jeudi, octobre 08, 2015

Réfugiés : Harper sommé de s'excuser

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par Danielle Arsenault pour CogecoNouvelles le jeudi 08 octobre 2015 à 16h13. Modifié à 16h33.
Réfugiés : Harper sommé de s'excuser
Stephen Harper/PC

(Cogeco Nouvelles) - Le Cabinet du premier ministre est intervenu pour suspendre l'accueil des réfugiés au printemps, ce qui aurait ralenti l'arrivée de Syriens au pays, choisi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
Selon une porte-parole du Cabinet du premier ministre (CPM), Catherine Loubier, ce programme visait à « assurer que les réfugiés les plus vulnérables ont la protection dont ils ont besoin et assurer que la sécurité du Canada n’est nullement compromise. »
Le Globe and Mail publiait jeudi matin que la demande du CPM a servi à confier au personnel du premier ministre la vérification des dossiers des réfugiés syriens. Les dossiers référés au gouvernement par l’ONU entre 2014 et 2015 auraient été touchés.
Selon une source au sein du CPM: les employés du CPM n'ont pas entre leurs mains les dossiers des demandeurs d'asile.
Le dossier des réfugiés avait dominé la campagne électorale le mois dernier, quand la photo du jeune Alan Kurdi mort sur plage turque avait fait le tour du monde.
Ces éléments viennent en contradiction avec les propos de M. Harper qui tout au long de la campagne répétait que tout était fait pour accélérer le traitement des demandes.
«C’est abject, a lancé le chef du NPD, Thomas Mulcair. Alors que Stephen Harper se tenait debout avec émotion, en évoquant sa propre famille le jour où a vu ce petit garçon sur la plage en Turquie, on apprend que c'est lui-même qui a empêché l'arrivée de familles syriennes, dans la pire crise de réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale. »
Il demande à Stephen Harper de s’excuser.
Le chef du Parti libéral est plus prudent.
«Les rapports qui sortent ne sont aucune surprise, a-t-il indiqué. On voit depuis longtemps à quel point ce gouvernement choisit de fonctionner d'une façon irresponsable et interférente.»
(Philippe-Vincent Foisy avec La Presse canadienne)