Information sur la politique 1

dimanche, janvier 29, 2017

«Trump fait de moi un étranger», fulmine Mo Farah

http://www.lapresse.ca/sports/autres-sports/athletisme/

Publié le 29 janvier 2017 à 10h49 | Mis à jour à 10h49
Le quadruple champion olympique 5000 m et 10 000 m,... (Photo David J. Phillip, archives AP)
Le quadruple champion olympique 5000 m et 10 000 m, Mo Farah, est né en Somalie et est arrivé au Royaume-Uni à 8 ans. Il réside dans l'Oregon depuis 2011.
PHOTO DAVID J. PHILLIP, ARCHIVES AP
Agence France-Presse
LONDRES
Le champion olympique britannico-somalien Mo Farah a fustigé dimanche les restrictions à l'immigration imposées par le président américain Donald Trump, estimant qu'elles faisaient de lui un « étranger » susceptible de ne pas pouvoir retrouver sa famille aux États-Unis.
Mo Farah est quadruple champion olympique 5000 m et 10 000 m, médailles acquises en 2012 et 2016.
« Le 1er janvier de cette année, Sa Majesté la reine m'a élevé au rang de Chevalier. Ce 27 janvier, il semble que le président Donald Trump ait fait de moi un étranger », écrit le double champion olympique sur sa page Facebook.
« Je suis un citoyen britannique qui vit aux États-Unis depuis six ans - je travaille dur [...], paie mes impôts et élève quatre enfants dans un pays qu'ils considèrent être le leur. Désormais, on dit à moi et à beaucoup d'autres que nous ne sommes plus les bienvenus », fustige l'athlète, inquiet de ne pas pouvoir être autorisé à retourner aux États-Unis depuis l'Éthiopie, où il s'entraîne actuellement.
« Je vais devoir dire à mes enfants que papa ne va peut-être pas pouvoir rentrer à la maison, c'est très troublant », poursuit le Britannique d'origine somalienne.
Mo Farah
3 h
On 1st January this year, Her Majesty The Queen made me a Knight of the Realm. On 27th January, President Donald Trump seems to have made me an alien.
I am a British citizen who has lived in America for the past six years - working hard, contributing to society, paying my taxes and bringing up our four children in the place they now call home. Now, me and many others like me are being told that we may not be welcome. It’s deeply troubling that I will have to tell my children that Daddy might not be able to come home - to explain why the President has introduced a policy that comes from a place of ignorance and prejudice.
I was welcomed into Britain from Somalia at eight years old and given the chance to succeed and realise my dreams. I have been proud to represent my country, win medals for the British people and receive the greatest honour of a knighthood. My story is an example of what can happen when you follow polices of compassion and understanding, not hate and isolation.

Né en Somalie il y a 33 ans, Mo Farah est arrivé au Royaume-Uni à 8 ans, et vit depuis 2011 dans l'Oregon, sur la côte ouest américaine.
Le décret signé vendredi par le président américain, portant sur la « protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers », interdit pour 90 jours l'entrée aux États-Unis aux ressortissants de sept pays musulmans jugés dangereux (Irak, Iran, Yémen, Libye, Syrie, Soudan, Somalie), le temps de revoir les critères d'admission pour les réfugiés en provenance de ces pays.
Les défenseurs des immigrés ont toutefois remporté une première manche contre Donald Trump samedi en obtenant d'un juge qu'il empêche l'expulsion des personnes interpellées en vertu de ce décret.