui, Québec devrait renégocier l'entente.
Le chef péquiste répète qu'il est d'accord avec l'idée que l'État vienne en aide à Bombardier. Mais à son avis, Québec aurait plutôt dû investir dans Bombardier ou dans sa filiale Bombardier Aéronautique. La Caisse de dépôt et placement du Québec, a-t-il rappelé, a choisi d'investir dans Bombardier Transport.
« La transaction n'est pas bonne. Elle ne s'améliorera pas. Je persiste à vous dire qu'il aurait fallu investir en haut. »— Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois
« Même en investissant dans la compagnie mère, a poursuivi M. Péladeau, le gouvernement Couillard aurait pu exiger que son argent soit utilisé exclusivement pour venir en aide au programme de la C Series. Il aurait ainsi diminué les risques que doivent maintenant assumer les contribuables québécois, puisque son investissement se serait appuyé sur des actifs plus importants. »
La décision du gouvernement d'investir dans une coentreprise confirme plutôt « l'amateurisme du gouvernement en matière de transactions, de fusions et acquisitions, et en matière d'investissements », affirme le chef péquiste.
Pour Pierre Karl Péladeau, la transaction entre le gouvernement provincial et le géant québécois de l'aéronautique présente également des problèmes de gouvernance. Il dénonce notamment la présence de Daniel Johnson, proche conseiller du premier ministre Couillard, à la tête du conseil d'administration de Bombardier.
Le chef péquiste exige d'ailleurs des garanties de la part du gouvernement en rappelant que la somme accordée à Bombardier est « le plus important investissement qu'Investissement Québec a fait pour une entreprise ».
Péladeau vante Bellemare
M. Péladeau n'a pas profité de cette rencontre, tenue à l'invitation de Bombardier, pour demander à l'entreprise de divulguer les détails de l'entente en question, comme il presse le gouvernement de le faire.
« Je ne veux pas mettre la direction de Bombardier dans une situation délicate », a-t-il commenté, avant de vanter le travail d'Alain Bellemare, un dirigeant de « grande expérience » au sein d'entreprises du secteur de l'aéronautique.
« Il a fait son travail, M. Bellemare. Il fait un bon travail, a fait valoir M. Péladeau. Lui, son travail, c'est de protéger les actionnaires de Bombardier. Nous, notre travail, au gouvernement, c'est de protéger les contribuables québécois, les familles québécoises et les emplois au Québec. »
Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a aussi rencontré M. Bellemare vendredi dernier.
« On a fait le tour de la question, avec M. Bellemare. Cette transaction n'est pas dans le meilleur intérêt des Québécoises, des Québécoises, mais certainement dans l'intérêt de Bombardier. »— Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois
Malgré son opposition à l'approche du gouvernement Couillard, Pierre Karl Péladeau presse le gouvernement Trudeau d'investir à son tour dans Bombardier.
« Il faut que le gouvernement fédéral investisse, c'est notre argent. Ils ont l'obligation de le faire », a-t-il lancé.