Information sur la politique 1

samedi, janvier 07, 2017

Réouverture de l'aéroport de Fort Lauderdale, des vols d'Air Canada annulés

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/

Publié le 07 janvier 2017 à 07h08 | Mis à jour à 08h13
Des passagers se sont retrouvés sur le tarmac... (Photo AP/Al Diaz, Miami Herald)
Des passagers se sont retrouvés sur le tarmac à la suite de la fusillade survenue le 6 janvier à l'aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood.
PHOTO AP/AL DIAZ, MIAMI HERALD
LEILA MACORSÉBASTIEN BLANC
Agence France-Presse
Miami et Washington
L'aéroport international de Fort Lauderdale en Floride a rouvert samedi au lendemain d'une fusillade ayant fait cinq morts et dont l'auteur, un ancien soldat américain vétéran de la guerre d'Irak, a été interpellé.
La fusillade a eu lieu au terminal 2, qui dessert les vols d'Air Canada et de Delta. 
Les vols d'Air Canada liant Montréal et Fort Lauderdale prévus samedi matin ont été annulés. Les passagers d'Air Transat et de WestJet ont quant à eux pu décoller alors que l'arrivée se fait au terminal 4.
Le tireur, Esteban Santiago, 26 ans, était interrogé par le FBI au sujet de cette fusillade qui a également fait huit blessés vendredi et provoqué la fermeture de cet aéroport du sud-est des États-Unis.
L'homme est un ancien soldat américain de la Garde nationale de Porto Rico et de l'Alaska, a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la Défense.
Le suspect a quitté l'armée en août et était porteur d'une carte d'identité militaire. Il a été déployé en Irak d'avril 2010 à février 2011.
Un témoin a raconté à Fox News avoir entendu le premier tir vers 13 h en attendant de récupérer ses bagages. « À ce moment-là, la personne qui se trouvait juste à côté de moi s'est effondrée... C'était complètement surréaliste », a-t-il dit John Schlicher.
« Il tirait sur les gens au hasard », a relaté Mark Lea, sur l'antenne de MSNBC, en précisant que le tireur avait une arme de poing et plusieurs chargeurs.
Calme du tireur
Le suspect n'a selon lui pas cherché à fuir. Après avoir épuisé ses munitions, il a posé son arme et s'est laissé interpeller sans combattre.
« Aucun policier n'a fait feu », a confirmé le shérif du comté de Broward, Scott Israel, dans une conférence de presse dans l'aéroport.
Esteban Santiago venait de débarquer d'un vol en provenance de l'Alaska, avec une escale à Minneapolis dans le Minnesota, a déclaré vendredi soir à la presse un responsable du bureau du FBI de Miami, George Piro.
Son arme se trouvait dans un bagage enregistré en soute, ce qui est permis aux États-Unis, a révélé CNN citant des sources policières.
Après avoir récupéré son bagage, il se serait rendu aux toilettes pour charger l'arme, avant de sortir pour ouvrir le feu sur la foule.
Le shérif Israel n'a pas confirmé l'identité du tireur ni donné de précisions sur le type d'arme utilisée.
M. Piro a assuré qu'aucune hypothèse, dont l'hypothèse terroriste, n'était écartée.
George Piro a raconté qu'un homme correspondant au signalement d'Esteban Santiago était entré il y a deux mois dans un bureau du FBI à Anchorage, en Alaska. Préoccupés par son état mental, les agents du FBI avaient conduit l'individu dans un hôpital psychiatrique.
Selon CBS, il avait alors affirmé aux autorités qu'il avait été forcé à travailler pour le groupe État islamique et que la CIA contrôlait son esprit pour l'obliger à regarder des vidéos de l'EI.
Une de ses tantes, Maria Luisa Ruiz, a déclaré au site NorthJersey.com news que le tireur était devenu père d'un petit garçon en septembre, et qu'il souffrait de problèmes mentaux.
« Il y a un mois environ, il a semblé perdre la tête », a-t-elle affirmé. « Il disait avoir des visions ».
La Floride reste meurtrie par la tuerie perpétrée le 12 juin dans un club gai d'Orlando, quand un Américain d'origine afghane a tué par balle 49 personnes, le pire attentat aux États unis depuis ceux du 11 septembre 2001. Ce massacre a été revendiqué par l'organisation État islamique (EI).
- Avec LaPresse.ca

À DÉCOUVRIR SUR LAPRESSE.CA