vendredi, août 21, 2015

Élections Canada 2015 Péquistes et bloquistes unis pour affronter la vague orange

http://ici.radio-canada.ca/sujet/

Mise à jour le vendredi 21 août 2015 à 1 h 46 HAE

Le Bloc québécois ne s'en cache pas : pour cette longue campagne électorale, il compte sur le Parti québécois pour l'appuyer et pour promouvoir son option. Mais la tâche ne sera pas simple, au moment où plusieurs Québécois se disent prêts à ne pas voter pour le parti fédéral souverainiste, de crainte de diviser le vote.
Un texte de Julie DufresneTwitterCourriel
Rachel Nolet fait partie de ceux qui avaient élu les 49 députés du Bloc québécois en 2008. Elle se dit encore souverainiste. Elle avait voté oui au référendum de 1995.
Mais 20 ans plus tard, elle veut surtout s'assurer que les conservateurs ne soient pas reportés au pouvoir. Pour elle, le changement doit passer par le NPD.
« M. Duceppe, je le trouve ben l'fun, mais il a fait son temps. Le Bloc a fait son temps », croit-elle.
Gilles Duceppe avait pourtant prédit un « nouveau cycle politique » avec l'arrivée de Pierre Karl Péladeau.
Et le chef du Bloc compte sur le parti-frère. Il multiplie les apparitions avec le nouveau chef du Parti québécois et ses députés, comme Agnès Maltais, qui était à ses côtés lors de son récent passage à Québec.
« Ce n'est pas ajuster les lignes. La campagne fédérale, c'est le Bloc qui la fait. Ce qu'on fait, c'est qu'on donne un appui. Vous voulez une info? Connaître, rencontrer des gens? Moi, je suis là. Je suis là parce que je crois profondément que le Québec doit devenir un pays », dit la députée de Taschereau.
Le Bloc accepte volontiers ce coup de pouce. À la dissolution de la chambre, ils n'étaient plus que deux députés bloquistes. Et à part le chef et le président du parti, Mario Beaulieu, il n'y a que très peu de visages connus parmi les candidats. Sur le site Internet du parti, il n'y a parfois même pas de photo de celui qui portera ses couleurs.
Jeudi, en déposant son bulletin de candidature pour la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, Gilles Duceppe n'a pas caché que le dernier coup de sonde plaçait la barre haut.
« Il arrive qu'on pédale face au vent, mais après on a le vent dans le dos », a-t-il commenté.
Une nouvelle tendance?
Le politologue de l'Université Laval Éric Montigny pressent pour sa part une nouvelle tendance.
« C'est comme si au niveau fédéral, il y a beaucoup de gens qui délaissent le clivage naturel au Québec entre le oui et le non vers un débat plus orienté vers la gauche ou la droite », dit-il.
Rosaire Bertrand, ancien ministre sous Jacques Parizeau, souhaite que les troupes péquistes se relèvent les manches. Il lance pratiquement un cri du cœur.
« À l'heure actuelle, je ne peux pas dire que je le sens. Mais j'en profite pour vous dire que j'espère que les souverainistes vont s'impliquer dans cette campagne-là. C'est trop important pour la suite des choses », plaide-t-il.
Mais déjà, le chef du Parti québécois limite les attentes.
« Il ne faut pas nécessairement conclure que le résultat des élections va être un résultat définitif pour le mouvement souverainiste », a affirmé Pierre Karl Péladeau la semaine dernière.
Gilles Duceppe, lui, insiste tout de même : les souverainistes doivent faire front commun sur la scène fédérale. Il invite d'ailleurs les militants d'Option nationale et de Québec solidaire à unir eux aussi leurs voix pour le Bloc.