jeudi, avril 21, 2016

Sondage CROP-La Presse : les libéraux en tête, malgré les mauvaises nouvelles

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 21 avril 2016 à 00h00 | Mis à jour à 00h00
Si des élections avaient eu lieu la semaine... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)
PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE
Si des élections avaient eu lieu la semaine dernière, les libéraux de Philippe Couillard les auraient emportées avec 33 % des voix, un point de plus que le mois précédent.

DENIS LESSARD
La Presse
(QUÉBEC) En dépit de la cascade de mauvaises nouvelles, dont l'arrestation de Nathalie Normandeau et la mise au rancart de Sam Hamad, les libéraux ne perdent pas trop de plumes dans l'opinion publique. À mi-mandat, Philippe Couillard s'en tire même mieux que Jean Charest entre deux élections.
Sam Hamad a démissionné du Conseil des ministres... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne) - image 1.0
Sam Hamad a démissionné du Conseil des ministres le 7 avril.
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
« Ce qui frappe, c'est la résilience de la marque libérale », résume Youri Rivest, vice-président de la maison CROP, en analysant la dernière enquête, réalisée de 14 au 18 avril auprès de 1000 internautes. L'enquête traditionnelle sur les intentions de vote et la satisfaction ne montre pas de changements importants par rapport à la précédente. Cette fois, toutefois, CROP a ressorti les chiffres de Jean Charest à la mi-mandat, un portrait qui force à relativiser les déboires récents du gouvernement Couillard.
À la mi-mandat, le gouvernement libéral suscite 61 % d'insatisfaits, une hausse de quatre points par rapport au sondage d'avril 2015. Mais à la mi-parcours de son premier mandat, en avril 2005, Jean Charest et son gouvernement suscitaient 67 % d'insatisfaction. C'était pire au troisième mandat, en décembre 2010 : 70 % des électeurs étaient mécontents de l'administration Charest (le deuxième mandat était minoritaire et n'avait pas duré deux ans).
CROP a aussi demandé aux répondants si le gouvernement Couillard faisait mieux que celui de Jean Charest sur plusieurs questions - l'économie, la santé, les finances publiques et l'intégrité. À chaque occasion, les gens estiment, par une large majorité, soit autour de 60 %, « qu'il n'y a pas de différence » entre les deux régimes. Le gouvernement Charest faisait un peu mieux en économie et en éducation. Le gouvernement Couillard fait meilleure figure du côté des finances publiques, de la santé et, surtout, de l'intégrité. Globalement, 13 % des répondants estiment que Jean Charest faisait mieux que Philippe Couillard, 18 % pensent le contraire et 58 % des gens ne voient pas de différence. Chez les électeurs libéraux, le gouvernement Couillard l'emporte à 40 % contre 12 % qui préféraient le régime Charest. Mais même chez ces partisans, 35 % ne voient pas de changement entre les deux gouvernements.
HAMAD
Une chose est entendue : Philippe Couillard a mal géré l'épisode de Sam Hamad. Deux Québécois sur trois (65 %) estiment que la gestion de cette démission temporaire était mauvaise ; 38 % des électeurs libéraux sont même de cet avis. La démission a toutefois été un temps fort de l'activité politique : pas moins de 71 % des gens disent en avoir entendu parler, une surprise pour Youri Rivest.
INTENTIONS DE VOTE
Si des élections avaient eu lieu la semaine dernière, les libéraux auraient obtenu 33 % des voix, un point de plus que le mois précédent. Le Parti québécois (PQ) aurait eu 26 %, quatre points de moins qu'en mars - une fluctuation sans grande signification, selon M. Rivest. La Coalition avenir Québec (CAQ) aurait récolté 25 %, un point de mieux que le mois précédent. Québec solidaire, à 14 %, grimpe de trois points. Selon Youri Rivest, on peut se surprendre de la solidité du vote libéral compte tenu de l'actualité récente. Autre constat, le PQ ne paraît pas en mesure d'attirer les mécontents.
FRANCOPHONES
Les trois principaux partis se disputent farouchement le vote francophone. Le PQ est en avance avec 30 % des francophones, mais la CAQ le talonne, avec 28 % d'appuis. Les libéraux ont un peu réduit leur retard, et ont maintenant les intentions de vote d'un francophone sur quatre, soit 25 %.
AU COUDE À COUDE
Ironiquement, les chefs des trois principaux partis sont littéralement au coude à coude comme « meilleur premier ministre ». Philippe Couillard, Pierre Karl Péladeau et François Legault obtiennent chacun 19 % de partisans. Le libéral et le péquiste se sont souvent échangé la première place ; ce qui frappe, selon Youri Rivest, c'est la lente montée de François Legault, qui rivalise avec ses adversaires même s'il dirige le troisième parti.
MÉTHODOLOGIE
Le sondage a été mené auprès d'un panel web du 14 au 18 avril 2016. Au total, 1000 questionnaires ont été remplis. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.